Mise au point: les trois types du curriculum

Au domaine de l’ingénierie de formation, le curriculum désigne un ensemble de programmation et de conception des activités d’enseignement apprentissage dans un parcours éducatif.

On distingue trois types de curriculum :

Le curriculum entant que produit désigne un ensemble de savoirs ayant pour objet pratique la construction méthodique d’un plan éducatif, global ou spécifique reflétant les valeurs et les orientations d’un milieu et permettant d’atteindre les buts déterminés. Donc, il possède un caractère identitaire et joue un rôle capital car il a tendance à appuyer sur le projet et à privilégier l’enseignement, devint linéaire et même descendant. Ainsi, ce type de programme risque de conduire à l’échec parce qu’il n’implique pas les apprenants dans tout le processus.

En revanche, le curriculum comme processus se déroule du haut vers le bas «  top-down » à travers quatre phases :

Curriculum offert aux enseignants ;

Curriculum assumé par les enseignants ;

Curriculum expérimenté par les apprenants ;

Curriculum évalué.

Ce type de programme se dote d’une dynamique particulière et attribue une interrelation entre ses différentes composantes et qui d’autant plus contribue à la production de sens et à l’orientation des processus d’apprentissage et d’enseignement dans les institutions éducatives. Il est ascendant voire évolutif dans la mesure où il cède aux progrès des connaissances réalisées en la matière. Cependant, il est aussi tributaire des changements surgissant dans l’établissement et dans tous les secteurs.

Différemment à ce qu’on a vu dans les deux catégories précédentes du curriculum, le curriculum des activités est perçu dans un angle purement pragmatiste. Ce dernier, thématise la relation entre les objectifs et les moyens. Or, les savoirs, ici, ne sont pas le but escompté de cet enseignement mais juste le moyen adopté pour piloter celui-ci. C’est une forme de transition d’une rationalité substantielle à une rationalité procédurale. Cette sorte de programme montre ses limite dans la mesure où elle ne parvient pas à donner des réponses précises et irrévocables de contenu aux questions « quoi »,  « comment », « quand », « quelle matière », « quelle méthode » et « quelle progression ».

D’où la longévité d’un curriculum est restreinte et sa révision continue est vivement recommandée dans l’intention de l’actualiser.

Références :

Mohamed MILED, Un cadre conceptuel pour l’élaboration d’un curriculum selon l’approche par compétence, BIEF ;

Christian Depover et Philippe Jonnaert, Quelle cohérence pour l’éducation en Afrique : des politique au curriculum, Boek, 2014.

 


Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Mise au point: les trois types du curriculum »

  1. Bonjour et merci.
    Dans votre article sur le curriculum, vous ne dites pas un mot sur la place de l’institution dans les choix d’un curriculum. Chaque curriculum est le fruit de décisions certes pédagogiques mais également institutionnel. C’est à chaque fois des choix qui reflètent une ou des visions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *