L’aube de mon sujet de mémoire

La transition secondaire/ supérieur en Angleterre:  l’écrit  en filière FLE

La transition entre éducation secondaire et supérieure présente souvent des difficultés pour les étudiants. Ce phénomène semble être constaté dans de nombreux pays. Le Royaume-Uni ne fait pas exception et cette période est l’objet de nombreuses études aux niveau national et local.

Dans le contexte de l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère (FLE) en Angleterre, le public sur lequel je souhaiterais me focaliser est celui des étudiants qui ont fait du français lors de leurs A Levels (équivalent du baccalauréat) et qui commencent une licence de français dans une université britannique ( first year of bachelor’s degree in French studies).

Ayant enseigné au lycée et à l’université en Angleterre, j’ai remarqué qu’il y avait un grand écart entre le niveau de rédaction demandé aux élèves de terminale (year 13th) et aux étudiants de L1 (Year 1) . Cet écart important mettait en exergue les lacunes accumulées par certains étudiants avant d’arriver à l’université et  destabilisait  certains qui étaient entrés dans l’enseignement supérieur en pensant avoir de bonnes bases grammaticales, syntaxiques et orthographiques. Ces difficultés sont source d’insécurité et de démotivation chez les étudiants et dans les cas les plus extrêmes, d’ abandons.

Ainsi, je voudrais me concentrer sur l’analyse de la situation de ce contexte afin de tenter: dans un premier temps, de trouver s’il existe des zones de “vide didactique” (par zones de vide didactique, j’entends: ce qui n’est pas inclus dans le curriculum de fin de secondaire enseigné au lycée et qui est censé être maîtrisé à l’entrée en L1 ) qui seraient potentiellement une des causes de cet écart. Cette étude se pencherait donc sur les contenus d’enseignement et  les critères d’évaluation  de l’écrit au lycée et en L1 en comparant les curricula,  le contrôle continu et les examens mis en place par les institutions éducatives locales.               

dans un deuxième temps, de combler ces éventuels vides didactiques en proposant des  modifications des curricula.  En se basant sur un corpus de production écrite d’étudiants de L1 de français à l’université de Bristol en 2016-2017 ayant suivi le cours “writing and translation” (rédaction et traduction) et en analysant leurs erreurs et leurs compétences en rédaction sous différents points de vue, notamment en les comparant aux critères d’évaluation de l’écrit en L1.

L’objectif final de cette étude serait donc de réduire cet écart,  d’améliorer l’expérience universitaire des étudiants et de faire potentiellement baisser le taux d’abandon.

 

 

Bibliographie

 

Baker, Sally. (2013). « Transitions and shifting understandings of writing: Building rich pictures of how moving from school to university is experienced through exploration of students’ discourses of writing.», Journal Of Academic Language And Learning, 7(2). [En ligne] Consulté le 09 octobre 2017 URL: http://journal.aall.org.au/index.php/jall/article/view/265/168

 

Hodgson, P., Lam, P. and Chow, C. (2011). « Assessment experience of first-year university students: dealing with the unfamiliar. In Enhancing Learning Experiences in Higher Education »,  International Conference, 2–3 December, Hong Kong [En ligne], consulté le 08 octobre 2017 URL : http://www.cetl.hku.hk/conference2010/pdf/Hodgson.pdf

 

Kelly, Michael, « Vers un renouveau de l’enseignement des langues au Royaume-Uni ? », Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], consulté le 08 octobre 2017. URL : http://ries.revues.org/1705

 


Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *