Tous les articles par Marine Guyen

« Terre de parole, terre de partage… »

«Le plurilinguisme en Nouvelle Calédonie, terre de parole, terre de partage… »

Support d’une civilisation, d’une culture, la langue est intimement liée à l’identité des peuples. Or, porter atteinte à une langue, c’est porter insidieusement atteinte à l’identité des peuples qui la parlent et par extension à la diversité culturelle qui fait la richesse de l’humanité. Du fait de la colonisation et de la mondialisation, des langues ont fini par être reléguées à des places où elles sont directement menacées de disparition. C’est le cas précisément des langues kanak qui, comme d’autres langues, furent longtemps interdites d’usage dans les écoles.

Réhabiliter ces langues aujourd’hui, c’est avant tout se battre pour que soient préservées des cultures, des modes uniques de pensées et d’expression, une mémoire collective ou des perspectives qui font la richesse de l’humanité. Et quel meilleur endroit que l’école pour la réhabilitation et la promotion de ces langues. Pour la Nouvelle-Calédonie, il aura fallu attendre septembre 2005, après que le Congrès ait adopté par voie délibérative les « nouveaux programmes pour l’école primaire de la Nouvelle-Calédonie » pour que, conformément à l’Accord de Nouméa, « les langues kanak deviennent des langues d’enseignement et de culture ». D’autant qu’il est reconnu qu’aujourd’hui le bilinguisme développe les capacités intellectuelles et cognitives favorables à l’émergence d’un double système de pensée et de représentations qui favorise lui même une certaine aptitude à communiquer avec l’autre. Dans des sociétés réputées fermées, tout au moins du point de vue des sociétés dominantes, dans des sociétés repliées sur elles-mêmes mais qui par ailleurs cherchent, comme c’est le cas en Nouvelle-Calédonie, à s’ouvrir vers l’extérieur tout en essayant d’asseoir une communauté de destin, l’introduction des langues maternelles à l’école pourrait être un outil au service de la réussite scolaire et in fine au service d’une certaine cohésion sociale. Les partenaires de l’école doivent prendre acte de l’hétérogénéité des situations et des profils langagiers des élèves et sortir d’une vision simpliste et dichotomique entre une langue maternelle qui serait entendue exclusivement à la maison et une langue française découverte en arrivant en classe : la plupart des enfants kanaks ont déjà un bagage en français lorsqu’ils arrivent à l’école. Certains d’entre eux  ne parlent que cette langue (ou une variante locale), en particulier en milieu urbain. Pour autant, les langues kanakes font partie de leur vécu quotidien.

Elles sont parlées dans leur environnement immédiat et restent des langues de socialisation. C’est souvent à elles qu’ils s’identifient fortement, ce qui débouche parfois sur des situations douloureuses : «c’est ma langue, mais je ne la parle pas ». Il est absurde de se priver du trésor que représentent ces langues issues de cette île paradisiaque aux antipodes de la France, qui évoque bien des mystères…  En effet, la Nouvelle-Calédonie reste une île mystérieuse et peu explorée pour beaucoup de hors la Francophonie. Cette île, dont l’histoire coloniale ressemble aux pays africains et pacifiques colonisés par la France, est un Territoire d’outre mer de la France; le pays qui a déterminé l’histoire et l’avenir de cette île. Quoique la relation avec la Métropole n’a guère était facile, la Nouvelle-Calédonie bénéficie de sa relation avec la France autant qu’elle bénéficie de ses ressources naturelles et sa location stratégique.

Les langues Kanaks et le Français, langues d’enseignement et de culture en Nouvelle Calédonie, d’un compromis à un bilinguisme équilibré ?

Une école plurilingue en Océanie francophone ?

La place de la parole dans le monde Mélanésien ?

La Nouvelle Calédonie est un véritable microcosme de mixité ethnique et culturelle où la diversité linguistique prédomine avec 33 langues Kanaks. Ainsi, il est primordial que l’école Calédonienne longtemps tributaire du modèle français ouvre ses portes aux langues Kanaks, aux variétés du français et plus globalement à la pluralité linguistique au sein d’une culture francophone et d’un environnement anglophone. Il serait temps de penser l’élève dans sa complexité de son identité…

Bibliographie :

  • Vernaudon, Fillol (2008). Vers une école plurilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyanne, Paris : L’Harmattan, 320 p.
  • Barnèche, S (2005). Gens de Nouméa, gens des îles, gens d’ailleurs…, Paris : L’Harmattan, 317 p.
  • Boyer, H (1997). Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » de langues ? , Paris : L’harmattan, 255 p.
  • Ehrhart, S (2012). L’écologie des langues de contact – le tayo, créole de NC, Paris : L’Harmattan, 247 p.
  •  Angleviel, F (2005). Histoire de la Nouvelle Calédonie – nouvelles approches, nouveaux objets, Paris : L’Harmattan, 350p.
  • Kurtovitch, N et Gorodé, D (2000). Dire le vrai, Nouméa : Grain de sable, 84 p.
  • Maurice Leenhardt 1947, Do Kamo, Paris : éditions Gallimard, 314 p

.

recentrer…

Dialogue entre un étudiant et son Directeur de mémoire…

E : « Je voulais vous proposer mon sujet de recherche, « le plurilinguisme en nouvelle Calédonie » et j’aimerais m’attarder plus précisément sur la communauté Vietnamienne, appelée tonkinoise à l’époque. Leurs enfants doivent faire face au système éducatif français, leur intégration passe par un processus assez complexe et difficile. Il y a également l’exemple des « boat people », comme on les appelle, qui traversent les mers pour fuir la misère de leur pays ou des gouvernements trop rigides….ils arrivent à Nouméa ne parlant pas un mot de français, ces personnes font preuves de courage et de détermination exemplaire afin de s’en sortir. Je pense que c’est un sujet qui peut être très intéressant. Je tenais à vous le présenter afin d’avoir votre avis ».

P : « La question du plurilinguisme en Nouvelle Calédonie est effectivement intéressante, déjà abordée dans différents travaux de plusieurs points de vue (notamment par Véronique Filliol, Marie Salaun, Claire Colombel, etc.)
La question de l’immigration vietnamienne, dont je ne connais pas les caractéristiques particulières dans ce contexte précis, peut sans doute être l’objet de questionnements intéressants, qu’il faudrait que vous précisiez : quels seraient les aspects qui caractérisaient plus particulièrement (ou non) cette « communauté » ? Il faudrait aussi que vous réfléchissiez plus en détail aux personnes auprès desquelles vous souhaitez mener votre recherche : s’agit-il de « primo-migrants » ou de leurs descendants ? Et dans quelles situations (professionnelle, scolaire, autre…) souhaiteriez-vous plus directement faire porter votre étude ? Avec quels moyens ? Il faut être plus concis… »

E : « Oui je comprends, je pensais dans un premier temps parler du plurilinguisme fortement présent en Nouvelle Calédonie, donc de la richesse de la  diversité linguistique que nous offre ce petit bout de terre, cette partie s’intitulerait “Nouvelle Calédonie, terre de parole, terre de partage…” Ensuite, nous nous pencherons plus précisément sur la communauté Vietnamienne, partant des origines de l’immigration Vietnamienne,  en 1891 un premier groupe de 768 Indochinois est introduit pour le travail sur mine. Cette partie se nommerait  » De l’engagement comme esclavage volontaire, en route vers le Tân Thê Gioi, c’est à dire le nouveau monde”… De là ma recherche se poursuivra avec des témoignages des descendants de ces primo-arrivants qui ont décidé de rester… notamment Mr jean Vanmai, Historien de Nouvelle Calédonie qui publia de nombreux ouvrages sur ce passé des Tonkinois en Nouvelle Calédonie. La population Vietnamienne de l’époque souvent étiquetée de “main d’œuvre bon marché par excellence ” fut privée de l’usage de sa langue maternelle, seul le français comptait. La perte de la langue entraîne de sévères répercutions sur les descendants qui peuvent être qualifiés de “générations déracinées et aliénées de leur identité ». Nous pouvons poursuivre ensuite sur les « boat people” arrivés plus récemment en Nouvelle Calédonie, ces immigrés libres, ces nouveaux arrivants, ont su peu à peu, avec une volonté décuplée par les épreuves endurées, s’adapter à leur vie nouvelle et se fondre dans la communauté calédonienne. La Nouvelle Calédonie, pour eux, désormais, n’est pas seulement l’île de lumière, mais elle est devenue aussi terre d’asile et de liberté. Même si cela n’a pas toujours était facile… de là, ma recherche se poursuivra avec des témoignages de Vietnamiens arrivés il y a quelques années, qui sont pour la plupart dans le domaine du commerce et de la restauration. Ils tenteront de m’expliquer comment s’est déroulé leur processus d’intégration sur cette terre inconnue et d’autant plus francophone, donc sur le plan professionnelle et scolaire pour leurs enfants. J’espère que c’est un peu plus clair ?? »

P : « Donc, si je comprends bien, il s’agirait de travailler avec des biographies langagières portant sur plusieurs « générations » de migrants vietnamiens en Nouvelle Calédonie !
Cela pourrait permettre de réfléchir aux évolutions des parcours linguistico-culturels et des enjeux qui les accompagnent, en réfléchissant par exemple aux facteurs de diversité dans ces évolutions et à quelques unes de leurs conséquences.
Je pense que cela peut effectivement être tout à fait intéressant et je vous engage à mettre cela en forme dans un bref projet que vous pouvez m’envoyer par email ».

E :  « Très bien Madame, merci pour cet échange qui m’a permis de recentrer un peu mes idées et mes pistes …En vous souhaitant une belle fin d’après midi ».

P : « Je vous en prie, à très bientôt ».