Compte rendu « Politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations »

Journée d’étude de la manifestation Précis et les regards sur les représentations sociales, vendredi 17 février 2017, 9h à 17h, INALCO – Paris

Organisation: Genevieve Zarate, George Alao, Elli Suzuki

Cette journée d’étude était divisée entre une partie matinée et une partie après-midi. La matinée était consacrée au Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, (Editions des archives contemporaines, Paris, 2008)

Ce n’était pas la première fois que je me rendais au sein des locaux de l’INLACO m’ayant déjà été inscrite auprès de sa bibliothèque, il y a déjà quelques mois (et à ce point-là j’avais oublié mon identifiant ainsi que le mot de passe de mon compte de la bibliothèque). Néanmoins c’était la première fois que j’entrais dans une de ses salles pour assister à une journée d’étude.

La journée d’étude organisée par INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) et PLIDAM (pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations) s’est attachée dans un premier temps à rendre hommage à l’œuvre Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, (Editions des archives contemporaines, Paris, 2008), puis dans un deuxième temps à mettre l’attention sur les représentations sociales d’abord à travers le didactique, puis ensuite à travers la sociolinguistique.

9h30 : Dans la première communication (« Traduction : enjeux pour la circulation internationale des idées en didactique des langues. Expérience de traduction du français en chinois du PPP) Fu Rong (Université des études étrangères de Pékin, Chine) s’enquit des raisons pour traduire. Selon lui, la traduction est faite grâce à la mondialisation. La mondialisation exige un échange, un partage et une mutualisation de nos idées, expériences et pratiques en didactique des langues-cultures. Il a également présenté les définitions des termes multilinguisme et plurilinguisme en chinois. Selon lui, « isme » veut dire pensée et réflexion en chinois. Au terme de son intervention, il a parlé des stratégies de la traduction en précisant qu’une fois on a compris le sens du mot, il faut alors chercher à aller au-delà de son sens : il faut donc avoir la fidélité dans le sens clair, fidélité dans le sens juste et fidélité dans l’exactitude.

10h05 : Dans la deuxième communication, Joël Bellassen (INALCO, PLIDAM) s’est entretenu sur La didactique d’une discipline, un long fleuve peu tranquille : le cas de chinois. A son avis, le CLE (chinois langue étrangère) doit sortir de Chine, cela doit être expatrié. Néanmoins il existe des difficultés fondamentales lorsqu’il s’agit d’enseigner le chinois langue étrangère à l’école élémentaire, le plus fondamental étant combien d’unités en didactique en chinois ? Ce qui m’a attiré l’attention pendant cette communication était la citation de Ferdinand de Saussure par rapport au chinois : « Pour le chinois, l’écriture est en quelque sorte une autre langue. »

Vers 10h35, Bernard Allanic de Université de Rennes est intervenu avec sa communication intitulée : Le chinois : langue du lointain, langue du voisin. Allanic a souligné la valorisation de savoir d’où vient quelqu’un, parce que c’est précisément cela qui aide énormément à comprendre sa situation langagière et culturelle de cette personne. Selon lui, l’origine des étudiants chinois est très diversifiée.

A 11h05 on a eu une petite pause.

A 11h25, Danielle Lévy de l’Université de Macerata, Italie était censée présenter Les dynamiques de la traduction dans la construction du Précis du P & P (sous réserve) mais n’étant pas en mesure d’assurer sa contribution à cette journée d’étude, sa communication a alors été lue par Geneviève Zarate.

A 11h55, Martine Dervivry de l’Université de Bordeaux/ESPE a examiné Le Précis du Plurilinguisme entre harmonies et disharmonies. Dans sa communication Dervivry a abordé la notion de la multiplicité des langues. A son avis, nous existons dans un monde multilingue et multiculturel.

12h05 : Thomas Szende qui est le directeur de l’équipe PLIDAM a présenté Mon « Précis » : une lecture cursive. Il nous a informé que cela fait 10 ans que le Précis était publié en France, et en 2011 il était traduit en anglais. Cet ouvrage symbolise l’esprit intellectuel et la partage des connaissances ; un ensemble de démarches scientifiques. Une remarque a éveillé mon intérêt : « Chaque langue est une vision différente de monde. La langue n’est pas la réalité, c’est la perception de la réalité. »

12h35-14h15 : pause déjeuner

14h15 : Collaborations scientifiques internationales comme projet interdisciplinaire était le thème présenté par Anthony Liddicoat d’Université de Warwick, Royaume Uni. Selon Liddicoat, le choix des langues n’est pas banal, c’est s’engager dans une aventure où les obstacles et les défis constituent l’essence même de cette volonté d’atteindre une nouvelle compétence. Liddicoat a présenté le défi lorsqu’il s’agit de la traduction entre l’anglais et le français. Il a cité l’exemple suivant : comment traduit-on en français « testing is not assessment » ? Ainsi « Évaluation n’est pas évaluation » ? C’est un exemple intéressant qui montre le défi de la traduction d’une langue à l’autre. Lorsqu’il s’agit de mettre une citation, Liddicoat partage son avis de laisser la voix à l’auteur (écrire la citation dans la langue originale), parce que selon lui, c’est important de montrer le plurilinguisme / donner place à la voix de l’autre.

A 14h40 : Geneviève Zarate, INALCO, PLIDAM a exposé son discours intitulé Au-delà du Précis / Handbook : des prolongements inattendus

Et ici termine le premier volet de la journée.

Vers 14h55 Elie Suzuki a fait une petite présentation sur la collaboration entre PLIDAM et DILTEC en 2014.

A 15h05, Françoise Le Lièvre, Université Catholique de l’Ouest, Angers présente Pratiques et représentations sociales des langues et de l’enseignement. Il a abordé les notions suivantes :

Dans le premier temps : la notion de représentation. La notion de représentation est venue de la philosophie. Elle est convoquée par la philosophie aussi.

Dans le deuxième temps : traiter des pratiques sociales d’anglais en France.

Dans le troisième temps : questionner les liens mis en pratique entre l’anglais et le français. D’après Lièvre, la question qui se pose quand on évoque les notions de représentation et pratique est de traiter le lien qui existe entre les deux. Les langues n’existent pas sans les locuteurs et les représentations de ces locuteurs.

Dans le quatrième temps : l’anglais est-elle une langue de la France ? Le statut de l’anglais d’un point de vue sociolinguistique avec la notion de plurilinguisme. Selon Lièvre, il existe une grande présence de l’anglais dans le monde ainsi que la France. Lièvre explique que l’anglais n’est pas comme les autres langues à cause des raisons historiques. L’anglais occupe une position d’hégémonie.

Pour conclure, Lièvre exprime qu’il est important de travailler dans l’avenir sur la didactique de l’anglais et le plurilinguisme.

16h10 : Pause-café

16h25 : Danièle Moore, Université Simon Fraser, Vancouver (Canada), Représentations sociales et/du plurilinguisme

Moore a également présenté sa vision sur des représentations sociales. Elle est coordonnatrice du chapitre 6 du Précis et en conséquence elle a fait un retour à sa propre trajectoire. Les thèmes abordés dans sa communication étaient : comment les représentations sont traitées/lues dans la recherche de didactique des langues. Elle avait également fait une analyse des pratiques dans et autour de la classe. Pour aborder cela, elle a pris les exemples des travaux des enfants chinois.

Enfin, les interventions ont été l’occasion de mener une réflexion générale sur plusieurs notions assez importantes comme le plurilinguisme, le statut de l’anglais en France, la traduction et la médiation.


Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *