Tous les articles par Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

À la recherche d’un directeur de mémoire

J’arrive à l’université de  La Sorbonne en début d’après-midi à la recherche de mon directeur de mémoire. Arrivée au secrétariat, je demande à la secrétaire si le professeur Dupont est arrivé. Elle n’en savait rien. Je décide donc de déambuler dans les couloirs de l’université. Il n’est que 13h54 en général la pause déjeuner finit à 14h pétante ce qu’il pourrait expliquer son absence. Et là, il est 14h12 aucun signe de professeur. Quand soudain, quelqu’un m’interpelle au loin.

P: Nada, est-ce qu’il paraît que tu me cherches?

N: Bonjour monsieur, effectivement, je vous cherchais mais vous voilà maintenant.

P: Alors dis-moi tout à où en est de ce mémoire? pourvu qu’on le boucle avant la fin de l’année! « rire sarcastique »

N: Justement, elle en est à son balbutiement. Je viens vous voir aujourd’hui pour faire un petit point sur ma recherche bibliographique .

P: Très bien, Nada, installons nous et dis-moi tout.

N: Alors, voici les 44 articles publiés de 1980 à 2016 en rapport avec les réfugiés. Alors, il y en a un qui est en grecque, 13 en arabe, 24 en anglais et 16 en français.

P: Très bien, as-tu eu le temps de les lire et de les analyser?

N: Pas tout à fait. En réalité, je les ai lus sommairement mais avant de les analyser plus rigoureusement je voulais avoir votre avis sur leurs pertinences.

P: D’accord, alors tu m’enverras les liens par mail, je vais aussi les lire sommairement d’ici la fin de semaine. En revanche, toi tu commences à les analyser rigoureusement dès aujourd’hui pour pouvoir évaluer la pertinence d’un article. Il faut avant tout l’analyser et pour l’analyser il faut lire rigoureusement.

N: Tout à fait. Merci à vous et à très bientôt.

P: Bon courage Nada! au revoir!

 

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

L’événement CLE International 2017

Comme chaque année CLE International organise une journée entière dédiée au FLE et notamment  aux nouvelles méthodes innovantes.

Cette journée se déroulera le premier février de 14h00 à 20h00, à la cité universitaire de Paris au 17 Boulevard Jourdan, 75014 Paris.

Effectivement, cet événement est très enrichissant pour nous tenir au courant de nouvelles méthodes mais aussi pour nous informer sur des outils complémentaires renouvelés pour des pratiques d’apprentissage différenciées.

Voici le programme de la journée

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Langues et migrations : politique linguistique et didactique à L’ENS

L’école normale supérieure  de Paris organise le 20 janvier une conférence organisée par le laboratoire LATTICE et ECLA sur le thème : migration et apprentissage des langues. Cette conférence sera donnée par le sociolinguiste et didacticien Hervé Adami, professeur des universités (Université de Lorraine, CNRS).

Voici le lien dont il se trouve le programme :

Je vous invite vivement d’y aller. Moi, j’y vais. S’il y a des personnes intéressées, on pourrait aller ensemble.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Pourquoi sensibiliser les apprenants à la culture de la langue cible en classe de FLE?

Même si l’objectif premier des apprenants est d’apprendre à communiquer dans la langue étrangère visée, il est indéniable que la culture a sa place en classe de FLE et que les élèves sont censés y être sensibilisés et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, un des premiers objectifs d’un enseignant est de participer à l’enrichissement culturel personnel de ses élèves. Si cela est vrai quelle que soit la matière enseignée par le professeur, cela l’est d’autant plus lorsque l’on est dans un cours de langues étrangères, là où l’apprenant est directement en relation avec une autre culture que la sienne. En effet apprendre une langue étrangère c’est aussi appréhender une culture nouvelle, des modes de vivre et des façons de penser différents. Ainsi, en intégrant la dimension culturelle à la dimension langagière dans un cours de langues permettra aux apprenants de s’ouvrir à d’autres cultures et donc de favoriser une vision des choses plus objective, un état d’esprit plus tolérant, plus respectueux. Les apprenants pourront alors combattre les stéréotypes et les généralités de la culture cible en les confrontant aux éléments culturels vus (ex : mode de vie, comportements conventionnels au sein de la culture cible) au cours du dispositif d’enseignement/apprentissage de la langue. Il serait alors intéressant pour le professeur de mettre en évidence les repères culturels véhiculés par la langue, les médias, la publicité etc de sorte à ce que les apprenants puissent les interpréter, et s’en servir pour mieux connaître le pays de la langue cible. De plus, la culture est un soutien pour la langue et elle vient ainsi, non pas handicaper l’apprenant mais l’aider dans son apprentissage, en cela qu’elle lui ouvre une autre passerelle.

Par ailleurs, il nous paraît évident que les apprenants se doivent d’être initiées à la culture de la langue cible en cours de langue dès lors que « la communication dans une langue étrangère consiste à maitriser en premier des usages langagiers mais aussi à apprendre à adapter ces compétences en langue, aux situations de communication, aux contextes dans lesquels prennent place ces échanges et cela s’acquiert via la culture. »( Le français langue étrangère, Fabrice Barthélémy Dominique Groux et Louis Porcher, 2011). Ainsi nous sommes véritablement devant une complémentarité de l’élément langagier avec l’élément culturel. L’un ne peut pas aller sans l’autre dans le processus d’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère.

En outre, chaque langue, chaque code de communication dessine l’identité culturelle de chaque société, dès lors enseigner/apprendre une langue étrangère c’est aborder du culturel. De ce fait, il est impossible de faire l’impasse sur la culture en cours de langue étrangère.

 

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

La nuit de la lecture

Le samedi 14 janvier 2017, toutes les bibliothèques et librairies seront ouvertes au public sur des horaires étendus.

Au programme

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art : Réouverture de la salle de lecture, dite salle Labrouste (58 rue de Richelieu, 75002 Paris).

En 1854, Henri Labrouste se voit confier le chantier de reconstruction de la bibliothèque impériale. Il déploie une ingénieuse structure métallique indépendante de la maçonnerie. En 2016, la bibliothèque de l’INHA s’installera dans la salle Labrouste restaurée. Cet espace, qui fut longtemps la salle de lecture principale de la Bibliothèque nationale de France, est un véritable chef-d’œuvre architectural, témoignage de la modernité et de l’inventivité de son créateur, Henri Labrouste. Inaccessible au public jusqu’ici, le magasin central accueillera, au cours de cette année, dans la nouvelle configuration de la bibliothèque, les collections en libre accès de l’INHA. Avec cet ensemble, Labrouste signe son ultime chef-d’œuvre. Comme la bibliothèque Sainte-Geneviève, la Bibliothèque nationale de France sera célébrée pour son modernisme et l’ingéniosité de sa conception, dont l’architecture sera copiée dans le monde entier : plus qu’un lieu, Labrouste y a créé un modèle durable.

Librairie Henri IV : Anna Dubosc, lauréate du premier prix Hors Concours (15 boulevard Henri IV, 75004 Paris).

La librairie Henri IV est l’une des plus anciennes librairies de France. Elle accueillera une jeune auteure Anna Dubosc, lauréate du premier prix Hors Concours.

Librairie des Guetteurs de vent : Ouverture officielle (45 rue du Faubourg-du-Temple, 75011 Paris).

La librairie indépendante des Guetteurs de vent qui a reçu en 2009 le label LIR ouvre à l’occasion de la Nuit de la lecture son deuxième magasin. De nombreux auteurs seront présents lors de cette ouverture officielle : Gérard Mordillat, Isabelle Monnin, Marc Boutavant, Brigitte Giraud, Harold Hyman.

Librairie Jonas : Marathon de lecture (14 rue de la Maison Blanche, 75013 Paris).

À l’occasion des 60 ans de la librairie et du lancement de la première édition de la Nuit de la lecture, la célèbre librairie indépendante Jonas organise un marathon de lecture. Les lecteurs se relaieront toute la soirée. Le livre sélectionné pour l’occasion est Pourfendeur de nuages, de Russel Banks.

Médiathèque musicale de Paris : Marie Modiano, concert littéraire avec Peter von Poehl (8 porte Saint-Eustache, 75001 Paris).

Marie Modiano, auteur-compositeur, chanteuse, poète et romancière (son deuxième roman, Lointain, sort le 12 janvier prochain aux éditions Gallimard), présentera ses poèmes mis en musique accompagnée à la guitare de Peter von Poehl et lira des extraits de son nouveau roman.

Bibliothèque publique d’information (Bpi) : Lectures par des élèves du Cours Florent – visite exposition « Gaston au-delà de Lagaffe » – ouverture exceptionnelle jusqu’à minuit (1 rue Beaubourg, 75004 Paris).

Le projet d’une grande bibliothèque de lecture publique installée dans le centre de Paris est né dans les années 1960. Quand Georges Pompidou propose la construction d’un musée d’art moderne sur le plateau Beaubourg, l’idée de lui associer une grande bibliothèque s’impose. Elle ouvre avec le Centre en 1977. Pour la Nuit de la lecture, la Bpi proposera, au sein même de ses espaces, des parenthèses littéraires avec les élèves du Cours Florent. La soirée sera ponctuée de lectures de textes consacrés au plaisir de lire à travers les siècles. Les voix des comédiens permettront au public de revivre l’émotion soulevée par la lecture de Voltaire, Hugo, Proust, Sartre, Sarraute, Yourcenar, PEF et bien d’autres. Une ouverture exceptionnelle jusqu’à minuit sera également prévue avec une visite de l’exposition « Gaston, au-delà de La-gaffe ».

Bibliothèque Chaptal : Rencontre avec Hélène Nicolas alias « Babouillec » (26 rue Chaptal, 75009 Paris).

Rencontre avec Hélène Nicolas alias « Babouillec » jeune auteure autiste, à laquelle un très bel hommage a été rendue dans le film documentaire Dernières nouvelles du Cosmos de Julie Bertuccelli (en salle actuellement). Dotée d’une sensibilité exacerbée, Babouillec a écrit plusieurs livres dont Algorithme éponyme et Raison et Acte dans la douleur du Silence, où elle invite le lecteur à se plonger avec elle dans les méandres de sa pensée. Des extraits de ses livres seront lus par des comédiens, donnant ainsi toute sa résonnance à l’esprit philosophique de Barbouillec.

Bibliothèque Robert Sabatier : Rencontre avec Magyd Cherfi (29 rue Hermel, 75018 Paris).

L’ex-chanteur du groupe Zebda est aussi un écrivain talentueux à la verve colorée et drôle. Son troisième livre Ma part de Gaulois (aux éditions Actes Sud) a reçu le prix des libraires et a été sélectionné dans la première liste du Goncourt. Vente dédicace à la fin de la rencontre organisée par la librairie L’Attrape-Cœurs, dans le 18e arrondissement.

Bibliothèque Françoise Sagan : Fête de clôture des Mordus du manga (8 rue Léon Schwartzenberg, 75010 Paris).

La bibliothèque Françoise Sagan fera découvrir au public les lauréats du prix des Mordus du manga 2016 parmi les sélections 8-12 ans et 13 ans et plus. Cette après-midi festive sera donc dédiée à la culture japonaise : jeux vidéo, ateliers de nail-art, speedbooking, démonstration de Kobudô et autres réjouissances seront au programme dans l’ensemble de la médiathèque. En invitée spéciale, la chanteuse japonaise Kumisolo donnera un concert pour tout public à partir de 4 ans.

Bibliothèque Marguerite Yourcenar : Une nuit à la médiathèque avec Marianne James (41 rue d’Alleray, 75015 Paris).

Plusieurs jeux seront proposés sur le thème « ambiance électrique ». Au programme : jeux de rôle (pour un soir devenez loup garou ou villageois…), jeux de plateaux (Concept, Trivial Pursuit, Esquisse…), jeux vidéo (Guitar Hero, Just Dance, Mario Kart) et blind test autour des musiques de film. Pour les enfants, ce sera une ambiance spéciale « doudous » avec théâtre d’ombres, contes pour enfants ou adultes sages, écoute musicale… Enfin, le public est invité à apporter son pyjama pour se glisser sous les couvertures et écouter Marianne James, alias « Tatie Jambon », accompagnée de ses musiciens.

Bibliothèque du cinéma François Truffaut : Rencontre avec l’acteur Yves Heck et la réalisatrice Danielle Arbid (Forum des Halles – 4 rue du cinéma, 75001 Paris).

La bibliothèque François Truffaut fait partie des 17 bibliothèques spécialisées et patrimoniales que compte la Ville de Paris. Ouverte en 2008 en embarquant un fonds cinéma qui commençait à se sentir à l’étroit dans les rayonnages d’André Malraux (6e arrondissement), François Truffaut rassemble à peu près tout ce qui s’écrit sur la chose filmée, du plus technique au plus glamour, avec un nombre important d’ouvrages (30 % environ) dans la « langue d’Hollywood » et quelques pépites comme les archives de Jean Gruault, scénariste de la Nouvelle Vague qui a travaillé notamment avec Alain Resnais, Jacques Rivette et Truffaut lui-même. Lors de la Nuit de la lecture, le comédien Yves Heck (Minuit à Paris, L’Avenir) invite la réalisatrice Danielle Arbid (Peur de rien, Beyrouth Hotel, Un homme perdu, Dans les champs de bataille) pour ce « Tête de lecture » spécial cinéma. Chaque spectateur pourra apporter une ou deux pages de littérature lui tenant à cœur. Yves Heck lira, au débotté, les textes tirés au sort.

Bibliothèque Aimé Césaire : Spécial illustration et Bande dessinée by night ! (5 rue de Ridder, 75014 Paris).

Le public sera convié à découvrir la bibliothèque « by night » avec un coup de projecteur sur l’illustration et la bande dessinée. Les adultes pourront assister à un atelier d’initiation au dessin BD avec Isao Moutte, auteur de Castagne et Armany jeans, puis à partager leurs coups de cœurs BD ou manga. Pour les plus jeunes, une heure du conte, des projections, des activités numériques et des jeux de société sur l’illustration seront proposés. Chacun est invité à apporter quelque chose à grignoter, madeleines de Proust ou chocogrenouilles, en lien avec ses livres préférés ou selon l’inspiration.

Librairie L’Humeur Vagabonde : Soirée lecture La mémé du chevalier de Cécile Alix (43 rue du poteau, 75018 Paris).

La librairie propose la lecture du roman de littérature jeunesse La mémé du chevalier de Cécile Alix (éditions Magnard).

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

séminaire « Critique sociale du langage »-mot « race »

Ce séminaire aura lieu ce vendredi 6 janvier prochain, de 15h à 18h, à la Sorbonne, en salle D 676. Une séance, intitulée « Hygiène verbale, bain de bouche politiquement correct », consistera en une présentation par David Eisenschitz du livre Hygiène verbale de Deborah Cameron (1995/2012), cette intervention sera suivie d’une réflexion sur la question du tabou de la « race » en France. En effet, des problèmes que posent l’usage de ce mot, notamment dans la bouche d’hommes politiques.

« Pourquoi le mot « race » pose t-il problème ? », un entretien avec l’historien Jean-Frédéric Schaub, auteur de Pour une histoire politique de la race. Cet entretien part justement de la polémique autour de l’expression de « race blanche » utilisée par Nadine Moran. En effet, il y a un an Nadine Moran a provoqué une polémique à cause du mot « race »

Vous trouverez ci-dessous l’introduction de la réédition de 2012 du livre de Cameron. Et pour vous mettre en bouche sur la question de la « race », voici le lien vers deux courts articles de presse sur ce sujet :

Pourquoi le mot « race » pose-t-il problème ? – France Info

Une interview d’Eric Fassin, sociologue spécialisé sur les questions de race et de genre, entre autres, intitulée « Qui parle de race aujourd’hui ? » :

Éric Fassin : « Qui parle de race aujourd’hui ? » – regards.fr

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

La langue de Molière rayonne toujours!

Selon une nouvelle étude menée par l’institut européen d’administration des affaires (INSEAD), le français serait la troisième langue des affaires et également la langue la plus parlée  dans le monde, il arriverait juste derrière l’anglais et le mandarin, respectivement à la première et deuxième place du classement. Ce classement est du à l’influence culturelle ainsi qu’à la force économique.

jeparlefrancais_225_0

Avec près de 275 millions de personnes sont francophones dans le monde et ce chiffre en constante augmentation. En effet, la langue française est notamment portée par l’Afrique subsaharienne,  précise le rapport de l’Organisation Internationale de la Francophonie OIF. Sur  les 30 pays ayant le français comme langue officielle, 22 sont des pays africains et près de 120 millions de  francophone y sont répartis dans 32 pays.

Aussi avec 125 millions d’élèves, en 2015 le français se classait au deuxième rang des langues les plus enseignées dans le monde, il est derrière l’anglais et la quatrième place des idiomes les plus présents sur internet.

Continuons le FLE!

 

*Image prise de Google

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Le rendez-vous des carnettistes

Une belle manifestation artistique et littéraire se tiendra à Clermont-Ferrand du 18 au 20 novembre 2016. En effet, c’est le rendez-vous annuel du carnet de voyage.

Chaque année au mois de novembre, Clermont-Ferrand devient la ville de rencontres de plusieurs carnettistes venus des quatre coins de la planète pour exposer leurs carnets.

Cet événement artistique et littéraire est une très belle occasion pour les passionnés de voyages. Effectivement, ces carnets nous permettent de nous souvenir de nos voyages, c’est une manière de nous graver tellement de souvenirs!

Enfin, comme le témoigne Nicolas Jolivot  » le carnet de voyage permet d’avoir des souvenirs pérennes, de ne pas oublier les lieux visités et les personnes rencontrées. En cela, le carnet de voyage est beaucoup plus performant que le cerveau humain ! » Il ajoute aussi  » Et puis, quand je pars tout seul, c’est mon pote, mon confident, une carte de visite pour aborder les gens »

*Photo : Crédit Festival du carnet de voyage

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Nuit de la Poésie à l’IMA

Un événement inédit à ne pas rater, cela pourrait être une source d’inspiration pour nos mémoires!

 

image-teaser-event-nuit-poesie-2016

 

L’institut du monde arabe organise du samedi 12 novembre à 19h jusqu’au lendemain matin 7h57, précisément jusqu’au lever du soleil : une NUIT ENTIERE consacrée à la poésie sous toutes ses formes. Langue arabe, langue française, langue des signes, poésie classique et contemporaine de plus, de la musique traditionnelle et actuelle.

Maintenant allons à l’essentiel, le programme :

19h – 7h57

 

Christiane Taubira

Christiane Taubira, dont on sait l’amour pour la poésie et l’art oratoire – «  Rien n’interdit de faire sens avec beauté, avec lyrisme » – ouvrira cette Nuit de la Poésie et viendra partager quelques poèmes.

 

Violaine Schwarz et May Skaf

Projection de Faces, clip avec Maram Al Masri.

Violaine Schwarz et May Skaf liront en français et en arabe des extraits du recueil Elle va nue la liberté de la poétesse syrienne Maram al-Masri.

Projection du court-métrage Nue la liberté avec Maram al-Masri, écrit et réalisé par François Marthouret. NOUVELLES PERSPECTIVES Productions.

 

Des poètes slameurs…

… dont Gucci, Stef H, Stephane Le Goff, Otto Chronopio et Serie B,  entre autres, ayant tous participé à plusieurs grands slams nationaux, proposeront une scène ouverte de poésie avec le concours de la Fédération française de Slam Poésie.

 

Poésie des signes avec Djenebou Bathily :

Poétesse et slameuse sourde « aux mains fertiles » qui nous livrera ses créations dans cette parole à part entière qu’est la langue des signes.

 

Véronique Caye

Estelle Meyer (interprétation et chant) et Frédéric Minière (son, basse et guitare électrique) interpréteront Les Suspendues, une performance de Véronique Caye qui explore les images et les sons qui font notre vision du monde. Théâtre, musique, vidéo à réalité augmentée se mêlent pour nous faire vivre un voyage inédit à travers la poésie arabe, du mystique persan al-Hallâj à Mahmoud Darwich  et à Adonis.

 

Mohamed Hmoudane

Le romancier et poète marocain Mohamed Hmoudane, accompagné de Tarik Chaouach, viendra partager son recueil de poésies Etat d’urgence.

 

Violaine Schwartz, May Skaf et Valérie Zenatti

Autour de textes écrits par la romancière Valérie Zenatti à la mort de Mahmoud Darwich, Violaine Schwartz, May Skaf et Valérie Zenatti prêteront leurs voix à la lecture du grand poète palestinien.

 

Parfums et poésie

Parfums et Poésie avec Bagdad Jérusalem de Salah Al Hamdani et Ronny Someck,  interprété par le parfumeur Jean-Christophe Hérault. La poésie a-t-elle un parfum ? L’enfance à Bagdad en a-t-elle un aussi ? Créateur de parfums pour Balenciaga, Thierry Mugler ou Comme des Garçons, Jean-Christophe Hérault,  dans le cadre d’une collaboration avec International Flavours and Fragrances portée par La Maison de la Poésie, présentera une série de compositions olfactives suscitées par la lecture en hébreu, français et arabe de poèmes du recueil Bagdad Jérusalem, né d’une poignée de main entre deux poètes – l’un arabe, l’autre juif – nés la même année, 1951, dans la même ville, Bagdad. Delphine de Swardt modérera cette rencontre entre les deux écrivains et le parfumeur.

Wissam Arbache

Poèmes syriens d’hier et d’aujourd’hui

Lectures par Wissam Arbache et Reem Ali,  accompagnés de David Chiesa (contrebasse).

Wissam Arbache est acteur et metteur en scène de théâtre et d’opéra d’origine syro-libanaise. De Mahmoud Darwich à Corneille, son travail de mise en scène est tout entier imprégné de son indéfectible intérêt pour la langue. Riche de sa position particulière à la jonction de deux cultures, il propose un nouveau concept de lectures poétiques permettant une représentation bilingue. Ainsi, pour cette Nuit de la Poésie, langue arabe et langue française s’entrecroiseront pour faire résonner en chacun un échantillon de la poésie syrienne : « ce souffle qui se poursuit, qui continue de faire de « Syrie » un nom propre en résistant à ce mouvement général qui tente d’en faire un nom commun synonyme de problème ».

Seront lus les poèmes : Homme en colère  de Abdel Bâsset Al-Soufi,  Au monde d’ Omar Abou Riché,  Je suis absolument certaine de ce qui a lieu de Rasha Omran,  Eau et cendre  de Aïcha Arnaout,  Soldat à l’asile  Golan Haji,  la langue de l’hôte réfugié est silence  d’ Hala Mohammad,  Je pleure de  Badawi Al-Jabal, Rituel des jours et des nuits de Chawqui baghdadi, Le petit chaperon rouge de Mamdouh Adwan, Dans plusieurs années de Muhammad Nimr Al-Madani, A Damas de Nizar Qabbani.

 

Zeina Abirached

Zeina Abirached, dessinatrice et bédéiste, auteur du Piano Oriental (Castermann, 2015), qui a réalisé le visuel de cette première Nuit de la Poésie, dessinera en direct pendant la lecture des poèmes choisis par Wissam Arbache, et ses dessins seront projetés sur écran tout au long de la lecture.

 

Norah Krief

La comédienne et chanteuse Norah Krief, accompagnée par Frédéric Fresson et Yousef Zayed au oud, nous offrira une nouvelle interprétation d’Al-Atlal, l’un des chefs-d’œuvre du poète égyptien Ibrahim Nagi, jadis chanté par la grande Oum Kalthoum.

 

Camélia Jordana, Aïda Nosrat, Babx, L (Raphaële Lannadère),  Jeanne Added, et le oudiste Grégory Dargent

La chanteuse et comédienne Camélia Jordana, les auteurs-compositeurs interprètes Aïda Nosrat, Babx, L (Raphaële Lannadère),  Jeanne Added, et le oudiste Grégory Dargent se lanceront également dans l’aventure poétique de cette première Nuit avec une proposition musicale inédite.

 

Bastien Lallemant, avec Maëva Le Berre, Sébastien Martel, Sarah Murcia et Camélia Jordana

Bastien Lallemant nous fera découvrir sa « Sieste acoustique », un concept qu’il partage à travers toute la France depuis 2010. La clé de son succès unanime : proposer à son public, au tintement d’une clochette, de se laisser bercer pour un « moment d’arrière-monde », bien loin de notre société et de ses constantes sollicitations. Bastien Lallemant, la comédienne Maëva Le Berre, le musicien Sébastien Martel, la contrebassiste Sarah Murcia  et Camélia Jordanaaccompagneront en musique tous ceux qui recherchent douceur et apaisement, dans la deuxième heure de la journée du 13 novembre. Oreillers recommandés et sommeil autorisé !

 

Mathieu Bauer, Sylvain Cartigny (guitare) et Lazare Boghossian(claviers)

Lecture poétique et sonore inédite sur le long poème d’Abdellatif Laâbi, Ecroulements, à partir de textes de poètes syriens, par Mathieu Bauer, batteur et directeur artistique du Nouveau Théâtre de Montreuil et les musiciens compositeurs Sylvain Cartigny (guitare) et Lazare Boghossian(claviers). Trois artistes plusieurs fois réunis pour des performances musicales mêlant musique, théâtre et poésie. Ils seront accompagnés du comédien Hammou Graïa.

 

Petit déjeuner oriental à 7h jusqu’au lever du soleil avec Brigitte de Malau, plasticienne et cuisinière.

 

Entrée libre, sauf restauration

*Photo : Casterman, Le piano Oriental, Zeina Abirached (2015)

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

La nouvelle en fle

Ce projet de recherches s’articule autour de deux grandes parties, une première partie descriptive, qui concerne le terrain de la recherche à savoir l’enseignement du français à l’université du Caire.  Dans une seconde partie, après un examen des caractéristiques littéraires de la nouvelle, le travail s’appuiera sur un questionnaire adressé à des enseignants de français en Egypte portant sur l’utilisation qu’il peuvent faire de la nouvelle dans leur pratique.

Cette recherche, qui vise à l’amélioration de l’enseignement/ apprentissage de la langue française à l’université en Egypte, consiste à s’interroger sur l’intérêt de l’utilisation de la nouvelle au sein de la classe de langue. La nouvelle, de par ses caractéristiques génériques et sa langue contemporaine constitue un outil pédagogique parfaitement adapté et utile à l’enseignement du français langue étrangère.

La nouvelle, en tant que genre littéraire qui se caractérise en premier lieu par sa forme brève, paraît particulièrement indiquée en contexte FLE, du fait notamment que, les textes intégraux sont vivement préconisés en didactique. En effet, comme le souligne Francine Cicurel :  » un véritable apprentissage de la lecture passe par une lecture intégrale afin que l’apprenant puisse suivre le déroulement du récit et s’appuyer sur les indices successifs du texte pour en voir la signification « .

Il s’agira d’examiner l’intérêt didactique de la nouvelle du double point de vue de la réception et de la production écrites. Le caractère linéaire de ce genre prête remarquablement à l’élaboration des hypothèses de la part du lecteur. Or la formulation de ces hypothèses, comme le soulignent Francine Cicurel et Dufays, représente une étape primordiale dans le processus de la lecture littéraire. Rappelons qu’il faut dire que le lecteur s’appuie en particulier sur des éléments relatifs au genre textuel auquel il a affaire mais également sur ses connaissances antérieures dans le processus de la lecture. La nouvelle est sans doute un genre qui dispose d’une série de traits qui favorise sa réception : une économie  du langage, un nombre limité de personnages, une action unique qui s’écarte de la multiplication des intrigues et des péripéties sont autant de caractéristiques qui font de la nouvelle un genre remarquablement accessible.

 

BIBLIOGRAPHIE

Luthi, Jean-Jacques, En quête du français d’Egypte, Paris Budapest Torino : L’Harmattan, DL 2005.

Luthi, Jean-Jacques, Introduction à la littérature d’expression française en Égypte : 1798-1945, Paris : Edition de l’école, 1974.

Luthi, Jean-Jacques, Entretiens avec des auteurs francophones d’Égypte : et fragments de correspondance, Paris : L’Harmattan, DL 2008.

Chiss, Jean-Louis ; Reuter, Yves ; David, Jacques, Didactique du français : fondements d’une discipline , Louvain-la-Neuve : De Boeck supérieur, DL2015, cop. 2015.

Cirurel Francine, Lectures interactives en langue étrangère, Collection F-Autoformation, Hachette, Paris. 1991.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

La méthode idéale pour mener un travail scientifique selon Bruno Latour

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie (La Découverte, 2005), Latour conseille d’utiliser quatre carnets distincts afin de rédiger un travail scientifique.

Le premier carnet  devra être une sorte de carnet de bord destiné à contenir tous les micro-événements en rapport avec la recherche. Il devra donc être régulièrement mis à jour. Le second carnet sera dédié à la récolte de l’information, ces informations seront classées de façon chronologique. Quant au troisième carnet, il sera consacré « aux essais d’écriture ad libitum ». Ici devront être inscrites les idées, les ébauches de réflexion. Enfin, dans le quatrième et dernier carnet, Latour suggère d’écrire les effets que le compte rendu  produit sur l’environnement du chercheur.

Voici comment j’envisage d’utiliser la méthode proposée par Latour. Dans le premier carnet, j’insèrerai tout ce que je ferai tous les jours pour mon mémoire  tout au long de l’année. Dans le second carnet, j’inscrirai toutes les remarques de mon directeur de recherche, ainsi que les commentaires de toutes les personnes avec qui j’évoquerai mon mémoire. Pour ce qui concerne le troisième carnet, j’écrirai toutes les idées qui me viendront à l’esprit concernant mon sujet de recherche. Enfin, dans le quatrième et dernier carnet, je noterai toutes les notions en lien avec mon projet de recherche ainsi que la bibliographe.

J’espère avoir le courage de m’astreindre à cette méthode jusqu’au terme de mon travail !

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Labour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte,p. 194-197.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts