Quelques idées sur les résultats de ma recherche

La notion de légitimité est récurrente dans mon mémoire sur l’insécurité linguistique chez les étudiants algériens. Les locuteurs interrogés se posent des questions par rapport à la légitimité de la langue française qu’ils parlent. Pour ces étudiants, étant donné que leur variété ne correspond pas en tous points au parler du locuteur natif, il n’est pas légitime.

Les étudiants algériens pensent que le français idéal est détenu par les natifs. Par conséquent, toute autre forme de parler est remise en cause. Nous avons remarqué après l’analyse de notre corpus que les étudiants  pensent que leurs compétences ne sont pas légitimes du moment qu’ils les ont acquises dans un milieu dont ils n’ont pas de représentations positives en l’occurrence l’école ou l’université algérienne.

Autre élément d’explication pour ce phénomène, l’auto-évaluation chez les étudiants. En s’auto-évaluant, les étudiants ont l’impression que le natif ne les considère pas à leur juste valeur et que le regard que le natif montre à leur égard résulte de leur non-maîtrise du français. L’étudiant algérien est hantée par la maîtrise parfaite de la langue française. Dans la société algérienne, la maîtrise de la langue française est un élément de promotion sociale. Ainsi, les étudiants cherchent derrière la maîtrise une valorisation de la part de la société et transpose cette réalité au contexte actuel.

Au final, j’ai constaté la définition que Michel Francard (1993) a donné à ce phénomène lors du colloque de Louvain la Neuve correspond entièrement au cas des étudiants que j’ai intérrogés. En effet, Francard signale que l’insécurité linguistique est « une quête de légitimité ». La définition que donne Bourdieu (1982) correspond à ce phénomène correpond également au cas de ces étudiants « la reconnaissance sans connaissance ».

Il faut dire que la recherche sur ce thème est complexe. Il s’agit d’un thème qui nécessite des outils d’analyse relevant de plusieurs sciences ,la sociolinguistique, la psycholinguistique et la psychologie du langage. Pour le moment, je ne l’ai analysé que sous un seul angle, l’angle sociolinguistique.

La recherche que j’ai menée et les lectures en langue anglaise sur l’insécurité linguistique que j’ai effectuée m’ont poussée à me poser plusieurs questions. Autrement dit, mon mémoire m’a mis sur un champ où plusieurs questions ont surgi. Néanmoins, pour ce mémoire, je n’ai analysé que « l’insécurité linguistique dite » (Moreau, 1997)  ou « le discours épilinguistique » des étudiants J’espère avoir l’occasion à l’avenir d’analyser « l’insécurité linguistique agie » (Moreau, 1997) afin de pouvoir proposer quelques solutions et aider les étudiants à surmonter ce phénomène.

Bibliographie :

Bourdieu, P. (1982). Ce que parler veut dire (p. 151). Paris: Fayard.

Canut, C. (1998). Activité épilinguistique et insécurité linguistique. Une ou des normes? Insécurité linguistique et normes endogènes en Afrique francophone, 39-48.

Francard, M. (1993). Trop proches pour ne pas être différents. Profils de l’insécurité linguistique dans la Communauté française de Belgique. Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, 19(3-4), 61-70.

Moreau, M. L. (1997). Sociolinguistique: les concepts de base (Vol. 218). Editions Mardaga.


Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *