Carnetophilie

CARNETOPHILIE

Ou quels types de carnets de notes privilégier lors d’un travail de recherche ? 

À l’instar du sociologue Bruno Latour qui préconise la constitution de carnets pour accompagner le chercheur dans son travail, afin d’y consigner toutes choses utiles lors de la conduite d’un projet (2006 : 194-197), je me propose de constituer ma propre liste. Toutefois, chaque champ disciplinaire, chaque sujet ayant ses spécificités, les choix opérés pour une telle liste peuvent varier d’un chercheur à un autre, même si l’idée de base semble transposable partout. Ces carnets seraient en partie sur papier, mais reversés ensuite sur numérique, plus pratique pour s’y retrouver et créer des liens entre eux. Voici donc ci-après quelques idées pour l’assemblage de ma collection.

Mon premier carnet rassemblerait toutes les pensées en lien direct avec mon mémoire : plans, idées phares, phrases idoines (jaillies soudainement et faisant parfaitement sens), citations importantes, etc. Ce carnet serait subdivisé en sous-groupes, relatifs à ma problématique, mon terrain, etc. Je nommerais ce carnet le carnet idées.

Mon deuxième carnet serait consacré à ma bibliographie, et je le diviserais en deux groupes, l’un correspondant aux ouvrages indispensables, reprenant les bases théoriques des divers domaines abordés, les biographies d’acteurs majeurs, etc., l’autre aux ouvrages périphériques (mémoires, articles, entretiens, etc.). Je créerais des hyperliens renvoyant au carnet idées (et vice-versa), et rassemblant résumés ou citations. Ce serait le carnet biblio.

Dans mon troisième carnet, je recenserais et les résultats de mes enquêtes de terrain (comptes-rendus, analyses, etc.), et les détails d’ordre pratique, afin de pouvoir resituer si besoin les conditions dans lesquelles mes recherches auraient progressé, (données sur les lieux, les informateurs, les sujets, durées d’entretien, etc.). J’appellerais ce carnet le carnet terrain.

Mon quatrième carnet aurait pour but de donner la parole à autrui (informateurs, sujets des enquêtes, directeur/directrice de recherche, enseignants, camarades de classe ou proches) et d’y consigner leurs points de vue, réflexions, suggestions ou étonnements : autant de regards importantissimes sur mon travail afin de m’aider à me forger un point de vue critique sur celui-ci, sur mes méthodes, mes analyses ou d’éventuels parti-pris. Il s’intitulerait le carnet autres regards.

Au final, j’ouvrirais un dernier carnet, dans lequel toutes ces idées prendraient forme, rassemblées et structurées. Ce carnet serait un préalable important à l’écriture de mon mémoire, car servant de transition entre le fouillis des carnets et la clarté du texte universitaire. J’appellerais ce carnet, le carnet rédaction.

J’imagine que cette liste pourrait évoluer au gré de mon aventure, subissant des réorganisations, ajouts ou amputations ; autant de changements révélateurs de ma prise de conscience de la réalité de ce genre de travail, et de la flexibilité d’un esprit qui se veut chercheur.

 

BIBLIOGRAPHIE

LATOUR, Bruno (2006). Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p. 194-197.

 


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

3 réflexions au sujet de « Carnetophilie »

  1. Merci Jan-Mark pour cette carnetophilie (en espérant qu’aucun de vos camarades ni vous ne deviendrez carnetophobe!) qui est vraiment vive et ouverte : une forte réénonciation des deux pages de Latour !

  2. Très bel article.
    J’aime particulièrement cette idée de mouvement, d’évolution des différents carnets au fur et à mesure de nos recherches et du développement de nos idées. Je pense que c’est très important. Cela donne un côté vivant à l’activité du chercheur qui nous pousse à avoir envie de mener nos projets à bien et d’observer ce qui va en résulter.
    Je pense que je vais coupler mon carnet « tout terrain » avec le carnet « autres regards » que tu proposes, et qui me semble maintenant plus important que ce que j’avais pu penser à la lecture de Bruno Latour.

    1. Merci Caroline, je vais lire le tien de suite. Je viens juste d’ajouter un 5° carnet à ma liste, ce qui, justement, accentue encore cette idée d’évolution que tu évoques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *