Les difficultés d’apprentissage chez l’élève qui bégaie

Il est rare d’entendre évoquer le problème du bégaiement dans l’espace scolaire mais il est incontestable que ce trouble de fluidité verbale existe au sein du groupe/classe et mérite en conséquence de lui accorder une attention particulière.

Généralement, le bégaiement est une anomalie qui affecte les cordes vocales chez l’individu et rend la parole difficile. En d’autre terme, il s’agit d’un trouble qui sème la confusion au moment où la personne qui bégaie veut exprimer ses idées. Ce problème peut se manifester dans la répétition d’une syllabe. Toutefois, bégayer peut revêtir des significations variées selon l’ongle de vue a partir duquel il est perçu.

Statistiquement, le bégaiement touche 1% de la population, il est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Il apparait généralement dans l’enfance entre trois ans à sept ans, cependant les adultes n’y échappent pas. Cette dysfluidité prend plusieurs formes qui présentent différentes manifestations: le bégaiement clonique, tonique, tonico-clonique et par inhibition.

En effet, il est difficile de détecter l’élève qui bégaie quand on ignore les signes qui caractérisent son profil. Si l’enseignant a l’œil perspicace, il peut se rendre compte de l’hétérogénéité de son groupe/classe. En peu de temps, il peut distinguer entre un apprenant dit » normal » et un autre dit  » réservé » et dont la cause peut être due au bégaiement. Ainsi, l’enseignant peut se rendre compte de cette réalité en constatant les manifestations suivantes. On peut soupçonner l’installation du bégaiement chez un apprenant s’il émet des signaux de cette nature:

– Il ne pose pas beaucoup de questions en classe.

– Il se porte rarement volontaire pour lire, participer ou interroger.

– Il évite de prendre la parole lors d’un débat et même s’il est interroge il s’abstient de répondre pour ne pas découvrir son mal.

– Il adopte, parfois, une conduite pouvant aboutir a l’échec, se replie sur lui-même ou même devient agressif.

-Il vit sous l’emprise du gène et fuit toute activité orale.

-Il craint le travail en groupe et préfère rester inaperçu.

-Il manque de motivation et se désintéresse de l’expression de son opinion ou de ses idées.

Les défis auxquels s’expose l’apprenant qui bégaie sont colossaux. Sa présence en classe est tributaire d’un statut et d’une fonction qu’il doit assumer jusqu’au bout et par la même occasion il doit donner de lui-même une image satisfaisante. Les défis les plus fréquents sont :

  • Les contraintes relatives aux activités scolaires orales:

L’apprenant qui bégaie vit souvent dans l’angoisse de se faire remarquer par ses camarades de classe. Il s’abstient de participer ou de répondre et préfère se passer pour un paresseux que d’être celui sur qui tous les regards convergent. Dans le meilleur des cas, cet élève se livre à des pratiques stressantes pour dépasser cet état. Il développe et fait usage des mécanismes d’évitement comme remplacer les mots qui bloquent par d’autres mots ou bien recourt à l’emploi de phrases telles que  » C’est vrai que »,  » Je veux dire » et s’accorde ainsi le temps de structurer sa pensée avant de l’énoncer. Dans le cas d’une lecture magistrale ou d’un exposé, la possibilité de remplacer un mot par un autre est écartée. Le trac, l’anxiété et l’envie de faire une bonne prestation s’associent pour créer des tensions devant le sujet qui bégaie. Le poids de ces facteurs aggravants se fait ressentir immédiatement car toute l’attention focalise sur l’acte de parler.

  • Les difficultés d’audition:

L’apprenant qui bégaie n’est plus en mesure de prêter une oreille attentive à son interlocuteur. Tout ce qui l’intéresse est de soigner la forme de sa propre parole. Son esprit œuvre pour l’unique but de produire des énoncés verbalement recevables sans se soucier de la charge sémantique qu’ils véhiculent.

  • La pression de l’attente:

L’élève qui bégaie redoute souvent le moment qui précède la prise de parole. Ce moment le fait sombrer dans l’incertitude et la confusion. La fréquence de ces moments fait partie de la réalité vécue par l’élève quotidiennement, la peur de bégayer mobilise toute l’énergie dont il dispose et l’empêche d’être lui-même. Attendre son tour de parler lors d’une séance de présentation par exemple provoque chez lui des émotions tellement fortes qu’il perd tout contrôle sur le débit et l’articulation de son énoncé.

Tout compte fait, l’impact psychologique du bégaiement sur l’apprenant est énorme. En effet, celui-ci réagit négativement quand il est sujet à des moqueries provenant de ses camarades et s’efforce de se replier sur lui ou même de s’isoler. Cette situation est due soit à la connaissance réduite du phénomène de la part des enseignants soit aux stéréotypes populaires à la littérature qui place le personnage qui bégaie dans un registre comique. A force de lutter pour camoufler son trouble, l’apprenant développe un sentiment d’échec et de frustration qui peut à la longueur devenir catastrophique en se répercutant sur l’estime qu’il a pour soi et sur son rendement scolaire.

Références:

Mireille Gayraud-Andel et Marie-Pierre Poulat (2001): Le begaiement comment le surmonter, Paris, Odil Jacob.

Image, http://www.rfi.fr/emission/20151022-journee-mondiale-begaiement-parole

 

 

 


Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *