Tous les articles par Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

Compte rendu d’une journée d’étude : politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations

Vendredi 17 février 2017, j’ai participé à une journée d’étude s’intitulant politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations, organisée par l’INALCO. La journée peut être divisée particulièrement en deux parties : les communications de la matinée et celles de l’après-midi. Les premières sont centrées sur l’ouvrage Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, ainsi que sa version chinoise qui vient de voir le jour en Chine. C’est un ouvrage collectif rédigé par l’équipe PLIDAM (Pluralité des Langues et des Identités : Didactique – Acquisition – Médiations), regroupant les points de vue sur la didactique des langues et des cultures de 90 enseignants-chercheurs et enseignants du monde entier qui représentent 68 institutions différentes. Sa version originale (en français ) a été publiée en 2008, la version anglaise est ensuite apparue en 2011, et des années plus tard (en juin, 2016), FU Rong et son équipe ont terminé le projet de sa traduction en chinois. À partir de cet ouvrage, les intervenants se demandent : comment résoudre des problèmes de traduction dans différents contextes de contacts de langues et de cultures ? comment mener une réflexion sur l’enseignement des langues transversales à toutes les langues ? comment faire de la recherche avec une équipe internationale ? Et dans la deuxième partie de la journée, on travaille sur des regards croisés en didactique des langues et en sociolinguistique sur les représentations sociales, en répondant des questions comme : à quelles interprétations, utilisations et acceptions devrait-on s’attendre lorsque deux disciplines proches partagent un mot-clé ? où sont les débats sur les « représentations sociales » en didactique des langues et en sociolinguistique, etc.

En tant que future enseignante de français en Chine, je pense que la première communication donnée par le professeur chinois FU Rong m’a beaucoup aidée. Le titre de cette communication est : traduction : enjeux pour la circulation internationale des idées en didactique des langues. Expérience de traduction du français en chinois du ppp. La communication se déroule en trois parties, monsieur FU présente d’abord les raisons d’introduire un tel ouvrage en Chine. Ensuite, il explique des difficultés affrontées concernant les aspects linguistiques, disciplinaires et culturels lors de la traduction. Il a cité des exemples très concrets pour nous expliquer la manière de trouver un meilleur terme, une meilleure définition d’une langue à l’autre, ainsi que les efforts qu’ils ont fait tout au long de ce travail. À la fin, il nous parle de quelques théories sur les stratégies de traduction.

Nous disons que c’est un monde unifié, mais chaque pays a un contexte particulier. Au-delà de cette communication, nous sommes ravis de trouver que, les politiques linguistiques éducatives en Chine sont en train de se développer, une conséquence directe et évidente est le changement de la vision des professeurs chinois, qui apportent au public chinois des ouvrages qui sont plus pratiques et plus « internationales ». Comme cet ouvrage sur la question du plurilinguisme et du pluriculturalisme, qui met en scène un thème encore loin d’être développé en Chine, alors en Europe, on a déjà des énormes recherches concernant ce sujet. D’ailleurs, pendant la communication, le professeur nous a donné plusieurs exemples lors de cette traduction transdisciplinaire. Ce qui me confirme de nouveau que : le français et le chinois sont deux langues linguistiquement et culturellement distantes, en tant qu’apprenant de français et future enseignante, il faut non seulement maîtriser les deux langues, mais aussi les cultures derrière les langues, leurs références disciplinaires, etc. C’est un travail durable.

À la fin, je voudrais citer deux questions que je me suis posé après la communication et qui vont être répondues dans mon mémoire : dans un contexte chinois d’aujourd’hui, comment peut-on introduire les effets de mondialisation à l’enseignement du français en Chine et dans quelle manière peut-on faire face aux rencontres des différentes cultures, des plurilingues et des transdisciplines.

 

 

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Comment vivre une expérience par la lecture

Le colloque du 8 et 9 décembre 2016 avait pour thème vivre une expérience—l’oeuvre de John Dewey pour penser/enseigner les langues et les littératures.
Ce colloque m’a parue particulier parce qu’il a eu un lien étroit avec la philosophie et l’art. Lors du premier jour du colloque, nous avons pu avoir des connaissances sur l’art de la traduction dans des oeuvres de J. Dewey, l’expérience personnelle d’un professeur avec la peinture de Renoir « les enfants au bord de la mer à Guernesey », l’oeuvre de J.Dewey avec le rythme dans les films, J.Dewey et un collectionneur, J.Dewey et la poésie, etc..En tant personne n’ayant presque aucune connaissance en philosophie, il me faut admettre que c’est très dur à suivre toutes les communications. Quoi qu’il en soit, j’étais plus ou moins inspirée par un atelier concernant les enquêtes et les expériences de lecture. Cet atelier est organisé par une doctorante de M.Martin, qui est en train de rédiger sa thèse sur l’enseignement de la littérature au lycée en Espagne. Afin de prouver la contemporanéité et la continuité des pensées de J.Dewey dans le champs éducatif, elle emploie des théories de ce pédagogue dans trois oeuvres ( démocratie et éducation, art comme expérience et expérience et éducation ) ainsi que celle d’un professeur Annie Rouxel tout en combinant sa pratique dans un lycée espagnol.
Je me suis aperçue que dans le diaporama, elle a introduit un point de vue d’Annie Rouxel qui écrit dans son oeuvre : « la lecture ne se réduit pas à une activité cognitive et que le processus d’élaboration sémantique s’enracine dans l’expérience du sujet ». Pour faire vivre la littérature à l’école, M.Martin a écrit dans un de ses ouvrages: « la lecture n’a pas à être expliqué ou initiée mais vécue; la lecture ne sert pas à savoir mais à (se) connaître; il n’y a pas de progression en lecture, il y a des rencontres inoubliables et qui, oubliées, restent actives ». À mes yeux, ces deux arguments sont convergents vers un même chemin, c’est de mettre en situation les apprenants pour comprendre des textes même s’ils ne comprennent pas. Les lecteurs peuvent interpréter de leur propre façon un texte littéraire, cela s’applique au cours des théories littéraires, où nous avons appris des auteurs comme Parant,Yacine, Ghérasim, qui écrivent d’une manière extrêmement particulière, on ne sait pas ce qu’ils veulent précisément exprimer, le professeur ne nous demande non plus de travailler sur le sens du texte, mais tout au long du cours, on se trouve dans une expérience de lecture d’après moi, et  cette activité de lecture nous donne des pistes pour comprendre la valeur là-dessus. Par exemple, dans le poème Du vide et du plein, le poète écrit: « le vide vidé de son vide c’est le plein le vide rempli de son vide c’est le vide le vide rempli de son plein c’est le vide le plein vidé de son plein c’est le plein…le plein vide vidé de son plein vide de son vide vide rempli et vidé de son vide vide vidé de son plein en plein vide ». Avant, en lisant un tel poème, je me suis concentrée plutôt sur le contenu du poème et la mentalité du poète au lieu de découvrir le poème lui-même. Mais cette fois-ci, j’ai commencé à voir quelque chose d’autre : dans tout le poème, on ne voit jamais une ponctuation, les mots « vide » et « plein » se répètent à un certain ordre, les mots « vider » alterne avec « remplir », lors de la lecture, le lecteur ne voit presque que ces quatre mots, donc comment utiliser ces quatre mots pour composer un poème complet ? quel est le rythme ? dans quelle manière je peux et je veux lire ce poème ? comment mes camarades le lisent  ? puis-je utiliser les mots « bien » et « mal » pour créer un tel poème? Ces sont des questions que je me suis posée pendant la lecture. D’après ma compréhension sur la notion de « l’expérience », l’activité que j’ai fait en ce cours est en fait une expérience réelle sur la lecture littéraire.

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Écoute de soi et de l’autre

La journée d’étude du 16 novembre 2016 s’intitule Expérience d’écoute—pratique et théorie en didactique des langues et des cultures. Cette journée est divisée en plusieurs communications dont la première m’a beaucoup inspirée.
Cette première communication est animée par M. Martin, portant sur la courte expérience pour vivre/penser l’écoute avec le livre de James Sacré: un effacement continué ? D’abord, il nous distribue chacun un poème différent, il faut lire de son coté ce poème et trouver un bon titre, et après, écrire le titre sur une feuille blanche et l’afficher dans l’ordre de page; ensuite, chacun lit à voix haute son titre à la file. C’est assez amusant parce qu’avant tout, il faut trouver un titre—c’est juste un moment d’écouter de soi. Pour moi, c’est le moment où l’écoute est la plus intense. En tant qu’étudiante étrangère, j’ai connu deux stades d’écoute en ce moment: écouter ce que le poète dit en français et le transforme rapidement en langue maternelle—le chinois; écouter, après avoir vite réfléchi, ce que ma tête donne en chinois un titre sur ce poème et le traduit tout de suite en français. Entre-temps, je réfléchis, je vérifie, je juge, je cherche des mots…tout cela est un processus de s’écouter d’après moi. Et après, quand on affiche les feuilles et lisent les titres à voix haute, les différentes voix, les différentes vitesses de la voix, le moment de rejoindre les deux voix, le moment de passer d’un sujet à un autre, tout cela me donne une impression disant “magique” ( j’ai enregistré cette communication et la ré-écouter chez moi): je suis dans une classe du théâtre, on joue ensemble une pièce et chacun a son rôle. A mes yeux, c’est une activité très interessante qui pourrait énormément stimuler la créativité et prêter attention des élèves pendant l’apprentissage d’une langue étrangère, j’en parlerai dans la partie suivante.
On fait ensuite en parallèle deux ateliers, l’un est au but d’associer-monter des hétérogénéités: trois personnes se mettent dans un même groupe avec leur poème, ils lisent ces trois poèmes et choisissent dans chaque poème deux/trois bribes, et les remettre ensemble pour créer un nouveau poème. A la fin, une lecture à voix haute est demandée. J’ai participé à cet atelier, cela me fait penser à une chose: la voix dans la voix. Il existe toujours une voix de l’auteur, mais dans cette voix de l’auteur, peut-il trouver une autre voix ? Pour moi, la réponse est sans doute oui. Et cette voix-là, reflète la valeur d’une oeuvre littéraire ainsi que le plaisir de faire une lecture: en écoutant la voix de l’auteur, le lecteur découvre par soi-même une autre voix intérieure, les critères n’existe pas, on peut interpréter à son goût cette voix. Dans cette activité, le petit poème que j’ai créé en utilisant des fragments des trois poèmes représente ma propre voix, je le fais écouter par les autres tout en écoutant la voix de l’autre. A vrai dire, c’est une expérience inoubliable, et il est sûr que je l’utiliserai à la pratique. L’autre atelier est de trouver des résonances. Les camarades sont divisées en groupe de trois, ils doivent préparer la lecture à voix haute de chacun des poèmes, chaque groupe a trois chaises, puis, deux, puis une et va redire le poème trois fois à sa façon. Je n’ai pas pu participer à cet atelier, mais à mes yeux, c’est un entrainement super-attirant et valable ! Comme dit M. Martin sur la feuille du programme, Il s’est agi de trouver un maximum d’élans vers toujours plus de renonciations pour que le poème ne soit plus un objet mais une énergie, une énonciation toujours en soulèvement d’air vif. On cherche à voir les voix pas seulement multiples, mais par une pluralité ( le pluriel de chaque voix et de toutes les voix ). Ce deuxième atelier possède largement sa beauté esthétique et musicale, en même temps, didactique. Les rythmes font les spectateurs faire attention à la fois à leur propre écoute et à l’écoute de l’autre, il y a une énergie et un sentiment qui se répandent, incroyablement fortes.
J’ai commencé à connaître la relation entre la voix, les textes littéraires et la didactique en master 1, au cours de littérature et enseignement. Je me souviens qu’à la fin du semestre, M.Martin nous a demandé de réciter à voix haute devant la classe un extrait sans ponctuation; l’auteur écrit à sa façon, le lecteur exploite là-dessus la voix de l’auteur et sa propre voix. Voilà quand j’étais au colloque ce jour-là, ce texte est réapparu dans ma tête. Vu que le cours de FLE en Chine est encore à son stade embryonnaire et la qualité de l’intimité occupe une grande place chez des élèves chinois, je me demande, pourquoi ne peut-on pas mettre en place des activés d’écoutes intéressantes pour montrer aux élèves: l’apprentissage de la langue française n’est pas seulement un apprentissage de la grammaire ni des “grands auteurs français ” , il peut se dérouler comme un cours de musique, afin d’apporter à son public une joie intérieure.

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Compte rendu DILTEC 2016: « Les valeurs de l’enseignant de FLE: entre harmonie et dilemme »

Le colloque de DILTEC de cette année s’intitule « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle ». Comme ce qui est signalé dans le titre, le mot « éthique » joue un rôle assez important. Donc avant vendredi dernier, je me suis posé d’abord deux questions: pourquoi ce mot « social » et « anthropologique » est inséré dans l’éducation et à qui s’adresse-t-il ? Grâce à des communications dans ce colloque, j’ai pu porter des idées plus claires dans la tête.
La communication qui m’intéresse la plus s’est déroulée vendredi 21 octobre de 16:00 à 16:15 dans la salle M, animée par Laura Nicolas. Ce discours est au sujet des « valeurs de l’enseignant de FLE, entre harmonie et dilemme ». Il est construit selon moi par deux parties: l’une est l’introduction de la notion « auto-confrontation » , l’autre est plutôt les valeurs de l’enseignant à travers l’entretien d’explication.
Avant tout, elle précise que l’auto-confrontation est une méthode d’analyse de l’activité humaine, et dans sa thèse, elle a fait énormément de travail dedans: elle a choisi une classe comme objet d’études, ensuite elle a filmé des séquences d’activité en cours, et après, elle les a fait voir à l’enseignant et ce dernier devait expliquer et commenter ses actes en cours tout en regardant le film enregistré, en présence d’elle ( l’interlocuteur ). Ainsi, une autre notion est introduite à partir de là: c’est l’agir professoral. Autrement dit, ce sont des actions de l’enseignant verbales et non verbales, et aussi ses motifs, ses intentions, ce qu’il ressent par rapport à ses actions en cours. Celui-ci fait un lien avec notre colloque parce que souvent, dans l’acte professoral, il y a une composante éthique connu ou inconnu. Dans ce cas-là, on dit que l’agir professoral peut effectuer une influence sur l’interaction et le résultat de l’enseignement. En gros, l’entretien d’auto-confrontation propose en effet une occasion à l’enseignant de se rappeler ce qui s’est passé, ainsi que voir ce qui est à améliorer dans son enseignement, « je fais ce que je fais, c’est pour qu’il y ait des progrès ».
Dans un deuxième temps, elle a parlé des valeurs de l’enseignant à travers l’entretien d’explication. Elle a introduit ici un schéma de P. Vermersch. Ce schéma est ci-après:

%e5%b1%8f%e5%b9%95%e5%bf%ab%e7%85%a7-2016-10-29-13-32-34
Il est connu sous le thème d’information satellite de l’action, c’est-à-dire, qu’est-ce qu’on parle de son fait en classe qui ,en réalité ne concerne pas l’action. Il y a deux axes, un axe horizontal et un axe vertical. D’après le professeur, il n’y a pas de lien fort du déclaratif à l’intentionnel en passant par le procédural. Par contre, sur l’axe vertical, il y a un rapport assez fort. Et plus souvent, comme les gens parlent spontanément de leur travail, ils mettent beaucoup d’accent sur cet axe vertical, par exemple, dans quel type d’école, avec quel type d’élève, donner quel type de thème, quelle est la réaction des élèves en cours, etc. Le jugement et le contexte sont donc des éléments complémentaires pour l’information procédurale: pour comprendre le procédural, l’environnement de l’enseignement et les idées subjectives sont utiles. Tandis que sur l’axe horizontal, c’est difficile de savoir la relation et l’effet produit. Car l’enseignement est une activité assez libre, c’est impossible de le cadrer dans certaines théories, et on ne peut savoir non plus si le but pédagogique est atteint après l’action d’enseignement. Pour conclure cette notion qui me semble un peu abstraite, j’ai cité trois phrases dans l’article de Vidalenc Isabelle et Malric Monique, qui disent ainsi: S’il s’appelle « entretien d’explicitation », c’est pour bien indiquer que cette technique d’entretien permet au sujet d’expliciter ce qui est non conscient dans le déroulement de son activité. P. Vermersch a développé une véritable technique d’entretien originale qui aide à l’évocation du passé, à l’émergence de l’implicite, à la verbalisation et à la prise de conscience des compétences, qui écarte les jugements pour se concentrer sur les faits. À la fin de l’entretien d’explicitation, l’interviewer et l’interviewé doivent avoir acquis des informations sur la manière dont ce dernier a réalisé une tâche particulière et même sur les résultats obtenus.
L’auto-confrontation et l’entretien d’explication m’ont éclairés par ses valeurs de s’informer, se corriger et s’améliorer. L’agir professoral est plutôt inconscient, surtout pour un jeune futur enseignant. En cours, on peut confronter des milliers de problèmes, comme celui de l’autonomie, de la liberté de l’élève, de la responsabilité, du besoin d’agir et d’intervenir, de la perte de contrôle de la classe, de la pratique pédagogique, de la rencontre des autres cultures…Comment est-ce que l’enseignement peut prendre en compte de ces questions-là et trouver un bon équilibre entre elles ? comment juger l’acte de l’autre ? comment compromet la culture de l’autre ? comment arriver maximum à un effet positif d’un cours ? Ce sont des questions que je commence à réfléchir en participant à cette communication.
A la fin de ce compte rendu, j’ai mis également un corpus analysé en cours sur le sujet d’auto-confrontation.

20161024_202433

( Dans la colonne de gauche, on voit la transcription de l’action d’une jeune enseignante de FLE en cours; A droite, c’est son propre commentaire. )
Bibliographie:
Vidalenc Isabelle, Malric Monique, Quels outils pour une démarche réflexive dans l’activité de recherche ? dans la revue ¿ Interrogations ?, N°16. Identité fictive et fictionnalisation de l’identité (II), juin 2013 [en ligne], http://www.revue-interrogations.org/Quels-outils-pour-une-demarche,305 (Consulté le 24 octobre 2016).
Wikipédia en français, Entretien d’explication, https://fr.wikipedia.org/wiki/Entretien_d%27explicitation ( consulté le 29 octobre 2016)

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

DIALOGUE ENTRE DEUX ETUDIANTES

C’est un dialogue fictif entre deux étudiantes chinoises, autour de la fixation du sujet et du titre du mémoire. On appelle l’une Y, l’autre M.
En rentrant de la fac à la maison, M lance ce dialogue:
M: Ça va ? tu as l’air stressée!
Y: Bah…franchement, je suis en train de connaitre un moment dur. J’hésite encore devant les deux sujets : les représentations de la Chine dans la littérature de jeunesse et la littérature de jeunesse en cours de FLE en Chine.
M: Mais je me rappelle que la semaine dernière, tu as contacté notre prof et décidé de te diriger vers les représentations de la Chine, n’est-ce pas ? Tu as changé de nouveau d’avis ?
Y: Oui, ce dernier sujet m’a attiré au début par le mot <<représentation>>, j’avais envie d’exploiter les << images>> et les << voix >> dans des textes littéraires francophones qui reflètent la Chine d’hier, d’aujourd’hui, même de futur, ainsi que dans des manuels fle français et chinois, afin de faire des propositions pédagogiques pour les apprenants de fle en Chine. Mais je me suis rendu compte que des difficultés m’embêtent.
M: Pourquoi?
Y: D’abord, mon idée originale, c’est de traiter purement la question de la littérature de jeunesse, j’aimerais bien de l’introduire en cours de FLE à l’université en Chine, ainsi que dans des agences d’éditions pour un public plus large. Mais le sujet des représentations de la Chine dans la littérature de jeunesse me semble plutôt une étude sur la rencontre des cultures, et comme je le réduit au cercle de la littérature de jeunesse, il sera plus difficile de trouver des bons soutiens, des bonnes références et des bonnes bibliographes. Du coup je n’ai pas le courage et l’intérêt de continuer ce travail. J’aimerais bien revenir sur mon idée originale.
M: Je suis quasiment d’accord avec toi, je pense toujours que l’introduction de la littérature de jeunesse à l’université est digne d’être étudiée, surtout en Chine continent. Attends, j’ai une question : est-ce que les contes appartiennent à la littérature de jeunesse ?
Y: Oui, bien sûr.
M: Quand j’étais en échange à Taïwan, on avait le cours de conte dans le département français, alors que ce cours n’existe presque pas dans tous les départements français en Chine continent.
Y: C’est une bonne remarque, peut-être je peux faire au début dans mon mémoire une étude synchronique entre la Chine continent, Hongkong, Macao et Taïwan, afin de rappeler la tendance potentielle  de la didactique du français dans des régions plus développées.
M: Tu as raison, il faut présenter le statut actuel de la littérature francophone en cours de FLE dans notre pays. Mais est-ce que tu peux me préciser ton sujet ? Vue que la littérature de jeunesse est large, qu’est-ce que tu veux vraiment étudier dedans ?
Y: Alors, mon but est d’introduire ce << genre de littérature>> en cours. D’une part, pour aider les apprenants à apprendre la langue française, d’autre part, qui est aussi plus important, c’est de les amener petit à petit dans le monde littéraire. Donc le choix du corpus, les approches de lecture, les formes d’enjeux, les thèmes intéressant le public chinois et les horizons d’attente, toutes ces questions comptent beaucoup dans ma recherche.
M: C’est intéressant. Selon moi, utiliser la littérature de jeunesse pour enseigner la littérature a de grandes potentialités. Tu te souviens que quand on était à l’université, on a utilisé un manuel très ancien, les textes sont plutôt des extraits de << grandes>> oeuvres, comme Victor Hugo, Rousseau, Molière… Il faut admettre la valeur et la richesse dans ces oeuvres-là, mais honnêtement,combien d’entre nous étaient concentrés sur ces textes et bien suivi le prof ?
Y: Voilà, c’est pour ça que je considère la littérature de jeunesse comme une bonne entrée, une entrée pour se plonger dans la littérature, pour aller plus loin, pour donner envie aux apprenants de continuer sur le chemin littéraire. Il faut les guider à faire la lecture, les Chinois font de moins en moins la lecture de nos jours !
M: Haha, << bonne entrée>>, c’est une bonne idée ! Ta problématique est presque apparue !
Y: Oui ! Regarde, il faut communiquer, en moins de vingt minutes, j’ai déjà des idées claires dans ma tête! Une autre question, tu préfère ouvrir un tel cours pour les apprenants de quels niveaux ?
M: En suivant le cours de la littérature de jeunesse, j’ai remarqué que dans la littérature de jeunesse, il y a autant de philosophies et de valeurs que ce qu’on appelle les textes littéraires << normaux >>. Donc ce n’est pas la peine de le classifier par le niveau des apprenants.
Y: C’est ça, ce cours me fait comprendre que la littérature de jeunesse n’est pas si << simple >> que l’on imagine. Ainsi, je pense que mon titre de mémoire temporaire sera : << la mise en place de la littérature de jeunesse en cours de FLE, à l’université en Chine: bonne entrée pour enseigner la littérature. >> .
M: Voilà, les idées sont souvent émergées quand on communique !

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

L’enseignement de la littérature de jeunesse en cours de FLE en Chine: une entrée innovante pour l’enseignement du français et la découverte du monde littéraire

Je n’ai jamais pensé à aller plus loin sur le chemin de la littérature de jeunesse jusqu’à avoir suivi deux cours l’année dernière: le cours de littérature et enseignement et celui de littérature, enfance et enseignement. Différant de la littérature classique, à mes yeux, la littérature de jeunesse pourrait aider les jeunes lecteurs à s’approcher plus facilement de la lecture, à exploiter leur créativité er leur imagination, à la fois leur permettre d’apprendre le français et de connaître la civilisation française d’une façon particulière. De plus, à ma connaissance, en Chine, à l’université, on n’ouvre jamais de cours de littérature de jeunesse pour les apprenants de français, ni dans des collèges ou des lycées. Mais en réalité, il y a de plus en plus de collèges et de lycées chinois qui donnent des cours de français. Cela sera une bonne occasion d’y insérer la littérature de jeunesse.

Mais maintenant, en reprenant les cours, je commence à réfléchir de nouveau mon mémoire…Pareil à ma camarade chinoise Yujing, je suis aussi devant un dilemme: le domaine étudié sera fixé, concernant la littérature de jeunesse en cours de FLE, mais le sujet reste à décider:
1. soit je ferai une recherche simplement sur l’enseignement de la littérature de jeunesse française en cours de FLE, en portant sur les thèmes intéressant le public chinois; le corpus qui pourrait être diffusé en Chine ( en comparaison avec des textes de jeunesse chinois dans le manuel du chinois langue maternelle ); les approches de la lecture; les formes d’enjeux et les horizons de réception;

Le lieu de mise en place du projet sera principalement en France. Je projette d’aller au moins à deux institutions françaises où il créent le cours de la littérature de jeunesse pour observer la classe, y compris le choix du support, les démarches dont le professeur donne un tel cours, la réaction des apprenants, les difficultés potentielles, etc. Parallèlement, je prendrai le temps pour préparer un questionnaire portant sur le choix du support et celui du thème. Ce questionnaire destinera à un groupe des apprenants de français à l’université des études Internationales de Xi’an, Chine et à des lycéeens venant de la même ville mais qui apprennent le français à un âge très jeune. J’espère, à travers ce questionnaire, posséder une idée globale sur les thèmes qui pourraient intéresser les apprenants de français en Chine, et en servir à mon mémoire.

2. Mais à parler franchement, je m’intéresse plus à un autre projet proposé par monsieur Lumbroso, c’est la représentation de Chine dans la littérature de jeunesse. C’est un sujet assez frais mais qui me semble très intéressant et significatif.

D’abord, je me demande déjà ce qu’est la représentation. Vu que l’histoire chinoise est un peu complexe, elle date avant notre ère. Le pays a connu également plusieurs périodes dans son histoire: la Chine antique (avant 1840), la Chine de la première période moderne (1840-1919), la Chine de la seconde période moderne (1919-1949) et la Chine contemporaine (1949-actuellement). Il est intéressant de faire une étude diachronique là-dessus: quel est le premier livre de jeunesse étranger qui mentionne la notion de la Chine? est-ce que la Chine est différente sous les diverses périodes ? quelles sont ces distinctions ?

Ensuite, on bordera sur l’image de la Chine présentée dans ces livres de jeunesse, quels sont les clichés portant sur la Chine d’hier et d’aujourd’hui? sont-ils justes? y a-t-il des phénomènes communs dans ces livres? etc…( à perfectionner )
Après, je préfère mener mes études sur des livres de jeunesse contemporains, puisque la Chine d’aujourd’hui possède une place particulière dans le monde: la population est large, la qualité de la vie s’est beaucoup plus élevée mais l’écart entre le riche et le pauvre existe encore, en un mot, un pays qui possède pas mal de problèmes sociaux mais qui développe sans cesse. Je m’intéresse beaucoup dans ce cas-là, au point de vue que l’extérieur possède sur ce pays, et comment il les raconte à des Jeunes.
A la fin de cet article “lourd”, je voudrais poser des questions. La représentation de Chine est un thème que j’ai réfléchi dès la semaine dernière, il existe actuellement des difficultés qui m’embêtent:
A. Est-ce qu’il est obligatoire de le mettre en relation avec la didactique de langue?
B. Est-ce que vous pouvez m’aider à trouver une bonne bibliographie pour soutenir ce deuxième thème?
C.  Les livres de jeunesse étrangers seront les objets étudiés principaux, les livres de jeunesse chinois ne servent qu’une référence, comment vous en pensez?
Je vous remercie par avance de me donner vos conseils!

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

La clé de l’écriture

Bruno Latour  mentionne dans cet extrait une phrase qui me semble très importante : il n’y a rien à découvrir de plus grandiose, et il n’existe pas de raccourci. Voilà la clé de l’écriture d’après moi: l’écriture n’est pas une tâche difficile même pénible, quand l’on sait bien observer et percevoir ses environs, ramasser des informations utiles dans la vie quotidienne et partir d’un point proche de la réalité, tout le monde aura la capacité d’écrire un bon article. En un mot, il ne faut jamais viser trop haut pour ses faibles moyens. C’est dans ce cas-là que les quatre carnets me paraissent beaucoup plus décisifs. Parce qu’ils sont basés sur la vie réelle, sur nos actes de lecture, et sur nos capacités de compréhension.

Pendant un âge très jeune, j’étais formée à utiliser les deux premiers carnets pour m’améliorer à écrire en chinois, mais jamais n’ai-je essayé d’écrire des essais ad libitum et de vérifier ma réception à travers ma propre écriture. Donc cet extrait m’attire plutôt par ses deux dernières méthodes. La collection des données est nécessaire, mais il faut que l’on résume, de temps en temps le sens des informations référencées, et son lien avec l’écrit final, plutôt le mémoire de fin d’année. Si non, avec le temps passé, il risque d’oublier le motif de noter telle phrase. Par conséquent, avoir à portée de main un carnet destiné aux essais d’écriture et un carnet pour consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sont indispensables pour la réussite d’un mémoire.

Donc pour me débrouiller mieux au mémoire de fin d’année, je préfère organiser mes carnets à travers ces aspects suivants:
Le premier carnet est pour noter les cours que je suis pendant ce semestre ainsi que les conférences, les colloques auxquelles j’ai envie de participer; noter mon organisation du temps pour consacrer assez de temps à la préparation du mémoire ; noter la problématique étudiée et le plan du mémoire, essayer de la perfectionner, l’embellir tout au long du semestre en suivant les cours et les conférences; noter toutes les bibliographies qui sont utiles pour mon mémoire; réfléchir sans cesse le lien entre les sujets parlés pendant les séances, dans le livre et mon sujet recherché.
Le deuxième carnet est pour collecter les données. Noter immédiatement mes idées dans la marge d’une façon simple et claire, cela peut être réalisé avec le français ou ma langue maternelle.

Le troisième carnet est dans le but d’écrire des comptes rendus après la lecture, tenter de reformuler, détailler, mettre en ordre les idées des auteurs, également les idées personnelles. Je préfère réaliser ce carnet en ordinateur.
Le quatrième carnet seront servi pendant les entretiens avec mon directeur de mémoire, ainsi que les échanges avec des interlocuteurs qui pourraient me donner des idées intéressantes sur le sujet étudié, en même temps, il pourra aussi être utilisé lorsque je fais des enquêtes sur place.

En tant qu’étudiante étrangère, il me faut toujours préparer un dernier carnet consacré à noter des mots et des expressions inconnus que je rencontre dans les livres et dans la vie quotidienne, pour les appliquer dans mes écrits.
Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 195

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts