Et si on parle du dessin ?

La méthodologie fait une partie cruciale de la recherche. Pour cette raison-là, elle doit être choisie et élaborée minutieusement, tout en suivant les objectifs visés et la problématique. Dans ma recherche, j’ai opté pour faire des entretiens semi-directifs. Une méthode qualitative qui me permettrait de mieux comprendre les difficultés des enfants rroms à l’école. Pour ce faire, j’ai visé à faire des entretiens avec des élèves (de 7 à 10 ans), des enseignants et des parents. Même si je ne l’ai pas pensé au début, le problème s’est posé sur le choix des interlocuteurs et de la modalité de l’enquête. En effet, comment faire un entretien avec des enfants ? Surtout si on parle des enfants rroms dont la langue maternelle n’est pas le serbe, étant parfois très timides et qui ont des difficultés dans l’expression. Cette situation exigeait un autre moyen à envisager afin d’aboutir à mon objectif.

 

Le dessin d’un élève de CM2 sur la consigne “Dessine la langue rromani et la langue serbe”

Dans cette optique, j’ai adopté une approche par le biais du dessin de plusieurs raisons. Tout d’abord, il fallait établir une relation de confiance entre chercheur et élèves afin que ces derniers se sentissent en sécurité, à l’aise et s’investissent davantage dans les tâches demandées. Dans ce sens, le choix porté sur le dessin s’avère bien fondé. Il est à ajouter aussi que le dessin est une modalité permettant à tous les élèves de s’exprimer peu importe leurs capacités linguistiques, leur niveau et leur réussite scolaires, s’ils sont timides ou sûrs d’eux-mêmes. En outre, Castellotti et Moore mettent en avant les avantages de ce dernier pour la construction des données dans la recherche :

« Le dessin est pour les enfants une activité familière, qui fait partie de leur quotidien familial scolaire, social, mais aussi personnel, intime. À ce titre, il est un moyen privilégié pour qui mène une recherche avec des enfants : il leur permet de s’exprimer sur un mode qu’ils maîtrisent au moins aussi bien (souvent mieux, même) que leurs interlocuteurs et qui leur attribue d’emblée une voix d’autorité et un statut légitime. Ils sont, en effet, en position d’auteurs, qui se réapproprient leur dessin et vont proposer des clés pour en construire, en interaction, une interprétation » (2009 :45-46).

De là, nous voyons que l’engagement des élèves dans le dessin est double. Primo, ils s’engagent dans un processus créatif. Ainsi, le dessin devient un moyen d’expression de l’expérience des enfants, de leur connaissance, mais aussi la représentation intérieure de l’histoire qu’ils sont en train de raconter à savoir de dessiner (Kendrick et McKay, 2002 :46). Dans la perspective vigotskienne, le dessin est la source du développement de l’enfant, une forme particulière du discours, une implication de l’enfant dans l’imaginaire, dans le langage qui peut aboutir à la création des histoires (Castellotti et Moore, 2009). Secundo, les enfants se lancent dans la construction de l’interprétation du dessin avec le chercheur. Aussi se crée-t-il conjointement le sens dans l’interaction à savoir dans la communication et le dialogue. Pour le chercheur, le dessin est « une recherche de compréhension de ce que l’enfant dit (…) à travers son dessin et le commentaire qu’il en fait » (Perregaux, 2009 :33). Ceci dit que les dessins et les commentaires pourraient mettre en exergue les représentations de ces élèves vis-à-vis des langues serbe et romani et de la lecture ce qui pourrait éclaircir en partie les difficultés rencontrées à l’école par ce public.

Au final, l’importance du dessin dans la recherche avec les enfants est multiple : il est un « stimulus » de leur imagination, un support de leur réflexion et un appui pour leurs verbalisations (Castellotti et Moore, 2009 :78). À cet égard, cette modalité d’enquête s’est montrée comme un bon choix pour les enfants rroms. En ce qui concerne l’entretien semi-directif, étape discursive, il était envisagé comme une activité complémentaire à la première. Il a permis aux enfants une verbalisation plus facile à partir de leurs dessins et des explicitations en sorte que la construction du sens et de l’interprétation collaboratives s’établissent.

 

Bibliographie :

Castellotti, V., Moore, D. (2009). « Dessins d’enfants et constructions plurilingues. Territoires imagées et parcours imaginés », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy – Pontoise : CRTF, 45-85

Kendrick, M. et Mckey, R. (2002). « Uncovering Litteracy Narrative through Children’s Drawings ». Canadian Journal of Education, no 27, 45-60

Perregaux, C. (2009). « Dans les dessins de jeunes enfants, les langues sont des images », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy -Pontoise : CRTF, 31-44

 

 


Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

2 réflexions au sujet de « Et si on parle du dessin ? »

  1. Merci Magali pour ton commentaire!
    Je trouve ton interprétation du dessin très intéressante! Je ne me suis pas encore lancée dans une analyse des données, mais je pourrais te fournir une explication de l’enfant. En effet, tu avais raison! Cet élève lie les langues rromani et serbe aux lieux de pratique et à ces interlocuteurs. Ainsi, le premier dessin représente la langue rromani comme la langue familiale, parlée dans la voiture familiale. Par contre, quand l’enfant joue avec ses camarades serbes de classe dans le parc, il parle en serbe.
    Comme tu l’as dit, le dessin est une représentation de l’expérience de l’enfant et de sa compréhension du monde. Verbaliser le dessin, c’est aussi réfléchir et conscientiser sa propre expérience et sa compréhension. De ce fait, cette modalité s’avère aussi comme un outil pédagogique permettant le développement de l’enfant. Et voilà encore un avantage à recourir au dessin pour la construction des données dans la recherche!

  2. Merci Marija !
    Je suis curieuse de connaître les explications qui ont succédé aux dessins. Parce qu’en effet, il me manque un bout du discours : le texte (discours verbal) qui accompagne, voire complète, l’illustration (discours pictural).
    Je peux comprendre le premier dessin de plusieurs façons : cela peut vouloir signifier une interdiction de parler le rromani, ou encore un figement du rromani, ou encore qu’il est bien installé et roule tout seul, ou encore que c’est la langue familiale parlée dans la voiture familiale, ou encore une infinité d’autres possibilités… Quand un enfant dessine, Freinet nous explique que « les gestes de l’enfant ne sont point gratuits. Ils suivent des traces expérimentales. Ils ont un but, fruit parfois d’un début d’appréciation intuitive individuelle, la plupart du temps des rapports naissant avec le milieu ambiant auquel un sentiment puissant le pousse à s’intégrer. » (Freinet Célestin, La méthode naturelle d’apprentissage du dessin (1969), Verviers, Marabout, 1975, pp.15-16). Dans ce cas, le dessin de l’enfant a une signification qui est liée à son expérience. Expressions de son expérience, le dessin et son explication ne sont-ce pas, aussi, pour l’enfant, des moyens d’organiser cette expérience, de la mettre en mots et en images pour mieux la comprendre, se l’approprier et la transformer en outils de pensée ? Au-delà de l’expression, ce serait peut-être aussi l’élaboration de la personne par elle-même qui serait en jeu dans cette activité.

    Par ailleurs, je partage le lien vers une page de l’inalco qui propose un cursus de rromani :
    http://www.inalco.fr/langue/rromani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *