Séminaire (sens du langage) Dire/Écouter : vers des essais de voix

Monsieur Martin propose de sortir des idées reçues toutes faites et figées de l’essai littéraire. Il décrit l’essai littéraire comme en mutation et qui doit être capable de sortir de son carcan pour toucher une multitude de domaines artistiques et pas seulement littéraires.

L’essai-poème en est un exemple par l’utilisation de mots juxtaposés non convenus, créant des images.

Montaigne, lui, considère qu’un essai nait d’une relation étroite entre l’écriture et la voix. Lorsque la voix n’est plus celle de l’auteur, est-ce l’auteur qui écrit ?

L’essai doit être une constante révolte contre le conformisme (W. Adorno). Ce dernier remet en cause les habitudes académiques d’enseignement trop cartésiennes. Adopter le concept partiel de compréhension plutôt qu’essayer d’appréhender la totalité d’un texte est la bonne approche pour ensuite entreprendre l’imbrication de différents concepts successifs.

Henri Meschonnic introduit également l’importance de la prise en compte de la voix dans l’essai et son harmonisation avec le texte. La notion « d’essayer dire » plutôt que « d’essayer de dire » est également une approche vraie pour tenter de traduire au mieux possible le regard.


Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *