Tous les articles par Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

Le rendez-vous des carnettistes

Une belle manifestation artistique et littéraire se tiendra à Clermont-Ferrand du 18 au 20 novembre 2016. En effet, c’est le rendez-vous annuel du carnet de voyage.

Chaque année au mois de novembre, Clermont-Ferrand devient la ville de rencontres de plusieurs carnettistes venus des quatre coins de la planète pour exposer leurs carnets.

Cet événement artistique et littéraire est une très belle occasion pour les passionnés de voyages. Effectivement, ces carnets nous permettent de nous souvenir de nos voyages, c’est une manière de nous graver tellement de souvenirs!

Enfin, comme le témoigne Nicolas Jolivot  » le carnet de voyage permet d’avoir des souvenirs pérennes, de ne pas oublier les lieux visités et les personnes rencontrées. En cela, le carnet de voyage est beaucoup plus performant que le cerveau humain ! » Il ajoute aussi  » Et puis, quand je pars tout seul, c’est mon pote, mon confident, une carte de visite pour aborder les gens »

*Photo : Crédit Festival du carnet de voyage

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Nuit de la Poésie à l’IMA

Un événement inédit à ne pas rater, cela pourrait être une source d’inspiration pour nos mémoires!

 

image-teaser-event-nuit-poesie-2016

 

L’institut du monde arabe organise du samedi 12 novembre à 19h jusqu’au lendemain matin 7h57, précisément jusqu’au lever du soleil : une NUIT ENTIERE consacrée à la poésie sous toutes ses formes. Langue arabe, langue française, langue des signes, poésie classique et contemporaine de plus, de la musique traditionnelle et actuelle.

Maintenant allons à l’essentiel, le programme :

19h – 7h57

 

Christiane Taubira

Christiane Taubira, dont on sait l’amour pour la poésie et l’art oratoire – «  Rien n’interdit de faire sens avec beauté, avec lyrisme » – ouvrira cette Nuit de la Poésie et viendra partager quelques poèmes.

 

Violaine Schwarz et May Skaf

Projection de Faces, clip avec Maram Al Masri.

Violaine Schwarz et May Skaf liront en français et en arabe des extraits du recueil Elle va nue la liberté de la poétesse syrienne Maram al-Masri.

Projection du court-métrage Nue la liberté avec Maram al-Masri, écrit et réalisé par François Marthouret. NOUVELLES PERSPECTIVES Productions.

 

Des poètes slameurs…

… dont Gucci, Stef H, Stephane Le Goff, Otto Chronopio et Serie B,  entre autres, ayant tous participé à plusieurs grands slams nationaux, proposeront une scène ouverte de poésie avec le concours de la Fédération française de Slam Poésie.

 

Poésie des signes avec Djenebou Bathily :

Poétesse et slameuse sourde « aux mains fertiles » qui nous livrera ses créations dans cette parole à part entière qu’est la langue des signes.

 

Véronique Caye

Estelle Meyer (interprétation et chant) et Frédéric Minière (son, basse et guitare électrique) interpréteront Les Suspendues, une performance de Véronique Caye qui explore les images et les sons qui font notre vision du monde. Théâtre, musique, vidéo à réalité augmentée se mêlent pour nous faire vivre un voyage inédit à travers la poésie arabe, du mystique persan al-Hallâj à Mahmoud Darwich  et à Adonis.

 

Mohamed Hmoudane

Le romancier et poète marocain Mohamed Hmoudane, accompagné de Tarik Chaouach, viendra partager son recueil de poésies Etat d’urgence.

 

Violaine Schwartz, May Skaf et Valérie Zenatti

Autour de textes écrits par la romancière Valérie Zenatti à la mort de Mahmoud Darwich, Violaine Schwartz, May Skaf et Valérie Zenatti prêteront leurs voix à la lecture du grand poète palestinien.

 

Parfums et poésie

Parfums et Poésie avec Bagdad Jérusalem de Salah Al Hamdani et Ronny Someck,  interprété par le parfumeur Jean-Christophe Hérault. La poésie a-t-elle un parfum ? L’enfance à Bagdad en a-t-elle un aussi ? Créateur de parfums pour Balenciaga, Thierry Mugler ou Comme des Garçons, Jean-Christophe Hérault,  dans le cadre d’une collaboration avec International Flavours and Fragrances portée par La Maison de la Poésie, présentera une série de compositions olfactives suscitées par la lecture en hébreu, français et arabe de poèmes du recueil Bagdad Jérusalem, né d’une poignée de main entre deux poètes – l’un arabe, l’autre juif – nés la même année, 1951, dans la même ville, Bagdad. Delphine de Swardt modérera cette rencontre entre les deux écrivains et le parfumeur.

Wissam Arbache

Poèmes syriens d’hier et d’aujourd’hui

Lectures par Wissam Arbache et Reem Ali,  accompagnés de David Chiesa (contrebasse).

Wissam Arbache est acteur et metteur en scène de théâtre et d’opéra d’origine syro-libanaise. De Mahmoud Darwich à Corneille, son travail de mise en scène est tout entier imprégné de son indéfectible intérêt pour la langue. Riche de sa position particulière à la jonction de deux cultures, il propose un nouveau concept de lectures poétiques permettant une représentation bilingue. Ainsi, pour cette Nuit de la Poésie, langue arabe et langue française s’entrecroiseront pour faire résonner en chacun un échantillon de la poésie syrienne : « ce souffle qui se poursuit, qui continue de faire de « Syrie » un nom propre en résistant à ce mouvement général qui tente d’en faire un nom commun synonyme de problème ».

Seront lus les poèmes : Homme en colère  de Abdel Bâsset Al-Soufi,  Au monde d’ Omar Abou Riché,  Je suis absolument certaine de ce qui a lieu de Rasha Omran,  Eau et cendre  de Aïcha Arnaout,  Soldat à l’asile  Golan Haji,  la langue de l’hôte réfugié est silence  d’ Hala Mohammad,  Je pleure de  Badawi Al-Jabal, Rituel des jours et des nuits de Chawqui baghdadi, Le petit chaperon rouge de Mamdouh Adwan, Dans plusieurs années de Muhammad Nimr Al-Madani, A Damas de Nizar Qabbani.

 

Zeina Abirached

Zeina Abirached, dessinatrice et bédéiste, auteur du Piano Oriental (Castermann, 2015), qui a réalisé le visuel de cette première Nuit de la Poésie, dessinera en direct pendant la lecture des poèmes choisis par Wissam Arbache, et ses dessins seront projetés sur écran tout au long de la lecture.

 

Norah Krief

La comédienne et chanteuse Norah Krief, accompagnée par Frédéric Fresson et Yousef Zayed au oud, nous offrira une nouvelle interprétation d’Al-Atlal, l’un des chefs-d’œuvre du poète égyptien Ibrahim Nagi, jadis chanté par la grande Oum Kalthoum.

 

Camélia Jordana, Aïda Nosrat, Babx, L (Raphaële Lannadère),  Jeanne Added, et le oudiste Grégory Dargent

La chanteuse et comédienne Camélia Jordana, les auteurs-compositeurs interprètes Aïda Nosrat, Babx, L (Raphaële Lannadère),  Jeanne Added, et le oudiste Grégory Dargent se lanceront également dans l’aventure poétique de cette première Nuit avec une proposition musicale inédite.

 

Bastien Lallemant, avec Maëva Le Berre, Sébastien Martel, Sarah Murcia et Camélia Jordana

Bastien Lallemant nous fera découvrir sa « Sieste acoustique », un concept qu’il partage à travers toute la France depuis 2010. La clé de son succès unanime : proposer à son public, au tintement d’une clochette, de se laisser bercer pour un « moment d’arrière-monde », bien loin de notre société et de ses constantes sollicitations. Bastien Lallemant, la comédienne Maëva Le Berre, le musicien Sébastien Martel, la contrebassiste Sarah Murcia  et Camélia Jordanaaccompagneront en musique tous ceux qui recherchent douceur et apaisement, dans la deuxième heure de la journée du 13 novembre. Oreillers recommandés et sommeil autorisé !

 

Mathieu Bauer, Sylvain Cartigny (guitare) et Lazare Boghossian(claviers)

Lecture poétique et sonore inédite sur le long poème d’Abdellatif Laâbi, Ecroulements, à partir de textes de poètes syriens, par Mathieu Bauer, batteur et directeur artistique du Nouveau Théâtre de Montreuil et les musiciens compositeurs Sylvain Cartigny (guitare) et Lazare Boghossian(claviers). Trois artistes plusieurs fois réunis pour des performances musicales mêlant musique, théâtre et poésie. Ils seront accompagnés du comédien Hammou Graïa.

 

Petit déjeuner oriental à 7h jusqu’au lever du soleil avec Brigitte de Malau, plasticienne et cuisinière.

 

Entrée libre, sauf restauration

*Photo : Casterman, Le piano Oriental, Zeina Abirached (2015)

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

La nouvelle en fle

Ce projet de recherches s’articule autour de deux grandes parties, une première partie descriptive, qui concerne le terrain de la recherche à savoir l’enseignement du français à l’université du Caire.  Dans une seconde partie, après un examen des caractéristiques littéraires de la nouvelle, le travail s’appuiera sur un questionnaire adressé à des enseignants de français en Egypte portant sur l’utilisation qu’il peuvent faire de la nouvelle dans leur pratique.

Cette recherche, qui vise à l’amélioration de l’enseignement/ apprentissage de la langue française à l’université en Egypte, consiste à s’interroger sur l’intérêt de l’utilisation de la nouvelle au sein de la classe de langue. La nouvelle, de par ses caractéristiques génériques et sa langue contemporaine constitue un outil pédagogique parfaitement adapté et utile à l’enseignement du français langue étrangère.

La nouvelle, en tant que genre littéraire qui se caractérise en premier lieu par sa forme brève, paraît particulièrement indiquée en contexte FLE, du fait notamment que, les textes intégraux sont vivement préconisés en didactique. En effet, comme le souligne Francine Cicurel :  » un véritable apprentissage de la lecture passe par une lecture intégrale afin que l’apprenant puisse suivre le déroulement du récit et s’appuyer sur les indices successifs du texte pour en voir la signification « .

Il s’agira d’examiner l’intérêt didactique de la nouvelle du double point de vue de la réception et de la production écrites. Le caractère linéaire de ce genre prête remarquablement à l’élaboration des hypothèses de la part du lecteur. Or la formulation de ces hypothèses, comme le soulignent Francine Cicurel et Dufays, représente une étape primordiale dans le processus de la lecture littéraire. Rappelons qu’il faut dire que le lecteur s’appuie en particulier sur des éléments relatifs au genre textuel auquel il a affaire mais également sur ses connaissances antérieures dans le processus de la lecture. La nouvelle est sans doute un genre qui dispose d’une série de traits qui favorise sa réception : une économie  du langage, un nombre limité de personnages, une action unique qui s’écarte de la multiplication des intrigues et des péripéties sont autant de caractéristiques qui font de la nouvelle un genre remarquablement accessible.

 

BIBLIOGRAPHIE

Luthi, Jean-Jacques, En quête du français d’Egypte, Paris Budapest Torino : L’Harmattan, DL 2005.

Luthi, Jean-Jacques, Introduction à la littérature d’expression française en Égypte : 1798-1945, Paris : Edition de l’école, 1974.

Luthi, Jean-Jacques, Entretiens avec des auteurs francophones d’Égypte : et fragments de correspondance, Paris : L’Harmattan, DL 2008.

Chiss, Jean-Louis ; Reuter, Yves ; David, Jacques, Didactique du français : fondements d’une discipline , Louvain-la-Neuve : De Boeck supérieur, DL2015, cop. 2015.

Cirurel Francine, Lectures interactives en langue étrangère, Collection F-Autoformation, Hachette, Paris. 1991.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

La méthode idéale pour mener un travail scientifique selon Bruno Latour

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie (La Découverte, 2005), Latour conseille d’utiliser quatre carnets distincts afin de rédiger un travail scientifique.

Le premier carnet  devra être une sorte de carnet de bord destiné à contenir tous les micro-événements en rapport avec la recherche. Il devra donc être régulièrement mis à jour. Le second carnet sera dédié à la récolte de l’information, ces informations seront classées de façon chronologique. Quant au troisième carnet, il sera consacré « aux essais d’écriture ad libitum ». Ici devront être inscrites les idées, les ébauches de réflexion. Enfin, dans le quatrième et dernier carnet, Latour suggère d’écrire les effets que le compte rendu  produit sur l’environnement du chercheur.

Voici comment j’envisage d’utiliser la méthode proposée par Latour. Dans le premier carnet, j’insèrerai tout ce que je ferai tous les jours pour mon mémoire  tout au long de l’année. Dans le second carnet, j’inscrirai toutes les remarques de mon directeur de recherche, ainsi que les commentaires de toutes les personnes avec qui j’évoquerai mon mémoire. Pour ce qui concerne le troisième carnet, j’écrirai toutes les idées qui me viendront à l’esprit concernant mon sujet de recherche. Enfin, dans le quatrième et dernier carnet, je noterai toutes les notions en lien avec mon projet de recherche ainsi que la bibliographe.

J’espère avoir le courage de m’astreindre à cette méthode jusqu’au terme de mon travail !

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Labour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte,p. 194-197.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts