Création d’ateliers d’écriture à travers l’œuvre de Georges Perec

« Les jeux que je préfère, ceux auxquels je joue le plus, ce sont des jeux sur le langage »

– Perec

 

Bien communiquer dans une langue étrangère requiert d’un individu qu’il maîtrise savoirs et compétences – langagière notamment -, comme le rappelle le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (Conseil de l’Europe, 2001 : 15-18). Ces habiletés sont-elles suffisantes pour autant ? Ne serait-il pas important aussi de prendre en compte ce qui caractérise cet individu intimement, pour qu’il puisse exprimer correctement ses émotions, et ainsi s’épanouir ? Si ce même texte préconise effectivement de « favoriser le développement harmonieux de la personnalité de l’apprenant et de son identité » (Conseil de l’Europe, 2001 : 9), il reste assez flou cependant sur la manière de procéder. Cet aspect nous semblant quelque peu négligé dans l’enseignement du Français Langue Étrangère (FLE), où l’on serait plutôt dans une didactique de l’efficacité, nous avons décidé de nous pencher sur la question de la recherche de la singularité dans l’expression langagière d’un apprenant.

La question de l’intime ayant été évoquée plus haut, nous avons choisi de nous intéresser à l’écrit, dont le processus semble le plus à même de donner à l’apprenant le temps et le recul nécessaires pour élaborer son style[1]. Dans cette optique, nous nous sommes penchés sur le phénomène des ateliers d’écriture, pratique de groupe orientée vers une écriture sous contrainte et tournée vers l’invention (Baudoin, 2004 : 166), l’intérêt de ce genre de pratique étant son caractère désinhibiteur (Houdart-Merot, 2013 : 45-46). De plus, pour parfaire l’initiation au style, se tourner vers la littérature s’imposait, afin de toucher au sensible, tout en évitant que la rencontre entre littérature et apprenant dépasse les seuls aspects linguistique ou culturel (Godard, 2015 : 6-7). In fine, l’idée de travailler sur la production d’un écrivain s’est fait jour, la reconnaissance de son travail pouvant légitimement servir de modèle.

Dès lors, quel auteur choisir ? Quelle œuvre pourrait suffisamment éveiller l’intérêt des apprenants, pour les amener à écrire, à s’exprimer de manière originale, et ainsi à développer leur style ? Celle de Georges Perec[2] semble faire sens. Son écriture ludique (Rosienski-Pellerin, 1995) comme ses jeux sur la langue peuvent motiver les apprenants, mais ce sont surtout ses thématiques qui peuvent leur plaire. En effet, Perec parle notamment de ses souvenirs et du monde où il évolue (Perec, 1989 : 11) : sujets universels. Cette écriture autobiographique et sous contrainte (Magné, 1999 : 21) pourrait alors amener l’apprenant à passer du « jeu » au « je » et lui donner ainsi la possibilité d’exprimer ce qu’il connaît, en s’exprimant de la façon qui lui convient.

L’ancrage théorique de ce sujet se situe dans le cadre de la didactique de la littérature en FLE, et plus précisément dans celui des investigations didactiques concernant la formation à l’écriture. L’objet de ce mémoire sera de voir ce qui se fait dans les manuels de FLE français, concernant l’élaboration du style, en analysant les exercices d’écriture proposés, la place de la créativité et des écrivains, et leur apport didactique. Enfin, nous projetons de créer des exercices à partir d’écrits de Georges Perec, de les tester en classe de FLE, ici en France, puis de soumettre un questionnaire qualitatif aux apprenants et enseignants/animateurs. Le public ciblé devant être susceptible de viser une utilisation de la langue riche, variée, imaginative et personnelle, pourrait être de niveau avancé.

 

Bibliographie : 

BAUDOIN, Mireille (2004). Un atelier d’écriture en classe : place et rôle. Skholê, hors-série 1, p. 165-171. Consulté le 11 octobre, 2017, sur : http://www.ac-nice.fr/ienash/ash/file/Centre_Ressources/atelier_d_ecriture_en_classe.pdf.

BENS, Jacques et LEDOUX, Alain (1980). Entretien avec Georges Perec. Jeux & Stratégie, n°1. Consulté le 11 octobre, 2017, sur : http://fr.1001mags.com/parution/jeux-strategie/numero-1-jan-fev-mar-1980/page-32-33-texte-integral.

CONSEIL DE L’EUROPE (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Paris. Didier.

GODARD, Anne, BAPTISTE, Auréliane, HAVARD, Anne-Marie, ROLLINAT-LEVASSEUR, Eve-Marie et al. (2015). La littérature dans l’enseignement du FLE. Paris. Didier.

HOUDART-MEROT, Violaine et MONGENOT, Christine (2013). Pratiques d’écriture littéraire à l’université. Paris. Honoré Champion.

MAGNÉ, Bernard (1999). Georges Perec. Paris. Armand Colin.

PEREC, Georges (1989). L’infra-ordinaire. Paris. Seuil.

ROSIENSKI-PELLERIN, Sylvie (1995). Perecgrinations ludiques. Toronto. Gref.

 

Mots-clés :

Ateliers d’écriture – écrivain – infra-ordinaire – littérature – ludique – mémoire – originalité – Perec – style

 

[1] Définition du Centre National de Recherches Textuelles et Linguistiques (CNRTL) : Ensemble des moyens d’expression (vocabulaire, images, tours de phrase, rythme) qui traduisent de façon originale les pensées, les sentiments, toute la personnalité d’un auteur.

[2] Georges Perec (1936-82), est l’une des figures majeures de la littérature française du XXe siècle. Il fut membre de l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), laboratoire de recherche littéraire créé en 1960 qui requiert de ses membres (dont Queneau et Calvino) de s’imposer des contraintes d’écriture. Son goût du ludique et de l’autobiographique se retrouve dans des ouvrages tels Les Revenentes (1972), Je me souviens (1978) ou La Vie Mode d’Emploi (prix Médicis 1978).

 


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

3 réflexions sur « Création d’ateliers d’écriture à travers l’œuvre de Georges Perec »

  1. Je m’intéresse aussi beaucoup à la question de construction de la nouvelle identité langagière. C’est un sujet dont tout le monde parle, mais malheureusement il y a très peu de solutions didactiques pratiques. Je crois qu’il faut aider les apprenants à trouver sa propre voix dans une langue étrangère, à dépasser les clichés proposés dans des méthodes de langue.
    J’ai hâte de lire la suite !

  2. La direction que tu prends d’écriture autobiographique pour apprendre une langue est centrale, il me semble ! C’est une très bonne idée d’allier l’écriture créative de l’étudiant et celle d’un auteur comme Perec. Tu auras un beau bouquet de productions colorées !

  3. Je trouve ton sujet de mémoire intéressant sur les ateliers d’écriture, selon moi, cette pratique devrait être davantage instaurer au sein du système éducatif pour prévenir l’échec scolaire. Je te remercie, je compte lire cet ouvrage de Georges Perc, car mon sujet a aussi un rapport à l’écriture et aborder cette notion de jeux langagiers en contexte FLE est d’autant plus productive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *