Quatre carnets : l’histoire sans fin…

Actuellement en master 2 option recherche, je me prépare dès le début du premier semestre de rédiger mon mémoire de recherche d’environ cent pages. Comme dit une phrase ancienne chinoise, « les commencements sont toujours pénibles », je me trouve dans la plus complète perplexité. En suivant des instructions de Bruno Latour, je commence mon mémoire par quatre carnets.

Selon Latour, « tout fait partie des données »[1], je note tout ce qui m’intéresse dans mon premier carnet. Plus précisément, je prends une trace des événements dans la vie, par exemple, des séminaires à l’université, des colloques, des rencontres culturelles, des livres intéressants, des phrases, des films, etc.

Le deuxième carnet de la forme électronique se consacre aux comptes rendus de lecture et à la bibliographie. Cela est considéré comme une grande source de support théorique mon mémoire. Vu que je rédige mon mémoire à l’aide d’ordinateur, ce carnet est fait directement dans mon ordinateur.

Ainsi, j’ai troisième carnet pour garder toutes les idées personnelles ayant dans la tête. Parfois, des inspirations viennent et partent tellement vite que je dois les noter immédiatement. Ces idées peuvent être en français, en anglais ou en chinois, ma langue maternelle.

Le quatrième carnet appartient à note des entretiens avec mon directeur de mémoire, ainsi que les échanges avec autres professeurs. Cela me permet de modifier mes idées et perfectionner la problématique et le plan du mémoire.

À l’aide de ces quatre carnets, j’ai confiance en soi d’accomplir mon mémoire de recherche en fin d’année scolaire.

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 195.

[1] Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 195.


Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *