L’exploitation de l’univers d’un auteur

L’étude portée sur l’univers d’un auteur est dynamique depuis ces dernières années dans la littérature à l’école, cela se rapporte à la mise en classe de la lecture en réseau dont plusieurs chercheurs proposent afin de faire les élèves appréhender les textes et l’ensemble de leurs éléments. Nous empruntons une définition de la lecture en réseau donnée parMadeleine Couet-Butlen pour en clarifier : « Le réseau littéraire est compris comme un ensemble ouvert de textes que l’on peut rapprocher, comparer selon un angle de lecture qui souligne les analogies, les parentés, les emprunts, les variations, les oppositions, les écarts »[1]. Pour construire la première culture littéraire chez le lecteur, Tauveron propose deux types de distinctions de la mise en réseau des textes (2002) : des réseaux pour faire découvrir ou structurer le socle des lieux communs culturels et des réseaux pour faire identifier des singularités. Dans celui-là, elle nous propose de mettre en résonnance des textes autour d’un même genre, des symboles, des mythes et légendes ou des personnages-types. L’univers d’un auteur se trouve dans le deuxième type dont l’objectif est de faire identifier les singularités. D’autres singularités peuvent être la singularité d’une reformulation et celle d’un procédé d’écriture. Par conséquent, étudier l’univers d’un auteur, c’est d’identifier sa singularité, « ce qui conduit à regrouper celles des œuvres d’un auteur qui s’éclairent dialectiquement».[2]

Un avantage évident de l’exploitation de l’univers d’auteur est de faire acquérir aux apprenants une connaissance structurante. Il permet à un lecteur de circuler parmi des différents livres d’un même auteur, et donc de structurer dans son esprit le début d’une bibliothèque. Comme Tauveron indique dans le même ouvrage (2002) : « La connaissance de l’œuvre d’un auteur permet, certes, de raffiner dans l’interprétation, d’anticiper (par une connaissance antérieure et des réflexes prêts à l’emploi) sur ce qui va arriver, et par là même de jouir de l’inattendu que tout se passe autrement… »[3] Dans la plupart du temps, des reconnaissances que le lecteur fonde sur le style des illustrations, sur le lexique, sur les personnages typiques présentant dans l’œuvre de l’auteur, etc., elles se fonctionnent comme lubrifiant, permettant au lecteur de se pénétrer à l’histoire d’une façon plus aisée. De plus, les différentes histoires peuvent s’inscrire dans la mémoire du lecteur et fonctionnent comme une référence pour la lecture suivante. Ainsi, l’univers d’un auteur est tissé devant le lecteur. Et nous pensons que cet univers nous permet également de comprendre plus aisément la notion d’auteur.

Un autre avantage indispensable est d’exploiter le plaisir du lecteur par rapport à la lecture. Nous empruntons encore le propose de Tauveron(2002) pour l’expliciter davantage. D’après elle, entrer dans l’univers d’un auteur, trouver des convergences lors de la lecture et fonder finalement des reconnaissances sur la singularité de cet univers permettent au lecteur d’avoir un sentiment de plaisir et de contentement. C’est cette satisfaction qui le pose comme lecteur expert et lettré. Autrement dit un « spécialiste averti » envers un auteur avec lequel il est entré en réel connivence. Elle résume à la fin de ce chapitre que « cette représentation valorisante de soi en tant que lecteur ne peut qu’être favorable à l’appropriation du domaine littéraire, un domaine qui doit être perçu comme public et non réservé, sous peine d’empêcher l’entrée de tous en littérature. »

[1] Des critères de choix des ouvrages et des pratiques de lecture à l’école. (s. d.). Consulté 17 avril 2017, à l’adresse http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/document/choixouvrages.htm

[2] Tauveron Catherine, Lire la littérature à l’école Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique ? De la GS au CM, Hatier Pédagogie Paris 2002, P.108

[3] Idem, P. 250


Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

2 réflexions au sujet de « L’exploitation de l’univers d’un auteur »

  1. Merci beaucoup Yiheng pour ces réflexions passionnantes. Un petit conseil : quand vous citez un auteur, donnez son nom et non son prénom; par exemple ici, il s’agit de Catherine Tauveron, donc vous abrégez en Tauveron et non Catherine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *