“J’ai cherché l’altérité des hommes là où ils se trouvent”

Rencontre d’hommage au poète Mahmoud Darwich à l’occasion de la parution du numéro spécial de la revue Europe qui lui est consacré

Le samedi 25 février 2017 à partir de 14h

Auditorium

Inalco 65 rue des Grands moulins 75013 Paris

Organisateur : Khadhim Jihad Hassan

J’étais sceptique à l’idée d’assister à ce colloque quand une amie et moi avons vu l’annonce à INALCO. Appartenant de l’Asie du sud, il existe des grands écrivains des autres pays hors de mon pays avec lesquels je ne suis pas familière. Cependant, l’enthousiasme que j’ai vu sur le visage de mon amie m’a encouragé à assister à cette réunion des spécialistes de Darwich.

Mahmoud Darwich, pour ceux qui sont comme moi et ne le connaissent pas, était un écrivain palestinien né en 1942 en Palestine et mort en 2008 aux Etats-Unis. Tout au long de sa poésie il retrace la souffrance qu’il a ressenti pendant l’expulsion massive en 1948 des musulmans de sa ville natale Al-Birwa. Pourtant, il continua à souffrir toute sa vie, car la tristesse qu’il a ressenti pendant l’expulsion ne l’a jamais quitté.

14h00-14h50

1ère table ronde : la revue Europe et l’actualité de Darwich

Modérateur : Farouk Mardam-Bey (historien et éditeur, directeur de la collection Sindbad aux Éditions Actes Sud)

1er intervention – Jean-Baptiste Para (poète, critique littéraire et traducteur, directeur de la revue Europe) et Kadhim Jihad Hassan (poète, critique littéraire et traducteur, professeur des universités au département d’Études arabes à l’INALCO) : Présentation du numéro de la revue Europe consacré à Mahmoud Darwich

Para nous a donné une vision globale de Darwich : sa dimension humaine ainsi que poétique et politique. Hassan a traité le côté poétique de Darwich : le côté lié à sa nostalgie, tristesse, et sa mélancolie. Darwich a traité la thématique d’exil tout au long de sa poésie. Il a collé des portraits de Ramallah et sa souffrance dans ses vers.

2eme intervention- Carole Boidin (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université de Nanterre Paris-X ; a publié plusieurs recherches sur la littérature arabe classique et moderne) : Présentation de l’ouvrage Formes de l’action poétique, René Char, Mahmoud Darwich et Federico García Lorca, Neuilly, éd. Atlande, 2016, écrit par elle en collaboration avec Ève de Dampierre-Noiray et Émilie Picherot

Boidin mentionne une très belle journée qu’elle avait passé avec Darwich. Elle nous indique que Darwich était un grand médiateur des problèmes palestiniens. Elle nous dit avoir été fortement touchée par la poésie de Darwich.

Ce qui est remarquable à propos de ce colloque était de savoir que la plupart des intervenants ont déjà rencontré Darwich. C’était intéressant d’entendre leurs expériences avec cet écrivain.

3eme intervention- Subhi Hadidi (critique littéraire, traducteur, commentateur de l’actualité politique et culturelle et traducteur) : Témoignage sur Mahmoud Darwich

Subhi Hadidi qui était une amie très proche de Darwich nous a lu quelques passages de son œuvre. Elle l’a rencontré plusieurs fois dans les endroits différents : Dubai, Ramallah, pour l’écouter réciter sa poésie. Elle nous a brièvement décrit à quel point elle était visiblement émue de la formidable prestance de Darwich pour réciter sa poésie. Selon elle, le texte de Darwich apporte la forme d’un témoignage de la détresse de Darwich ainsi que les autres palestiniens.

4eme intervention – Tahar Bekri (poète tunisien francophone et arabophone ; maître de conférences honoraire d’Études d’arabe à l’Université de Paris-Nanterre) : Épopée du thym de Palestine (poème dédié à la mémoire de Mahmoud Darwich)

Tahar Bekri nous a lu son poème « Epopée de thym de Palestine » à l’hommage à Darwich. Tous les vers de ce poème étaient fabuleux et émouvant, l’un d’entre eux étant :

Et l’hiver couvert par les pleurs des sirènes

Les maisons comme des tombes sans sépulture

Parmi les cris sombres parmi les décombres

Je consolais les étoiles réveillées en sursaut

Affolées par les traînées de vos poudres

Mes feuilles tendres martyres de vos incendiaires

14h50-16h10

2e Table ronde : Exil et poésie, l’exemple de Darwich

Modératrice : Chantal Verdeil (maître de conférences en Histoire du monde arabe contemporain et directrice du département d’études arabes à l’INALCO, Membre de l’Institut universitaire de France)

1er intervention- Elias Sanbar (historien, essayiste, traducteur en français de l’œuvre de Darwich, ambassadeur de Palestine auprès de l’UNESCO) : La voix, la respiration, la musique

Sanbar a divisé son intervention en trois parties : la voix, la respiration et la musique. Il a raconté que Darwich parlait par rapport à la naissance de la poésie qu’elle a commencé comme une forme de musique. Pendant l’intervention de Sanbar, ce qui a attiré mon attention était quand il a expliqué l’étymologie du mot « troubadour ». Cela fait quelques années que j’ai lu que le terme est venu d’un mot arabe « tarab » qui veut dire « l’enchantement par la musique ». C’est intéressant que Sanbar ait évoqué ce fait intéressant. La voix a joué un rôle très important dans la récitation par Darwich de sa poésie. De plus, la présentation de Sanbar nous a considérablement éclairé sur l’importance de respiration auprès de Darwich. Darwich composait selon sa respiration. Ainsi lorsqu’il récitait sa poésie, il était en harmonie avec sa respiration. En abordant le thème de la traduction d’un des poèmes de Darwich, Sanbar nous a parlé des problèmes qu’il a rencontré. Il expliquait qu’il était difficile de garder les mêmes mots et structures du poème d’origine.

2eme intervenant était par Rima Sleiman (ancienne élève de l’ENS de Lyon, chercheuse en littérature arabe et comparée, maître de conférences au département d’études arabes à l’INALCO) : Mahmoud Darwich et la poétique du lien

3eme intervenant – Farouk Mardam-Bey : Mahmoud Darwich, le mouvement perpétuel

Bey nous a présenté sous forme chronologique, les évènements signifiants dans la vie de Darwich.

1960 : à l’Age de 19 ans, Darwich a publié son premier recueil de poésie

1970 : il est allé s’installer à Moscou

1973 : il est allé s’installer à Beyrouth ou il a commencé le mensuel Shu’un FIlistinniya (Les affaires palestiniennes)

1982 : il raconte la détresse des Palestiniens dans ses poèmes Qasidat Bayrut et Madih al-xill al’ali

1995 : il est allé en Palestine pour voir sa mère et pour les funérailles de son ami Emile Habibi

4eme intervention – Aurélia Hetzel (Professeur de Lettres Modernes dans un collège d’Aubervilliers, spécialiste en littérature comparée et sciences religieuses, auteure de plusieurs recherches sur les mythes littéraires et les rapports entre Bible et littérature) : Mahmoud Darwich le Galiléen

Hetzel nous a présenté une unique perspective de la situation de Darwich. Elle le compare à Jésus Christ : tout comme Jésus Christ était tourmenté en Galillée, Darwich a également été soumis à des souffrances odieuses.

16h10-16h20 : Pause

16h20-17h00

3e table ronde : Présentation de la Chaire universitaire et culturelle Mahmoud Darwich, récemment créée à Bruxelles

Modératrice : Perrine Pilette (chargée de recherches en études orientales au F.R.S.- FNRS, affectée à l’Université catholique de Louvain)

1er intervention – Rajae Essefiani (ancienne conseillère diplomatique du ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Actuellement, conseillère auprès de la Secrétaire générale de la Francophonie)

La mission d’Essefiani était de connaître l’œuvre de Darwich à travers plusieurs traductions.

La 2eme intervention était celle de Tarquin Billiet (musicologue, anciennement Secrétaire général à l’Opéra de Lille, Directeur artistique du Festival Ars Muscia et de Flagey à Bruxelles, actuellement directeur des projets artistiques transversaux à Bozar)

– Edouard Delruelle (philosophe, Professeur de philosophie politique à l’Université de Liège, dernier ouvrage paru : De l’homme et du citoyen. Une introduction à la philosophie politique, Bruxelles, De Boeck, 2014)

– Xavier Luffin (professeur de langue et littérature arabes à l’Université libre de Bruxelles) a traduit en français plusieurs romans arabes, dont Le Messie du Darfour d’A. Baraka Sakin, éd. Zulma, 2016)

– Johannes den Heijer (professeur d’études arabes à l’Université catholique de Louvain. Récente publication : J. den Heijer, Andrea Schmidt & Tamara Pataridze, eds., Scripts Beyond Borders. A Survey of Allographic Traditions in the Euro-Mediterranean World (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain, 62), Louvain-la-Neuve : Institut Orientaliste / Peeters, 2014)

Ces quatre intervenants ont présenté le rôle des différentes institutions académiques et gouvernementales de la Fédération Wallonie–Bruxelles ayant participé à la création de la Chaire Mahmoud Darwich, son horizon culturel et les activités prévues. Ils nous ont informé que l’œuvre de Darwich fait partie du cours de la littérature en Belgique. De plus, en ce moment, il y a deux doctorants qui travaillent sur Darwich. Le but de la Chaire Mahmoud Darwich est de faire connaître la littérature moins connue en Belgique.

Vers 17h00 il y a eu une projection d’un film sur et avec Mahmoud Darwich. Le film de Darwich m’a énormément touché. Même si je ne comprends pas l’arabe, les émotions et sentiments étaient évidentes sur les paroles et la façon de parler de Darwich. Quand il récitait la poésie dans le film, on croyait voir la « musique » dans sa voix, qui était évoquée par Sanbar. On a vu sa maison et les puits de sa maison en Palestine couverts et en ruine. Il me semblait un évènement très émotionnel. Je n’ai jamais imaginé qu’un colloque pouvait évoquer tant d’émotions et produire des larmes. On connaît que c’est un écrivain formidable quand son écriture est visible par sa voix, par les tremblements dans sa voix. Les expressions du visage, la vérité de ses émotions se sont manifestées dans ses paroles et sa contenance.


Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *