Une entrée copieuse pour rassasier ma curiosité (II)

FORUM AFS Vivre, apprendre et innover ensemble

Le plat principal de la journée était annoncé pour l’après-midi : les ateliers. Juste après la copieuse entrée et le déjeuner organisé par la start-up Meet My Mama (des femmes au foyer issues des migrations ou réfugiées).

À 14h00, rendez-vous dans l’auditorium pour l’atelier Mobilité internationale : un moyen pour s’ouvrir à la citoyenneté mondiale, animé par Sébastien Thierry, directeur adjoint de l’agence Erasmus + France. Lors de l’atelier, des anecdotes, des expériences et des réflexions autour des points du guide des compétences transversales AKI (Acquis de la Mobilité Internationale) : l’ouverture d’esprit, l’adaptation au changement, la confiance en soi, le sens des relations interpersonnelles et le sens des responsabilités. De ces échanges, j’ai retenu ce que les expériences à l’étranger avaient permis de développer: la capacité à comprendre ce que l’autre veut dire, ce qu’il est en train de dire et ce qu’il a dans son cerveau et n’a pas dit. Ce dernier point m’a fait penser à l’écoute ‘avec nom de famille’ (cette écoute attentive que mobilise le chercheur dans les dialogues, dans les entretiens, dans ses observations). Et de ces récits de brassages culturels, on est passés au plurilinguisme.

Le second atelier de cet après-midi, Le plurilinguisme, une richesse dans la classe était animé par Mercè Bernaus, Professeure émérite de l’Université de Barcelone et Martine Kervran, Maître de conférence en Didactique des langues de l’Université de Bretagne Occidentale. Ces deux professeures ont une grande expérience de coordination de projets et de recherches sur le plurilinguisme et le pluriculturalisme. Leur objectif n’était pas de nous faire théoriser là-dessus, mais de nous proposer des activités à mettre en place afin de sensibiliser les élèves au plurilinguisme. Chacun a pu mettre en valeur sa ou ses langue.s et réfléchir sur la manière dont on apprend et enseigne les langues étrangères. Vers la fin de l’atelier, on s’accordait sur le fait que l’erreur majeure était de penser que pour apprendre la langue de l’école il faut gommer les autres langues parlées.

Ce plat principal m’a invitée à lire les ouvrages des deux spécialistes et leurs expériences dans les salles de classe. Même si ce n’est pas le sujet de ma recherche, les discussions sur l’intercompréhension et le plurilinguisme m’interpellent et en bonne gourmande, je vais essayer de rassasier ma curiosité dès que possible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *