Tous les articles par Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

Événement : 18èmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature

Du 31 mai au 3 juin 2017 se dérouleront les 18èmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature à l’ESPE de Caen.

Cet évènement aura pour thème « Littérature de l’altérité, altérités de la littérature : moi, nous, les autres, le monde ». Il est organisé par  Anne Schneider & Magali Jeannin.

Voici le lien : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/laslar/4050

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Perdue au milieu de mes notes … : La Journée ASDIFLE à l’Alliance Française

En reprenant mes diverses notes, je me suis rendue compte que je ne vous ai toujours pas fait part de mon expérience de la journée consacrée aux métiers du français dans la formation professionnelle. Je rectifie donc mon oubli via ce billet : vaut mieux tard que jamais me direz-vous !

La journée ASDIFLE s’est tenue le vendredi 31 Mars 2017 dans les locaux de l’Alliance Française de Paris à Raspail. Ce fut pour moi l’occasion de découvrir ces locaux. Il est  essentiel de préciser que l’ASDIFLE est une association de didactique du français langue étrangère qui s’est constituée dans les années 1980. Madame Véronique Laurens, qui enseigne dans notre Master de Didactique des langues et des cultures en est la directrice actuelle.

Cette journée a débuté à 8h30, afin de nous enregistrer : il était impératif de s’inscrire via un formulaire afin de participer à cette journée.  Des éditeurs étaient présents afin de présenter leurs derniers ouvrages, cela fut l’occasion d’aller à leur rencontre une seconde fois.

A 9h, la journée a officiellement débuté avec une première conférence donnée par Alexandre Holle concernant « La formation en français à visée professionnelle ».  Cette intervention fut suivie d’une table ronde trente minutes plus tard, qui a réuni neuf personnalités du monde du FLE occupant divers postes dans diverses institutions. Cette table ronde fut intéressante car elle m’a permis de me rendre davantage compte que le monde du FLE est extrêmement vaste.

Après une courte pause café, il fut l’heure de nous rendre dans les divers ateliers qui nous étaient proposés. Pas moins de neuf ateliers étaient accessibles tout au long de l’après-midi, à condition de s’y être inscrit via le formulaire. Regroupés dans trois « grands » groupes thématiques, il était possible d’assister à trois d’entre eux.

Personnellement, j’ai fait le choix de m’inscrire à l’atelier qui m’intéressait le plus, à savoir « Formateur en école d’ingénieurs ». Il était animé par Cathy SABLÉ, professeur de FLE à l’IMT – Atlantique, Bretagne – Pays de la Loire, École Mines -Télécom. Nous étions une petite dizaine de personnes dans la salle.
Voici un résumé de ce que nous y avons appris : Les écoles d’ingénieur sont typiquement françaises.
Les cinq pays au monde accueillant le plus d’étudiants sont les Etats-Unis, l’Angleterre, l’Australie, l’Allemagne et la France.
Cette école située à Brest compte 40 % d’étudiants étrangers dans ses rangs. Sur ces 40%, 41% viennent du Magreb (principalement du Maroc), 16% d’Afrique Subsaharienne, 13% de Chine, 10% d’Amérique du Sud, 8% du Brésil, 6% d’Europe (principalement d’Espagne, de Roumanie, de Pologne…), 4% du Moyen-Orient (Egypte et Liban), 3% du Vietnam et 3% d’autres pays.
Il est primordial de prendre en compte cette grande hétérogénéité. Il n’y a aucune exigence concernant leur niveau en français lors de l’admission dans cette école d’ingénieur. Le niveau observé le plus couramment est le A2 (du CECRL). Afin que les étudiants étrangers ne soient pas pénalisé par leur niveau peu avancé en français, les cours sont dispensés en anglais lors du premier semestre de L1 (première année de licence).
Après cette partie théorique, nous sommes invités à choisir entre deux modes d’examens à proposer à ces étudiants de FLE d’après les éléments concernant leur profil. Il est possible d’avoir recours au DELF, qui est valable à vie ou au TCF, qui n’est reconnu que 2 ans, ce qui implique que l’étudiant doit le repasser régulièrement s’il veut le faire figurer sur son CV.
Par la suite, l’intervenante nous a proposé de nous mettre dans la peau de recruteur d’enseignant de FLE. Trois CV nous ont été distribués et nous devions choisir un des trois, celui qui nous semblait le plus pertinent et justifier notre choix en nous appuyant sur des éléments précis du CV.
Je vous joins le programme de cette journée afin que vous puissiez consulter les noms des personnes qui lui ont donné vie : http://www.asdifle.com/sites/default/files/Programme_JourneeProASDIFLE2017.pdf
Cette journée fut riche en informations, en découvertes et en rencontres.
Par ailleurs, afin de faire un lien entre ce qui vient d’être dit et les évènements actuels, je vous propose de retrouver le billet de Marija Apostolović concernant un évènement portant sur l’hétérogénéité en classe de langue qui aura lieu demain, jeudi 11 Mai à l’INALCO : https://arlap.hypotheses.org/9154#comment-25777

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Un terrain de recherche à multiples facettes

Dans le cadre de mon mémoire, portant sur les extraits linguistiques dans les manuels de FLE, je me suis constituée un terrain de recherche qui a (énormément) évolué entre la première rencontre avec mon directeur de recherche et maintenant, alors que je rédige mon travail.

Dans un premier temps, j’avais pensé me constituer un terrain exclusivement composé de manuels de langue que je pourrais analyser dans mon mémoire afin d’en tirer des éléments intéressants  que je pourrais compléter par divers ouvrages. Mais, je me suis très vite rendue compte, notamment grâce à mon directeur de mémoire, que cela ne serait pas suffisant !

En effet, un manuel est un outil mais aussi et surtout un moyen de véhiculer des idées et des représentations sur la langue, les locuteurs et la culture du/des pays dans laquelle elle est employée. Derrière cet outil se cachent des éditeurs. Ils font les manuels et à se titre, il est important (pour ne pas dire primordial) de leur donner la parole afin de comprendre comment, pourquoi ils créent ces manuels et pourquoi ils y insèrent tels éléments/documents/questions/activités plutôt que d’autres. Et dans le cadre de mon mémoire, ces questions étaient naturellement axées sur la question de la littérature plutôt que sur la grammaire, par exemple.

Comme je vous en avais fait part il y a un mois de cela, je suis allée à la rencontre des éditeurs lors du Salon Du Livre de Paris qui s’y tenait fin Mars. Depuis, un membre des éditions de Hachette FLE m’a recontactée par mail et j’ai eu la possibilité de lui poser toutes les questions souhaitées concernant ma problématique. Cela fut extrêmement enrichissant pour mon travail mais aussi d’un point de vue personnel.

Afin de faire également figurer « les pièces manquantes du puzzle » à mon mémoire, à savoir les apprenants et les enseignants, j’ai pris la décision de mettre en place deux questionnaires, un premier destiné aux apprenants et un second pour les enseignants afin de voir quelle vision ils ont des propositions littéraires qui sont faites dans les manuels de FLE généralistes (qui ne sont pas spécialisés en FLE), les attentes qu’ils en ont, l’usage qu’ils en font et comment ces manuels pourraient être améliorés selon eux.

Je profite de ce billet pour remercier très chaleureusement les étudiants de M2 qui ont gentiment accepté de prendre le temps d’y répondre !

Mon terrain de recherche se compose donc maintenant de cinq manuels de FLE  mais aussi d’échanges par mail avec un éditeur de manuels et de deux questionnaires, ce qui lui confère une dimension plus complète. De plus, il est extrêmement riche à exploiter !

Lien vers mon article sur le Salon du Livre  : https://arlap.hypotheses.org/8967

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Rencontre avec les maisons d’Edition – Salon du livre 2017

Le dimanche 26 mars, je me suis rendue au Salon du livre de Paris qui se tenait Porte de Versailles.

L’an dernier, j’y étais allée pour la première fois depuis plusieurs années et quelle n’avait pas été ma surprise de voir un petit carré composé d’éditeurs de manuels de FLE !

Actuellement en pleine rédaction de mon mémoire de recherche portant sur l’entrée en littérature française via les extraits littéraires proposés dans les manuels de FLE, il est essentiel pour moi de disposer du point de vue d’un éditeur/d’un auteur qui participe à la réalisation d’un manuel de FLE afin de comprendre les choix qui sont faits (choix des œuvres, des extraits, objectifs poursuivis…).

Arrivée au salon, je déambule dans les allées afin d’observer les maisons d’éditions représentées, les auteurs présents pour la signature d’autographes. Cela est l’occasion de me concentrer et de réfléchir une dernière fois à la façon dont je vais aborder les éditeurs.

Après avoir traversé la foule, me voilà enfin arrivée allée B, où se situe le coin FLE d’après le plan emprunté à l’entrée du salon.

Pour commencer, je décide d’aller voir les deux représentants de la maison d’édition Didier. Tous deux sont extrêmement gentils et écoutent avec attention ce que je leur dis (je leur résume brièvement ma situation : Etudiante qui réalise son mémoire sur la littérature dans les manuels de FLE qui aurait des questions à poser à un éditeur …). Malheureusement, ils ne peuvent répondre à mes questions car ils ne travaillent pas à la conception des manuels. Néanmoins, ils me donnent le mail d’une personne qui serait habilitée à répondre à mes questions.

Je poursuivis ensuite mon investigation avec le stand de chez Clé International. Je dois dire que ce fut l’entretien le moins enrichissant. En effet, la personne était débordée par l’affluence et ne pouvait pas répondre à mes questions. Je me suis donc contentée d’un petit dépliant récapitulant les nouveautés de l’année 2017 et les coordonnées des personnes « importantes » de la maison d’édition.

Je suis finalement allée à la rencontre des représentantes de chez Hachette FLE. La première personne était chargée de l’espace numérique et la seconde … La co-auteure du manuel Le Nouveau Taxi ! 3, un des manuels qui fait justement partie de mon corpus de cinq manuels. Nous avons alors discuté durant plusieurs minutes avant de devoir nous séparer car l’affluence sur le stand était de plus en plus importante. Nous continuons de communiquer via mail.

Cette après-midi de dimanche 26 mars fut donc riche en rencontres pour mon mémoire !

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Mémoire : Proposition d’une première ébauche de plan

Bonjour,

j’aimerais vous faire partager une première ébauche de plan pour mon mémoire qui a pour thème la littérature dans les manuels de FLE. Pour cela, je m’appuie sur cinq manuels de FLE de niveau B1 plutôt récents (je vous fournirai les titres de ces derniers en commentaire si cela vous intéresse) . Le plan que je vous propose ici nécessite de nombreuses modifications/ améliorations. Vos commentaires et vos avis sont plus que bienvenus.

Je me questionne sur la nécessité ou non d’un questionnaire à proposer aux étudiants qui étudient ou ont étudié le FLE concernant la récurrence de textes littéraires étudiés en FLE (ceci est une hypothèse que j’émets).  Cela me serait utile pour le troisième point de ma quatrième partie.

Introduction

  1. justification du choix du sujet
  2. problématique
  3. hypothèses de départ

Première partie : Définition de la notion de « littérature »

  1. Qu’est-ce que la littérature ? Un texte littéraire ?
  2. Les cas spécifiques : la musique et les scénarios
  3. Une littérature spécifique au FLE ?

Deuxième partie : Cinq manuels comme terrain

  1. Présentation des manuels
  2. Les textes littéraires et leur place dans ces manuels

Troisième partie : Littérature et manuels de FLE : la « manuélisation » du texte littéraire

  1. Le choix des textes littéraires : choix arbitraire ou réelle réflexion didactique ? Quelle place réservée aux attentes des enseignants de FLE ?
  2. La place des textes littéraires dans les manuels de FLE : réel intérêt littéraire ou simple prétexte ?
  3. Les questionnaires d’aide à la compréhension

Quatrième partie : La littérature en FLE

  1. Les adaptations littéraires au public FLE
  2. La littérature comme moyen de diffusion de la culture
  3. Des textes littéraires récurrents en FLE

Conclusion

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Un allié de taille pour rédiger mon mémoire : Umberto Eco

Il y a quelques semaines, en déambulant dans une librairie, je suis tombée sur un ouvrage intitulé  Comment écrire sa thèse d’Umberto Eco. En le feuilletant, et en m’attardant sur la table des matières, je me suis très vite rendu compte qu’il serait un allié de choix pour la rédaction de mon mémoire.

En effet, l’ouvrage comporte sept grandes parties qui sont :

I) Qu’est-ce qu’une thèse ? A quoi sert-elle ?
II) Le choix du sujet
III) La recherche du matériau
IV) Le plan de travail et les fiches
V) La rédaction
VI) La rédaction définitive
VII)  Conclusions

Le livre reprend point par point les étapes essentielles à la constitution d’un mémoire (un mémoire est en quelque sorte une petite thèse, n’est-ce pas ?), du choix du sujet à la rédaction définitive. Il reprend les principaux pièges à éviter et répond à des questions que nous nous sommes tous au moins posés au moins une fois depuis que nous avons entamé notre travail de recherche.

Cet ouvrage est donc un véritable outil méthodologique auquel nous avons avoir recours tout au long de notre recherche. Il est possible de se référer uniquement aux parties ou sous parties qui nous intéressent. Le livre m’aide régulièrement, lorsque je me pose des questions sur mon travail et mon sujet de mémoire. C’est pourquoi, je souhaitais vous faire découvrir ou redécouvrir cet ouvrage qui m’est devenu indispensable.
Référence : Umberto ECO, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 1985

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Un premier colloque … vertigineux !

La première communication de la salle M terminée, je me dirige vers la salle V afin d’assister à celle de monsieur F.R. La veille au soir, j’avais consulté le programme et l’intitulé de cette  intervention avait retenu mon attention.

Alors que j’ouvre la porte avec délicatesse, je sens que quelqu’un la tire de l’autre côté. Il s’agit de l’hôtesse. Elle me souhaite la bienvenue et ferme la porte derrière moi. Parcourant la salle du regard, je me rends compte que la communication précédente n’est pas encore terminée et que la salle est pleine. Je recherche une place du regard et aperçois une petite place sur un bout de table au fond de la pièce, devant une fenêtre. Je me dirige donc au fond de la salle, manquant de peu une chute après m’être pris les pieds dans le chargeur d’un portable. Enfin assise, je me rends rapidement compte que la présence du vide derrière moi me provoque le vertige et cela me posera problème durant l’intégralité de la communication dont je rédige le compte-rendu.

La salle est pleine, certaines personnes assistent à la communication debout, appuyées contre le mur. La présence de tant de personnes provoque une chaleur insupportable dans la pièce et si le fait d’aérer la pièce règle le problème, cela provoque des nuisances sonores qui nous empêchent d’entendre les questions posées au chercheur faisant sa présentation.

11h15, monsieur F.R prend la parole. Il expose sa recherche sur la présence de textes médiatiques dans les manuels de français langue étrangère de niveaux B1 à C2, destinés à un public d’adolescents ou grands adolescents, sélectionnés de façon aléatoire à la bibliothèque de Censier. Tous les manuels sont de chez Hachette ou Clé.  Il définit les termes « éthique » et « ethographie » (et pas ethnographie) avant de nous exposer le fait qu’un article de presse a à la fois une logique symbolique et pragmatique. Seule la logique pragmatique subsiste dans le cas d’un article de presse présent dans un manuel de FLE. Entre quinze et vingt articles de presse sont présents dans chaque manuel ; ils sont principalement extraits des journaux Le Monde, Le Figaro et de journaux régionaux, tel que Le Parisien. Huit thèmes sont abordés de façon récurrente : la gastronomie, la migration, la culture, le système éducatif, la mode, les rencontres, le sport et la génétique (à travers le clonage). Concernant les activités de compréhension qui accompagnent ces articles, monsieur F.R souligne qu’elles s’inscrivent dans une tradition littéraire et qu’il s’agit principalement de répondre à des questions de compréhension, de rédiger un résumé de l’article mais aussi de rédiger un commentaire composé.

Alors que j’écoute cette intervention, je ne peux m’empêcher d’observer mon voisin de droite, lui aussi assis sur la table, qui ne prends pas de notes mais qui observe les miennes. J’aimerais le questionner sur ses études/ses recherches mais je ne le fais pas de peur de rater des informations essentielles. Finalement, la communication touche à sa fin et le moment des questions posées au chercheur arrive. Certaines personnes quittent la salle, un léger brouhaha se fait entendre. L’hôtesse demande d’ouvrir la fenêtre en grand, mon vertige est à son comble et je décide de descendre de la table. La première question est posée au chercheur et c’est ce moment que choisi mon voisin pour me questionner.

Lui – Vous êtes en master ici ?

Moi – Oui, en master 2.

Lui – (il fait un signe de tête en direction de l’estrade) Ce sujet semble beaucoup vous intéresser.

Moi – Oui, pour mon mémoire. J’aimerais travailler sur les documents authentiques présents dans les manuels de FLE. Le texte médiatique en faisant partie, ça me donne une idée de la démarche scientifique à suivre, les questions que je pourrais me poser …

Lui – Ah ! Je comprends cette prise de notes effrénée (rires). Moi ça ne m’a pas beaucoup intéressé …

Moi – Vous étudiez quoi ?

Lui – Je suis en Master  2 aussi. Mais en espagnol. Je m’intéresse à la didactique aussi. (En désignant les personnes présentes dans la salle) Vous connaissez ces chercheurs ?

Moi – Oui certains, pas tous. Ils sont aussi enseignants, nos enseignants en l’occurrence.

Lui – Ah c’est cool. (Il se lève) Bon je vais en salle M, la conversation à venir m’intéresse. A bientôt, peut-être.

Moi – A bientôt.

Cette communication m’a permis de me rendre compte qu’il est nécessaire que je me concentre sur un type de documents authentiques en particulier, des divers points à observer  et à analyser. De plus, grâce à cette  communication je me suis rendue compte que ce chercheur pourrait être un potentiel directeur de mémoire car le thème de sa recherche se rapproche du mien.

C’est donc ravie de la communication, des idées nouvelles qu’elle a suscitée et de cette rencontre avec l’étudiant, que j’attends la communication suivante, en prenant la place de mon voisin maintenant parti, qui avait le mur pour s’adosser.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Billet 3, Dialogue : 1ère rencontre étudiant/directeur de mémoire

Ce dialogue et les personnages qu’il met en scène sont fictifs. Toute ressemblance avec un enseignant ou un étudiant serait une coïncidence .

Directeur de mémoire  = DM   ;     Etudiante = Et

Toc, toc, toc

DM : Entrez !

Et : Bonjour.

DM : Bonjour, entrez, installez-vous.

Et : Merci.

DM : Avez-vous préparé un document expliquant ce sur quoi vous aimeriez travailler ? Cela serait une bonne base de travail.

Et : J’ai créé un document expliquant le thème que je souhaiterais traiter et comprenant une courte bibliographie d’ouvrages et articles que j’ai consulté lors de la rédaction de la feuille présentant mon sujet. Ils pourraient être une source d’informations. Je l’ai imprimé en deux exemplaires afin que nous puissions en avoir un chacun.

DM : Bien, voyons voir ça. Il lit le document. « L’utisation des documents authentiques dans les manuels de FLE » est un thème potentiellement intéressant mais bien trop vaste. Il est nécessaire de le délimiter. Vous pourriez par exemple choisir un manuel précis, selectionner une catégorie de documents authentiques à traiter… Ainsi, vous limiterez les généralités et vous serez davantage précis.

Et : Il écrit tous ces conseils dans le carnet de bord qu’il consacre aux remarques et améliorations utiles à l’élaboration de son mémoire. D’accord. Il est essentiel que je restreigne mon sujet. Une fois que cela sera fait, je pourrai étoffer ma bibliographie en trouvant des articles et des livres qui traitent de ce sujet et …

DM : … et grâce à des articles que je vous enverrai également. Le thème me semble intéressant, de nombreux chercheurs ont travaillé sur cette question. Vous n’aurez pas de difficultés à vous documenter et comparer les points de vue de ceux qui ont traité cette question avant vous.

Et : D’accord, je vous tiens au courant de mes avancées.

DM : Traitons maintenant du terrain. Avez-vous un terrain de recherche ?

Et : Non, je ne sais pas s’il est absolument nécessaire d’avoir un terrain de cherche. A vrai dire, je dois avancer dans mon travail et je verrai le moment venu s’il est nécessaire d’avoir un terrain pour mener à bien mon travail.

DM : Je comprends que vous ne sachiez pas si un terrain de recherche est nécessaire pou mener à bien votre mémoire mais sachez que lorsque vous vous  rendrez compte que cela est effectivement nécessaire, il sera trop tard pour entreprendre la recherche d’un terrain. Je ne peux que vous conseiller d’en rechercher un dès à présent en prévision de cette éventualité.

Et : Dans ce cas, je commencerai ma recherche d’écoles de langues dès demain.

DM : Bien. Surtout, gardez en tête que votre travail est avant tout un travail de réflexion et non pas un condensé de fiche de lectures d’ouvrages portant sur le sujet que vous allez traiter. Cela me semble être extrêmement important de le rapeller. Il regarde sa montre. Bien. Mon prochain cours débute dans quelques minutes. Pour notre prochain rendez-vous, j’aimerais que vous affiniez encore votre sujet de recherche, que vous poursuiviez vos lectures et que vous commenciez l’ébauche de votre plan en fonction des informations que vous trouvez.

Et : Je vous ferai parvenir mon brouillon de plan avant notre prochain rendez-vous afin que nous puissions en discuter et tenter de l’améliorer ensemble lorsque nous nous reverrons.

DM : A bientôt.

Et : Au revoir.

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Billet 2 : L’utilisation des documents authentiques dans les manuels de FLE

Le document authentique est un document récurrent en classe de langue étrangère. Qu’il s’agisse d’un article de presse apporté par l’enseignant pour le présenter à ses étudiants en début de cours ou d’extraits littéraires que l’on retrouve dans divers manuels de langue, le document authentique occupe une place importante. Parfois au détriment des documents fabriqués.
Les diverses séquences de manuels à réaliser pour certains cours du Master 1 Didactique des langues et le stage d’observation et de pratique réalisé au DULF au cours du mois de Mai m’ont permis de m’interroger sur la place et  l’usage qu’il est fait des documents authentiques, en FLE aujourd’hui.
Ce sujet met en exergue plusieurs questions, en voici quelque unes :
– Quelle(s) est/sont la/les fonction(s) du document authentique dans les manuels de FLE ? (par rapport aux documents fabriqués)
– Les documents présentés comme authentiques le sont-ils totalement ou sont-ils semi-authentiques ?
– Quelle est la nature des documents authentiques présents dans les manuels de FLE ?
– Depuis quelle méthodologie les documents authentiques sont-ils utilisés ?
– Les documents authentiques sont-ils valorisés par rapport aux documents fabriqués, si oui pourquoi ?
– Peut-on les introduire en classe de langue à un niveau élémentaire?  Par quels moyens ?
Cette recherche sera orientée sur l’analyse de manuels de FLE destinés à un public adulte, le nombre de manuels est à définir. En tant que future enseignante de FLE, à l’issue de ce mémoire j’aimerais comprendre (davantage) pourquoi le recours aux documents authentiques  semble si important pour un enseignant. J’aimerais également  savoir si l’usage de documents authentiques favorise l’apprentissage d’une langue étrangère, par rapport à l’usage de documents fabriqués.
Bibliographie
BOIRON, Michel, RODIER, Cristian, Documents authentiques écrits-Ressources de classe , Clé International, 1998.
HOLEC, Henri, Des documents authentiques pour quoi faire ?, in Mélanges pédagogiques, 1990.
PUREN, Christian, L’exploitation didactique des documents authentiques en didactique des langue-cultures : trois grandes « logiques » différentes, 2014, version longue de Les documents, supports pour enseigner, n° 508, revue Les Cahiers pédagogiques (Paris : CRAP-Cahiers pédagogiques), novembre 2013, p.19-20.
ROBERT, Jean-Pierre, Dictionnaire pratique de didactique du FLE, L’Essentiel Français, OPHRYS, 2008.

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Trois carnets pour un mémoire

Dans le chapitre 5 de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie, Latour propose de tenir quatre carnets durant l’intégralité de la recherche et la rédaction d’une thèse. Le premier carnet, intitulé « carnet de bord », relate l’ensemble des évènements quotidiens qui participent à l’élaboration de la thèse : les rendez-vous, la rédaction, les diverses difficultés à parvenir aux objectifs fixés (…). Le second carnet comporte les diverses informations collectées et classées chronologiquement. Il est important que les diverses informations puissent être reclassées de diverses façons. Le troisième carnet permet au chercheur de poser à l’écrit diverses idées, des ébauches de paragraphes et tout ce qui pourrait être utile lors de la rédaction de la thèse. Dans le dernier carnet, Latour propose de relater les divers effets que le compte rendu a produit sur les personnes qui en ont pris connaissance.  En effet, cela confère à ce carnet « une action performative ».

Selon moi, le premier carnet proposé par Latour est indispensable afin d’observer l’évolution de son travail pas à pas. Il permet de remonter le temps et de se rendre compte des rencontres/lectures qui ont été décisives dans l’élaboration de notre recherche. C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire, j’ai choisi de tenir un premier carnet dont la fonction se rapproche de celle proposée par Latour.  Il s’intitulera « Mon journal de bord »  et dans lequel j’inscrirai le travail réalisé au jour le jour, mes ressentis, les difficultés, les échecs et les avancées.

Mon second carnet, que je nommerai « échanges », relatera ce qui est dit lors des rencontres avec mon directeur de recherche, les divers conseils donnés, les améliorations suggérées et les objectifs fixés entre chaque rendez-vous. Lors de la rédaction, je pourrai m’y référer afin de me remémorer avec exactitude ce qui a été dit des précédents rendez-vous.

Mon troisième et dernier carnet aura une fonction similaire au troisième carnet proposé par Latour. Intitulé « premiers jets », il me permettra de noter des idées, des mots, des phrases voire des paragraphes, au moment où je les pense pour ne pas les oublier et qu’ils soient perdus. Par la suite, ces éléments seront intégrés ou non à mon mémoire, en fonction de leur degrés de pertinence.

J’ai choisi de travailler sur des petits carnets papier, de la taille de ma main, afin de pouvoir y avoir recours n’importe où, n’importe quand. Petits et discrets, ils se glissent dans le sac ou dans une poche et ne dépendent ni de la wifi ni d’aucune batterie.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts