MON PROJET DE MEMOIRE

Le rôle de la langue maternelle dans l’apprentissage et l’enseignement de la grammaire en classe de FLE : le contexte éducatif chinois
( Une étude de cas auprès des débutants dans l’Université chinoise )

Depuis toujours, les relations entre la langue à apprendre et la langue déjà acquise occupent une place incontournable dans les réflexions pédagogiques en classe de FLE. Le recours à la langue maternelle est-il une nécessité ou un obstacle dans l’apprentissage et l’enseignement d’une langue étrangère ? Ce sujet suscite mon intérêt lors de mes observations en classe de FLE à l’Université des Langues Etrangères de Jilin Huaqiao, en Chine. Dans la classe de français, parfois, l’enseignant préfère expliquer la grammaire et le lexique en chinois, qui attache aussi une grande importance à la traduction entre la langue maternelle et la langue cible. Cela me donne une réflexion sur le rôle de la langue maternelle, notamment dans l’apprentissage et l’enseignement de la grammaire, comme on croit, la grammaire, préoccupe toujours une place prépondérante pour les apprenants chinois.

Dans un premier temps, il s’agit d’une présentation de la politique linguistique, le contexte de l’enseignement de la langue française dans la formation universitaire en Chine, et les représentations d’apprenants et d’enseignants, etc. Dans un deuxième temps, on passera à une mise en perspective historique, qui est destinée à clarifier les relations entre la langue maternelle et la langue étrangère. Ensuite, on explorera l’émergence de la langue maternelle en classe de langue étrangère : qui, quand, comment, pourquoi ? Et puis, on présente spécialement l’emploi de l’alternance langue maternelle / langue étrangère par l’enseignant et les apprenants dans l’enseignement et l’apprentissage de la grammaire. En même temps, à partir d’observations, d’enquêtes et d’enregistrements en classe que l’on focalisera sur la place de la grammaire parmi les autres composantes linguistiques, les méthodes pédagogiques pour sa présentation, le cas fréquent d’utiliser la langue maternelle dans l’explication, le matériel pédagogique privilégié en classe, etc. De plus, on réfléchira sur le rôle et l’influence, les avantages et les inconvénients de cet alternance langue maternelle / étrangère dans l’apprentissage / l’enseignement de la grammaire. Au final, après une analyse détaillée, on portera un regard sur l’amélioration des méthodes pédagogiques pour que l’apprentissage de la grammaire soit plus efficace et attirant chez les apprenants chinois, notamment pour les débutants.

Mots-clés : langue maternelle, alternance codique, l’enseignement de la grammaire, la classe de FLE, contexte chinois

 

Bibliographie :

VERONIQUE CASTELLOTTI. (2001), La langue maternelle en classe de langue étrangère, Paris : CLE international

Maria Causa. (2002),  L’alternance codique dans l’enseignement d’une langue étrangère, PETER LANG SA

BESSE,H.(1987), « Langue maternelle, seconde et étrangère », Le Français aujourd’hui n.78

BESSE,H. et PORQUIER, R. (1984), Grammaire et didactique des langues, Paris, Hatier-CREDIF « LAL »

BOURGUIGNON, C. (1993), « PASSLANGUES. Vers une pédagogie intégrée de la grammaire en langue maternelle et en langue étrangère », LIDIL, n.9

BOURGUIGNON, C. et CANDELIER,M. (1988), « La place de la langue maternelle dans la construction par l’élève des notions grammaticales requises pour l’apprentissage d’une langue étrangère », Les langues modernes, n.2

WANTZ-BAUER,F.(2000), « Le statut de la langue maternelle en classe de langue étrangère », dans CASTELLOTTI,V. (dir.),op,cit.

 


WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

10 réflexions sur « MON PROJET DE MEMOIRE »

  1. C’est vrai que l’enseignement de la grammaire de langues est incontournable en Chine. Mon mémoire concerne aussi l’acquisition de langues et l’influence translinguistique dans le contexte du FLE en Chine. A part les ouvrages dans votre bibliographie, je vous propose également un livre : Wu X., Second language acquisition : methods and practice, Shanghai foreign language education press, Shangais, 2006. Vous pouvez le trouver à l’inalco. De plus, une information possiblement utile pour vous : l’inalco organise parfois des colloques concernant l’acquisition du français pour les apprenants chinois.

    1. Merci beaucoup, Jingjie, tes propositions sont très utiles ! J’ai parcouru ton projet de mémoire qu’il s’agit de l’acquisition du français L3 pour les apprenants chinois connaissant l’anglais comme L2, il est vrai que l’apprentissage du français des apprenants chinois est influencé par divers facteurs, langue maternelle ou langue anglaise, les élèves ont tendance à comparer les langues qu’ils déjà acquises au cours de l’apprentissage du français, cela apporte du côté positif, également du côté négatif. Vu la ressemblance du sujet de mémoire, ça me fait très plaisir de discuter et d’échanger les idées concernant cette question avec toi. Pour le moment, il faut que je travaille plus précisément pour ce sujet, et je partagerai mes informations avec toi une fois mon idée complétée. Bon courage !

  2. Je trouve que votre sujet est intéressant. Il est évident que la langue maternelle exerce une grande influence sur l’apprentissage d’une nouvelle langue, mais comment la langue maternelle influence sur l’apprentissage d’une langue étrangère? c’est une question qui demande vraiment beaucoup de réflexions.
    quand il s’agit des apprenants chinois, je trouve que c’est un peu particulier. En effet, j’ai l’impression que pour les apprenants chinois, l’anglais exerce peut-être une plus grande influence sur l’apprentissage du français. Comme nous le savons, la langue chinoise est très éloignée de la langue française, et en générale les étudiants chinois commencent très tôt à apprendre l’anglais, par conséquent, ils ont souvent la tendance de se référer à l’anglais au cours de leur apprentissage du français. Et selon ma propre expérience, l’anglais a joue un rôle très important dans l’apprentissage du français. Je ne sais pas si vous avez les même remarques que moi ou pas. Je pense que ce serait peut-être quand même important de tenir compte l’influence de l’anglais dans ce cas, mais c’est seulement un petit conseil.

    1. Merci beaucoup pour ton conseil, Junlan. Tu as raison, dans une certaine mesure, l’anglais exerce une influence importante sur l’apprentissage du français vu la similarité du lexique et de la structure linguistique avec le français. Cependant, en classe de FLE, notamment en Chine, l’accent est toujours mis à la traduction entre la langue chinoise et la langue française, et parfois il est nécessaire d’expliquer les points grammaticaux en chinois pour que les élèves, plutôt les débutants réalisent une meilleure compréhension, on peut dire que dans l’enseignement de la langue français, la langue maternelle est un outil efficace. C’est plutôt pour ce côté que je voudrais analyser.

      1. Merci pour ta réponse.
        C’est vrai que pendant longtemps, en classe de fle en Chine, c’est la méthode méthode grammaire-traduction qui a dominé, et cette méthode a exercé une influence importante sur l’enseignement et l’apprentissage du FLE. Par conséquent, le rôle que la langue maternelle joue dans cet enseignement nécessite beaucoup de réflexions. Je trouve que c’est intéressant de travailler sur ce point là. Je m’intéresse beaucoup à l’avancement de ton travail. Bon courage!

  3. Je pense que la question de l’utilisation de la langue maternelle en cours de LE, comme tu as bien remarqué, est surtout actuelle pour les niveaux débutants. En effet, si on recourt à l’explication d’un mot/expression inconnu(e) par d’autres mots inconnus (tenant compte du niveau débutant des apprenants), cela peut rendre les apprenants confus et frustrants. Mais si l’enseignant utilise souvent la LM en cours de LE, ce serait difficile pour les apprenants de se plonger dans l’univers de la langue cible et ils auront besoin de passer toujours par la traduction pour comprendre le sens des mots même au niveau avancé…
    Ce serait intéressant de lire ta réfléxion sur ce sujet.

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, Sofia. Je suis d’accord avec ton opinion. Le recours à la langue maternelle facilite la compréhension des élèves, notamment pour les débutants, mais la dépendance abusive de la langue maternelle ne favorise pas l’apprentissage de la langue française pour les élèves, parfois, il est possible d’apparaître le mot-à-mot dans la traduction. Donc en classe de FLE, l’enseignant doit faire très attention à l’utilisation de la langue maternelle, la comparaison entre la langue maternelle et la langue cible est nécessaire, mais il faut aussi prendre l’habitude d’apprendre la façon de penser à la manière de la langue cible.

  4. Merci pour ce billet de présentation de votre projet de recherche. Il faudrait, me semble-t-il, modifier le sous-titre. Par exemple :
    ( le cas à l’université chinois, visé aux débutants )=> Une étude de cas auprès des débutants dans l’Université chinoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *