Tous les articles par Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

Et pourquoi pas un schéma…

Mme Spaëth, ma directrice de recherche m’a conseillé lors d’un entretien en janvier, d’essayer de résumer ma pensée par des schémas. Je vous avoue que sur le moment, l’exercice m’a fait un peu peur car je ne voyais pas comment un schéma pourrait représenter mes idées.

Lors d’un groupe d’étude avec des amis, un collègue a improvisé un schéma pour expliquer son propos alors que ce n’était pas prévu. Son dessin était tellement clair qu’il s’est appuyé dessus pendant toute sa démonstration. Il a réalisé à la fin de sa présentation qu’il devait intégrer ce petit schéma dans son mémoire. Puis j’ai essayé, en me disant que je n’y arriverais pas. Et effectivement, ce n’est pas mal du tout pour illustrer ce que je voulais expliquer. En représentant les idées par des formes et en les reliant entre elles, ça me parlait.

Tout d’abord, c’est intéressant sur la construction du récit du mémoire. Un schéma permet de casser l’écrit, de faire une pause dans la lecture. Sa disposition permet d’aborder un point de recherche d’une nouvelle manière. Un bon schéma se comprend intuitivement. Entre plusieurs paragraphes, un schéma permet d’aérer la page et laisse au lecteur un temps de repos. C’est une méthode créative d’exemplifier notre propos et de plus, ça démontre un réel effort de synthèse de notre pensée.

Néanmoins, je ne peux vous présenter mon schéma encore car mon travail dessus n’est pas fini. Je le montre à des camarades et amis pour voir s’ils comprennent au premier coup d’œil ce que je souhaite démontrer. Le titre du schéma est tout aussi important, car c’est lui qui explique l’argument.

Je ne peux que vous inviter à essayer cet outil qui vous aidera dans la construction de votre récit.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Pour se changer les idées…

Chers camarades,

En ce moment au Petit Palais, deux expositions susceptibles de vous intéresser.  La première sur Oscar Wilde. On y apprend comment l’homme s’est constitué critique, esthète et homme de lettres. L’exposition se divise entre lettres, manuscrits avec envoi et tableaux de peintres qu’il a eu l’occasion de croiser au cours de sa vie et qu’il a critiqué, positivement ou non, avec ironie ou non.

Cette association entre tableaux et citation de critique le concernant est d’ailleurs sublime. La plume de Wilde est si belle qu’on se doit de relire parfois plusieurs fois la phrase pour comprendre si le commentaire est positif ou négatif. Un bel exercice de style. J’en sors quelques idées d’activités pédagogiques à utiliser en classe de fle.

Le seconde exposition, avec beaucoup moins de file d’attente concerne l’art de la paix. On peut y découvrir les archives du ministère des affaires étrangères. Des documents fabuleux. Le plus ancien est le serment de Strasbourg de 842, qui je pense nous avons tous étudié l’impact sur la langue française. Bref, on y apprend sur les relations diplomatiques de la France avec le reste du monde. Et relation politique va beaucoup de fois de pair avec politique linguistique…

http://www.petitpalais.paris.fr/expositions/en-cours

attention, ces expositions se terminent le 15 janvier.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Entretien improvisé, état des lieux obligé

Février, troisième étage du 46 rue Saint Jacques, devant l’ascenseur

Professeur – Tiens Brieuc, Que faites-vous là ?

Élève – Bonjour, je passais récupérer un papier pour participer à un stage qui commence la semaine prochaine.

P – D’accord. Mais dites-moi, vous n’avez pas répondu à mon mail la semaine dernière. Celui où je vous demandais de m’envoyer un rapport sur le plan que vous comptiez mettre en place pour votre mémoire ainsi que la version actuelle de la bibliographie.

E – Oui, désolé, j’ai vu le mail. Je ne vous ai pas répondu car je n’étais pas sûr de quoi vous envoyer.

P – Comment cela pas sur ? Vous envoyez ou vous travaillez pour ensuite me l’envoyer. Dans tous les cas, vous me tenez au courant quand je vous demande des comptes rendus.

E – Je comprends bien, je m’excuse de ne pas l’avoir fait.

P – Répondez-moi franchement Brieuc, êtes-vous en ce moment à cent pour cent dans le travail de recherche ?

E – Honnêtement madame, non. On a beaucoup de temps libre pendant ce semestre officiellement consacré au mémoire. Moi, ça m’angoisse car j’essaye en même temps d’imaginer ce que je vais faire l’année prochaine. Après le M2, je suis censé être sur le marché du travail, et je ne sais pas très bien pour l’instant où aller. L’étranger ? En France ?

P – Effectivement qu’il faut y réfléchir dès maintenant. Mais ne perdez pas de vue que le mémoire vous permet d’atteindre le niveau bac +5. Ce n’est pas rien sur le C.V. Il pourra faire la différence plus tard quand vous postulerez.

E – J’en suis bien conscient. Mais la réflexion pour l’instant est que je ne sais même pas sur quels types de poste je souhaite postuler.

P – Tout d’abord, permettez-moi de vous proposer de partir de Paris, où, comme nous pouvons le voir par la fenêtre, le temps est mauvais. Et ce depuis octobre.

E – Oui c’est sûr, je quitterai Paris.

P – Bien. Et puis avant la Mongolie, vous avez déjà vécu un an à l’étranger. Je pense qu’un endroit au soleil est mieux que tout. Maintenant, avant de faire ça, il faut se remettre dans votre mémoire. Jusque-là, vous êtes bien parti. Il faut continuer à vous y investir comme vous le faisiez avant. Quand je vous demande des rapports sur vos avancées, ne le prenez pas avec pression. Si vous n’y êtes pas encore, prévenez de vos retards et expliquez sur quoi vous travaillez en ce moment. Consacrez-y un peu de temps tous les jours. Lectures, repos, rédactions. Parlez-en avec vos camarades, prenez de nouveaux points de vue. Mais échangez à propos. D’accord ?

E – Oui Madame. J’essaye de vous envoyer ce que vous avez demandé au plus tôt. D’ailleurs j’ai une question sur l’établissement des SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle) dans les ambassades…

P – Très bien mais là en fait je n’ai pas le temps, j’en suis désolé. Mettez-moi votre question dans votre mail de ce soir et dès demain j’y répondrai d’accord ?

E – Très bien je n’y manquerai pas. Au revoir.

P – Au revoir à vous aussi.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Éducation e(s)t propagande

Parmi tant d’autres, cette formule fait partie des phrases entendues lors du colloque éthique et responsabilité de la didactique des langues au XXIème siècle. Elle fut prononcée par Mme Dora Bassi, de l’université de Tunis qui intervenait sur le thème suivant : les tabous et dérives en cours de Fle : enseigner la civilisation en période de transition politique.

Cette formule-titre ouvre au débat. Quelle éthique l’enseignant doit-il avoir vis-à-vis des évènements contemporains ? Quelle est sa place et son rôle entre un pouvoir étatique, ses propres convictions et son public ? Doit-il intervenir ou non ?

Mme Bassi avance plusieurs points de réflexion. Elle a pris appui sur son propre contexte : la Tunisie, où, depuis le printemps arabe de 2011, une transition politique et peut être plus vaste s’opère. C’est donc un contexte ou l’enseignant, selon elle, adopte une posture et une légitimité tout aussi importante que des figures politiques ou même religieuses. Ainsi, les universités tunisiennes deviennent des lieux de débat aptes à aider les transitions. Et dans ces débats, la découverte des civilisations de pays aux langues étrangères revêt un support, un apport de connaissances et d’idées.

Pour autant, cet apport peut-il s’apparenter à de la propagande ? L’Histoire nous a montré et nous montre encore bien des situations ou l’éducation est employée à des fins politiques et à conditionner l’être humain. Il est de notre devoir donc de questionner perpétuellement ce que nous enseignons et quels sont les valeurs, les images véhiculées et sous quels aspects elles sont représentées. C’est une question d’éthique. Permettre la critique sans conditionner. Mme Bassi a très bien souligné ces problèmes où la limite entre questionnement et conditionnement est parfois infime. Elle propose, pour aider au discernement de cette limite de toujours garder en mémoire qu’une action sur l’affect peut être un danger, quand une action sur l’intelligence peut être un bénéfice.

Cela fait partie, pour nous futurs enseignants, de notre responsabilité.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

FLE en Mongolie : un contexte nouveau et difficile ?!

L’enseignement du français en Mongolie est actuellement en plein renouveau. 2015 fut l’anniversaire des 50 ans des relations diplomatiques entre ces deux pays. À cette occasion fut créée un poste de Conseiller en Coopération et Action Culturelle. Cette année spéciale entre ces deux pays donna l’occasion de réécrire objectifs des politiques linguistiques et culturelles de l’ambassade de France pour permettre à un plus large public mongol d’apprendre la langue de Molière ainsi que de découvrir la culture de l’Hexagone.

Ce mémoire est axé sur les relations culturelles et linguistiques que la France développe en Mongolie. Dans cette optique, nous nous intéresserons aux notions de soft power, de zone d’influence qui sont aujourd’hui très importantes dans les relations diplomatiques internationales. Nous verrons en comparaison comment d’autres langues sont aussi présentes sur le territoire mongol et comment elles s’implantent, avec succès ou non.

Ensuite nous essaierons de voir quels sont les rapports entre culture et langue et leur importance dans l’établissement du français en contexte mongol. Plus que la situation à la capitale Oulan-Bator où l’Alliance Française est présente, c’est en me basant sur mon expérience de lecteur de l’université d’Etat de Khovd dans l’Ouest de la Mongolie que j’étudierais les relations entre cultures et langues pour développer le français et donc la représentation de la France.

Il y a donc deux thématiques que je souhaite aborder dans ce mémoire

  • La place des politiques éducatives et culturelles françaises à travers le monde et leurs réalisations spécifiquement en Mongolie
  • Les spécificités de l’enseignement du FLE en contexte mongol

Une de mes premières difficultés concerne la bibliographie. En effet, ce contexte est très pauvre en documentation. Néanmoins, je ne désespère pas et travaille en relation avec l’ambassade de France en Mongolie et l’Alliance Française de Mongolie. Les sept mois restants ne vont pas être de trop pour la réalisation de cette tâche.

Première bibliographie :

CHAUBET F., La culture française dans le monde 1980-2000, L’Harmattan, 2010

CHAUBET F., Histoire de l’Alliance Française, L’Harmattan, 2006

BEACCO J-C, Ethique et politique en didactique des langues, Didier, 2013

COLONNA R., BECETTI A., BLANCHET P., politiques linguistiques et plurilinguismes, L’Harmattan

MONTENAY Y., SOUPART D., La langue française : une arme d’équilibre de la mondialisation, Les belles lettres, 2015, Paris

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Tant qu’il y en a un pas loin

Latour prône quatre carnets, chacun avec une entrée différente. Chronologique, thématique, divagations et avis extérieurs. Aussi ses poches doivent être pleines et sa mémoire toujours à chercher dans quel carnet se trouve tel mot, tel citation ou autre date. L’avantage serait une organisation optimale. Encore faut-il l’avoir, cet esprit organisé qui permet la tenue de quatre carnets.

Je me limite pour ma part à un carnet, constitué de plusieurs carnets, même plus de quatre, mais disséminés parmi mes sacs à dos, de manière à en avoir toujours un à portée de main. Je les laisse traîner, retombe dessus plus tard. Une date et la note en question.  L’idée revient dans mon esprit. Je les laisse faire leurs chemins, y repense, les relis, les raye ou les entoure en rouge si elles prennent en importance. Mes notes se classent d’elles-mêmes. Si elles deviennent importantes, elles ressortent du fouillis des carnets qui sont au final, l’incarnation du fouillis de mon cerveau.

C’est donc un seul un seul recueil. Il rejoint le chiffre quatre de Latour par sa division et c’est tout. Il sert d’agenda, de dictionnaire, de récapitulatif, de créations, d’observations, de divagations. Il y a des interludes humoristiques, des croquis, des schémas…

Le plus important avec mes carnets, c’est que je les sache près de moi, au cas où.  Dans la poche de la veste, dans le sac, sur le bureau. Je laisse traîner stylos et crayons pour la même raison. L’idée ne peut pas s’échapper, la citation, la référence restent dans les carnets .

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, p. 194-197.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts