Tous les articles par Neim ABDULKARIM

Les images mentales et la pédagogie différenciée

 

Après avoir lu le livre de Przesmycki « la pédagogie différenciée » un sujet m’a frappée sur les images mentales des apprenants. Selon l’auteur l’attention, l’imagination, la mémorisation, la compréhension et la restitution, processus indispensables à l’acquisition d’un apprentissage, sont des gestes mentaux qui se réalisent sous forme d’images mentales : elles consistent en évocations des informations à intégrer, pouvant se prolonger par des activités verbo et/ou scripto-motrices.

Les images mentales naissent des perceptions de nos sens, ils existent plusieurs images mentales mais les plus utilisées sont les visuelles nées de la vision et les auditives nées de l’audition. Selon l’auteur, gérer une image mentale visuelle consiste à revoir dans sa tête la donnée à apprendre, à comprendre et à restituer. Gérer l’image mentale auditive consiste à redire dans sa tête cette donnée.

Pourquoi j’évoque ce sujet ? Car il faut prendre en compte les différentes stratégies de l’apprentissage pour réaliser au mieux son cours. Par exemple, un enseignant qui écrit une phrase et dit « vous voyez que… » cela lui semble évident mais pour l’apprenant auditif il y aura des problèmes, il voit les mots c’est sûr mais il ne les évoque pas visuellement. Si en revanche l’enseignant dit à voix haute ce qu’il écrit au tableau et verbalise, l’apprenant auditif pourra se répéter ses mots et comprendre car il pourra passer par son image mentale auditive pour traiter et intégrer les données nouvelles.

Ce sont vraiment des choses simples mais elles ne viennent pas à l’idée dès le départ. Et pour la réalisation de la pédagogie différenciée au mieux , il serait préférable de prendre en compte toute ces petites choses qui sont en réalité très importantes pour ne pas creuser des écarts entre les apprenants en ce qui concerne leur apprentissage.

Journées des dictionnaires

 

Dans le cadre de la semaine de la langue française et de la francophonie, la journée des dictionnaires s’est tenue les 19-20 mars 2015 à l’Alliance Française de Paris et à l’Assemblée Nationale. Il a été question des différentes sortes de dictionnaire et de leur apparition tout au long de l’histoire de la France, du dictionnaire Trésor de la langue française en 1539 au dictionnaire numérique.

Au 17e siècle sont apparus plusieurs dictionnaires comme celui de l’Académie Française, le dictionnaire des Arts et des langues, les dictionnaires de droit et de médecine. Ensuite et plus récemment ont été crées d’autres dictionnaires comme le dictionnaire du FLE, le dictionnaire du français contemporain, le dictionnaire culturel, historique et pour finir Wiktionnaire. En 1960-1970 c’était l’apparition de deux grands dictionnaires comme Le Larousse et Le Robert et puis d’autres dictionnaires comme celui de l’humour, de la musique etc…

L’utilisation du dictionnaire est variée, par exemple au collège on l’utilise pour la grammaire, l’orthographe et le lexique, le dictionnaire est considéré comme outil de travail. Pour le programme de l’école élémentaire, il est utilisé régulièrement, les compétences attendues en fin du CM2 sont de savoir utiliser le dictionnaire papier ou numérique.

Il a été question aussi dans cette journée des abécédaires qui font apprendre l’alphabet, il existe différentes sortes en papier ou en bois pour apprendre la lecture alors que l’abécédaire de l’ancien régime était imprimé à l’encre noire. On trouve aussi des abécédaires illustrés. L’âge d’or des abécédaires se situe entre 1885 à 1914 car en 1881, dans les écoles élémentaires, il a été question de la pédagogie de l’image et de son utilisation en classe. Avec l’avancé dans le temps il y eut une rupture entre la maison et l’école et l’utilisation des abécédaires. Maintenant l’abécédaire est offert pour les enfants à leur anniversaire par leurs familles.

Et enfin il a été question de projet collaborateur de dictionnaire, Wiktionnaire en est un exemple. Lucas Lévêque qui est l’administrateur de Wiktionnaire a donné quelques informations sur cet outil numérique, en disant que c’est un dictionnaire francophone qui utilise 171 langues de description. Dans l’administration de ce dictionnaire, on respecte le droit d’auteur et le travail des autres, il y a une page de discussion. Le français régional est insuffisamment représenté dans ce dictionnaire mais on peut trouver d’anciens mots.

L’hétérogénéité entre théorie et pratique

Les problèmes d’hétérogénéité sont considérables en classe de Français Langue Étrangère. Les apprenants n’ont pas tous le même niveau préalable d’acquis ni la même conduite d’apprentissage sans oublier leur centre d’intérêt et leur motivation. Les chercheurs , dans ce domaine, ont longtemps parcouru les livres, les sites et les documents divers pour trouver une solution à ce problème. Les livres nous offrent une solution magique en favorisant le travail en groupes de besoins, de projet etc.. ou en diversifiant les activités en classe et en utilisant différents outils. Mais si on regarde la pratique de près, elle est loin de tout ça.
Les différents didacticiens avouent que la démarche qui résout le problème de l’hétérogénéité est la pédagogie différenciée. Cette démarche reste très difficile à mettre en place et surtout à pratiquer car elle demande beaucoup de travail de la part de l’enseignant et surtout beaucoup de temps. Les livres nous disent que cette démarche était appliquée depuis très longtemps mais c’est à partir les années 70 qu’elle est devenue une notion ordinaire . La personne qui a mis en place cette démarche est Freinet avec l’école nouvelle. L’école nouvelle met l’apprenant au centre et le professeur est un conseiller pour lui , un guide et un animateur. Adieu à l’école des élites ! Mais en réalité la différence reste dans les systèmes et dans la façon d’utiliser cette démarche. Maintenant encore, les enseignants utilisent le manuel d’une manière uniforme sans prendre en compte la différence qui existe entre les apprenants alors que les activités variées et les documents authentiques peuvent remédier au problème de l’hétérogénéité et répondre au besoin de chaque apprenant. De même, le travail en groupe et sous-groupe à l’intérieur du groupe classe peut aider en créant des groupes de besoins de nature, de nombre et de niveau variés ou des groupes de projet avec des tâches différentes pour chacun.

L’amélioration de l’apprentissage par la pédagogie différenciée (atlas de mon mémoire).

 

Source : L’école, mode d’emploi. Des « méthodes actives » à la pédagogie différenciée,Philippe MEIRIEU, ESF-Pédagogie, 1985.

Briser la rigidité de la classe avec une méthode souple c’est le but de chaque enseignant,dés lors pourquoi ne pas utiliser la pédagogie différenciée comme méthode dans le but d’améliorer l’apprentissage dans les institutions ? J’ai pu extraire de ce livre cinq citations qui me paraissent pertinentes pour réaliser « l’atlas de mon mémoire ».

Page 104 : « et les plus lucides commencent à se demander si le temps n’est pas venu de transformer l’hétérogénéité de contrainte en ressource : pourquoi pas prendre acte de la pluralité, non pour dissoudre l’institution dans une multiplicité de réseaux parallèles qui s’ignoreraient, mais pour s’appuyer sur cette diversité, en faire l’outil essentiel d’une différenciation de la pédagogie qui ne renoncerait pas à faire acquérir, à tous, les codes intellectuels et sociaux grâce auxquels construire un nouveau consensus ? »

Page 105 : «  Cela exige,on le voit, que l’on renverse la démarche habituelle où la diversité des personnes est transformée en hiérarchie des performances, pour mettre en place des méthodes respectueuses des différences inter-individuelles mais qui parviennent à les doter toutes d’outils intellectuels communs »

Page 143 : « Car différencier les situations et les outils dans sa propre classe est à la fois un premier pas décisif et une exigence constante qu’aucune expérimentation pédagogique ou réforme institutionnelle ne peut rendre inutile : l’attitude qui consiste à être à l’affût des indices permettant de proposer les méthodes les plus adaptées et à en évaluer les résultats avec le souci d’opérer les réajustements nécessaires, reste la condition de l’efficacité du maître…condition qu’aucune institution ne peut assumer à sa place » .

Page 171 : « Différencier la pédagogie, c’est donner la parole à l’imaginaire, libérer le désir, créer de l’irréversible. Différencier la pédagogie, c’est rendre suffisamment de pouvoir aux élèves pour lutter contre la passivité de leurs maîtres ».

Page 171 : « La pédagogie différenciée, Monsieur, c’est l’optimisation des variables, la solution appropriée pour transformer les contraintes en ressources. Et, qui plus est, à peu de frais ! Inutile d’engager de difficiles mutations institutionnelles, inutile de dégager de nouveaux crédits… disons seulement aux enseignants : respectez vos compétences, profitez de vos différences, mettez-vous en équipe et vous réussirez ».

Ça va ?

 Assise à la terrasse d’un café, le garçon me demande :

-Ça va Madame ?

Je lui réponds :-Oui merci et vous ?

-Ça va merci, il fait pas beau aujourd’hui !

– Effectivement il va pleuvoir !

Un quart d’heure plus tard, la pluie commence à tomber et petit à petit elle se transforme en averse….

Tout en ouvrant leur parapluie les gens se dirigent vers la route principale pour rentrer chez eux. Moi là sous l’averse je reste à les contempler, sans parapluie et sans crainte d’être mouillée.

Une femme qui court sous la pluie me regarde étonnée et elle me dit :  « ça va ? »

Cette expression « ça va ? » 15 minutes plus tôt sortie de la bouche du garçon d’une manière chaleureuse, maintenant sortie de la bouche de la femme me parait énigmatique.

Après que la dame m’ait quitté sans réponse de ma part en hochant la tête, je commence à me poser des questions…..

l’expression « ça va ? » que veut-elle dire au juste ? Que tout va bien….. ou qu’il y a un problème quelque part ? La dame, elle, a opté pour laquelle d’entre les deux ? Pour la première où elle demande si j’ai besoin de quelque chose ? Ou pour la deuxième pour voir si ma tête fonctionne bien sous la pluie et sans parapluie…… ?

Avoir un peu d’imagination………….

 

Une étudiante se promène dans le couloir et là elle croise son directeur de mémoire :
Étudiante:Bonjour Monsieur
Professeur : Bonjour Nelly, alors ça avance le mémoire ?
E:Je suis en train de réfléchir sur les phases de la rédaction du mémoire.
P : Et alors vous en êtes où ?
E : Vous m’avez précisé qu’il y a trois parties dans le mémoire.. Si je me souviens la première partie est théorique ?
P : Oui
E : Eh bien je ne trouve pas de ressources suffisantes pour étoffer mon thème.
P : Ah bon ! Moi je pense que c’est un problème de méthodologie, c’est à dire que vous ne savez pas effectuer une recherche.
E : Mais pourtant j’ai suivi vos conseils étape par étape.
P : Mais ce n’est pas suffisant, il faut avoir de l’imagination et être souple dans sa recherche.
E : Imagination ! Imagination ! Tout le monde me conseille d’en avoir. Mais est ce vraiment utile dans une recherche ?
P : Mais évidemment ! L’ imagination conduit à la créativité et sans créativité il n’y a pas de mémoire.
E : Et cette créativité dois-je l’utiliser dans la partie analyse ? Où dois-je rapporter des faits réels ?
P : Voyons, si vous faites un questionnaire ou un entretien, il faut qu’il y ait de l’imagination dans le choix de vos questions, sinon on tombe dans l’ordinaire ou le banal. Je suis tout à fait d’accord que vous rapportiez des faits réels et même parfois banaux, mais si vous vous inspirez d’une question tissée d’imagination la réponse apportera de la nouveauté ! C’est clair ?
E : Oui et merci pour vos précieux conseils !
P : De rien et pensez à ce que je vous ai dit.

L’efficacité de la pédagogie différenciée dans les instituts de langue en région parisienne

L’efficacité de la pédagogie différenciée en ce qui concerne l’enseignement/apprentissage du FLE dans les instituts de langue en région parisienne

Neim ABDULKARIM

Université Paris 3 La Sorbonne Nouvelle

En 2014 à l’Université Paris 3, j’ai réalisé un mémoire de Master 1 intitulé « L’utilisation du manuel et/ou conception de matériel pédagogique en classe de FLE ». Suite à cette recherche, des réponses à différentes questions sont apparues dont celle sur l’utilisation du matériel pédagogique en classe de FLE pour répondre aux besoins spécifiques de chaque apprenant. J’ai démontré qu’il était préférable d’utiliser, plutôt qu’un manuel, du matériel pédagogique conçu par l’enseignant pour des niveaux hétérogènes.

Cette recherche m’a poussée à poser les interrogations suivantes : Pourquoi la pédagogie différenciée est-elle efficace pour l ‘enseignement/ apprentissage du FLE ? Surtout dans une classe où le professeur, le plus souvent, n’a pas le temps et les moyens suffisants pour préparer son propre matériel. Ou quand des raisons institutionnelles lui imposent l’utilisation d’un manuel à suivre linéairement. L’autre question que je me pose est : Pourquoi dans la classe est-il plus pertinent d »adapter l’enseignement aux besoins de chaque apprenant ?

J’envisagerai ensuite l’efficacité de cette pédagogie d’un point de vue méthodologique dans l’enseignement et son impact sur l’apprentissage en analysant d’abord l’agir professoral, puis l’apprentissage/acquisition des individus ou même du groupe au sein de la classe.

Je tenterai de répondre à ces questions en analysant des cours dans des classes de FLE dans différentes institutions de langue dans la région parisienne.

Bibliographie

Puren, C (2001) « Observation, conception et mise en œuvre de séquences de pédagogie différenciée ». Les Langues modernes,oct-nov-dec 2001(pp.10-20).+DVD de 2h30(40 séquences de 4 minutes environ)

Robert, J-M (2009). Manières d’apprendre. Pour des stratégies d’apprentissage différenciées. Paris : Hachette

Ponce, C (1996) « Pédagogie différenciée ». Revue française de pédagogie, Vol. 114(1), (pp.97-102)

Meirieu, P , Hameline, D (2004),L’ école, mode d’emploi la pédagogie différenciée est-elle dépassée?:des méthodes actives à la pédagogie différenciée postface,Issy-les-Moulineaux, ESF

Barre-de-Miniac, C (1983) « Chercheurs et praticiens:construire ensemble des instruments de formation à la pédagogie différenciée ». Revue française de pédagogie,Vol.65 (1),(pp.104-110)