Carnets de recherche #1

« Vous pouvez parler dans tous les sens, si vous n’écrivez pas il n’y a pas de recherche. »

Voilà ce qu’a dit une enseignante en cours un matin en expliquant que c’était le fait d’écrire qui permettait à la pensée d’immerger. Or, depuis le début du séminaire de méthodologie des mémoires, je parle dans tous les sens, mais je n’écris pas. Pourtant je réfléchis beaucoup, mais comme je ne m’efforce pas à en garder systématiquement une trace écrite, j’oublie. C’est pourquoi aujourd’hui je rédige enfin ce billet sur mes choix de carnets d’après ceux que B. Latour décrit dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie. Ses carnets, au nombre de quatre, sont les suivants : un « carnet de bord », un carnet de « collecte de l’information », un carnet d’ « essais d’écriture » et un carnet pour « consigner les effets produits sur les acteurs » de la recherche (Latour, 2006 : 194-197).

Je trouve ces quatre carnets très bien pensés et pertinents. J’attends de voir comment je m’approprie cet exercice d’écriture et d’actualisation au jour le jour de ma recherche par la suite, mais il y a de fortes chances pour que je me saisisse, à ma manière, de ces carnets. J’en aurai donc moi aussi quatre.

– Un journal de bord, que j’aimerais tenir au quotidien et qui sera probablement le seul carnet manuscrit que j’utiliserai. J’aimerais l’avoir toujours sur moi et y noter brièvement l’évolution de mon travail. Si le besoin se présente, j’envisagerais peut-être d’ouvrir une version alternative, plus longue, sur un traitement de texte.

– J’aimerais ensuite garder un journal de lecture, cette fois-ci numérique, dans lequel je prendrai soin de bien extraire de mes lectures toutes les citations qui me paraissent importantes, et pourquoi pas de commencer à les analyser. Ce carnet pourra aussi servir de recueil de petits résumés d’ouvrages/d’articles lus. L’important étant de garder une trace de chaque document lu ou parcouru, pour faciliter plus tard la classification et la possible réutilisation des informations retenues.

– Je tiendrai parallèlement un troisième carnet, un carnet d’ébauches (numérique), pour commencer rapidement et activement la rédaction de potentiels fragments de mon mémoire, car « les paragraphes […] peuvent surgir de façon inattendue au cours d’une étude ; si on ne leur réserve pas une place ou un débouché, ils seront perdus ou, pire, ils viendront gâcher le dur labeur d’accumulation des données […] » (ibid. : 196).

– Enfin, j’ouvrirai un quatrième carnet (numérique) qui me servira à rendre compte de mes expériences de terrain. Il est cependant encore trop tôt pour définir le contenu exact de ce dernier carnet.

Bibliographie

LATOUR, B. Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Une réflexion au sujet de « Carnets de recherche #1 »

  1. Le cinquième carnet de Doris Lessing : le carnet d’or !!! c’est pour nous, en M2, le mémoire !!! Merci Pauline pour cette belle référence littéraire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *