L’image et la mémorisation de vocabulaire

Pendant le stage que j’ai fait l’année dernière, j’ai constaté que les apprenantes adoraient bavarder entre elles avant le cours, et je les rejoignais souvent. Elles parlaient alors des expériences de la vie quotidienne et partageaient les expressions qu’elles avaient acquises dans les situations correspondantes. J’ai noté les expériences et les expressions suivant leurs paroles, et j’associais de temps en temps leurs connaissances acquises avec les choses à apprendre pour faciliter l’acquisition et la récupération d’information.

Suivant leurs paroles, mes apprenantes ressentaient souvent le besoin de parler avec la vendeuse dans le magasin de mode, elles m’ont demandé si je pouvais leur enseigner comment s’exprimer concernant cette situation. Comme il fallait avant tout se préoccuper de faire progresser ses élèves dans la compréhension du discours, on doit d’abord laisser les apprenants apprendre par cœur le vocabulaire. Donc, en recueillant une liste de vocabulaire, y compris des noms de vêtements de toutes sortes, le site vente-privée me semblait un support pertinent pour apprendre des noms de produits. Sous la rubrique de « la mode », on trouve des séries de vocabulaire concernant ce sujet. Nous avons choisi la marque «Claudie Pierlot», car on trouve chez elle à peu près toutes les catégories de vêtements. En consultant les images et le nom du produit, les apprenants ont vu ce qu’est « une jupe», ce qu’est « un haut ». Ils ont commencé à apprendre et à mémoriser les noms de vêtement d’une manière implicite.

La capture d’écran du site

C’est comme ce que j’ai expliqué dans le billet « L’art de l’apprentissage », selon les recherches de Felix Franke, quand l’apprenant rencontre un mot inconnu en langue étrangère, la création d’un lien direct entre le concept et le mot en langue étrangère est un traitement plus efficace que de saisir le sens en traduisant le mot étranger à sa langue maternelle. De plus, Komenski prenait l’image pour centre du manuel de langue, car selon lui, l’image indique directement le sens du mot. Donc c’est compréhensible que, selon un article de Heather E. Hilton sur l’histoire des théories d’acquisition, au 17e siècle, l’enfant devait regarder l’image et écouter plusieurs fois les phrases correspondantes. Hilton a mentionné comment l’image d’un objet est imprimée dans le cerveau ; d’autre part, Cyr a aussi souligné que l’utilisation des images peut être une technique pour mieux mémoriser les lexiques. Cela manifeste l’existence d’une liaison entre la théorie mnésique et la pratique de l’apprentissage, et c’était aussi une tentative d’utilisation de TICE dans la classe.

Bibliographies :

Paul CYR, Les stratégies d’apprentissage, CLE International, 1998, chapitre 4, p41-P63.

Heather. E. HILTON, « L’influence des théories d’acquisition sur la didactique des langues : perspectives historiques », Orizons, 2011, p37-p52.


Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

5 réflexions au sujet de « L’image et la mémorisation de vocabulaire »

  1. (Re) bonjour Yi,

    Comme je travaille sur la communication non verbale, notamments la gestuelle, je pense qu’on se rejoint icic sur le constat que la saisie par le canal visuel aide à la mémorisation, autrement dit, une information codée par différentes modalités (auditives, visuelle, kinesthésique) renforce la mémorisation.
    Des apprenants mémorisent mieux des mots qui sont enseignés avec le geste, comme dans ton cas, avec les images. Si on observe souvent que l’enseignant associe un geste à un mot, il n’est pas rare non plus d’observer par la suite l’apprenant reproduire le même geste lorsqu’il veut utiliser ce mot.

    1. Oui, tu as tout à fait raison, il y a certains comportements d’enseignement et d’apprentissage dont le mécanisme peut être expliqué par la psychologie cognitive.

    2. Bonsoir Kaiyun,
      Je pense que votre cas concerne peut-être « l’apprentissage procédural perceptivo-moteur » qui interagit avec « la boucle phonologique (articulatoire) » et « le registre visuo-spatial » de la mémoire de travail… Ce n’est que mon opinion, enfin je ne suis pas spécialiste de cela… Désolée…

      1. Merci Yi pour tes propositions, il n’y a pas de soucis!

        Je pense que je ne vais pas analyser aussi profondément ces mécanismes neuroscientifiques…Je me focalise plutôt sur le fait que la saisie par le canal visuel influencerait la mémorisation et comment en profite dans l’enseignement des langues. 🙂

        Bon courage à toi!

        1. Je sais, de mon côté, il faut aussi faire attention de ne pas aller trop loin dans la psychologie cognitive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *