Vous avez dit culture ? Pistes avec François Jullien…

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/la-france-une-entite-sans-identite#xtor=EPR-2-[LaLettre23062017]


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

2 réflexions au sujet de « Vous avez dit culture ? Pistes avec François Jullien… »

  1. Merci Monsieur Martin de continuer à nous partager ce genre de ressources dont nous autres, étudiants et jeunes chercheurs, oublions parfois l’utilité
    En ce qui me concerne, je n’ai pas le réflexe « radio » alors qu’il existe d’excellentes émissions sur des stations telles que France Culture et France Inter par exemple, qui s’avère être de formidables « agitateurs » de curiosités et des nids de réflexions .
    Pour ce qui est des travaux de François Jullien qui se trouve être l’une de mes références bibliographiques (« Il n’existe pas d’Identité Culturelle », l’ouvrage évoqué dans ce podcast, mais aussi « Une Seconde Vie », sa dernière publication que je recommande fortement) je dois bien avouer que la lecture peut être « indigeste », surtout pour des individus n’ayant pas forcément et/ou régulièrement le temps, l’envie, les bagages culturels et cognitifs pour lire des travaux de philosophie, comme moi.
    Je dois faire un aveu : pour ma part, j’ai eu beaucoup de mal à lire les ouvrages de François Jullien. J’ai redécouvert non seulement la complexité de lire de la philosophie mais aussi par un style d’écriture, son style d’écriture, qui peut dérouter, frustrer et ce, dès les premières lignes.
    Je retiens bien évidemment les idées globales, les dynamiques générales qui traversent les pages, les thèses avancées, les arguments et contre arguments proposés. Néanmoins, cet auteur que j’admire et que je crains d’une certaine manière, pousse les réflexions dans leurs retranchements ; le moindre détail/rapprochement/exemple/démonstration/métaphore s’avère être d’une subtilité parfois frustrante quand on sent ne pas être en mesure de la saisir dans sa totalité, de l’avoir compris parfaitement, incapable de pouvoir la réinvestir.
    C’est en tous cas le sentiment que j’ai eu, grande novice que je reste dans la lecture d’essais philosophiques. Mais j’ai appris à ne pas baisser les bras devant un ouvrage difficile pour lequel je n’ai pas forcément été formée
    Et ces dernières semaines, je me suis essayée à un exercice terrible : expliquer ce que représentent ces ouvrages pour moi, dans mes recherches, tenter tant bien que mal d’en faire un « résumé » pour donner l’envie à mon interlocuteur d’aller y jeter un coup d’oeil, chercher à faire l’éloge de François Jullien, du génie de sa pensée, de la grandeur de son style d’écriture … mais avec toute la maladresse qui me caractérise ; bien piètre prosélyte que je suis. Et mes efforts de réflexivité ne suffisent pas toujours. Ou plutôt « pas encore » comme je préfère le penser. Il me faudra plusieurs relectures avant de réussir à capter correctement et pertinemment la pensée « Jullien » pour pouvoir en faire une discussion et émettre un avis critique.
    Et puis je découvre ce podcast, j’entends pour la première fois la voix de François Jullien, je prends le temps de visionner la vidéo de captation de l’émission pour découvrir ce visage que j’ai cherché à imaginer. Et je dois vous remercier de nous partager ces ressources et de me faire conscientiser des opportunités : lire & écouter François Jullien ; c’est-à-dire plus généralement et si cela est possible, lire & écouteur les auteurs qui viennent sur les plateaux télé-radio (par replay, podcast et rediffusions) pour justement éclaircir et donner des clés de lectures et de compréhension à leurs ouvrages.
    Voilà l’association qu’il me fallait (et qu’il vous faudra peut-être comme moi) pour mieux appréhender l’expérience « Jullien ». Bien sûr, l’auteur revient sur son ouvrage, mais non pas avec son style d’écriture qui a été difficile pour moi, mais avec son style de « voix » qui ne ressemble en rien à son écriture (ayant tout de même ce même charisme qu’à l’écrit je vous rassure). En brève, l’écoute de ce podcast m’a donné envie de re-lire « Il n’existe pas d’identité culturelle », dont je m’efforcerais d’en refaire la lecture avec la voix de François Jullien dans ma petite tête. Bien curieusement dans son dernier ouvrage « Une Seconde Vie », paru en 2017, Jullien porte une dédicace qui résume, pour ne pas dire annonçait, la conclusion de mon commentaire  » À qui sait lire une seconde fois … »
    (Alors d’un certaine manière, merci aussi à François Jullien)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *