Tous les articles par Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

JOURNEE D’ETUDE

 

Le 17 février 2017, j’ai assisté à une journée d’étude intitulée ‘’Politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations’’ organisée par l’équipe de recherche PLIDAM (Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiation) de L’INALCO (Institut National des langues et civilisation orientales).
C’était une journée extraordinaire pour moi. Quand je suis arrivée, la présentation avait déjà commencé. Je me suis assise à côté de mon amie et soudain,, j’ai entendu le nom de M. Martinez qui apparaît dans la bibliographie de mon mémoire. J’ai été très surprise car justement c’était l’homme qui était assis à côté de mon amie. J’étais très contente de le voir et cela m’a beaucoup touché !
La journée était divisée en deux parties.
La première partie : ‘’matinée’’ de 9h à midi concernait l’ouvrage Le précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme rédigé par l’équipe de PLIDAM publié en 2008 en français et présenté ce jour-là à l’occasion de sa traduction en chinois par le Pr FU Rong et son équipe de l’université des études étrangères de Pékin (2016).
La deuxième partie : ‘’après-midi’’ de 15h à 17h a traité des regards croisés en didactique des langues et en sociolinguistique sur les représentations sociales lorsque deux disciplines proches partagent un mot-clé. Cette journée d’étude a effectivement permis à des spécialistes d’horizons différents de confronter leurs idées sur le sujet.
Dans l’ensemble, la journée était bien organisée.
En effet, au cours de la première partie des échanges ont eu lieu entre plusieurs professeurs. J’ai appris de nouvelles informations concernant une expérience de traduction du français au chinois du Professeur FU Rong. En répondant à la question suivante « Pourquoi la traduction ? » , il a précisé que ‘’mondialisation ‘’signifiait échange, partage et mutualisation de nos idées, expériences et pratiques des langues cultures… une valeur et une finalité communes pour constituer d’ex politiques linguistiques éducatives en général et la didactique des langues-cultures en particulier ……en relation étroite avec le concept de l’ « éducation par les langues-cultures » concept didactologique avancé et défendu par Robert Galisson…’’
Puis, il a mentionné certains débats linguistiques, disciplinaires et culturels soulevés au cours de la traduction. Au cours de cette communication, il a abordé quelques difficultés de la traduction d’une langue à l’autre plus particulièrement dans le choix du mot approprié comme par exemple : multi et pluri ‘’ en français qui se traduit par le même mot en chinois . Nous avons ainsi compris que pour traduire il faut avoir une bonne connaissance de la culture cachée dans une langue et que cette culture ne peut jamais être séparée de la langue elle-même.
Sa dernière partie était consacrée aux stratégies de traduction telles que :
– le processus d’interprétation, de déverbalisation et de reformulation
– la bonne compréhension du sens du texte original et l’expression correcte dans la langue d’arrivée.
Lors de la deuxième partie, j’ai été déçue par une communication pendant laquelle je n’ai pas compris ce que voulait dire la personne qui a pris la parole. Sa voix n’était pas claire et sa façon de s’asseoir et ses regards m’ont ennuyée.
Mais à la fin, j’ai davantage apprécié l’exposé de Mme MOOR, Danièle Moor, professeur à l’université Simon Fraserburgh (Vancouver, Canada). Elle nous a présenté ses recherches en sociolinguistique, en didactique des langues et en acquisition qui regroupent l’étude des plurilinguismes sociaux et l’analyse des interactions de classe. Cet exposé était riche et très utile car elle nous a expliqué comment elle tire profit d’une façon très efficace des tableaux et des textes en classe de langues.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

UNE LANGUE ETRANGERE EST UN BESOIN FAMILIALE

La langue a un effet très important pour l’individu car elle est le moyen de la communication avec les autres. Elle est, en effet, le moyen primordial pour accéder à la citoyenneté, participer à la vie, suivre la scolarité de ses enfants et travailler

Acquérir une langue étrangère est très important pour créer des liens entre tous les individus dans la même société et bien dans la même famille.

On peut prendre cet exemple d’une mère indienne qui ne connait pas l’anglais dans un milieu où les gens le parle, son mari et ses enfants. Cette mère aime beaucoup sa famille mais elle sent quelque fois qu’il n y a pas de relation très fort entre elle et ses enfants car elle n’arrive pas à les aider à faire leurs devoirs scolaires. En plus, elle a un sentiment d’étrangeté  qu’elle est loin d’eux car elle ne partage pas avec eux la même langue étrangère qu’ils le possèdent.

Avec sa motivation et son besoin elle a finalement obtenu son rêve a l’apprendre.

english-vinglish-movie

 

 

 

 

 

 

Pour regarder le film :  http://www.streamingpl.com/english-vinglish/

 

Je vous souhaite un bon film.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

UNE LANGUE VENUE D’AILLEURS

On entend toujours la langue maternelle on lis, on écrit, on apprend ‘’langue maternelle’’ mais est-ce qu’il y a une langue paternelle ? si oui, alors pourquoi on l’appelle langue paternelle ?

Pour un apprenant de langue étrangère est-ce qu’il peut sentir le sentiment d’étrangéité dans sa langue maternelle ?

 

Une langue venue d’ailleurs, c’est un livre autobiographique où l’auteur nous raconte de sa passion et son apprentissage du français, est une histoire vraie d’un Japonais qui a quitté sa langue maternelle, le japonais, et qui est tombé amoureux de la langue française.

 

Akira MIZUBAYASHI est un écrivain, universitaire et traducteur  japonais. Il est né le 10 septembre 1951 à Yamagata au nord du Japon de parents japonais. Akira MIZUBAYASHI  a grandi au Japon où il a fait ses études à l’université nationale des langues et civilisations étrangères de Tokyo (Unalcet). Mais un jour il a décidé d’entrer dans la langue de Rousseau, en 1937 il a obtenu une bourse pour continuer ses études en  France, il a quitté alors son pays, le Japon, pour quelques années d’études universitaires, où il a suivi une formation pédagogique à l’université Paul-Valéry de Montpellier pour devenir professeur de français (langue étrangère) et ensuit à Paris.

Dans ce roman on découvre une expérience d’un apprenant qui a le désir d’apprendre une langue étrangère qui lui donne le sentiment d’étrangéité dans sa langue maternelle. On trouve un conflit entre la langue maternelle , le japonais, et la langue paternelle, le français, il a perdu son japonais et il est devenu étranger dans les deux langues. Une étrangéité qui ne le quitte plus, une identité perdue-trouvée.

L’expérience d’un apprenant qui admire cette langue étrangère et qui l’appelle sa langue paternelle. A cause du rôle de son père qui l’a aidé pour l’apprendre.

« Quand je parle de cette langue étrangère qui est devenue la mienne, je porte au plus profond de mes yeux l’image ineffaçable de mon père; j’entends au plus profond de mes oreilles toutes les nuances de la voix de mon père. Le français est ma langue paternelle ».

 

Des mots dévitalisé, des phrases creuses, des paroles désubstantialisées flottaient sans attache autour de moi comme des méduses en pullulement. Il y avait une langue fatiguée, pâle, étiolée : parole proférée à travers micro et porte-voix, vocales tracés sur de gigantesques panneaux, discours imprimés dans des tracts qui puaient l’encre, ce sont des mots qui s’enracinaient, des mots privés de tremblement de vie et de respiration profonde. Des mots inadéquat, décollés. L’écart entre les mots et les choses était évident. »

 

« Le français est la langue dans laquelle j’ai décidé, un jour, de me plonger. J’ai adhéré à cette langue et elle m’a adopté… C’est une question d’amour. Je l’aime et elle m’aime… si j’ose dire… ».

 

La langue française dans les yeux de MIZUBIASHI

[…] le français est un instrument de musique pour moi. C’est le sentiment que j’ai depuis longtemps, depuis, tout compte fait le début de mon apprentissage. Pour devenir un bon instrumentiste, il faut de la discipline, je dirais même le sens de l’ascèse. Est-ce que je dis à mes étudiants aujourd’hui : maitriser le français, c’est en jouer comme jouer du violon ou du piano. Chez un bon musicien, l’instrument fait partie de son corps. Eh bien, le français doit faire partie de son corps chez un locuteur qui choisit de s’exprimer en français.[…]

 

 

Akira MIZUBIASHI a appris la langue française complètement et parfaitement. Il a commencé son apprentissage par des leçons diffusées à la Radio nationale où il a commencé son voyage dans la langue française. Il a beaucoup aimé cette langue qu’il a considérée sa langue paternelle.

 

Pour savoir plus, je vous invite à lire ce livre  :akira

 

 

 

Bonne lecture mes camarades !

 

Référence :

AKIRA MIZUBAYASHI, UNE LANGUE VENUE D’AILLEURS, Gallimard, 2011

 

 

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

PLAN DE MEMOIRE (provisoire)

Le titre du mémoire  : Le rôle de la traduction pédagogique en classe de FLE

Introduction

La problématique

Méthode de la recherche

Première partie :

  1. L’origine du mot Traduire
  2. Définition de la traduction
  3. La traduction pédagogique
  4. Le texte
  5. La traduction à travers les méthodes

5-1  La méthode traditionnelle

5-2 La méthode directe

5-3 La méthode  audio-orale

5-4 La méthode audio-visuelle

5-5 La méthode approche communicative

Deuxième partie :

  1. La traduction en classe du FLE
  2. FLM/FLE/FLI
  3. Quel français pour les immigrés ?
  4. Immigrants en classe de français
  5. L’influence de la traduction à l’enseignement/apprentissage du FLE
  6. Les compétences acquièrent par la traduction

6-1  La compétence linguistique

6-2  La compétence écrite

7- Le rôle de l’enseignant

8- Les principes de la traduction

9- Le choix des textes

10- L’aspect socioculturel

11- L’interculturel

12- Présentation des réponses

13- Conclusion

14- Références

15- Annexes

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

LES RÉFÉRENCES

BIBLIOGRAPHIE

 

ARCHIBALD J., CHISS J.L., (2007) La langue et l’intégration des immigrants sociolinguistique, politique linguistique, didactique, Paris, l’Harmattan.

BALLARD M. (1988) : ‘‘Le commentaire de version’’ in Meta, Vol. 33, n° 3, pp. 341-349.

BROCHY Claudine, 2002, « raconte moi tes langues… Les biographies langagieres en tant qu’outils d’enseignement et de recherche ». VALS-ASLA, n67.

CAPELLE, M.-J. (1987): Traduction pédagogique: réhabilitation, restauration, rénovation dans Retour à la traduction, Le Français dans le monde.

CASTELLOTTI, V, La langue maternelle en classe de langue étrangère. Paris : CLE International, Collection DLE.2001.

CUQ 1.-P. 2003. Dictionnaire de didactique du français. Paris: CLE International

DABNE Louise, 1994, « Langue maternelle, langue étrangère, quelques réflexions ». Les langues modernes, n 1, p.91-95.

GLOAGUEN-Vernet Nolwenn, 2009, Enseigner le français aux migrants, Paris, Hachette FLE.

GOUIN F. L’art d’enseigner et d’étudier les langues, édition Bellier, Paris, 1894.

LAROUSSI F. et Albalawi I., (2011), « La traduction de l’arabe et l’arabe à l’heure de la mondialisation » in Oustinoff M. (sous coord.), Traduction et Mondialisation, Paris : Hermès, pp. -95-114

LAVAULT E. (1985) : Fonctions de la traduction en didactique des langues, Paris, Didier Erudition.

LEFEAL K. D., (1987) : « Traduction pédagogique et traduction professionnelle« ,  Le français dans le monde, n° spécial aout-septembre.

LYADRI R., (1997), « Problématique des équivalences sémantiques et de la traduction dans des dictionnaires arabe-français », Méta, Vol. 42, n° 1, pp. 142-146.

MOUNIN, G. 2004. Les problèmes théoriques de la traduction. Paris: Gallimard.

OBIN Jean-Pierre, Obin-Coulon Annette, 1999, Immigration et intégration, Paris, Hachette Education.

PUREN C., (1988) : Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues, CLE international.

 

 

SITOGRAPHIE

 

http://docplayer.fr/14929795-Pourquoi-la-traduction.html

 

CECR-2000.http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/Framework_fr.pdf «Apprentissage des langues et citoyenneté européenne ». Cadre Européen Commun de Référence Pour Les Langues: ‘apprendre, enseigner, évaluer’, consulté le 27.01.2013.

 

Langlais P., (2002), Des influences linguistiques de la langue maternelle sur la langue étrangère. www.crdp-montpellier.fr

 

Chianca R., Rôle et place de la langue maternelle en cours des langues étrangères www.fbpf.org.br/cd1/trabalhos/rosalina/chianca.doc

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

LE RÔLE DE LA TRADUCTION PÉDAGOGIQUE EN CLASSE DE FLE

Dans les méthodologies d’enseignement du XIXème et du début du XXème siècle la traduction avait un rôle très important en classe de langue étrangère. Ensuite, les méthodes d’enseignement ont refusé le recours à la langue maternelle en classe de langue étrangère. A présent dans les méthodes, la traduction est revenue de nouveau dans sa place en classe de langue étrangère. Mais il y a toujours des professeurs qui sont contre de l’exploiter en classe de langue étrangère. Pour certains d’eux ils pensent que l’utilisation de la langue maternelle en classe de langue étrangère c’est un empêchement de découvrir la langue étrangère et sa culture. De la même manière cette recours n’est pas utile pour apprendre une langue étrangère.

La traduction est une opération entre deux ou plusieurs langues. C’est le voyage entre les langues, une langue de départ et une langue d’arrivée. Dans notre travail, la traduction ici, ne signifie pas que l’enseignant explique et traduit tous les détails, mais on l’utilise comme un moyen pour aider l’apprenant.

A partir de cela nous distingue la traduction pédagogique et la pédagogie de la traduction et qui nous intéresse pour notre travail c’est la traduction pédagogique. La traduction L’importance de la traduction pédagogique en classe de langue :

  • Valoriser les savoir-faire chez les apprenants
  • Aider les apprenants à comprendre les locutions et les expressions idiomatiques
  • Développer les compétences des deux langues chez les apprenants

 

Dans ce travail la langue étrangère est le français et la langue maternelle est l’arabe. Nous allons aborder le sujet du rôle de la traduction en classe de FLE pour répondre aux questions suivantes : est-ce que la traduction peut jouer un rôle pour enrichir le lexique chez les apprenants ? Comment on peut l’utiliser pour enrichir le niveau de lexique chez les apprenants ? Quelles sont les avantages de cette traduction en classe de langue ?

Pour répondre aux questions, nous supposons que la traduction a un rôle efficace chez les apprenants pour progresser leurs compétences et elle peut faciliter le processus de l’enseignement/ apprentissage en classe de FLE.

Les objectifs de mon travail de recherche sont d’étudier le rôle de la langue maternelle dans le processus enseignement/apprentissage en classe de FLE pour savoir la réalité du recours à la traduction, encourager les apprenants à mettre en valeur leur connaissances par la traduction .

L’enquête de terrain sera menée en France dans le cadre de classe d’accueil de l’association la Cimade concernant des apprenants adultes arabophones de niveau A2. Pour répondre aux questions de recherche, nous organiserons des séances pour suivre les apprenants. Ces séances auront pour objectif d’observer le rôle de la traduction pédagogique dans l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère. Nous allons aborder des extraits de textes à traduire. Les activités seront sélectionnés en fonction du public concerné (âge et niveau). Le déroulement de la séance sera par exemple : production individuelle et en groupe. Ce travail des textes traduits dans ces deux langues nous permettra de mettre en lumière de façon plus concrète les dimensions lexicales des points de correspondances et de différences dans le rôle de la traduction en classe de FLE.

En plus une source très important, nous allons préparer de questionnaire et des entretiens avec les professeurs et les apprenants pour réaliser notre objectif de recherche.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

UNE ETUDIANTE PERDUE

Une étudiante de M2 sciences de langage, à Marseille, a un rendez-vous avec son directeur de recherche, à 13h:30

L’étudiante attend depuis une heure. Finalement son directeur arrive à 14h:30, elle est très stressée.

À 14h:30

D : le directeur             E : l’étudiante

D: Bonjour

E: Bonjour monsieur

D : Désolé pour le retard mais j’avais un problème personnel qui m’a empêché de venir à l’heure.

E : Je vous en prie monsieur, j’espère que tout va bien.

D : Oui oui ça y ira, Merci, bon… alors, vous avez bien avancé dans votre travail ? Vous avez fini la partie que je vous ai demandé la dernière fois ?

E : Je vous ai envoyé un mail pour vous dire que les références sont en anglais et c’est difficile pour moi, mon niveau d’anglais n’est pas suffisant pour lire des livres en anglais.

D : oui oui j’ai reçu votre courriel, dans ce cas je vous donne quelques livres pour continuer votre lecture.

Le prof cherche les livres, l’étudiante voit qu’il n’a pas la tête …

D : Voilà quelques livres qui seront outils pour votre lecture … et je vais vous donner deux articles qui traitent votre sujet, lisez-les attentivement vous allez trouver des informations importantes pour votre recherche.

L’étudiante prend les livre et le directeur est devant son ordinateur pour imprimer les deux articles… Elle regarde le premier livre en souriant, elle trouve le titre très intéressant pour sa recherche puis elle a eu un choc…

E : Merci monsieur pour votre aide mais les quatre livres sont en anglais alors je n’avancerai jamais… le même problème… Je suis perdue.

D : Oui…, mais…, les deux articles sont en anglais aussi, essayez de les lire !

E : Mais j’ai déjà essayé et j’ai perdu mon temps pour rien… je vais prendre les articles et ce livre (qui est en français) et je vous envoyer un mail si j’aurai des questions. Merci Monsieur.

Elle savait bien que son directeur n’a pas de bon humeur ce jour-là pour discuter son problème.

D : Ok, bonne lecture.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

LA MOTIVATION D’APPRENDRE UNE LANGUE

 

 

Chaque individu a une raison différente pour apprendre une langue étrangère. Apprendre une langue étrangère ne dépend pas seulement de l’assistance aux cours, cela dépend aussi de la raison pour laquelle l’apprenant suit ces cours.. On dit qu’il est nécessaire avoir les motivations pour acquérir une L2 mais ce n’est pas suffisant pour réussir. Il y a plusieurs facteurs qui influencent l’apprentissage, les facteurs affectifs et les facteurs cognitifs. Parmi les facteurs affectifs on trouve  la motivation qui a un rôle efficace et important pour aider le développement des compétences réelles dans une langue.

 

Selon M. WILLIAMS  et  R.L BURDEN (1997), la motivation « un état d’éveil cognitif et émotionnel qui mène à une décision consciente d’agir et qui provoque une période d’effort intellectuel et/ou physique, pour atteindre un but fixe au préalable ».

 

En ce qui concerne la motivation on en trouve deux types :

  • la motivation instrumentale : Apprendre une langue pour les études, ou pour le futur métier.
  • la motivation intégrée : apprendre une langue pour se débrouiller dans un pays où on parle cette langue, apprendre une langue car l’apprenant a une affinité personnelle pour les personnes qui parlent cette langue .

 

J’aimerais bien partager avec vous quelques motivations des apprenants en classe de langue arabe ici en France. Cette langue a deux statuts :  langue maternelle pour quelques uns et langue étrangère pour d’autres.

Les motivations sont différent également selon le statut de la langue (maternelle ou étrangère) et surtout selon l’utilisation et les besoins de la langue.

D’autres apprenants  mettent l’accent sur la fonction affective et identitaire par exemple : l’accès à la langue maternelle.

Après  avoir demandé  aux apprenants qui suivent des cours pour apprendre cette langue, on peut dire qu’ils ne manquent pas de motivations pour suivre les cours.

 

« Pourquoi cette langue ? »

En demandant aux apprenants cette question, dans les premières réponses je retrouve les mêmes mots : «  belle, nouvelle langue, nouvelle culture, mon mari, ses alphabets… »  À cette question,  je trouve plusieurs avis et différentes raisons.

 

Parmi eux, ils suivent des cours de la langue arabe pour avoir de bons résultats à l’école tout en pensant que l’apprentissage de l’arabe est bénéfique au niveau scolaire.  Selon certains, apprendre la langue arabe peut donner du courage et du plaisir. Néanmoins, il y a beaucoup d’élèves qui sont forcés par leur parents d’apprendre cette langue.

 

Les motivations des apprenants :

 

Communicationnelles : communiquer avec les parents, les grands-parents de la famille, est pour certains le seul moyen de communication avec leur entourage.

Pour les étrangers : aider à communiquer avec les arabophones.

 

Identitaires : accès à la langue maternelle

Professionnelles : opportunité de nouvelles carrières et réussite dans la vie sociale et professionnelle.

Culturelles : s’ouvrir au monde et connaître d’autres gens, d’autres cultures et d’autres modes de vie .

 

Autres : pour réussir leur vie, voyager et plaisir personnel.

 

Voilà quelques motivations :

 

-« J’apprends la langue arabe car sa sonorité me plaît beaucoup et parce que cette langue a un alphabet différent des langues que j’ai déjà apprises. La langue arabe est porteuse d’un héritage historique et culturel d’un peuple ancré dans la spiritualité et les sciences. Une autre raison c’est parce que la langue officielle de plusieurs pays et le nombre des gens qui la parlent s’affiche parmi les langues les plus connues dans le monde. Je m’identifie avec la langue arabe car je m’identifie aussi aux valeurs culturelles et aux principes des peuples arabes (croyance, famille, respect). Pour moi apprendre l’arabe c’est s’immerger dans une mer profonde des savoirs. Et finalement j’apprends l’arabe parce que l’apprentissage d’une autre langue peut changer notre vision du monde et dans tous les cas elle enrichit notre monde langagier et spirituel. » (O., grecque, 23 ans)

 

-«C’est honteux parce que je ne connais pas ma langue maternelle, alors que je suis d’origine algérienne, j’ai envie d’apprendre et de me rapprocher de cette culture » (fille algérienne de 20ans)

 

« une langue peut m’aider à trouver un travail dans le futur. Pour moi,  je travaille dans le domaine de la traduction et c’est utile de comprendre plusieurs langue »

 

– « Je veux apprendre l’arabe parce que je n’ai pas eu l’occasion de l’apprendre quand j’étais petite. Je suis née et grandi dans un pays qui était colonisé par la France donc j’avais pas la possibilité de lire et écrire l’arabe mais je le parle couramment parce qu’il est ma langue maternelle et maintenant je veux m’y remettre, étant donné que j’ai beaucoup de fréquentations dans les pays arabes. (C.,franco-yéménite, 50 ans )

– « Je suis motivée, et j’ai toujours envie d’apprendre tout ce qui concerne les pays arabes pour pouvoir discuter avec mes amis arabes » (Vietnamienne, 30 ans).

– « Pour comprendre la culture de mon mari et pour pouvoir bien communiquer avec sa  famille en Tunisie. Chaque été nous voyageons en Tunisie mais je ne peux pas communiquer avec sa famille car je ne connais pas sa langue.» (Jeune d’origine marocaine, lycéen âgé de 18 ans).

Cette fille apprend l’arabe et elle raconte la motivation : (histoire drôle pour moi)

-« J’aime beaucoup la musique arabe et la danse orientale. Je danse  l’oriental depuis  3 ans et j’aimais tout particulièrement danser sur une chanson dont  j’ai beaucoup aimé le rythme mais dont malheureusement je ne comprenais pas les paroles.

Un jour,  alors que je bavardais avec une amie d’origine arabe, cette  même chanson préférée passait à la radio et là, mon amie a commencé  à pleurer. J’étais vraiment très étonnée,  d’abord, je croyais qu’elle s’était rappelée d’un souvenir lié à  la chanson mais lorsque je lui ai demandé la raison, elle m’a appris que les paroles de la chanson étaient très touchantes. Lorsqu’elle m’a expliqué le sens, je me suis exclamée en lui disant que moi je danse sur cette chanson depuis un an. Mon amie s’est éclatée de rire et depuis ce jour là, j’ai décidé d’apprendre l’arabe et surtout le dialecte égyptien. Ça fait maintenant 8 mois que j’apprends l’arabe égyptien et ceci pour comprendre les chansons avant de danser. »

 

– « Langue arabe, la plus belle langue, J’ai encore besoin de faire des études en arabe pour comprendre la culture et avoir l’accès aux medias en arabe. Elle est mon besoin, ma passion et mon pain. »

 

– « J’apprends l’arabe pour avoir l’occasion pour approfondir la connaissance sur le monde arabe  et découvrir la réelle richesse des pays et des  populations, j’aime beaucoup l’écriture,  c’est comme de la magie. »

 

Finalement, la motivation a un rôle assez  signifiant dans l’apprentissage d’une langue. En plus, elle peut influencer positivement le progrès de l’apprenant.

 

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

LE ROLE DE LA LANGUE MATERNELLE EN CLASSE DE FLE

Mots clés :

Langue maternelle, français langue étrangère, enseignement/apprentissage, interlangue.

 

Au début du XXe siècle, de nouvelles méthodes proposent d’enseigner les langues étrangères sans avoir recours à la traduction vers la langue maternelle.

Les pédagogues, les didacticiens et les linguistes s’intéressent à la langue maternelle et son rôle dans le processus d’enseignement / apprentissage des langues.

Le choix de ce sujet est motivé par :

  • la volonté de démontrer que l’utilisation de la langue maternelle lors de l’interaction dans la classe de LE peut faciliter le processus de l’apprentissage de la langue étrangère chez les apprenants et
  • la volonté de savoir quelle place occupe la langue maternelle dans l’enseignement/apprentissage du FLE.

Ce travail s’inscrit dans le cadre de la didactique des langues étrangères. Le sujet porte sur une étude comparative entre le système linguistique de la langue  maternelle, et le français, langue enseignée.

Une question que cette recherche suscite est ; chaque langue a ayant son propre système linguistique, la traduction directe entraînerait elle une accélération de l’apprentissage chez les apprenants ?

Notre premier objectif est de mettre en évidence comprendre si l’interférence linguistique entre le système de LM et celui de LE  pourrait aider au processus d’apprentissage des langues étrangères en fonction des similitudes ou des différences ?

Pour ce projet il faut un groupe d’apprenants de niveau débutant A1 ou A2. J’utiliserai avec ce groupe la méthode de description et d’analyse en y intégrant les outils théoriques. En outre j’organiserai des séances pour observer : l’importance de la langue maternelle dans l’enseignement et l’apprentissage du français langue étrangère. Ces séances auront pour but de suivre la progression dans la maitrise de la langue. Les exercices seront sélectionnés en fonction du public concerné (âge et niveau).

 

Bibliographie :

Bouton, C.P., L’acquisition d’une langue étrangère, Paris, Klincksieck, 1979.

Castelotti Véronique « La langue maternelle en classe de langue maternelle », Paris : Clé international 2001

EHRHART,S, « l’alternance codique dans le cours de langue : le rôle de l’enseignant dans l’interaction avec l’élève » Sarre,2003

Porquier R. et Py B., (2004), Apprentissage d’une langue étrangère : contexte et discours, Paris : Didier – collections Crédit Essais.

Robert J. P., (2002), Dictionnaire pratique de didactique du FLE, Paris : Ophrys

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

PRENDRE UN BON DEPART POUR ARRIVER A VOTRE MEMOIRE

Pour réussir un objectif et pour arriver au succès, un bon travail d’organisation est essentiel.

De la même manière une bonne organisation est la chose la plus importante pour atteindre un but d’une façon efficace.magnifying-glass-97588_960_720

Chacun a sa manière et sa méthode pour organiser son travail et pour choisir son chemin. La méthode de recherche est différente d’une personne à l’autre selon la personnalité, le sujet, le milieu de recherche, l’objectif et le domaine.

 

En ce qui me concerne, avant le 21 septembre 2016, et comme un point de départ, j’avais déjà préparé un petit cahier afin d’organiser mes démarches de recherches et je croyais que cela serait utile pour construire mes recherches. J’ai décidé d’avoir un cahier pour le porter facilement avec moi toujours.

 

Plus tard, le 21 septembre et après avoir lu l’extrait de LATOUR intitulé  « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets »[1], j’ai découvert une idée plus bénéfique et cela m’a poussé à revoir la mise en ordre de la préparation de mon mémoire. Ce n’est pas une solution magique mais, je trouve que les quatre carnets sont des intentions de bon départ et c’est la meilleure méthode pour bien organiser mon travail et mes idées. Un autre avantage de ce cahier est que je ne perds pas mon temps à chercher entre des feuilles différents. Tout se trouve dans un lieu et c’est pour cette raison que ces carnets me facilitent également à trouver toutes les informations à n’importe quel moment.

 

Je vais suivre le chemin de B. Latour, c’est-à-dire diviser le travail en plusieurs tâches pour arriver au résultat final. Ceci me rappelle ce que Henry Ford, le fondateur de  FORD, a dit :« Rien n’est difficile si vous le divisez en petites tâches ».

Quant à moi je diviserai mes carnets de la façon suivante :   

Le premier carnet calendrier : ce carnet me permettra de donner une place à chaque activité,  préciser et diviser le temps pour chaque mouvement p.e lecture, stage, rédaction, entretien, assister aux colloques, choisir le terrain, le rendez-vous avec le directeur etc.

 

Le deuxième carnet, références : pour la consultation et l’exploitation de différents documents. Ces documents seront variés (ouvrages, articles de journaux, articles de presse, rapport d’université, films, programmes de télévision, articles de journaux électroniques etc.)

 

Le troisième carnet professionnel : pour rédiger les idées, les notes d’un rendez-vous avec le professeur, les points essentiels de ce qui mes professeurs et mon directeur de mémoire diront.

 

Le quatrième carnet, expérience : ce carnet aura pour objectif d’ordonner mes réflexions et mes idées personnelles, les observations du terrain que j’aurai déjà effectués, celles qui seront nouvelles et les résultats obtenus. Les conseils des autres, leurs expériences et leurs opinions.

 

Ce premier billet est une proposition d’organisation pour qu’on puisse avancer sans perdre notre route sur le chemin de la réussite.

[1]Bruno LATOUR, Changer de société, refaire de la sociologie, PARIS, la Découverte,« Armillaire», 2006.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts