Les métaphores au service de l’apprentissage

Ce billet s’appuie sur l’article « EFL learners’ metaphors and images about foreign language learning » rédigé en 2012 par une chercheuse iranienne qui s’est appuyée sur un corpus réunissant les réponses de pas moins de 200 apprenants adultes d’anglais langue étrangère (EFL) à qui il a été demandé de compléter la phrase suivante : « Learning a foreign language is like… »

En effet, l’auteur de cet article s’est fondée sur les recherches liées à la prise en compte de l’imaginaire des apprenants par rapport à leur apprentissage et à l’hypothèse selon laquelle nous penserions tous en termes de métaphores. C’est pourquoi, elle a jugé pertinent d’exploiter le corpus cité plus haut afin d’en tirer des conclusions et de démontrer l’importance de ces images vis-à-vis de l’apprentissage d’une langue étrangère.

Cela s’est révélé utile dans la mesure où lorsque les apprenants qualifient leur apprentissage à l’aide d’une métaphore péjorative du type « learning a foreign language is like being thirsty with no oasis around for miles », cela aide l’enseignant à diagnostiquer ce qui ne va pas afin de rendre l’apprentissage de la langue en question plus agréable. À l’inverse, lorsque des métaphores positives telles que « learning a foreign language is like listening to good new music or flying in the sky » sont émises, cela peut être révélaateur de l’importance de la dimension affective que possède la langue pour l’apprenant. À la suite de cette découverte, c’est à l’enseignant et à l’apprenant lui-même d’exploiter cette affectivité afin de rendre l’experience de son apprentissage encore meilleure.

Des auteurs tels que Nancy Huston, écrivain canadienne francophone et anglophone, se sont déjà amusés à employer des images métaphoriques pour simplifier et extérioriser, d’une certaine manière, le parcours toujours inachevé de leur apprentissage. En 1999, Huston écrivait dans Nord Perdu : « L’anglais et le piano : instruments maternels, émotifs, romantiques, manipulatifs, sentimentaux, grossiers où les nuances sont soulignées, exagérées, imposées, exprimées de façon flagrante et incontournable. Le français et le clavecin : instruments neutres, intellectuels, liés au contrôle, à la retenue, à la maîtrise délicate, une forme d’expression plus subtile, plus monocorde, discrète et raffinée. Jamais d’explosion, jamais surprise violente en français, ni au clavecin. ». Comparer langue et musique n’est donc pas inhabituel.

Enfin, cette pratique de la métaphore au service de l’apprentissage me rappelle un cours de phonétique dispensé par Bertrand Lauret, où il était question de comparer le français à une balle de bowling qui glisse et le chinois à une balle de ping-pong qui rebondit. Cette métaphore m’a vraiment aidée à prendre conscience du caractère plat de la langue française et tonal de la langue chinoise.

FARJAMI (2012), « EFL learners’ metaphors and images about foreign language learning », Studies in Second Language Learning and Teaching, SSLLT 2 (1), p. 93-109.

HUSTON (1999), Nord Perdu, Actes Sud.


N.Kalidi

Étudiante en Master 2 de Didactique du FLE et Langues du Monde à la Sorbonne Nouvelle. Titulaire d'une licence d'Anglais & d'Allemand et d'un DU d'enseignement complémentaire du Français langue étrangère.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Les métaphores au service de l’apprentissage »

    1. Oups je m’empresse de rectifier mon oubli! Et oui il vaut mieux tard que jamais comme dirait le dicton ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *