Le renforcement de la mémorisation

En réalité, par rapport à «la mémoire sémantique », l’importance de « la mémoire épisodique » est souvent négligée par les apprenants chinois. Donc, afin de créer un lien direct entre les concepts de vêtement et le vocabulaire, je ne donne pas de traduction chinoise aux apprenants, seulement l’image et le nom français, et c’est aux apprenants de mémoriser les mots sans l’intermédiaire du chinois. Selon le système MNESIS, je me permets de poser une hypothèse : cette activité de classe a fait passer à la fois l’image et les lettres aux « entrées sensorielles » d’apprenant. L’apprenant arrive à mieux activer son «buffer épisodique », grâce à ce dernier, le mot inconnu sera stocké dans la mémoire sémantique, et en même temps, les images pourront entrer dans la mémoire épisodique.

Pour continuer à mettre en jeu « la mémoire épisodique » , après avoir consulté le site, j’ai distribué aux apprenants la consigne : « Vous vous divisez en groupes de deux personnes, vous observez et décrivez aux autres votre vêtement d’aujourd’hui, en utilisant la structure : Je me vêts de/ Je m’habille de + les articles indéfinis (un/une) + le nom + l’adjectif, ou Je porte une/un + le nom + l’adjectif. Par exemple : Je me vêts d’une robe bleue, je m’habille d’un jean, je porte un chemisier bleu. Et puis vous discutez et vous corrigez, faites attention aux accords. Finalement, vous devinez l’objet dont on n’a pas parlé ».

Je considère cette activité comme une reconstruction de la mémoire, en renforçant le phénomène de « reviviscence »  du modèle MNESIS ( la reviviscence est une action partant de la mémoire épisodique aux mémoires perceptives de l’apprenant ); à propos du phénomène de sémantisation, je pense que cet exercice a aussi créé une occasion pour l’apprenant de consulter les images de vente-privée stockées dans la mémoire épisodique, et ainsi de trouver le mot correspondant. Je soupçonne que sous l’aide du buffer épisodique, il est plus facile pour l’apprenant de récupérer le vocabulaire de vêtement selon leur besoin. En conséquence, il vaut mieux d’activer plusieurs portions du modèle mnésique, afin de mémoriser rapidement et solidement.  Pour éviter les faux souvenirs, l’enseignant est suggéré de corriger les fautes d’apprenant en cas nécessaire.


Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *