L’influence de la politique éducative sur FOS

Suite du billet précédent concernant les quatres modes d’enseignement du FOS, cet article se concentre sur les programmes de coopération gouvernementale. Le déclencheur de formation n’appartient plus aux besoins de l’apprenant, mais effectue sous l’influence de Ministère de l’Éducation. Je me demande donc les caractéristiques de ce type de programme.

Rappelons nous deux établissements typiques : L’École Centrale de Pékin et l’Institut sino-européen d’ingénierie de l’aviation (SIAE).

– Le premier est fondé sur la coopération entre le groupe des Écoles Centrales (France) et l’Université de Beihang (Chine) en 2005.

–  Le deuxième réunie en octobre 2007 trois grandes écoles françaises et une université chinoise : le Groupe des Ecoles Aéronautiques françaises (l’ENAC Toulouse, l’ISAE-ENSMA Poitiers, l’ISAE Toulouse) et l’université de l’aviation civile de Chine (CAUC).

  • Au niveau du nombre d’élève[1], selon les chiffres sur les sites d’internet de deux établissements, L’École Centrale de Pékin a accueillé 111 élèves en licence en 2016 et 120 élèves ont admis au SIAE en licence en 2016.
  • Par rapport au niveau d’étude, les deux proposent les diplômes de licence et master.
  • En ce qui concerne la coopération avec entreprise, L’École Centrale de Pékin coopére avec EDF, SCHLUMBERGER, SNECMA, TOTAL, etc. SIAE est en partenaire avec Eurocopter, Airbus, Thales, Safran, etc.
  • Les deux proposent tous une formation d’ingénieur « à la française » : classes préparatoires et école d’ingénieur. Plus précisément, le premier cycle de 3 ans inclut une première année intensive de français et deux années de classes préparatoires scientifiques, suivi par 3 ans restantes le cycle ingénieur. La fin de la formation se déroule sur un stage ou une thèse.
  • Les enseignants chinois et français prennent en charge l’enseignement de base et de spécialité.

À travers des informations ci-dessus, nous pouvons résumer que les élèves assistent non seulement aux cours du français, mais aussi aux cours de mathématiques, physique et informatique en chinois et puis en français. Le fonctionnment de formation combine le modèle français et des spécificités de futurs élèves-ingénieurs chinois. La coopération gouvernementale déclenche ainsi la relation partenariale entre école et entreprise.

[1] Il s’agit des étudiants du baccalauréat (GaoKao).


Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *