Tous les articles par MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

La créativité en classe de FLE

Être créatif en tant qu’enseignant de français est avoir l’habileté de créer un cours motivant à partir des éléments disponibles dans le contexte éducatif. Il s’agit de faire le meilleur pour exploiter le plus que possible les ressources disponibles qu’on a en classe, de créer des activités inattendues et de savoir s’en sortir si elles ne donnent pas les résultats prévus, de promouvoir la créativité chez l’apprenant en donnant l’exemple, de montrer une pensée ouverte et un esprit jeune, de ne pas s’interdire de proposer une activité en classe juste parce qu’on pense d’avance qu’elle pourrait être perçue comme non productive.

En effet, il s’agit d’une qualité chez nous en tant qu’apprenants et de l’attitude qu’on a face un groupe de classe de vingt ou trente personnes ; des explications qu’on donne à des questions comme « à quoi ça sert de jouer en classe ? », des solutions qu’on trouve quand on a oublié d’apporter les fiches de l’activité ou bien quand on n’a pas disponible la radio ou l’ordinateur. Il s’agit aussi des changements de directions qu’on donne aux activités quand on remarque qu’elles pourraient nous causer des ennuis majeures. Je pense qu’être créatif ce n’est pas seulement connaître la théorie, c’est de la vivre dans la pratique, dans la contrainte, dans la réussite de nos activités, dans le rire produit, dans l’ambiance de classe qu’on développe, dans les bons résultats qu’on obtient ou dans l’attitude qu’on a vers les mauvais résultats.

Je considère que si l’enseignant s’enferme dans la quotidienneté donnée par une méthode avec des exercices de remplir des espaces en blanc, il peut tomber dans le désespoir quand ses étudiants ne peuvent même pas produire un petit discours oral ou écrit, ou quand ils n’arrivent pas à s’en sortir dans des situations de communications réelles. L’enseignant doit être créatif car le processus d’apprendre une langue, étant un processus dans lequel l’imitation joue un rôle important, demande de la créativité de l’enseignant pour détendre l’ambiance de classe, baisser le filtre affectif et laisser que les apprenants se sentent à l’aise avec leur participation dans des activités qui peuvent ne pas avoir aucune utilité apparente dans leurs vies, mais qui vont leur donner de la confiance en eux même et en leur groupe. Il s’agit d’une confiance nécessaire pour arriver à apprendre la nouvelle langue et à la faire une partie de leurs vies. Si l’apprenant est déjà créatif, on a un plus dans la salle de classe, au contraire, s’il ne l’est pas et on arrive à leur faire découvrir la créativité chez eux de manière amusante, on aura donc atteint notre objectif de promouvoir la confiance chez eux pour qu’ils puissent se sentir à l’aise avec leurs participations en classe. Probablement pour beaucoup d’entre eux, le cours de langue est l’opportunité parfaite pour mettre en pratique ce côté jeune qu’ils ont oublié à cause de leur âge, de leurs responsabilités, de leurs soucis personnels, mais l’enseignant doit être capable de sortir l’apprenant de son contexte et de l’insérer dans un environnement d’apprentissage productif et en plus créatif et amusant.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Colloque DILTEC 2016

Entre la rencontre des étudiants du M1 en Didactique du FLE et du M2 de différentes spécialités, des professeurs de la Sorbonne Nouvelle Paris 3 et d’autres universités de différentes régions de France et de l’étranger; et des participants du colloque, il y a eu de éléments importants retenus qui invitent à la réflexion pour nos futurs Mémoires. En effet, des sujets comme les langues régionales, l’identité régionale et linguistique, l’enseignement interculturel, la pédagogie coopérative, l’altérité, les relations humaines, l’autonomie de l’étudiant, l’étudiant comme acteur social, la décentration, l’empathie, entre autres, ont attiré mon attention gráce à leur relation directe avec les réflexions qu’on a déjà eu pendant le M1 et qu’on continue à avoir en M2 autour de la didactique des langues, du côté social et culturel des langues et du rôle de l’enseignant dans la promotion de l’interculturalité en classe du FLE. Ainsi, il m’a fallut juste une demie journée pour avoir beaucoup d’éléments à ajouter à mes réflexions.

D’un côté, l’étude des langues régionales nous mène à réflechir sur des dimensions officielles, sociétales et personelles qui rendent possible ou pas l’utilisation de ces langues dans différents contextes et avec des degrès de liberté et d’oppression différents. L’étude fait par RIVIECCIO sur « L’enseignement des langues régionales à l’école: enjeux moraux et éthiques » nous a fait nous questionner par rapport à la mésure dans laquelle on peut se permettre d’étudier un contexte de langue régionale et de sortir des résultats quand on n’appartient pas à cette région, on ne parle pas cette langue régionale et on des entretiens pour essayer de sortir des explications. Il y a eu en effet une question qui a été posée par une des personnes du public qui a inviter tant l’auteur de la recherche que le public à penser au fait de ne pas parler une langue régionale et d’essayer de sortir des résultats d’un nombre de cas étudiés en sachant que si l’entretien aurait été fait en langue régionale en Italie et en France, probablement les réponses auraient pu être différentes et apporter des idées et de questionnements différents. Cependant, ceci fera partie des implications de la recherche et des contraintes qui invitent à se poser des questions de ce type pour les sujets de recherche à venir. A la fin de la présentation, l’auteur réagit en disant que cette remarque est pertinente et qu’il est vraie que les questions posées aux enfants parlant breton et sardre (Pourquoi vous avez choisi d’étudier la langue bretonne?; pourquoi non?; Voudriez-vous étudier le sardre à l’école?…) auraient pu avoir d’autres directions si elles auraient été posées en langue régionale; à nous de prendre en considération ces remarques pour nos futurs Mémoires. Après tout, l’évidente nécessité d’intégration des personnes qui parlent les langues régionales, la crainte d’une perte d’identité chez eux, le poids de l’identité, lourd à porter, et la fidélité au choix parentaux représentent des points importants à accrocher à nos réflexions en tant que professeurs de langues.

D’autre côté, l’étude fait par BOUZNAKARI sur « L’enseignant du FLE: un médiateur interculturel entre le discours prescriptif et la pratique effective » nous a invité à réfléchir sur des éléments culturels nécessaires à être inclus dans la classe de langue avec des composants historiques et anthropologiques. En plus, elle parle de l’apperture que peut promouvoir le fait de travailler des universelles singuliers, comme elles les a présentés, des thèmes comme la démocratie et la citoyenneté, le civisme et l’altruisme, dans lesquels les rapports de dominations soient d’une importance minimale en relation avec le pouvoir d’inclusion et le point commun que ces sujets peuvent créer en classe des langues. Dans ce sens, l’altérité, l’empathie, le développement de la personnalité, le respet de l’autre, la décentration, la pédagogie coopérative et la dimension humaine seront les facteurs promoteurs d’une pratique effective et éthique dans l’enseignement des langues.

 

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

RDV avec mon Directeur de recherche

  • Bonjour Anderzon!
  • Bonjour Grecia, juste à l’heure pour aller prendre un café et parler un petit peu du Mémoire, vous avez reçu mes commentaires?
  • Oui, oui, en effet j’allais répondre le mail avant avec mes commentaires à vos suggestions, mais je me suis dit que ce serait mieux d’en parler en direct.
  • D’accord. (Après dix minutes… plus réveillés tous les deux avec le café)
    • Alors Grecia dis-moi, ça va le Mémoire? Je voudrais bien qu’on change la manière de présenter les résultats, ces titres attirants comme on t’a recommandé de faire en Méthodologie, ça va, mais je crois qu’il faudrait les présenter et organiser différemment. En plus, vous essayez de condenser les résultats en trois grandes catégories et vous risquez de les mélanger, il faudrait donc les traiter séparemment et plus précisemment.
  • Oui, mais je voulais organiser les résultats en fonction des catégories qui ont surgi des trois questionnements de ma recherche et que les titres soient attirants, qu’ils réveillent le besoin d’être lus.
  • D’accord, mais je crois qu’il faut être plus précis et ne pas trop s’éloigner de comment les catégories sont nommées par rapport au trois questions de départ, sinon tu risques de faire que le lecteur de l’étude se perde.
  • Ok, c’est juste qu’avant vous me disiez que j’étais trop institutionnalisée et que je suivais trop les règles établies au cours de méthode et maintenant qu’il y a quelque chose de positif avec le cours, c’est-à-dire les titre attirants, alors vous me demandez de les changer et d’être plus précise et plus… comment dire, un peu carrée je dirais. Excusez-moi.
  • Oui je sais, mais… ce qu’on va faire c’est qu’on va essayer d’organiser au fur et à mesure les résultats en fonction des catégories et avec des titres et sous-titres bien précis et puis on verra si on peut les nourrir avec des détails, ou comme vous dites des titres attirants.
  • Parfait, je commencerai donc comme ça et aucun soucis je vous écrirez pour savoir si vous êtes d’accord ou pas avec ma proposition de plan de présentation des résultats.
  • Envoyez-moi un index provisionnel de présentation de vos résultats aujourd’hui et je vous réponds si ça va ou pas.
  • Bon, à la semaine prochaine donc. Merci beaucoup prof.
  • Avec plaisir Grecia, courage et pas de panique, tout va bien se passer, c’est presque la fin.

(Deux jours plus tard le Directeur accepte le plan de présentation des résultats avec les 10 titres et 12 sous-titres en total. Une semaine et demie plus tard, 30 pages d’écriture après, sa réponse dans un mail…)

… Bonjour Grecia,

J’ai bien reçu le mail avec la première moitié du chapitre des résultats et même si c’est très bien présenté et que vous avez fait un effort pour être bien précise et détaillée avec les titres, il me semble qu’il y a beaucoup de titres et ceci pourrait faire que pour chaque catégorie présentée il y ait des explications qui devront se répéter dans d’autres catégories. Ceci dit, il ne serait pas correct du point de vue méthodologique, car chaque catégorie doit être précise et ne pas être juste une adition d’une autre catégorie, sinon ce serait une sub catégorie. Pensez donc à synthétiser et bien organiser les résultats de nouveau. Envoyez-moi la première partie refaite le lundi.

Cordialement,

Anderzon

(Vendredi soir… et voilà la panique…)

 

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

L’immersion socioculturelle et le développement de la compétence communicative

Grecia MORENO

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (France)

 

Cette étude a permis de décrire et analyser la relation entre l’immersion socioculturelle d’un apprenant et le développement de sa compétence communicative en FLE dans ses productions orales et écrites. L’analyse de la pertinence de cette immersion comme complément des cours de FLE dans un institut privé à Paris pour des apprenants participants a été analysée à partir des observations naturalistes, de la prise de note dans des carnets de recherche, de la réalisation des entretiens au début, au milieu et à la fin de l’étude et de la réalisation de quelques DST (devoir sur table) oraux et écrits. De cette manière on a pu travailler sur la place de l’immersion sociolinguistique dans le développement de la compétence linguistique, socioculturel, pragmatique et discursive des apprenants en FLE (Hymes, 1971 ; Canal et Swain, 1980) et la relation étroite entre langue et culture évidente dans le processus d’adquisition du FLE (Boas, 1940 ; Sapir, 1968).

Bibliographie

BOAS Franz, 1940, Race, Language and Culture, New York, Macmillan.

Canale, M. y Swain, M. (1980). Theoretical bases of communicative approaches to second language teaching and testing. Applied Linguistics 1(1): 1-47.

Hymes, D. (1971). On Communicative Competence. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.

SAPIR Edward, 1968, Linguistique, Paris, Gallimard.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Débit de données: énorme. Risque de perte de détails essentiels: considérable. Alors, classons nos données!

Entreprendre un travail de recherche est si complexe et demande autant de la part du chercheur qu’au moment de commencer il est indispensable de bien organiser les données reçues tout au long de la réalisation du projet. En effet, le débit d’information reçue à partir du moment où l’on commence une recherche est considérablement important et il faut être préparé pour savoir le gérer. Latour (2006) propose l’utilisation de ce qu’il nomme « carnet » comme moyen de stockage et classement de l’information d’entrée de la recherche pour faciliter au chercheur son futur travail de synthétisation et organisation des données. Particulièrement, je considère que la mis en pratique de cette démarche de classement de données permet de gagner du temps dans la recherche puisqu’on sera sûr et certain d’où on a gardé les informations et de ne pas perdre le moindre détail qui puisse être bénéfique pour notre recherche. A vrai dire, il y a quelques années, lors de la conception, développement et finition d’une recherche dans le domaine du FLE, j’ai eu la chance et le défit de travailler avec des données orales à travers des enregistrements audiovisuels des sessions de classe et je notais tout ce qui se passait dans la classe dans un « diario de doble entrada » (Villalobos, 1999) ou journal de double entrée avec des informations précises recueillies de la classe et à côté droit mes impressions et celles que je pouvais percevoir des participants . J’avoue que la collecte, le classement, la synthétisation et la systématisation de ces données recueillies pendant un semestre m’ont enseigné qu’il ne faut jamais oublier de noter le moindre détail et que des fois cette collecte doit être renforcée par deux caméras si possible afin d’éviter la perte de données importantes qui donneront lieu à des commentaires dans les limitations trouvées dans la recherche et les implications dans le traitement des données et les résultats. Pour cette raison, la proposition de Latour (2006) de quatre carnets 1 Carnet de Bord, 2 Carnet de collecte d’information, 3 Carnet d’essais d’écriture et 4 Carnet des effets sur l’autre de notre recherche me semble pertinente et essentielle pour mener à bien notre recherche avec le moins de risques de perte de données indispensables possibles.

Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Villalobos, J., La investigación cualitativa y algo más… Teoría y práctica en las lenguas extranjeras. Venezuela: Talleres Gráficos, ULA, 1999.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Immersion ailleurs?

L’immersion  sociolinguistique et culturelle à l’air d’être le médicament conseillé pour arriver à bien connaître les subtilités de la langue qu’aucun bouquin ne peut présenter. Quand on vit la langue étrangère jour par jour, dans la vie quotidienne et au milieu académique, on se rend compte que la richesse de cet apprentissage conscient mais plus particulièrement inconscient n’a aucun rapport avec l’apprentissage d’une LE à l’étranger, plus précisément, l’apprentissage du FLE à l’étranger. Ceci dit, je me pose la question sur l’importance du contact direct avec la langue étrangère comme « conseil » presque « obligation » pour que les apprenants arrivent à bien connaître, parler, vivre et partager la langue en question. Il faut donc essayer d’apporter un peu de la France en classe ?, mais pour les professeurs qui n’ont pas eu de chance de vivre en France et d’avoir un contact direct avec la langue, culture et société françaises, est-ce qu’ils sont condamnés juste à guider les étudiants dans leur apprentissage de la forme, du niveau linguistique, des règles grammaticales et, de l’autre côté, ils devront juste se contenter de parler moyennement de ce qu’ils peuvent connaître à travers les médias, les écrits ? Je ne voudrais pas donner de réponse, mais je connais un peu la réalité des profs à l’étranger et il est certain que les opportunités ne sont pas du tout les mêmes pour tous, alors nos bagages socioculturels de la langue à enseigner n’est pas probablement si riche comme il est nécessaire. On pourrait dire qu’il n’est pas suffisant de connaître un peu de littérature fraçaise et francophone, de lire les journaux, de feuilleter des pages de manuels, d’avoir quelques cours de culture et société françaises pour pouvoir parler du « français » comme LE et des « Français » qui la définissent aujourd’hui.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts