Des carnets qui me ressemblent

Dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, Latour propose de mener les recherches en notant toutes les tâches que l’on effectue : du mél qui peut sembler futile aux ouvrages composant la bibliographie. Il propose plus précisément d’utiliser quatre carnets pour y noter absolument tout, car selon lui « tout fait partie des données »i. Si cette méthode peut enchanter certains qui penseront y avoir trouvé le Saint Graal de l’organisation méthodique de la recherche, d’autres trouveront ces quatre carnets inutiles, dépassés. Nous avons tous notre manière de penser, d’agir, de fonctionner. Aussi, il est normal que nous trouvions à discuter de ces fameux carnets.

Pourquoi quatre carnets ? Pourquoi pas trois ou cinq ? Pourquoi tout noter ? Pourquoi noter tout simplement, certains écrivains ne font bien qu’un seul jet de leur manuscrit et le chercheur est sans aucun doute possible un écrivain.

J’avais commencé à rédiger ce billet une première fois dans le but de vous expliquer qu’un seul carnet de notes, qu’il soit manuel ou numérique, me semblait suffisant pour recenser nos diverses recherches concernant notre projet de mémoire. J’avais d’ailleurs acheté un seul et unique carnet dans ce but : l’ultime carnet de mes recherches pour le si important mémoire de Master 2. Et puis, je me suis posée et j’ai décidé de relire l’article de Bruno Latour afin de l’avoir clairement à l’esprit lors de la rédaction de ce billet. C’est à ce moment que tout est devenu limpide. Il avait raison. Un seul carnet ne suffirait pas. Il ne ferait que m’entraîner vers une inévitable écriture automatique que tout chercheur désire éviter puisqu’il entraîne clichés et généralités.

Quels sont précisément ces quatre carnets ?

Si l’on reprend les propos de Latour, les carnets doivent être au nombre de quatre. Le premier est le carnet de bord de l’enquête où seront notés tous les rendez-vous et toutes les démarches réalisées pour mener la recherche afin qu’il soit possible de savoir comment elle fut réalisée même bien des années plus tard. Ce carnet semble pouvoir s’apparenter à un agenda. Le second est un carnet collecteur d’informations où seront notées toutes les références bibliographiques et tous les comptes rendus de lecture effectués lors de l’enquête. Le troisième est le carnet d’écriture où seront notés les essais d’écriture, les idées afin de ne pas tomber dans l’écriture automatique. Enfin, le quatrième et dernier carnet correspond à celui de la confrontation des idées où seront notés les effets produits sur divers acteurs par les recherches…

Comment je pense procéder ?

Voici donc, après la lecture de l’ouvrage de Bruno Latour et après y avoir réfléchi durant plusieurs jours, comment je compte rassembler mes notes de recherche. Je ne vais pas utiliser quatre carnets. J’aurai l’impression de m’éparpiller et je pense que cette manière de faire ne me correspond pas vraiment. Si je ne suis pas à l’aise avec ces quatre carnets, bien qu’ils me semblent tout à fait justifiés, je ne serais pas à l’aise avec mon mémoire. Et on le sait, quand on se force à faire quelque chose qui ne nous correspond pas, ce n’est jamais bon. Je vais aller vers quelque chose qui, je le sais, fonctionne pour moi tout en gardant à l’esprit les conseils de Bruno Latour. Ainsi, je vais utiliser :

  • Un carnet 2 en 1 rassemblant à la fois mes « chroniques de lecture » ainsi que mes réflexions autour du sujet et de la problématique de mon mémoire. J’y noterai mes comptes rendus d’articles et d’ouvrages lus accompagnés de leurs référencements précis et des citations qui me semblent importantes ou intéressantes à retenir (chacune scrupuleusement référencées elles-aussi), mais également mes réflexions suite à ces lectures ou à mes interrogations éventuelles. Mes ajouts d’idées, de questionnements ou encore mes annotations pourront se faire sur de simples post-it pouvant se placer à n’importe quel endroit et être par la suite déplacés vers un autre plus stratégique, supprimés, modifiés ou encore substitués. Je vois ce carnet comme une sorte de carnet de route, de carnet de voyage ou encore de brouillon géant et organisé évoluant au fil de mes recherches et de mes réflexions.

  • Un carnet numérique « bibliographique » où je noterai chaque mois, à la suite des conseils de notre professeur M. Martin, les ouvrages trouvés et/ou lus qui me semblent utiles pour ma recherches. Ces ouvrages ne se retrouveront pas nécessairement dans la bibliographie de mon mémoire, mais me permettront de voir l’avancé de mes recherches, et des ouvrages parcourus…

  • Un carnet « tout terrain », petit et facile à transporter que je pourrais garder sur moi et me servir à chaque instant pour noter une citation trouvée par-ci, un titre d’ouvrages aperçu par-là, des remarques faites de ce côté, etc.

BIBLIOGRAPHIE

LATOUR, Bruno. Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, p. 194-197.

iLATOUR, Bruno. Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, p. 194.


Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Des carnets qui me ressemblent »

  1. Oui, Caroline, l’essentiel c’est bien de penser sa recherche jusque dans sa matérialité et de ce point de vue il n’y a pas de « bonne méthode » (4 carnets, un point c’est tout !) mais il faut aller vers ce que vous faites dans ce billet : une appropriation inventive au plus juste avec sa situation, son histoire, son projet : bravo !

  2. Intéressant de te lire et de confronter tes idées, ton écriture, ta façon de concevoir un billet de ce type (avec références), avec les miennes : les idées émergent alors, c’est enrichissant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *