4 modes d’enseignement du FOS en Chine

L’enseignement du FOS en Chine se présente des caractéristiques particulières. Selon Martin, l’enseignement du FOS « reste limité en Chine »[1]. D’un part, le système éducatif central contrôlé par le Ministère de l’Éducation détermine la demande institutionnelle. D’autre part, faute de demande faite par entrepirises, l’enseignement du FOS se limite au sein du cadre universitaire. Par conséquent, il existe en particulier quatre modes d’enseignement/apprentissage du FOS en Chine.

La demande du premier mode appartient au groupe socio-professionnel extérieur. Il existe donc une spécialité cible. Par exemple, à l’Université des Études internationales du Sichuan, la seule formation répond à la demande de la centrale nucléaire Daya Wan.

En ce qui concerne le deuxième mode, il résulte du projet de coopération dans une même université entre facultés de langue étrangère et de discipline non linguistique. Cette formation est destinée aux élèves qui préparent d’entrer dans des établissements en France.

Le troisième mode n’est pas très différent que le deuxième, car celui-ci concerne aussi deux discipline, le français et une autre spécialité. En suivant ce type de formation proposée par université, les élèves obtiennent double diplôme. Cela a pour objectif de renforcer la compétitivité des apprenants sur le marché du travail.

Par rapport au quatrième mode, il est contrôlé par Ministères de l’Éducation des deux pays. La formation s’inscrit dans programme de coopération gouvernementale. Quelques exemples célèbres : L’École Centrale de Pékin, la première Grande École d’ingénieurs francophones en Chine, l’Institut sino-européen d’ingénierie de l’aviation (SIAE), Université de technologie sino-européenne de l’université de Shanghai (UTSEUS), Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire (IFCEN) à Zhuhai. Il en y a ainsi dans les domaines de sciences humaines et sociales, par exemple Institut franco-chinois de l’université Renmin de Chine.

[1] MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n° 1, GERFLINT, p. 115.

BIBLIOGRAPHIE

MARTIN Eva, 2005, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : demande institutionnelle et coopération franco-chinoise », Synergies Chine, n°1, p. 115

XuYan, « L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours », Synergies Chine, n°3 – 2008 pp. 107-116


Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise
Master 2 à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche.
Master 1 à l’Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *