hétérogénéité dans la classe de langue ? Alors une pédagogie adaptée!

« Une journée d’étude dont la thématique est l’hétérogénéité ? Pas question de la rater ! » Je me suis dit ainsi lorsque j’ai vu l’annonce partagée par notre camarade.

Comme je traite l’interculturalité en classe de langues étrangères dans ma mémoire de recherche, j’ai fait une recueillie de données en observant une classe de FLE à Paris. Parmi les séances différentes que j’ai pu observer, il y a des classes composées par un enseignant français et une dizaine d’apprenants d’origines différentes. Je remarque assez facilement la présence de l’hétérogénéité, qui se traduit notamment par la diversité du niveau langagier, des stratégies d’apprentissage. J’ai supposé qu’il aurait la manifestation de la croisée des cultures différentes, mais comme je n’y ai assisté que quelques séances, donc je ne l’ai pas vraiment collectée. Je suis ravie de pouvoir assister à une telle journée d’étude et de profiter des communications intéressantes.

Voici un petit compte rendu à l’égard des « niveaux d’hétérogénéité » que j’aimerais bien partager avec vous.

La journée s’est ouverte par le visionnage d’une vidéo qui présente des enquêtes faites auprès des classes de LE à l’Inalco. Dans la vidéo, les étudiants intervenants expliquent chacun/chacune :

1) leur profil langagier. On peut remarquer une hétérogénéité linguistique chez chaque étudiant : ils parlent tous au moins deux langues différentes (langue maternelle, langue en train d’acquisition, …). Cela rend déjà les classes de LE hétérogènes, même si lorsqu’ils se trouvent dans un même cours de LE, la langue cible est identique (le chinois, la malgache, …). De même, Mme Maddalena DE CARLO a constaté aussi, lors de sa communication, que la classe de langue s’agit en fait « un environnement naturellement multilingue » et que « l’homogénéité n’existe pas. »

2) leur(s) stratégie(s) d’apprentissage et leurs difficultés rencontrées dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Voici un autre niveau d’hétérogénéité : chaque étudiant travaille différemment ; dans l’apprentissage d’une langue étrangère, certains ont de grands soucis au niveau de la prononciation, alors que d’autres trouvent très difficile parce qu’ils étudient un système de grammaire qui leur est complètement étranger.

3) but(s) d’apprentissage. A l’égard de la malgache, par exemple, les étudiants l’apprennent pour : (re)trouver son identité ; travailler à Madagascar ; etc. Voici un troisième niveau d’hétérogénéité.

Ces niveaux différents ont été repris et développés dans la première communication. Mme Rong ZHANG-FERNANDEZ ajoute que l’hétérogénéité dans la classe de langue se repose aussi sur les niveaux langagiers des étudiants, les différences cognitives, socioculturelles, familières, etc. Face à ce fait, elle a proposé de mettre en œuvre une pédagogie adaptée : selon les situations réelles des apprenants, on peut différentier les contenues de l’enseignement, les tâches proposées, tout en organisant des évaluations différées. Cela implique un travail d’organisation du groupe selon le niveau des apprenants. Et puis, l’enseignant peut inviter les apprenants de travailler en groupe de niveaux différents, dont un « bien », deux « moyenne » et un « moins avancé », par exemple. Ce mode de travail, selon Mme ZHANG-FERNANDEZ, permet de mettre en valeur l’aspect positif de l’hétérogénéité. Enfin, d’après l’expérience de Mme ZHANG-FERNANDEZ, entant qu’enseignante de chinois langue étrangère, il serait utile de proposer des exercices différents selon les niveaux langagiers des apprenants, par exemple, davantage d’exercices de grammaire pour les moins avancés et plus d’exercices de rédactions pour ceux qui ont un niveau correspondant.


Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

4 réflexions au sujet de « hétérogénéité dans la classe de langue ? Alors une pédagogie adaptée! »

  1. ton article est très intéressant. Je crois que ce problème de l’hétérogénéité pourrait se produire presque dans toute classe de FLE. Mais je m’interesse davantage à la classe de FLE dans des universités chinoises. Pour des apprenants chinois en Chine, l’hétérogénité réside plutôt dans le niveau différent de la maîtrise du français, dans la stratégie d’apprentissage. En réalité, la méthode de faire travailler les apprenants de niveaux différents dans un groupe a été mise en oeuvre par mes professeurs de français quant j’étais à l’université chinoise, mais une question s’est émergé quand même : les apprenants de niveaux avances ont tendance à tout faire, ce qui décourage la participation des apprenants de niveaux moyens et moins moyens…

    1. Bonsoir Yujing,

      Oui, c’est vrai que ce phénomène est assez présent en classe de langue.

      J’aimerais te partage l’expérience racontée par un enseignant de FLE (un enseignant avec qui j’ai fait un entretien). Lui, il considère ces apprenants « plus avances » comme les « leader de la classe ». Avec leur présence en classe, l’interaction est toujours très active et l’atmosphère est très vivante. A son avis, les leaders suscitent en fait la participation des apprenants « moins avancés ». Ces derniers osent s’exprimer plus, peut-être pas autant que les « plus avancés », mais l’enseignant témoigne que les jours où ces leaders sont absents, les « moins avancés » ne s’expriment quasiment pas pendant le cours…

      Je pense que ces remarques sont intéressantes. Il faudrait peut-être que l’enseignant gère bien la prise de parole de chaque élève, tout en profitant la dynamise de ceux qui ont un niveau plus avancé.

  2. Merci d’évoquer l’hétérogénéité. C’est un sujet très important surtout en FLE. Certes, il est indispensable de s’organiser de telle sorte que tous les apprenants apprennent, cependant préparer des exercices différenciés, des évaluations spécifiques pour chaque groupe n’est pas chose aisée ; pire, très souvent les enseignants ne sont pas dans de conditions matérielles qui permettent cette pédagogie différenciée. Toujours, il ya cet écart entre la volonté de bien faire et cette réalité qui nous rattrape.

    1. Bonjour,

      Oui, juestement, une autre enseignant a remarqué le même point après la communication de Mme ZHANG-FERNANDEZ : l’enseignant est obligé de suivre, plus ou moins strictement en fonction de l’établissement, un programme pédagogique préétabli. Donc, c’est vrai que, comme tu l’as dit, une pédagogie adaptée et différenciée serait une solution pour rendre l’apprentissage de chaque élève efficace, pourtant cela semble difficile de mettre en pratique, dans le contexte d’enseignement actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *