Tous les articles par Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

Première séance du cercle d’étude « Langage » (octobre 2012)

 

Ouvrage et revue à l’étude :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, « Tel », 1966.

Le Français aujourd’hui n° 174 (« Penser à l’écrit »), septembre 2011.

Parrainage :

Jacques David (Centre de recherche textes et francophonies – EA 1392,  Université de Cergy-Pontoise ; rédacteur en chef de la revue Le Français aujourd’hui)

Animateurs : Serge Martin et Dominique Lefebvre

Dates du cercle : 17 octobre (17-20) ; 21 novembre (14-17) ; 27 mars (14-17) et 10 avril (17-20).

Première séance : mercredi 17 octobre 2012 de 17h. à 20h.

Huit étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en deux moments principaux : lecture de l’article de Chloé Laplantine sur le dernier ouvrage de Benveniste : http://www.fabula.org/revue/document7280.php pour situer aujourd’hui Benveniste;

puis lecture de l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet dans Le Français aujourd’hui pour observer « une pensée par problèmes » (Benveniste)

et enfin lecture des p. 25-31 des PLGI pour ouvrir un débat sur la notion de « fonction ».

1.      On lit le début du texte de Laplantine:

a.      qu’est-ce qu’un « problème » pour Benveniste? qu’est-ce qu’une problématique pour un mémoire ou un TER ?

b.     glossaire pour une étude sur l’écriture.

2.     On lit l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet

a. on peut réaliser un glossaire de l’écriture avec cet article;

b. on peut observer les matériaux nécessaires à cet article et en faire une typologie.

3. On essaie d’ouvrir une controverse autour de la notion de fonction de l’écrit

a.      y a-t-il un danger à associer facilement fonction et signal ;

b.     peut-on séparer pensée, langage et société (p. 27 en bas) autrement que pour les besoins de la démonstration mais pas dans l’activité d’apprentissage, dans la connaissance, dans la vie ?

 

Une conférence de Jacques David assez facile à lire:

http://ww2.ac-poitiers.fr/ecoles/IMG/pdf/conf_jdavid.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Première séance du cercle d’étude « Constellation » (octobre 2012)

Cercle « Constellation : art et histoire de l’art »

Ouvrage et revue à l’étude :

Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, Paris, Minuit, 2011.

Repères n° 43 (« Parler et écrire les œuvres : une approche interdidactique des enseignements artistiques et culturels »), 2011.

Parrainage :

Laurence Corbel (Arts, pratiques et poétiques – EA 3208, Université de Rennes 2 ; « De l’expérimentation au récit : le voyage dans l’art américain des années 60-70 », Festival de l’histoire de l’art, 2012 )

Animateurs :

Serge Martin et Marie-Laure Guégan

Première séance : mercredi 17 octobre 2012 de 14h. à 17h.

Dix étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en deux moments principaux afin d’entamer la lecture de la première partie (« I Disparates / « Lire ce qui n’a jamais été écrit » », p. 9-79) :

1.      p. 11-16

a.      on tente de cerner les définitions approchées voire négatives de la notion d’atlas;

b.     montrer, avec Didi-Huberman, l’intérêt des lectures des ouvrages suivants :  Les Cartes de ma vie, L’Atlas des géographes d’Orbae, Petit Musée, Dubuffet, le jardin d’hiver, Que vois-tu ?

2.      p. 59-79

a.      on aperçoit l’opposition « tableau »/« table » dans une petite histoire de l’art (citation p. 62-63) ; on constate que deux artistes sont cités par Didi-Huberman pour leurs « atlas » : Marcel Broodthaers et Gerhard Richter (p. 59). on fera une enquête sur ces deux artistes.

Marcel Broodthaers, Atlas, 1975
bibliothequedebabel.blogspot.com

b.     le dernier paragraphe (p. 78-79) permettrait de choisir une œuvre d’art que ce passage commenterait et de dire pourquoi ; de même, on pourrait choisir une activité enfantine correspondant à ce passage en explicitant ce choix.

On lira avant la prochaine séance l’introduction du numéro de la revue Repères.

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Transfert de savoirs et apprentissage en situation interculturelle et plurilingue

Marie-Madeleine BERTUCCI et Isabelle BOYER (dir.)

L’Harmattan, 2010, 210 p. Prix public : 20 €

Présentation par les auteurs et l’éditeur :

L’ouvrage collectif Transfert des savoirs et apprentissage en situation interculturelle et plurilingue sous la direction de Marie-Madeleine Bertucci et d’Isabelle Boyer propose une analyse sur un certain nombre de situations de transfert des savoirs et d’apprentissage dans des contextes plurilingues et interculturels où la didactique a partie liée avec l’identitaire, aussi bien en France et à l’étranger.

Une réflexion plus large sur la didactique du français langue étrangère, seconde et de scolarisation est proposée mettant en évidence que le plurilinguisme des élèves en milieu scolaire est bien souvent un phénomène ignoré alors que le contexte de mondialisation atteste la nécessité de développer la capacité des enseignants de langues/cultures à prendre appui sur la diversité des élèves.

Marie-Madeleine Bertucci et Isabelle Boyer enseignent la linguistique et la communication à l’université de Cergy-Pontoise et sont membres du pôle LaSCoD du Centre de Recherche Textes et Francophonies. Intéressées par les questions d’éducation et de formation, elles souhaitent par cette réflexion contribuer à la recherche sur l’enseignement du français et la didactique du plurilinguisme.

SOMMAIRE

Présentation

Marie-Madeleine Bertucci & Isabelle Boyer

Modalités des transferts du savoir

Béatrice Turpin

Etude des stratégies langagières et du contexte culturel dans une situation interactionnelle

identique à Jakarta et à Paris

Isabelle Boyer

Des langues des élèves à la langue de la scolarisation : Quelques propositions pour

l’enseignement/ apprentissage du français dans un contexte plurilingue et variationniste

Marie-Madeleine Bertucci

Former les enseignants à une approche réflexive des plurilinguismes sociaux

Muriel Molinié

Usages du détour par le créole haïtien pour l’enseignement du français

Dominique Fattier

Statut du français et didactique de la production écrite en

Tunisie. Point de vue de formateurs

Colette Corblin & Jacques David

Du bilinguisme à l’école de Madagascar : historique, état des lieux, perspectives

Daniel Delas & Nicolas Martin-Granel

Pour commander le livre:

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=32778

BON DE COMMANDE

A retourner à L’HARMATTAN, 7 rue de l’Ecole Polytechnique 75005 Paris

Veuillez me faire parvenir ……. exemplaire(s) du livre

TRANSFERT DES SAVOIRS ET APPRENTISSAGE EN SITUATION INTERCULTURELLE ET PLURILINGUE

au prix unitaire de 20 € + 3 € de frais de port, + 0,80€ de frais de port par ouvrage supplémentaire, soit un total de ……… €.

NOM :

ADRESSE :

Ci-joint un chèque de ………… €.

– en euros sur chèques domiciliés sur banque française.

– par virement en euros sur notre CCP 20041 00001 2362544 N 020 11 Paris

– par carte bancaire Visa N°………………………….. date d’expiration…../…../…../ et le numéro CVx2 (les 3 derniers chiffres au dos de votre carte, à gauche de votre signature) :…………………………..

Une critique de cet ouvrage dans la revue Sociétés et jeunesses en difficulté à cette adresse:

http://sejed.revues.org/index6912.html

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Drôles de jouets ! André Hellé ou l’art de l’enfance

Du 18 octobre 2012 au 30 juin 2013 se tient au Musée du Jouet de Poissy une exposition rétrospective consacrée aux jouets créés par André Hellé: Drôles de jouets! André Hellé ou l’art de l’enfance. Conçue avec la collaboration de Béatrice Michielsen, et de l’Association des Amis d’André Hellé, cette exposition vise à faire connaître l’activité multiforme d’André Hellé dans le domaine de l’enfance, de l’imagerie aux jouets. L’exposition s’accompagne de nombreuses animations autour de cette œuvre fascinante.

Le parcours de l’exposition

À travers les collections permanentes du musée du Jouet et les prêts de la Bibliothèque nationale de France, du musée des Arts décoratifs, de la bibliothèque L’Heure joyeuse à Paris et de la maison Claude Debussy à Saint-Germain-en-Laye, l’exposition propose d’évoquer le « monde imaginaire » d’André Hellé en présentant ses propres créations ainsi que les jouets français et allemands de son enfance qui ne cessèrent de l’inspirer.

 


Un artiste d’avant-garde

Contemporain de Caran d’Ache, Benjamin Rabier ou bien encore Poulbot, c’est en artiste d’avant-garde qu’André Hellé façonne, au fil de ses très nombreuses créations – jouets en bois, albums, imagerie, mobiliers, décors – un univers artistique épuré, favorable à l’épanouissement de l’enfant. André Hellé est également connu comme caricaturiste et humoriste de presse.

« Le petit maître de l’art enfantin »

Célébré par Francis Carco (1886-1958) et Guillaume Apollinaire (1880-1918) comme « l’un des précurseurs du Cubisme » aux « talents des plus cocasses », André Hellé est considéré comme l’un des inventeurs de l’album moderne et le « petit maître de l’art enfantin » selon Gustave Kahn (1859-1936), poète et critique.

Ré-édition d’un album d’André Hellé

Après le succès de la ré-édition en 2011 de l’album Drôles de bêtes par les éditions MeMo, cet éditeur soucieux de faire connaître les plus belles pages des oeuvres illustrées par l’artiste, publiera à l’approche de Noël, un second album : L’Histoire d’une boîte à joujoux, inspirée du ballet pour enfants La boîte à joujoux, mis en musique par Debussy en 1913 (1862-1918) sur un livret illustré d’André Hellé.

 

 

Le dossier de presse à cette adresse (avec beaucoup d’illustrations): http://www.ville-poissy.fr/fileadmin/documents/loisirs/vie_culturelle/musee_du_jouet/HELLE_DOSSIER_DE_PRESSE.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’Art et l’enfant. L’éducation esthétique du XIXe siècle à nos jours

Le Musée National de l’Éducation (CNDP, Rouen) inaugurera le 18 octobre une exposition intitulée L’Art et l’enfant. L’éducation esthétique du XIXe siècle à nos jours. L’exposition sera ouverte au publie du 19 octobre 2012 au 1er septembre 2013.

Cette nouvelle exposition temporaire du Musée national de l’Éducation à Rouen explore les voies de l’éducation esthétique qui vise à former la sensibilité et la culture artistiques de la jeunesse. Les 450 documents exposés (livres, estampes, photographies, jeux et jouets, tissus et papiers peints, œuvres enfantines) évoquent les objectifs, les acteurs, les outils et les réussites de cette pédagogie de l’art, de l’Ancien Régime à nos jours.

Inauguration de l’exposition le jeudi 18 octobre 2012 à 11h à la Maison des Quatre Fils Aymon, 185, rue Eau-de-Robec à Rouen.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Chercher entre méthode et aventure : une histoire de phasme

Didi-Huberman propose dans Phasmes une très belle réflexion sur les tensions qui construisent un travail de recherche.

Georges Didi-Huberman, Phasmes, Essais sur l’apparition, Les Éditions de 
Minuit,1998, p. 9-10.

[…] Donc le chercheur continue de suivre son idée fixe – fût-elle informulée –, s’abandonnant à sa passion prédominante dans une course sans fin qu’il aura peut-être raison de dénommer une méthode. 
Parfois, dans sa course, il s’arrête, interdit : une autre chose tout à coup est apparue sous ses yeux, qu’il n’attendait pas. Non pas la chose en soi de sa quête fondamentale, mais une chose fortuite, explosive ou bien discrète, une chose inattendue qui se trouvait là, sur le passage. […] 
Telle serait la double vie de toute recherche, son double plaisir ou sa double tâche : ne pas perdre la patience de la méthode, la longue durée de l’idée fixe, l’obstination des soucis prédominants, la rigueur des choses pertinentes ; ne pas perdre non plus l’impatience ou l’impertinence des choses fortuites, le temps bref des retrouvailles, l’imprévu des rencontres, voire des accidents de parcours. Tâche paradoxale, difficile à tenir par les deux bouts – ses deux temporalités – contradictoires. Temps pour explorer la voie royale, temps pour scruter les bas-côtés. 
Les temps les plus intenses étant probablement ceux où l’appel du bas-côté nous la fait découvrir pour ce qu’elle était déjà, que nous ne comprenions pas encore. À ce moment, la désorientation de l’accidentel fait apparaître la substance même du parcours, son orientation la plus fondamentale. 
Devant ces choses fortuites – choses de passage, mais choses apparaissantes –, nous prend soudain l’envie déraisonnable de tout abandonner et de nous consacrer, sans perdre une minute, à leur pouvoir de fascination. Légère angoisse, à ce moment, d’oublier trop vite leur capacité à provoquer, à ouvrir une pensée. Légère angoisse symétrique de mettre en danger la cohérence du parcours que cette chose fortuite vient tout juste d’interrompre.

Il y aurait donc la marche aveugle où l’on sait où l’on va, où l’objet de la quête est d’une certaine façon connu – il suffirait d’établir le rapport de sa conquête, de son établissement,d e sa maîtrise. Et il y aurait l’arrêt, non qu’il soit volontaire, prévisible mais d’une certaine manière forcé, intempestif, prenant son origine dans l’inattendu, ce qu’on ne savait pas qui venait. Ce qui me semble important c’est de ne pas opposer méthode et aventure ou rationalité académique et intempestivité de l’écoute et de l’attention. Il s’agirait plutôt de penser la recherche comme un moteur à deux temps où l’interaction la plus forte s’exerce entre méthode et critique, entre aventure et parcours réfléchi, entre cohérence et risque.

Pas plus qu’une méthodologie n’assure d’une recherche, un spontanéisme ne permet de conduire un travail. C’est la réflexivité associée à l’attention ou la référenciation à des cadres réflexifs largement partagés associée à des essais à l’écoute de ce que la recherche engendre elle-même, qui permettent d’avancer non seulement pour trouver mais pour chercher, sous peine de ne plus être que dans l’application ou dans l’inapplicable…

Alors regardons ce que Didi-Huberman fait quant au plan de son ouvrage :

‑‑‑‑ Table des matières ‑‑‑‑‑

Ouverture 

I. Ressembler : 1. Le paradoxe du phasme – 2. Similaire et simultané – 3. La solitude partenaire – 4. Images-contacts – 5. Revenance d’une forme 

II. Apparaître : 6. Celui qui inventa le verbe « photographier » – 7. Superstition – 8. Le sang de la dentellière – 9. Une ravissante blancheur – 10. Éloge du diaphane 

III. Regarder : 11. La parabole des trois regards – 12. Les paradoxes de l’être à voir – 13. L’armoire à mémoire – 14. Une page de larmes, un miroir de tourments – 15. Don de la page, don du visage 

IV. Disparaître : 16. Disparates sur la voracité –17. Dans les plis de l’ouvert – 18. Dans la lueur du seuil – 19. Sur les treize faces du Cube – 20. Le lieu malgré tout 

Références des textes

Vingt chapitres regroupés en quatre parties composées chacune de cinq chapitres (une méthode compositionnelle!) puis un titrage qui fait apparaître une progression verbale, mieux un rythme de la recherche. Les titres de chapitre suivent plus les cas (ou les phasmes en l’occurrence) et on pourrait obtenir un classement et une recomposition de l’ensemble voire plusieurs, selon les lectures, les reprises de lecture. Donc, des titres qui tiennent un ensemble de disparates, chaque fois singuliers, dans une progression dynamique (le « malgré tout » du dernier chapitre montre qu’il faudrait reprendre infiniment mais qu’il s’agit de ne pas abuser non plus.
Observons maintenant comment avec une seule notion, il tient la tension de sa recherche :
[A]
Phasmes : brefs récits d’“ apparitions ” expérimentées devant des objets très hétéroclites – choses de la vie, photographies, joujoux, textes mystiques, fragments de tableaux, bestioles (dont le phasme, cet insecte extrême), taches d’encre, récits de rêves, comptes rendus ethnographiques, sculptures, plans cinématographiques, et la liste ne saurait être close. 
Comme si les animaux sans queue ni tête que sont les phasmes pouvaient donner leur nom à la classe indéfinie de ces menues choses apparaissantes, évidemment en prise sur la souveraineté du fantasme. Comme si des animaux sans queue ni tête pouvaient donner leur nom à un genre accidentel de connaissance et d’écriture : connaissance de ces choses disparates et fortuites, choses du bord de la route, que nous n’avions pas cherchées mais qui, en apparaissant, font apparaître soudain le sens même de ce que nous avions toujours recherché, qui sait…

[B]
Phasmes : insectes étranges, sans queue ni tête, mimétiques jusqu’au dissemblable. Mais aussi cauchemars insensés jusqu’aux vraies catastrophes. Mouches agglutinées et images agglutinantes. Ex-voto viscéraux et santons napolitains. Mystiques orientaux qui emploient le verbe “ photographier ”. Enfants en poussière et dentellières en sang. Femmes flottantes et tableaux diaphanes. Paraboles du regard et paradoxes de l’être à voir. Armoires peintes par Fra Angelico et feuillets tachés d’encre par Victor Hugo. Voracités et blessures. Tombeaux et fenêtres. Cristaux et portraits qui se taisent. Lieux et visages qui témoignent.
Essais sur l’apparition, donc. Événements de regard expérimentés devant ces choses dont la liste, bien sûr, ne saurait être close que par décision arbitraire, ou par hasard. Comme si les animaux sans queue ni tête que sont les phasmes pouvaient donner leur nom à la classe indéfinie de ces menues choses apparaissantes, évidemment en prise sur la souveraineté du fantasme. Comme si des animaux sans queue ni tête pouvaient donner leur nom à un genre accidentel de connaissance et d’écriture : connaissance de ces chose, disparates et fortuites, choses du bord de la route, que nous n’avions pas cherchées mais qui, en apparaissant, font apparaître soudain le sens même de ce que nous avions toujours recherché, qui sait…

L’impossible assignation du sens dès que la notion s’engouffre dans la conceptualisation, c’est-à-dire la recherche qui ne s’arrête pas au figement conceptuel. Il y a ici la pratique d’un empirisme qu’on peut appeler le gai savoir où la connaissance et l’écriture s’engagent ensemble dans un processus plus que dans un résultat à (dé)montrer. Cela oblige à inventer ses essais (le donc vient ici résumer la démarche comme système de connaissance-écriture) sur le mode du « comme si » et donc d’une aventure de la méthode ou d’une méthode de l’aventure : son racontage – le « qui sait… » engage un passage de racontage plus que de savoir, d’aventure plus que de méthode ou alors c’est cela la méthode: un comme si d’incorporation, un travail des historicités dans et par l’oralité.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Abécédaires

(GREENAWAY,KATE)illus. KATE GREENAWAY’S ALPHABET. Lond: Routledge no date [1885].
Bibliographie :

Un article en ligne (pdf) avec une bibliographie très intéressante sur le sujet : « L’O de l’A littéraire ou rêveries à partir des lettres de quelques abécédaires » par Nelly CHABROL GAGNE, chercheuse au CRLMC, Université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand, France).

http://eprints.aidenligne-francais-universite.auf.org/371/1/Reveries_a_partir_des_lettres_de_quelques_abecedaires.pdf

 

Une belle exposition (« Deux siècles d’abécédaires ») à la bibliothèque de Romorantin en 2011 avec la collection de Jean-Hugues Malineau (excellente bibliographie) :

http://www.mediatheque.romorantin.com/wp-content/uploads/2011/11/Abecedaires.pdf

 

Un site de vente dans le domaine anglais : on peut seulement regarder et prendre les références bibliographiques… :

http://www.alephbet.com/

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Et nous voyons l’heure qu’il est : Walter Benjamin et le coffret de Hebel

Le livre préféré de Walter Benjamin et la formule merveilleuse qu’il tire du « coffret » (Das Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes, 1811, Cotta) de Hebel (1791-1826), apparaissent dans ce très beau passage de « La littérature enfantine » (Enfance, p. 132-133) :

Mais nous possédons assurément un chef-d’oeuvre de la littérature d’édification morale qui est en même temps un chef-d’oeuvre de la langue allemande tout simplement : Das Schatzkästein (Le Coffret). Il ne s’agit pas, comme on sait, d’un écrit pour la jeunesse au sens le plus strict ; néanmoins, il est issu intégralement d’un intérêt philanthropique pour les larges masses de lecteurs, surtout rurales. S’il est permis de caractériser d’un mot cet incomparable prosateur qui a fusionné en une presque insondable unité l’ampleur du narrateur et la brièveté du législateur, nous dirons que le décisif est alors de reconnaître chez Hebel un dépassement de la morale abstraite des Lumières  par une autre d’ordre politico-théologique. Mais comme cela ne se met en place, chez lui, qu’à la manière d’une casuistique, donc de cas en cas, il n’est guère possible non plus d’en donner une idée autrement que tout à fait concrètement. A l’aide d’une image. Quand il raconte ses histoires, tout se passe comme si l’horloger nous montrait un mécanisme de pendule en expliquant et en commentant les ressorts et les rouages. Soudain (toujours soudaine est sa morale), il retourne l’objet et nous voyons l’heure qu’il est. Et ces mêmes histoires ressemblent aussi à l’horloge en cela qu’elles éveillent notre très ancien étonnement d’enfant et ne cessent de nous accompagner tout au long de la vie.

Non seulement Benjamin nous montre la poétique de Hebel en l’exerçant concrètement avec son horloger, ce qui montrerait à l’envi la nécessité d’ancrer la critique dans l’oeuvre elle-même et de ne jamais la considérer comme l’application d’un schéma réflexif qui lui serait étranger,  mais il nous invite à une réflexion d’une très grande ampleur concernant les liens qu’entretiennent les oeuvres et la vie sous le rapport d’une connaissance bien spécifique : plus que des savoirs, des accompagnements qui apprennent à vivre.

Avec cet exemple, Le Coffret de Hebel, Benjamin nous engage à renouveler la réflexion sur des auteurs et des oeuvres dans la lignée de La Fontaine et des Fables qu’on peut considérer comme les équivalents dans le domaine français quant à leur public (« larges masses ») et à la poétique fusionnant le racontage et la leçon. Il me semble que Benjamin vise une poétique de la fable situant cette dernière comme valeur et non comme genre, c’est-à-dire comme articulation la plus forte d’une forme de vie et d’une forme de langage (voir Quelle littérature pour la jeunesse?)…

Serge Martin

 

Une fiche biographique sur Hebel à cette adresse:

http://www.jose-corti.fr/auteursromantiques/hebel.html

« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Des expériences musicales avec van der Keuken

Brass Unbound /Cuivres débridés (106′ – 1993) Johan Van der Keuken 14/20

Le film du cinéaste Johan van der Keuken retrace plusieurs expériences musicales assez inédites pour le spectateur (auditeur) français qui souvent sépare les expériences « savantes » et « populaires » dans la tradition des deux cultures. Guillaume Kosmicki, lors d’une conférence à la Cité de la Musique en 2006 (texte intégral en pdf ici :http://guillaume-kosmicki.org/pdf/musiquespopulaires&musiquessavantes.pdf) montre, dans son introduction, combien la distinction est de plus enplus délicate :

Le propos de cette contribution est de se pencher sur la validité des deux catégories si couramment utilisées de « musiques savantes » et « musiques populaires », catégories que l’on devrait toujours s’empresser de mettre au pluriel, tant elles représentent en elles-mêmes déjà des réalités multiples, des « mondes de l’art » distincts comme les décrirait le sociologue Howard S. Becker. Force est de constater qu’aujourd’hui, et ce surtout depuis la deuxième moitié du XXème siècle, il semble de plus en plus difficile d’en situer les frontières exactes. Nous verrons si l’on peut alors parler d’une transmission de l’une à l’autre, ou d’une mutation générale. Nous verrons aussi qu’il conviendrait probablement, dans un avenir proche, de modifier ces définitions, et nous préciserons de quelle manière.

 

Le film de Keuken nous introduit dans l’expérience musicale de personnes concrètes dont on aperçoit très vite la condition quotidienne (tailleur du Népal, par exemple) et le milieu à travers les échanges (enfants présents et apprenant sans qu’on fasse « leçon » de musique) et les relations socio-économiques (musique pour un mariage) mais également symboliques voire religieuses (avant de « jouer », il faut se recueillir…).

Le film fait cela comme en suivant l’expérience vraie de quelques « musiciens » professionnels ou pas et à travers leurs gestes musicaux dans toute leur ampleur: instrument et manière de le ranger, sortir, porter, placer; vêtement voire costume (casquette, par exemple); déplacement et position dans les lieux où ça joue; rapport avec l’environnement (public ou privé), etc. Autant d’attention où la relation construit l’écoute sans a priori.

Le film serait alors une illustration très parlante des réflexions de John Dewey et du chapitre « Vivre une expérience » car non seulement il propose un compte rendu des expériences de ces musiciens mais il nous fait vivre une expérience de partage musical assez inouï.

 

Un très beau texte critique sur ce film (à cette adresse: http://www.myspace.com/hervac/blog/348745134:
Brass Unbound, né de la rencontre du cinéaste avec l’anthropologue Rob Boonaier Ftaes raconte l’épopée des cuivres, symbole du joug culturel imposé par les coloniaux au Ghana et dans le Tiers-Monde et leur appropriation par les peuples colonisés. Avant tout, voyage musical, le film raconte comment les instruments se sont libérés de leurs maîtres, se sont détournés du christianisme qui les a importés et sont devenus les captifs bien aimés des pays conquis, l’accompagnement indispensable des fêtes et des rituels de la religion polythéiste.
De pays en pays, il montre comment les vestiges coloniaux sont intégrés à tous les événements publics et privés.
Tourné au Nepal, au Surinam, en Indonésie et au Ghana ce film est d’une telle liberté que seul Van der Keuken pouvait se permettre de tenter l’aventure. C’est un film vraiment surprenant car il est rare que des films se situant dans des régions du « Tiers monde » ne parlent pas de famine, de guerre ou de maladie. Ici, il s’agit de musique, de vie, de nature, de tradition. Attention, on n’est pas pour autant dans un film touristique. Van der Keuken est un immense cinéaste et un voyageur (le contraire d’un touriste). Ce film fait partie de la dernière partie de son oeuvre qui est d’une incroyable richesse (il mourra moins de dix ans plus tard). Cette période est plus sereine, moins engagée, plus contemplative mais VDK y est toujours curieux du monde et des gens. Formidable cadreur VDK sait ici saisir la formidable couleur de chacun des pays visités, les gestes, les coutumes et bien sûr la musique. C’est un film unique sans commentaires ni interview, sans explication, sans histoire, sans personnage, basé uniquement sur l’image et le son ce film est de plus tourné dans divers endroits du globe (comme il l’avait fait avec I love dollars). Comment tout cela tient-il ? Uniquement par le style et le génie du cinéaste. Chez VDK, le découpage, la mise en scène, le montage, tout se fait en direct et sans filet au tournage. Il crée en tournant comme un peintre crée en peignant ou un musicien de jazz improvise en jouant. On a l’impression que tout se fait, tout se réalise dans l’instant du tournage et c’est cela qui est magnifique. Il ne s’agit plus de capter simplement la réalité mais de la re-transcrire, la transformer à travers son propre regard. En cela il est avec Rouch et Mekas le plus grand créateur du cinéma documentaire. Magnifique par les images et le son, Brass Unboundn’est pas que cela. Au fil de ces mariages, enterrements et cérémonies diverses à travers le monde se profilent les fantômes du colonialisme. Reprenant le principe utilisé dans Face value, VDK sépare les images et le son, montrant une personne muette face à la caméra et faisant entendre sa voix, cela permet d’avoir la personne au naturel, perdu dans ses pensées et de cerner mieux son « moi » intérieur que si on la filmait simplement en train de parler. De même la voix non filmée est plus calme, plus posée, plus profonde que si la personne parlait face à la caméra. Très risqué dans son refus de toute narration, parfois abstrait, proche de l’expérimental (les inserts historiques), ce film n’a pas l’ambition d’être un film parfait, un chef-d’oeuvre. C’est simplement une improvisation folle, pleine de fulgurance, un film unique dans l’histoire du documentaire.

 

Neuf films de Johan Van Der Keuken

 

DVD 1
Cuivres Débridés / A la Rencontre de Swing – 1993 – 106 minutes
Sarajevo Film Festival – 1993 – 14 minutes
Temps / Travail – 1999 – 11 minutes
Johan Van der Keuken (Thierry Nouel) – 1999 – 52 minutes

DVD 2
Amsterdam Global Village – 1996 – 229 minutes

DVD 3
To Sang Fotostudio – 1997 – 33 minutes
Vivre avec les Yeux (Ramon Gieling)– 1997 – 55 minutes
Amsterdam afterbeat – 1996 – 16 minutes
L’Entretien (Thierry Nouel) – 1999 – 35 minutes

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les cinq ateliers de tutorat en M2 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Allirol       x  
Anne x        
Bechet     x    
Cabaret x        
Dubost       x  
Dupré   x      
Enée       x  
Fraisse         x
Gailleux   x      
Jean     x    
L’Orphelin       x  
Lallinec     x    
Larquier         x
Laubin   x      
Leroux     x    
Luet x        
Marie L.     x    
Marie O.         x
Morin         x
Nicolas x        
Noblet     x    
Pain       x  
Poignon         x
Roussel       x  
TOTAL 4 3 6 6 5

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les cinq ateliers de tutorats en M1 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Barbot x
Becquemont x
Berger x
Betton x
Boichard x
Boudier x
Bourniche x
Cavoit x
Cheyrade x
Decaëns
Hemery x
Jacoutot x
Jouault x
Landais x
Lecoeur x
Marteau x
Robine x
Sauvage x
Simon x
Tirel x
TOTAL 4 3 3 3 6

19 étudiants

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Expérience : première séance (octobre 2012)

Cercle « Expérience : art et expression »

Ouvrage et revue à l’étude :

John Dewey, L’Art comme expérience, Paris, Gallimard, « Folio-essais », 2005.

Spirale n° 47 (« La Culture de l’expression »), 2011.

Parrainage :

Denis Laborde (Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales – CNRS, EHESS ; auteur de Les Musiques à l’école, Bertrand Lacoste, 1999)

Animateurs :

Serge Martin et Karine Guihard

Première séance : mercredi 10 octobre 2012 de 17h. à 20h.

Neuf étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en trois moments principaux :

Toute la séance s’organise afin d’entamer la lecture du chapitre II (« Vivre une expérience », p. 80-114).

1.       On lit d’abord les pages 110-111 qui livrent un nœud de la pensée de Dewey. Chacun propose de titrer ce passage (un billet donnera les éléments de ce travail) puis de définir la notion d’expérience comme dans un article de dictionnaire en empruntant si nécessaire à Dewey.

2.       On se répartit ensuite des passages plus importants de tout le chapitre pour réaliser une anthologies des moments principaux de la réflexion de Dewey permettant de conceptualiser la notion d’expérience (trois étudiants livreront dans un billet ce travail anthologique sur le chapitre II).

3.       A la fois pour faire une petite pause mais également pour observer en actes la notion d’expérience, on projette les premières minutes du film de Van der Keuken, Cuivres débridés (un billet à venir) : comment une expérience musicale se constitue ici avec peut-être une multiplicité d’expériences.

4.       A partir de plusieurs albums on observe ce que peut-être une expérience : celle du héros de l’album, celle de l’auteur, du lecteur (billets à venir).

5.       On clôt la séance par l’annonce de la prochaine autour de la notion d’expression qui s’ouvrira par la lecture du texte de Jean-Louis Chiss dans la revue Spirale et la lecture du chapitre III de Dewey.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Racontage : première séance (octobre 2012)

Cercle « Racontage : littérature et enfance »

Ouvrage et revue à l’étude :

Walter Benjamin, Enfance, Paris, Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011.

Modernités n° 28 (« L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? »), 2008.

Parrainage :

Florence Gaiotti (Textes et cultures – EA 4022, Université d’Artois ; auteur de Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009)

Animateurs :

Serge Martin et Magali Jeannin

Première séance : mercredi 10 octobre 2012 de 14h. à 17h.

Douze étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en trois moments principaux :

1.      Lecture de W. Benjamin, « La littérature enfantine » (p. 125-136) et parallèlement de l’avant-propos de Modernités (les deux premières pages)

a.      Établir une chronologie littéraire comparée visant à montrer les deux domaines (allemand et français) avec similitudes et différences, les interactions entre les œuvres et auteurs à proprement parler, les critiques et les contextes historiques et éducatifs.

b.     Nous avons laissé de côté la question définitionnelle de la littérature enfantine : la concrétude chez Benjamin (p. 133) et l’hybridité (Modernités) mais un billet viendra éclairer ces passages alors même que la discussion sur les chronologies l’ont entamée.

c.      A partir de l’incipit de la conclusion de Benjamin (« Dévorer les livres. Curieuse métaphore », p. 135), on a pu ouvrir à la fois une discussion sur la notion d’identification à laquelle Benjamin oppose celle d’incorporation (un texte de Marie-Aude Murail a été distribué : voir le billet correspondant) et proposer une activité d’écriture avec la métaphore : « Parler comme un livre » (voir le billet http://arlap.hypotheses.org/508).

2.      Lecture de W. Benjamin, « Chichleuchlauchra » (p. 109-117) et « Premiers rudiments verdoyants » (p. 119-124) 

A partir de plusieurs abécédaires « historiques », les étudiants proposent une lecture inspirée par ces textes de Benjamin : billets sur le carnet :

Serge Martin

 

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’activité de l’élève du point de vue de la théorie du langage

La notion d’activité pour être conceptualisée passe forcément par le langage. De plus, on ne peut pas dire qu’il y ait activité sans discours, c’est-à-dire sans subjectivation dans et par le langage. Sinon l’activité n’a pas de sujet et au mieux produirait-elle un agent, une agentivité si ce n’est un objet. Il y aurait à observer si certains discours ne désubjectivisent pas quand ils parlent, par exemple, de « producteur » dans l’expression « production d’écrit ». Bien des notions en didactique manquent de théorie du langage et quand elles font retour sur le sujet ne se rendent pas compte qu’il y aurait à tout reconsidérer. Ce qu’elles font rarement et, par conséquent, elles se voient en chemin rebrousser et abandonner leur sujet en route, sans y prendre garde. Ce serait fréquemment le cas avec la notion d’activité qui demande pour le moins de penser ce qui s’y fait ou pas : et s’il n’y a invention d’un sujet alors pourquoi parler encore d’activité…

(http://maternailes.net/pratiques/inscription/inscription.html)

Il y a donc à poser d’abord qu’on ne peut concevoir d’activité sans sujet et que pour qu’il y ait sujet de l’activité, il faut penser ce sujet dans et par le langage. C’est alors seulement que les catégories du temps et de l’espace de l’activité, qui permettent de situer et donc d’engager un sujet acteur, peuvent se constituer. La deixis de l’activité est le cadre de l’activité mais elle n’advient qu’en discours et fonde la situation du sujet qui est le seul à pouvoir l’engager vraiment comme activité.

À la deixis vient comme se joindre une sémantique sérielle qui construit les valeurs propres à telle ou telle activité, tel ou tel moment de l’activité, bref toutes les différenciations qui construisent à proprement parler ce qui fait la spécificité de l’activité :

– délimitation : activité/non-activité ;

– catégorisation : qualifiants de l’activité par différenciation même infinitésimales ;

– et enfin rythme et prosodie : différences et répétitions qui construisent l’energeia d’une mise en œuvre, d’une œuvre à proprement parler où l’opération est non seulement subjective mais transubjective ; l’activité devient passage d’activité parce que passage de sujet (invention et transmission, transformation et relation).

Se pose immédiatement le problème de l’antinomie individu / société ou collectif auquel renvoie, par exemple, la notion de « communauté discursive » très fréquemment employée par la didactique d’inspiration bakhtinienne. Il me semble que cette notion oblige à réitérer l’antinomie sans la lever autrement que par un déterminisme, qui alors maintient l’antinomie dans son aporie puisque la subjectivation se voit alors renvoyée à un causalisme qu’on peut appeler un collectivisme. Ce dernier oblige à penser l’activité commune, en en pensant seulement l’homogénéité voire l’unicité, hors de toute pluralité et différenciation des processus de construction du commun. Disons-le franchement, cette didactique dévoie l’activité dans un comportementalisme où la subjectivité est un assujettissement à des forces qui refusent toute subjectivation libre.

Très concrètement, cela peut s’observer dans la rhétorisation des manières de dire qui règle les manières de faire sans que ces dernières ne puissent déplacer les manières de dire ou sans que l’expérience n’oblige à dire autrement ce qu’on a fait autrement et l’inverse. Bref, le sujet est fixé avant l’activité et doit s’y conformer : la subjectivation est donc soit préexistante soit subséquente puisqu’on présuppose une conformation et non une construction afférente de l’activité et du sujet.

Mais on ne peut se contenter pour autant de renvoyer cette subjectivation dans et par le langage à ce qu’on appelle généralement une verbalisation de l’activité, qui pose une représentation du langage comme traduction ou expression de l’activité et donc comme résultat d’une activité qui lui préexisterait. Des formes plus subtiles existent qui mettent la subjectivation dans la dichotomie du linguistique et du métalinguistique en s’appuyant sur le concept psychologique de distanciation. Cette représentation présuppose un double langage : celui de l’accompagnement de l’activité et celui de la réflexivité ou, en des termes utilisés par exemple dans les programmes scolaires, entre langage d’action et langage d’évocation. Cette représentation met la pensée hors de l’activité dans un après quand l’activité de la pensée d’une part et la pensée de l’activité sont justement consubstantielles sous peine d’obtenir des pensées coupées de l’activité (c’est le topos de la théorie comme opposée au « terrain ») ou une activité qui se réaliserait sans pensée active et donc une activité sans sujet, sans subjectivation. Que des paliers de la réflexivité existent, c’est à n’en pas douter! Mais il y aurait plus à dissocier une réflexivité au plus près de l’action qui engage un véritable sujet de l’action comme sujet de la pensée de l’action. Ce qui revient à se situer au plus près de l’energeia qui tient le continu du geste et du langage ou du langage comme geste et du geste comme langage. A contrario, on pourrait observer une réflexivité qui, pour des raisons scolaires et/ou sociales, doit à un moment ou un autre se conformer à des normes d’action ou des normes de pensée de l’action voire même de formulations académiques de l’action. On comprend bien alors que cette dernière catégorie n’est pas celle qui doit orienter la réflexion didactique sur l’activité mais que c’est au contraire la première qui doit porter la seconde sous peine de ne jamais comprendre ce que fait une activité à un sujet et ce qu’un sujet fait à une activité, à moins de considérer le sujet non à l’aune de la subjectivation mais de la normalisation, d’un comportementalisme qui viendrait défaire ce que la didactique vise : un sujet critique de son activité, un sujet par et dans son activité pleinement sujet.

L’enjeu de cette réflexion sur la notion d’activité est donc sa conceptualisation en didactique. Pour conclure, j’observe qu’elle oscille entre le faire et l’agir non comme choix entre deux pôles mais comme orientation vers l’un ou l’autre : c’est la pensée du dire qui permettrait d’orienter l’activité de l’agir vers le faire, de la reprise vers l’invention, de la communication vers la relation, de la transmission vers l’incorporation.

Ce qui manque aujourd’hui à la didactique concernant l’activité, c’est une poétique des discours avec l’activité car seule une poétique permet d’écouter au plus près ce qui se fait quand l’activité devient par le dire, se constitue comme subjectivation, ou au contraire disparaît comme une absence de faire pour finir au mieux dans un agir. On peut d’ailleurs suggérer que « rien faire » n’est pas une absence de faire et qu’il vaut mieux ne rien faire qu’agir pour agir – ce serait ce qu’on appelle l’activisme dont on sait que l’école s’est fait une spécialité pour occuper l’enfant faisant semblant de jouer à l’élève et passer le temps de l’apprentissage à formater des sujets sans sujet, des agents qui agencent, des enfants bons enfants et des élèves bons élèves… ou mauvais !

 Serge Martin

Références bibliographiques sur lesquelles prend appui cette réflexion :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1 et 2, Paris, Gallimard, « Tel », 1966 et 1974.

Magali Bonniol, Rien faire, Paris, L’école des loisirs, 2000.

Chiss Jean-Louis et Dessons Gérard (éds.), La force du langage, Paris, Champion, 2000.

Gérard Dessons, Émile Benveniste, l’invention du discours, Éditions In’Press, 2006.

Le Français aujourd’hui, n° 160 (« La critique pour quoi faire ? »), Paris, Armand Colin, mars 2008.

Wilhelm von Humboldt, trad. de Pierre Caussat, Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais (1827-1829), Paris, Le Seuil, 1974

Serge Martin, L’Amour en fragments. De la relation critique à la critique de la relation, Arras, Artois Presses Université, « Manières de critiquer », 2004.

, Langage et relation, Anthropologie de l’amour, Paris, L’Harmattan, « Anthropologie du monde occidental », 2005.

Henri Meschonnic, Politique du rythme, politique du sujet, Lagrasse, Verdier, 1995

 

 

 

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Poètes en regard (1. Franc Ducros)

DUCROS FRANC

rencontre à la MRSH

avec Ettore Labbate (notre invité du 19 décembre)

le jeudi 11 octobre à 17 heures

44, route de Saussan
34570 PIGNAN
Tél : 04.67.41.14.03
Email : fducros.gpierra@orange.fr

Activité : Auteur, Traducteur
Genre(S) : Poésie, Sciences humaines et sociales
Animations : Lecture
Biographie :
Franc DUCROS
Né en 1936 à Moulézan (Gard)

Bibliographie Non Exhaustive :
Poésie:
Le Poétique, le Réel, éd. Méridiens Klincksieck, 1987 (essai).
Les yeux la terre, éd. Main-d’oeuvre, 1992 (poésie).
Poésie, figures traversées, éd. Théétète, 1995 (essai).
L’odeur de la panthère – Dante, la poésie, éd. Théétète, 1997 (essai).
S’ouvrant l’arbre, éd. Théétète, 1997 (poésie).
Pour Mallarmé, éd. Théétète, 1998 (essai).
Entre le feu et le soleil, peintures de Anne Slacik, 1998 (livre d’artiste).
Delphes, 1999, peintures de Anne Slacik, 1999 (livre d’artiste).
Du noir cela, éd. Théétète, 2000 (poésie).
Surgies syllabes arrachées, éd. Théétète, 2003 (poésie).
Ici partagé, disparaissant, éd. Théétète, 2006 (poésie).
Notes sur la poésie, éd. Théétète, 2006 (essai).
Lectures poétiques, éd. Théétète, 2006 (essai).
L’odeur de la panthère : Dante, la poésie, éd. Lucie, 2010 (essai).
Fracture avec sept lithographies de Christine Valcke, Sigean, éd. Les Ateliers de la
Maison du Roy, 2011 (livre d’artiste).

Traductions:
Ombre lointaine, 46 fragments de Léonard de Vinci, Alinéa, 1983.
Poèmes de Michel-Ange, éd. Théétète, 1996.
L’inhabité, de Pascal Gabellone, éd. Main-d’oeuvre, 1992.
Le rien rugueux, de Gabriel Magana, éd. Théétète, 1999.
Abriendose el arbol, cotraduit en mexicain par Gabriel Magana, éd. Sin nombre, UNAM, Mexico, 2001 (poésie).
Comme on cherche un trésor, de Umberto Saba, éd. La Dogana, 2005 (poésie).
De lo negro eso, cotraduit en mexicain par Gabriel Magana, éd. Sin nombre, Mexico, 2006 (poésie).
Franco Loi, poèmes, traduits du milanais, en collaboration avec Bruna Zanchi et Bernard Vargaftig, éd. Lucie, 2009.
La tâche terrestre des mortels : poésies 2002-2009, de Flavio Ermini, traduit de l’italien, éd. Lucie, 2012 (poésie).

Extrait Inédit :
Extrait de « Le Feu et le Soleil » in Surgies syllabes arrachées

comme dans l’eau se diluerait
le sang,
futur
l’éclair dans la lumière

ici

quand l’air
qui tremble affine
la terre rouge

——————-

cette ombre
entre le feu et le soleil

fait plus rouge
le feu :

dans
la lumière la lumière
éteint l’ombre et le feu

——————-
Crédits photographiques : DR Toutes les informations viennent de http://www.lr2l.fr/acteur/ducros-franc-pignan.html

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus