Tous les articles par Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

SESYLIA / DILTEC 10 février

Si vous êtes intéressés par les axes de coopération entre le DILTEC et SESYLIA, voici le programme et les informations pour la réunion de vendredi 10 février (il s’agit du message envoyé par Claire Tardieu, l’organisatrice, professeur de didactique anglaise) :

Cher.e.s collègues,

Ce message pour vous rappeler que le 10 février prochain, à l’Institut du monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris, en salle 16 de 10h à 13h,  nous accueillerons nos collègues du DILTEC Valérie Spaëth (directrice) et Muriel Molinié (Dilfop : didactique des langues, formation et plurilinguisme) pour un partage de nos travaux et des échanges que nous espérons fructueux pour l’avenir.

Nous proposons l’ordre du jour suivant:

10h : Accueil et introduction de l’axe didactique de Sesylia

Présentation des membres et des thématiques de recherche

Présentation des projets collectifs

Publications, dissémination, événements

Questionnements et perspectives

11h : Présentation du DILTEC et du Dilfop

12h: Echanges

12h45 Buffet partagé

14h00 Fin

 

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Connaissez-vous Ariel Spiegler ?

Ariel Spiegler est une jeune poète née en 1986 à Sao Paolo.

Son premier recueil, C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment, paraîtra samedi 21 janvier aux éditions de Corlevour. En attendant, je dépose ici deux de ses poèmes :

J’ai mis ton chien dans mon poème.
Il y a bavé très longtemps.
Je pense à des dimanches blêmes
d’hiver où il pleut doucement,
au mois de mai qui veut qu’on aime
et qu’on embrasse son amant.
Le temps me fait peur à tourner.
Je veux sortir de la semaine
et voler éternellement.

 

Nous tanguons au clapot des choses.
Écho de leurs couleurs, le bruit
– est-ce tristesse ? – nous repose.
On est une rue de Paris,
à l’air du soir où les gens causent.
Deux grassouillettes réjouies
marchent le long des portes closes,
et vont en désirant la vie.

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

« La moindre des choses », Nicolas Philibert

 

la-moindre-des-choses

Dans le cadre de son séminaire Littérature et enseignement, Serge Martin invitait le 5 janvier 2017 Maël Guesdon à présenter son travail de thèse sur le concept de ritournelle chez Deleuze et Guattari.

A ceux qui voudraient mieux connaître le contexte de travail de Guattari, soit la clinique psychiatrique de La Borde évoquée par Maël Guesdon, je recommande le visionnage du documentaire La moindre des choses. Réalisé par Nicolas Philibert (également auteur du documentaire Etre et avoir) en 1996, le film suit les pensionnaires et le personnel soignant de l’établissement. Comme chaque année, ils préparent une représentation théâtrale. Cette année-là, il s’agit d’une œuvre de Witold Gombrowicz, Opérette.

Cette expérience artistique est aussi ponctuée par les ritournelles proposées par l’accordéoniste accompagné des pensionnaires, chanteurs ou instrumentistes, qui semblent ainsi sortir de la stéréotypie verbale comme enfermement pour entrer dans une ritournelle collective, ouverte sur l’extérieur et la rencontre avec l’autre.

Le film est disponible en intégralité sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=CKJp9JLqTkY

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Prêche pour la paroisse étymologique

Merci à Frédérique Aiddid (M2 DFLE Spécialité 2) qui est à l’origine de ces réflexions

bougie

Si le plurilinguisme est généralement valorisé aujourd’hui, toutes les langues ne bénéficient pas du même capital en termes de prestige social.

Les langues arabes, et particulièrement l’arabe maghrébin qui est dans une situation de diglossie dans plusieurs pays du Maghreb, ne sont pas seulement mises au ban d’un enseignement formel. Elles sont souvent aussi interdites dans la classe et l’école, contraintes de circuler en cachette dans les couloirs et absentes de l’espace public en France.

Cette mise au ban dans le contexte post-colonial contemporain participe à perpétuer une violence psychique qui finit par faire intégrer à celles et ceux qui la subissent que la langue qu’ils/elles parlent est une langue inférieure.

Dans le quotidien de la classe, pourtant, beaucoup de matières enseignées à l’école élémentaire peuvent donner lieu à des valorisations de la langue arabe qui, derrière l’anglais et l’italien, est la troisième source d’emprunt de la langue française.

La classe de français, mais aussi de mathématiques ou d’autres disciplines encore peut être l’occasion de mettre en valeur la langue arabe à travers un travail sur l’origine des termes. D’abricot à zéro en passant par algèbre, algorithme, nénufar, sarbacane, magasin, etc., la langue française compte deux fois plus de mots d’origine arabe que d’origine gauloise !

Pour approfondir le sujet, voir le Dictionnaire des mots français d’origine arabe de Salah Guemriche (Editions du Seuil, coll. Points, 2007).

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Les discours médiatiques en classe de langue

21 Octobre 2016, 11 heures 15. Mon attention commence à entamer sa descente. D’autant que la conférence d’ouverture dans laquelle il était question de neuroscience n’a pas vraiment favorisé ma concentration. Mais lorsque commence l’intervention « Pour une éthique des textes et des discours médiatiques en classe de langue : questionnements, choix et engagements », le style est très dense et l’expression soignée, réveillant mes tendances formalistes.

Une explication sur la distinction entre éthique et morale me laisse le temps de retrouver l’orthographe du patronyme de l’intervenant sur le programme du colloque « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIè siècle » : Florimond Rakotoenelina. Bientôt, je me perds dans le raisonnement, il est fait référence à Max Weber et à la différence entre éthique de conviction et éthique de responsabilité, il est question de « l’éthique sous-jacente aux documents authentiques de type médiatique » et de l’éthique des manuels de FLE qui reprennent ces documents authentiques de type médiatique… Pas de neuroscience pourtant, mais je ne sais pas très bien de quoi l’on parle.

La suite du propos fait état d’un travail d’observation portant sur les textes médiatiques reprographiés dans les manuels de FLE, travail qui a permis de mettre en évidence plusieurs tendances, notamment une très grande propension à utiliser les textes du journal Le Monde et de certains titres de presse hebdomadaire dont Le Nouvel Obs et Le Point. Cette même enquête révèle un phénomène de « fossilisation thématique » autour de certains thèmes sociétaux tellement ancrés dans les habitudes éditoriales qu’ils paraissent désormais constituer des incontournables du manuel de FLE (les repas des Français, le système éducatif, le sport, les habitudes culturelles des Français, la génétique,…). Dès lors, fait valoir F. Rakotoenelina, « les discours médiatiques ne sont plus que des alibis pour aborder des thèmes civilisationnels parfois stéréotypés ».

L’objectif serait donc de reconnecter les supports médiatiques à leur réalité, de remettre la discursivité au cœur du travail sur ces textes, en montrant comment l’actualité se met en scène dans la presse, plutôt que de toujours privilégier l’information ou le fond au détriment du discours et de ses stratégies. A travers cette question de l’utilisation des textes médiatiques dans les manuels de FLE, l’intervenant pointe finalement la question plus globale des conséquences de la didactisation d’un document authentique. Un document authentique didactisé peut-il toujours être considéré comme authentique et à quelles conditions ? Il s’agit ainsi de redonner toute sa place à la question des conditions de production des textes, en tenant compte du contexte dans lequel s’inscrit tout discours.

 

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Quelle exploitation de l’étymologie en contexte FLE ?

Ce projet de recherches se propose d’examiner les potentialités offertes par le recours à l’étymologie en didactique du FLE. A quelles conditions l’étymologie, science incertaine, peut-elle être didactisée en contexte FLE ? L’étymologie est avant tout envisagée comme un outil permettant de faire entrer un surcroît de sens dans l’enseignement de la langue, en faisant fonds sur le postulat selon lequel un authentique affect intellectuel de joie naît de la compréhension de la signification profonde des mots et que ce plaisir intellectuel est à la fois source de motivation et facteur de mémorisation.

Cependant, le projet d’intégrer l’étymologie à l’enseignement du FLE doit répondre à plusieurs objections et problèmes. En premier lieu, il semble aller à contre-courant de la perspective didactique qu’est la perspective actionnelle. De ce point de vue, il conviendra d’anticiper et de répondre à au moins deux objections ou accusations possibles.

La première objection concerne la question de l’efficacité didactique de l’étymologie : le recours à l’étymologie ne serait-il pas parfaitement inutile, voire contre-productif au sens où il allongerait le temps d’enseignement sans se traduire immédiatement par l’acquisition d’une compétence spécifique directement utilisable dans la vie socio-professionnelle ? Une première réponse serait que le recours à l’étymologie vaut en et par lui-même dès lors qu’il permet d’accéder à une intelligence plus profonde de la langue. Mais il faut aller plus loin et parier que l’exploitation de l’étymologie est aussi susceptible de répondre à un souci d’efficacité en didactique du FLE, en constituant in fine un support pour accélérer le processus d’acquisition et optimiser la maitrise langagière des apprenants.

La seconde objection est celle qui verrait dans cette perspective étymologique une forme de classicisme didactique qui, à rebours de la perspective de la modernité et du CECRL, constituerait une sorte de régression vers la méthode dite traditionnelle basée sur le modèle de l’enseignement des langues anciennes. Plutôt que d’évacuer d’emblée l’objection, il s’agira d’examiner l’écueil qu’elle permet de mettre au jour. Le recours à l’explication étymologique tel qu’envisagé ici comme producteur de sens ne nous semble aucunement antinomique avec une approche sinon actionnelle du moins communicative. En revanche, du fait de sa connotation savante et partant élitiste, l’étymologie comporte ce risque d’être utilisée à des fins de pure pédanterie, comme facteur de « distinction », au sens de Pierre Bourdieu, de la part de l’enseignant comme de l’apprenant.  Une telle  approche de l’étymologie, dont l’apport se réduirait à un surcroît de « capital culturel », constitue précisément un anti-modèle pour la perspective didactique à développer.

Ici encore, il s’agit de voir si et à quelles conditions il serait possible de précisément renverser cette perspective et de faire au contraire de ce retour au latin et au grec un facteur d’égalité et de plus grande sécurité linguistique chez les apprenants (de même que, historiquement en FLM, le recours à l’étymologie a été pensé comme permettant aux élèves des cursus sans latin de bénéficier des mêmes savoirs que les élèves du cursus classique étudiant les langues anciennes [BRANCA & SAVATOVSKY, 2007]).

Un problème plus difficile consiste à déterminer à quelles conditions le recours à l’étymologie est à la fois légitime et pertinent. La défiance envers l’étymologie est profonde ; elle tient d’une part à son caractère souvent douteux -l’incertitude qui accompagne l’origine des termes-, d’autre part  au fait qu’elle ne permet pas toujours d’éclairer leur sens actuel. Or si l’étymologie n’explique rien, alors rien ne justifie d’y recourir. A quelles conditions une didactique des langues peut-elle avoir intérêt à s’appuyer sur un objet aussi incertain que l’étymologie ? S’agirait-il dès lors de s’en tenir à la décomposition synchronique des mots comme le ferait la linguistique structuraliste ou saussurienne ?

Une telle étude se doit également de s’interroger sur le type de public susceptible de tirer profit de l’apport de l’étymologie. Est-il par exemple pertinent d’y recourir avec des niveaux débutants ? Enfin, envisager l’étymologie dans une perspective de didactique des langues implique également de s’interroger sur la façon dont prendre en compte le répertoire langagier des apprenants.

BIBLIOGRAPHIE

BLANCHET Ph. & CHARDENET P. dir. 2011, Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures. Approches contextualités, Paris : éditions des archives contemporaines.

BOURDIEU P. & PASSERON JC., Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Les Éditions de de Minuit, coll. « Grands documents » (no 18), 1964.

BOURDIEU P. & PASSERON JC., La reproduction : Éléments d’une théorie du système d’enseignement, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1970.

BOURDIEU, P ., Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit, 1980.

BOURDIEU, P. 1984. Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

BUISSON F., dir. 1882-1893, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette.

BRANCA-ROSOFF, S., SAVATOVSKY, D., « La lexicologie, un savoir scolarisable ? », in Douglas KIBBEE (ed.), History of Linguistics 2005, Amsterdam, John Benjamins, 2007.

CONSEIL DE L’EUROPE (2001, 2005) : Cadre européen de référence pour les langues, Conseil de la coopération culturelle, éditions Didier, Strasbourg, Paris.

 

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts