Introduction à mon mémoire de Master 2

Je présente ici mon sujet de mémoire de Master 2, intitulé « L’attitude et la motivation des apprenants de français langue étrangère au Pakistan. »

L’apprentissage du français comme langue étrangère est un phénomène en pleine expansion au Pakistan même si ce pays n’est pas à l’origine francophone mais plutôt anglophone. Le français a été introduit depuis un certain temps maintenant dans la culture du pays, et on l’apprend désormais à un âge précoce tant dans les établissements privés que publics. Certains établissements ont tendance à proposer d’apprendre le français dès l’école primaire, tandis que d’autres choisissent de ne le faire apprendre qu’à un stade ultérieur, au lycée ou au collège. L’enseignement de cette langue peut donc se faire à plusieurs niveaux, à l’école mais aussi au collège, au lycée, au sein d’universités publiques aussi bien que privées.

Ainsi, le but de ce mémoire est d’examiner les variables sociales et psychologiques de l’étude de la langue seconde dans le contexte formel d’apprentissage des langues du Pakistan. L’accent sera mis sur les variables qui ont des connotations sociales et psychologiques, telles que les attitudes et la motivation. Par conséquent, toute notre recherche sera axée autour de la question suivante :

Quelles sont les attitudes et les motivations des apprenants pakistanais pour apprendre le français langue étrangère au Pakistan ?

Les objectifs qui découlent de ce questionnement sont multiples :

  • Enquêter sur les sources de motivation (intégratives ou instrumentales) des étudiants pakistanais de FLE, en nous concentrant exclusivement sur les étudiants des deux grandes villes que sont Islamabad et Lahore.
  • Etudier leurs attitudes à l’égard de l’apprentissage de la langue cible et de sa communauté.
  • Découvrir les facteurs qui peuvent avoir une influence sur la motivation de l’apprenant, tels que l’anxiété associée à l’univers scolaire, l’attitude envers l’enseignant, l’intérêt pour les langues et le rapport noué avec le matériel d’étude.

Pour réaliser ces objectifs nous nous poserons un certain nombre de questions secondaires auxquelles nous tenterons de répondre au cours de cette étude :

  • Les étudiants pakistanais ont-ils des motivations instrumentales ou intégratives pour apprendre le français ?
  • Quelle est leur attitude envers les Français et l’apprentissage du français ?
  • Est-ce que leur attitude affecte leur motivation ?
  • Leur faible intérêt pour le français pourrait-il résulter de l’attitude négative qu’ils adoptent au moment apprendre le français ?

Au cours de mes années d’apprentissage et d’enseignement de français langue étrangère au Pakistan, je me souviens qu’au début du premier cours, les professeurs demandaient toujours aux étudiants la raison les ayant poussés à étudier le français langue étrangère. Tandis que j’apprenais moi-même la langue, je ne m’interrogeais pas vraiment sur le sens de cette question ni sur son importance. C’est au cours de ce travail de mémoire que j’ai pu me rendre compte de l’importance de connaître la motivation des apprenants au moment d’apprendre une langue étrangère.

La motivation est un paramètre indispensable qui joue un rôle majeur pour atteindre des objectifs fondamentaux dans la vie académique d’un étudiant (Christiana, 2009). Différentes raisons peuvent expliquer l’envie d’apprendre une langue étrangère. Parmi elles, il existe un type de motivation qu’on appelle la motivation intégrative et un autre qu’on désigne par l’appellation « motivation instrumentale ».

Nous nous appuierons dans cette étude sur les définitions de la motivation proposées par Brown : selon lui, la motivation instrumentale se réfère à l’envie de maîtriser une nouvelle langue pour atteindre un objectif particulier, comme progresser au niveau de sa carrière, savoir traduire ou pouvoir lire dans une autre langue… La motivation intégrative, elle, consiste à souhaiter apprendre une langue pour s’intégrer dans la culture du pays propre à cette langue, s’identifier et devenir une partie de cette société (p. 153).

Les résultats d’une telle étude peuvent s’avérer être très bénéfiques pour les enseignants de FLE. En effet, en prenant conscience par exemple de l’anxiété associée aux cours de français, les enseignants pourraient travailler avec les étudiants pour mieux comprendre ce qui les bloque et entrave leur apprentissage d’une langue seconde. Inutile de dire que cela pourrait également bénéficier aux administrateurs de l’école et aux enseignants du FLE au Pakistan et dans d’autres pays où le français est enseigné comme langue étrangère.

 

Bibliographie :

Oriahi, Christiana. “Influence of Motivation on Students’ Academic Performance.” The Social Sciences, no. 4 (2009): 30-36

Brown, James Dean. Testing in language programs. New Jersey. USA: Prentice Hall, 1996


Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *