Analyse distributionnelle des noms scientifiques dans les collocations Nscientifique + adjévaluatif

Dans nos collocations évaluatives du genre Nscientifique + adjévaluatif, les noms scientifiques sont des bases des collocations, lors du classement des collocations, ils prennent un poids considérable. Je voudrais parler d’une méthode qui aide le classement des noms scientifiques, c’est l’analyse distributionnelle.

L’analyse distributionnelle est l’une des méthodes les plus importantes pour étudier la linguistique dans l’approche de la linguistique descriptive. Cette dernière est un courant linguistique du structuralisme qui a exercé une grande influence sur la théorie linguistique. Développée par L. Bloomfield et les linguistes post-Bloomfield, la linguistique descriptive se consacre à mener des recherches sur la forme de la langue en concevant une série systématique de méthodes et de procédures d’analyse. Par exemple : l’analyse de la substitution, l’analyse comparative et l’analyse distributionnelle.

L’analyse distributionnelle consiste à trouver des éléments du discours et éclairer les relations entre eux afin de « repérer des régularités et de construire des classes paradigmatiques à partir de là » (Chiss, Filliolet, & Maingueneau, 2001), l’analyse distributionnelle est donc une méthode de classement basée sur le principe de la méthode de classification environnementale. Elle compte toutes les positions qu’un élément linguistique peut occuper ainsi que les contextes où il peut s’inscrire. Si les éléments « sont commutables dans un grand nombre de contextes et de les regrouper dans la même classe paradigmatique » (Ibid), ils peuvent se classer dans une même classe distributionnelle, comme chien peut être commuté par chat, cheval,l’homme, chaise, maison, etc, ils peuvent se classer dans les Noms.

Avec ces principes, les noms scientifiques peuvent se distinguer en sept classes : les noms d’objet construit par l’activité scientifique comme définition, travail, outil ; les noms de processus comme contribution, choix, développement; les noms d’observable comme phénomène, facteur, élément ; les noms d’acteurs de l’activité scientifique comme auteur, chercheur; les noms de supports de la rédaction comme chapitre, introduction, conclusion ; les noms de caractérisation comme rôle, caractéristique ; les noms de relation logique comme lien, rapport, effet, influence (Tutin, 2007 : 285).

Ces sept classes constituent la première étape du classement des collocations Nscientifique + adjévaluatif.

Bibliographie :

– Chiss, J.-L., Filliolet, J., & Maingueneau, D. (2001). Introduction à la linguistique française. Tome I. Notions fondamentales, phonétique, lexique. Paris: Hachette.

– Tutin, A. (2007). Traitement sémantique par analyse distributionnelle des noms transdisciplinaires des écrits scientifiques. In Actes de la 14ème conférence annuelle sur le Traitement Automatique des Langues Naturelles. Toulouse, France. Consulté à l’adresse http://pro.aiakide.net/publis/2011TALNPaper-Falaise-Tutin-Kraif.pdf


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

2 réflexions au sujet de « Analyse distributionnelle des noms scientifiques dans les collocations Nscientifique + adjévaluatif »

  1. Salut,
    Au sujet des collocations transdisciplinaires, tu pourras consulter l’article de Cristelle Cavalla « Collocations transdisciplinaires : réflexion pour l’enseignement  » publié dans l’ouvrage Outils et méthodes d’apprentissage en phraséodidactique, de María I. González Rey. Elle présente ses expériences dans le travail de ce type de collocations pour le Français sur Objectif Universitaire.

    1. Merci pour la recommandation. J’en ai besoin pour la partie didactique de mon mémoire où suis-je maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *