Tous en tandem !

23 & 24 Mars 2017, de 9h à 17h, Cité Universitaire, Paris

Lors de ces deux jours a eu lieu le colloque international de l’ALCTES sur l’apprentissage des langues et des cultures en tandem dans l’enseignement supérieur ou secondaire. L’expérience du tandem était vraiment au rendez-vous, qu’elle soit entre apprenants, entre enseignants ou entre participants du colloque.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le tandem est une expérience dans laquelle des apprenants, ayant des langues maternelles différentes, sont regroupés en binômes ou en « couples », et apprennent sans qu’il y ait vraiment d’expérience d’enseignement. Dans le cadre des tandems, les participants échangent verbalement sur des sujets de leur choix et se corrigent entre eux, ce qui favorise le développement de la compétence interculturelle, de compréhension mais aussi de production orale. Les participants en viennent à acquérir le langage non-verbal de l’autre et à avoir accès à un niveau de réflexion métacognitive supérieur car non seulement ils prennent compte d’aspects de la langue cible qu’ils ne connaissaient pas mais cela les amène à réfléchir sur la langue maternelle qu’ils parlent. L’expérience du tandem est aussi sociale car elle demande de l’adaptation, de la tolérance vis-à-vis autrui ainsi que de la curiosité.

Le tandem peut prendre différentes formes, car il peut tendre davantage vers l’institutionnel ou s’en détacher complètement pour reposer sur les participants. Un certain équilibre reste toutefois nécessaire dans l’expérience. En effet, afin que l’expérience soit bénéfique aux deux participants, il est mieux de pratiquer les langues cibles de manière égale dans le temps. L’aspect de correction entre aussi en jeu, de manière assez naturelle, généralement, car le participant ne veut pas surcharger l’autre par des corrections ou alors créer une relation de conflit ou de rejet.

Lors des conférences plénières et des ateliers, différents thèmes et versions du tandem ont été abordés. Ce colloque a commencé par une présentation, effectuée par Lars Schmelter, sur l’autonomie ou plutôt sur l’échafaudage de l’autonomie lorsque les apprenants sont encadrés par un enseignant. Il substitue alors le terme d’autonomie pour le terme d’apprentissage autodirigé qui correspondrait davantage à un tel contexte, par les stratégies mises en place par les apprenants, mais surtout par l’impossibilité d’une utilisation du tandem isolée des contextes sociaux, institutionnels  et de la subjectivité des participants. D’autres communicants ont évoqué des utilisations du tandem différentes de celle énoncée ci-dessus, comme un tandem entre enseignants (un enseignant étant natif et l’autre non-natif),  un tandem dans le cadre du Français à Objectif Spécifique (FOS)  voire même d’un lien possible entre le tandem et le numérique avec le « e-tandem », rendant le tandem possible partout dans le monde (du moment que la connexion internet le permet…) ! Après les présentations de divers projets dans l’objectif du tandem, une table-ronde avec des anciens participants ou des participants actuels à l’expérience du tandem a permis l’échange sur les bienfaits qu’ils ont ressentis dans le tandem mais aussi sur les difficultés, matérielles, langagières ou stratégiques qu’ils ont rencontrés. Bien qu’il existe toujours des difficultés, chacun des participants a perçu l’expérience du tandem comme enrichissante dans l’appropriation d’une langue cible mais aussi dans la connexion interpersonnelle avec l’autre, éléments qu’ils ont considérés comme renfonçant leurs motivations à poursuivre leurs études dans les langues cibles.

 

Pour plus d’informations :

book-of-abstrats-alctes-version-finale-1-

(source : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp?RH=1236178100008 )


Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

4 réflexions au sujet de « Tous en tandem ! »

  1. Que te dire Priscillia? Un grand merci pour ces explications très très détaillées!!!
    J’ai pensé en fait que les participants du tandem travaillaient sur la même langue cible même s’ils n’ont pas la même langue maternelle. Je veux dire qu’aucun d’eux n’est pas le locuteur natif de la langue cible. C’est pourquoi je n’ai pas compris ta phrase. En effet, il est possible que l’un des participants soit natif…
    En ce qui concerne le niveau pour se lancer dans cette expérience, moi aussi, je trouve qu’il ne joue pas le rôle primordial.
    En somme, le travail en tandem est assez souple au niveau des participants, du cadre institutionnel et des niveaux de la langue cible.
    Merci encore une fois pour ces éclaircissements! Bonne continuation et bon courage!

    1. De rien ! J’espère qu’elles te seront utiles !
      Il existe plusieurs versions du tandem, dont l’une où les deux participants sont non-natifs et pratiquent une même langue cible (j’en parle dans mon billet suivant sur ayni), donc tu as raison aussi.
      En effet, comme tu le dis, le travail en tandem permet une souplesse dans l’apprentissage qui est souvent appréciée par les participants et permet un détachement du cadre institutionnel car certains tandems sont réalisés en dehors de la classe, par pure volonté et motivation de la part des participants !
      Bonne continuation à toi aussi et bon courage !

  2. Bonjour Priscillia,

    Merci d’avoir partagé avec nous ton point de vue sur ce colloque. Je le trouve très intéressant.
    En fait, moi, je ne connaissais pas ce modèle d’apprentissage des langues et des cultures. D’après ton billet, il me semble que l’expérience du tandem s’avère très bénéfique malgré les difficultés possibles à rencontrer.
    Je n’ai pas bien compris la phrase suivante : « En effet, afin que l’expérience soit bénéfique aux deux participants, il est mieux de pratiquer les langues cibles de manière égale dans le temps ». Est-ce que tu veux dire que les deux participants ont à avoir le même niveau de la langue cible? Et je voudrais te demander aussi si c’est possible d’organiser le tandem à partir du niveau débutant des apprenants/des participants? Est-ce qu’il y a en fait un niveau minimal pour se lancer dans cette expérience?
    Je te remercie par avance pour les réponses!

    1. Bonjour Marija !

      Merci à toi de l’avoir lu ! En effet, le travail en tandem est une expérience très bénéfique, que j’ai testée pendant mes trois années de licence, et les difficultés sont généralement facilement surmontables du moment qu’il y a de la motivation de la part des deux participants.

      Pour ce qui est de cette phrase, ce que je voulais dire est que l’expérience en tandem est généralement une interaction exolingue où le participant natif est expert et le participant non-natif est novice. Chacun des participants exprime la volonté de faire le tandem dans une langue cible. Pour ma part, il s’agissait de l’anglais, donc j’ai eu des partenaires américains, irlandais et australiens, chacun d’entre eux voulant travailler leur français et se trouvant à Paris. Le tandem est pensé pour que chacun des participants utilise sa langue cible autant de temps que l’autre. Par exemple, si je fais un tandem d’une heure, nous allons parler français pendant trente minutes puis, au milieu, changer de langue et parler anglais pendant les trente dernières minutes.
      Il existe des tandems où les deux participants ont une langue maternelle différente mais travaillent une même langue cible. Je ne pense pas que le niveau doit obligatoirement être similaire, l’objectif visé étant principalement la production et la compréhension en situation de l’oral.

      Lors du colloque, personne n’a parlé de niveaux pour débuter l’expérience. Je pense qu’il est possible d’utiliser le tandem pour des débutants mais qu’il y aura davantage d’alternances codiques. Dans ce cas, il faudrait que les participants aient une langue commune à travers laquelle ils peuvent communiquer pour faciliter l’acquisition ou l’appropriation, s’il s’agit d’un cadre institutionnel.

      J’espère avoir pu répondre à tes questions, si tu en as d’autres, n’hésite pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *