Quelle est votre motivation d’enseignement ?

En générale, quand nous analysons la motivation dans la didactique du FLE, nous envisageons le plus souvent la motivation d’apprentissage de l’apprenant. Néanmoins, un autre sujet dans les cours de FLE ne doit pas être négligé— qui est l’enseignant. Tous ces mots sont attribués à l’enseignant comme « formateur », « constructeur », « transmetteur », etc. nous pouvons noter que tous ces mots sont attribués à un sens de passion et d’engagement. Ainsi, pour motiver les apprenants, l’enseignant doit tout d’abord être bien motivé.

La réalité est que d’une part, il n’y a pas beaucoup d’études sur la motivation de l’enseignant, comme Barbe affirme (1992), « Les études concrètes sur la motivation de l’apprenant sont […] déjà rare. […] Mais, s’agissant de la motivation de l’enseignant, rien n’a été entrepris à notre connaissance. » (1992 : 57). D’autre part, la motivation d’enseignant dite de langue étrangère est hors de la discussion, parce que normalement, nous pensons que l’enseignant est en fait une profession, un métier, donc, il se lie avec « une sorte de devoir moral de l’enseignant et un fait de nature, produit d’une “vocation”, en tout cas une donnée constante et forte. » (Barbe, 1992 : 57). Sauf que la profession de l’enseignant est dans une discipline particulière « dans la mesure où on y entretien une relation constitutive à une communauté autre d’êtres humains. » (Barbe, 1992: 57). C’est-à-dire que l’enseignant de langue étrangère joue un rôle qui établie une relation entre des communautés humaines ayant des différences culturelles, géographiques, même physiques. Donc,

 « On attend implicitement de l’ELE, un engagement intellectuel et affectif fort pour une communauté humaine existant ailleurs, quelques chose comme une profession de foi et d’allégeance permanente qui n’est nulle part définie avec précision et pourtant serait la base de la “compétence comportementale” exigée des nouvelles générations d’enseignants. » (Barbe, 1992 : 57)

 Barbe (1992) analyse les facteurs influençant la motivation de l’enseignant, par une enquête régionale sur la motivation des professeurs d’allemand du primaire, du secondaire et du supérieur dans la région des Pays de la Loire. Cette enquête travaille non seulement sur les enseignants inclus dans le système scolaire, mais aussi les enseignants hors système scolaire et les locuteurs natifs. Les résultats repérés par l’auteur sont synthétisés par cinq aspects suivants :

 « 1) cadre matériel : local, plage horaire, nombre d’heures, nombre d’élèves.

2) conditions psychologiques individuelles : style cognitif individuel, profil communicatif, ancienneté dans l’enseignement de la discipline et “usure” concomitante, investissement libidinal (“glossophilie”), bref tout ce qui concerne l’ “égo linguistique”, (formulation empruntée à A.Z. Guiora, mais que nous entendons aux domaines autre que phonétique).

3) conditions psychologiques de groupe : origine, motivation, comportement des apprenants.

4) une première donnée sociolinguistique : nature de la tension existant entre langue/culture cible ; degré d’acceptation de cette autre langue-culture dans la société de départ ; statut de cette langue à un moment donné, (conjoncture politique internationale) et en un lieu donné…

5) une deuxième donnée sociolinguistique : le statut des langues dans un milieu donné : degré national, social, régional d’ethnocentrisme (parent d’élèves, média, responsables politiques). » (Barbe, 1992 : 59)

Toutes ces « fluctuations de la motivation, sous forme de variables » (Barbe, 1992 : 59) représentent les sujets visibles ou invisibles qui manifestent potentiellement dans les cours de langue étrangère. Et à partir de ce résultat, je vais donc, proposer quelques conseils pour que l’enseignant du FLE puisse régler avec conscience sa propre motivation dans l’enseignement.

1. L’enseignant doit se motiver, c’est-à-dire il doit avoir confiance en soi, pour que l’apprenant s’intéresse aux connaissances enseignées et les activités proposées dans les cours de FLE, il faut que l’enseignant aime d’abord tout ce qu’il enseigne. Par ailleurs, l’enseignant doit avoir une connaissance précise et juste sur son métier, il désigne que l’enseignement ne doit pas être considéré comme un devoir obéi, mais comme une vocation où il s’engage. Ces attitudes influencent directement sur le style d’enseignement et le profil d’enseignant par rapport aux apprenants.

2. L’enseignant doit prendre en compte la relation avec les apprenants, afin de créer une bonne ambiance où les activités pédagogiques se déroulent librement et aisément, il faut établir une confiance entre l’enseignant et les apprenants.

3.la troisième proposition est sur le matériel utilisé par l’enseignant dans son cours, qui désigne une liberté du choix des supports, des activités, et des méthodes dans le programme du cours. D’après Barbe (1992) :

« En fonction de la conjoncture internationale, de l’attitude générale de la classe, de la phase de motivation dans laquelle lui-même se trouve, l’ELE doit pouvoir choisir entre textes informatifs, affirmatifs ou critiques, entre des types de textes implicants (théâtre, poème, roman autobiographique) et distanciants. » (1992 : 63)

En fait, les supports utilisés influencent directement si les activités et les méthodes proposées sont créatives et ludiques, et « l’idée d’une personnalisation contrôlée de l’enseignement doit pouvoir s’appliquer non seulement à l’apprenant, mais aussi à l’enseignant. » (Barbe, 1992, 63). Et la problématique de mes recherches de mémoire, est que la littérature française est favorable la construction de la motivation dans les cours de FLE. Dans ce cas-là, la motivation inclut aussi la motivation de l’enseignant, puisque nous pensons que la littérature donne à l’enseignement une grande liberté du choix et c’est un support qui inclut beaucoup de possibilités linguistiques, culturelles et psychologiques etx. La littérature considère :

« […] non seulement comme référents, documents, mais déclencheurs ludiques, jusqu’à devenir les éléments d’une franche “extérritorialité”, non rattachée à un espace donné: autant de formes d’interaction qui devraient pouvoir enrichir l’enseignement de langues étrangères » (Barbre, 1992, 63).

 

Bibliographie :

BARBE, J-P., « La motivation de l’enseignant en langue étrangère », Apprentissage, enseignement des langues étrangères : motivations, besoins, contenus, Nantes, CRINI (Centre de recherche sur les identités nationales et l’interculturalité), 1992.


Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

2 réflexions au sujet de « Quelle est votre motivation d’enseignement ? »

  1. J’ai lu attentivement ton article et je suis d’acord avec toi sur le fait que l’enseignant doit être autant motivé que l’apprenant. J’ai juste une question : comme tu dis que la littérature est un support bien ludique qui aide à motiver l’apprenant et l’enseignant, mais dans la réalité, ce n’est pas très courant que l’enseignant utilise la littérature comme support dans la classe de FLE, surtout dans la perspective actionnelle où l’on a tendance à utiliser plus de supports authentiques provenant de la vie quotidienne. à cet effet, je crois que le problème résiderait peut-être dans l’intégration et l’exploitation des supports littéraires dans la classe de FLE.

    1. Merci pour ton commentaire et pour ta lecture.
      Je suis tout à fait d’accord avec toi, dans les approches communicatives et actionnelles d’aujourd’hui, on a utilisé beaucoup de supports dite « authentiques » et les textes littéraires semblent moins importants dans les cours de FLE. En effet, les textes littéraires sont également considérés comme un type de support authentique qui occupe une place spécifique dans la didactique du FLE, ils sont non seulement « un modèle de langue », mais aussi contiennent beaucoup de possibilités linguistiques, culturelles et encyclopédiques. Donc, comme tu as dit, c’est l’intégration et l’exploitation des supports littéraires dans la classe de FLE qui sont les plus importantes. Dans ce cas-là, Comment laisser bien jouer le rôle de « lecteur » par l’enseignant et par l’apprenant dans la didactique du FLE, c’est une question que nous devons bien réfléchir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *