La place de la culture dans les différentes méthodes du FLE

En m’inspirant du livre de Christian Puren. La place de la culture dans la didactique des langues à travers l’histoire des méthodes utilisées pour l’enseignement a évolué au cours des siècles. L’évolution de ces méthodologies a connu 5 phases :

  • Dès la fin du XVIe siècle jusqu’au XXème siècle, c’est la méthode dite traditionnelle ou bien grammaire/traduction qui est employée. Les objectifs visés par cette approche sont de faciliter l’accès et la compréhension des textes littéraires. Les supports d’activité étant des textes de littérature, les apprenants appréhendent donc la culture du pays de la langue cible. A cette époque, les apprenants FLE souhaitaient être capables de lire des œuvres en français et connaître la culture française et non, comme c’est davantage le cas aujourd’hui, pouvoir suivre et participer à une conversation. Ainsi les apprenants n’apprenaient pas la langue pour la parler mais pour lire des grands auteurs et ainsi découvrir la culture du pays de la langue étrangère. L’enseignant est donc là pour former l’esprit des apprenants et leur transmettre une certaine culture. Les publics visés sont des intellectuels, des diplomates etc.
  • A partir de 1902, on introduit la méthode directe. Elle s’appuie sur l’apprentissage naturel d’une langue c’est à dire que l’on va imiter l’apprentissage de la langue maternelle. Au sein des classes de langue, on n’utilise plus la langue source, mais uniquement la langue cible. Avec cette approche, la culture est mise de côté, l’enseignant met l’accent sur la langue, le vocabulaire concret. La culture n’est pas abordée dans les niveaux débutants, elle l’est de manière très implicite dans les niveaux plus avancés.
  • A partir des 1960, en France, arrive la méthode SGAV (structuro globale audio-visuelle), l’objectif général de cette méthodologie étant d’apprendre à parler et communqiuer dans les situations de la vie couante. Les apprenants apprennent une langue quotidienne qui se doit donc d’être utile. Pour cela, les enseignants ne s’appuient plus sur des textes littéraires mais les didacticiens créent des dialogues où les tournures sont de suite réemployables. Dans ce contexte, la culture est totalement mise de côté et n’est pas même considérée comme un objectif pédagogique.
  • Dans les années 1980 est née la didactique de l’anglais ce qui a fortement influencé les cours d’enseignement/apprentissage de langue étrangère. En effet la didactique de l’anglais a donné naissance à l’approche communicative qui, elle-même, a apporté une importance particulière à la notion d’authenticité. Les supports d’activité sur lesquels travaillent les apprenants sont alors des documents authentiques, donc non fabriqués par le médiateur ni artificiels. Ceci marque un tournant concernant la place de la culture en classe de langue puisque dès lors que les apprenants sont en contact avec des documents authentiques (ex: émissions de télévision, de radio, articles de presse etc), les cultures étrangères deviennent plus accessibles. Le document authentique en classe de langue est donc vu comme un témoignage de la culture que les apprenants étudient. Ainsi avec la méthode communicative et l’apparition du document authentique les concepteurs de programme marquent l’indissociabilité de la langue et de sa culture et de ce fait, la dimension culturelle se trouve réhabilitée dans l’apprentissage.
  • A côté de cette naissance de l’approche communicative, une nouvelle notion fait son apparition en didactique des langues, dans les nnées quatre vingts, qui contribue également à la nouvelle place qu’occupe la culture en cours de langues étrangères : c’est le concept de langue-culture. Le premier à avoir employé cette notion est Galisson en 1986. En effet, pour lui, la notion de langue-culture marque le trait d’union entre ces deux éléments et leur égalité. L’apport de Galisson avec ce nouveau concept est primordial concernant l’entrée du culturel dans les cours de langues dès lors que, pour lui, la seule maitrise des codes de linguistiques n’est pas suffisante pour communiquer. Ce n’est ainsi que la surface d’un iceberg qui cache des réalités culturelles nécessaires d’appréhender pour toute situation de communication. Tout acte de parole, le plus banal soit-il, diffère dans chaque culture et est donc acte de culture. Ainsi la langue elle-même, le linguistique renferme du culturel. L’acquisition de compétences langagières ne peut donc se faire sans l’acquisition d’un comportement nécessaire.
  • A noter qu’aujourd’hui le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langes) prône une approche fonctionnelle-notionnelle, en réalité très proche de la méthode communicative. La dimension culturelle est abordée en cours d’enseignement/apprentissage de langues étrangères. Cependant, dans sa charte le CECRL ne précise pas les contenus culturels à transmettre ni les composantes de la compétence interculturelle… De plus, nous pouvons remarquer que l’évaluation est conçue en fonction de la seule compétence langagière mais aucune précision n’est apportée concernant l’évaluation de la compétence culturelle.

Bien qu’aujourd’hui la dimension culturelle se trouve réintégrée dans l’enseignement/apprentissage des cours de langues, elle reste toutefois un objectif mineur face aux  objectifs langagiers. En effet la compétence que les apprenants d’une langue sont censés acquérir à l’issue d’un processus d’enseignement/apprentissage est principalement fondé sur la compétence dite de communication….

Bibliographie

Christian Puren, Histoire des méthodologies de l’enseignement des langues. Paris : Clé international diff. Nathan, DL 1988, Cop. 1988


Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

5 réflexions sur « La place de la culture dans les différentes méthodes du FLE »

  1. Bonjour Nada,
    Merci pour votre article. C’est hyper intéressant à connaitre les méthodes d’enseignement du passé et de les comparer avec celles d’aujourd’hui. Ce qui retient attention est de se rendre compte que les méthodes dites anciennes existent toujours dans quelques parties du monde, à savoir la méthode traditionnelle. Cela me rappelle le cours de Madame Abouzaid de M1. On avait discuté ces exactes méthodes. L’évolution de ces méthodes au cours des siècles est fascinante. De plus, c’est intéressant de noter l’importance donnée par chaque méthode sur un seul aspect d’apprentissage d’une langue. En ce qui concerne la culture, je trouve que l’apprentissage d’une langue est un moyen de découvrir une culture, un pays, une gastronomie voire un nouveau monde. Je trouve que c’est inévitable de séparer la culture de la langue. Elles vont de pair. En fait, les cultures font naitre les langues différentes. En addition, les langues sont des témoignages d’une culture au cours des siècles. Je me rappelle qu’au Pakistan, notre directeur du cours de FLE nous a toujours conseillé d’ajouter une partie liée à la culture française aussi. Je trouve que c’est avantageux de découvrir la culture au fur et mesure de l’apprentissage d’une langue.

  2. Bonsoir Nada,

    Comme tu l’as écrit, c’est vrai que les éléments culturels ne sont pas aussi travaillés comme les éléments purement linguistique en classe de LE, mais je pense que la dimension culturelle est quand même de plus en plus prise en considération, par les chercheurs dans leur recherche de la didactique et, par les enseignants dans leur propre pratique.

    Des manuels n’oublient pas à introduire (plus ou moins) des faits culturels et les discussions sur les différences cultures entre l’enseignant et les apprenants et/ou entre les apprenants mêmes sont de plus en plus fréquentes en classe. Alors là, c’est la dimension interculturelle qui doit être ajoutée et tenue compte.
    Vive la culture!

  3. Bonjour, Nada, ton résume sur la place de la culture dans l’enseignement de FLE est très claire, j’aime beaucoup, cela me rappelle mes expériences de recherches en M1 sur le rôle que la culture peut jouer dans la DFLE. D’après mes expériences, je pense que la culture peut devenir un bon sujet s’accordant beaucoup de facteurs pédagogiques dans les cours de FLE, à part ce que tu as présenté, elle peut aussi devenir une manière ludique pour bien former la motivation d’apprentissage des apprenants, qui favorise leurs envies d’expression. Comme la culture est un système énorme et compliqué, elle contient beaucoup de possibilités dans les cours de FLE, Bon courage!

  4. Il faudrait, Nada, mettre une catégorie à votre billet et relire votre bibliographie : Christian Puren ! La première phrase est incomplète syntaxiquement… et il faudrait dire explicitement que vous inspirez du livre de Puren car on a l’impression que c’est vous qui inventez les cinq périodes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *