Etre formateur FLE en école d’ingénieurs

Lors de la journée professionnelle organisée par l’ASDIFLE le 31 mars et consacrée aux métiers du français dans la formation professionnelle, j’ai eu l’occasion d’assister à la présentation de Cathy Sablé, formatrice en école d’ingénieurs. L’école dans laquelle elle enseigne –IMT Atlantique Bretagne Pays de la Loire – est située en Bretagne, près de Brest.

Les écoles d’ingénieurs constituent un secteur à considérer pour les professeurs de FLE travaillant en France. Elles représentent 300 000 diplômés par an, soit le même nombre que celui des étudiants inscrits en master.  Surtout, la politique de l’enseignement français consiste actuellement à s’internationaliser de plus en plus, en accueillant un nombre croissant d’étudiants étrangers. Dans ces conditions, des formations en français sont nécessaires pour aider ces étudiants allophones à suivre leurs cours.

Ce public est généralement motivé et très scolarisé. En revanche, les étudiants ne doivent répondre à aucune exigence de niveau de français à leur entrée dans l’école. La mission du formateur FLE est donc les faire progresser considérablement (du niveau A1 parfois non acquis au niveau B1 voire B2) en un temps très limité.

Le public de ces étudiants est caractérisé par une grande hétérogénéité culturelle, avec, pour l’école IMT Atlantique, 41% d’étudiants originaires du Maghreb, 16% d’origine sub-saharienne, 13% venant de Chine, 10% d’Amérique latine hispanophone, 8% venant du Brésil et 6% d’étudiants de divers pays européens.

En plus de cette dimension interculturelle importante, Cathy Sablé a également insisté sur la pédagogie différenciée à mettre en œuvre dans ce type de contexte. Il s’agit de faire preuve d’une grande disponibilité pour connaitre les étudiants et les accompagner presque individuellement dans leur progression.

Pour se tenir au courant des offres pour ce type de postes, consulter le site de l’Union des professeurs de langues étrangères des grandes écoles et de l’enseignement supérieur (UPLEGESS), www.uplegess.org


Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Une réflexion sur « Etre formateur FLE en école d’ingénieurs »

  1. Merci, Laure, pour cette suggestion d’enseigner auprès du public des écoles d’ingénieurs. J’ai ajouté, sous forme d’article, un lien vers une synthèse sur la différenciation pédagogique pour une meilleure visibilité dans la mesure où ce sujet me semble pouvoir intéresser beaucoup d’entre nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *