Doctorat : toutes les issues sont-elles fondamentalement bouch(onn)ées ?

Je me suis rendue au forum CIFRE 2017, organisé en vue de présenter le dispositif de la Convention Industrielle de Formation par la Recherche, créé voilà 35 ans. Toutes les informations sont là : http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/accueil.jsp#.WNK9NIWRsns

Le présentateur nous explique qu’il s’agit d’un partenariat entre le doctorant qui développe une bi-culturalité, un double encadrement, de bonnes conditions de travail et de recherche ainsi qu’une employabilité reconnue ; le laboratoire, qui offre des conditions de travail optimales pour les doctorants, confronte ses axes stratégiques de recherche avec les besoins des entreprises et se dote d’un potentiel de transfert ; et enfin l’entreprise, qui se dote d’une ressource humaine performante (le doctorant), accède aux ressources et aux compétences scientifiques du laboratoire public partenaire pour obtenir des résultats de hauts niveau et enfin sécurise le temps consacré à la recherche et au développement.

Dans ce dispositif, l’entreprise reçoit 14000 euros / an de subvention, pendant 3 ans. Elle bénéficie aussi du crédit impôt recherche (CIR) : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23533 car il faut savoir que « les entreprises qui engagent des dépenses de recherche fondamentale et de développement expérimental peuvent bénéficier du CIR en les déduisant de leur impôt sous certaines conditions. » Pour synthétiser, l’entreprise reçoit une subvention publique et déduit les dépenses supplémentaires de ses impôts. Cela ne lui coûte donc rien, l’Etat prend tout en charge. Il a été question de la confidentialité des résultats : sont-ils la propriété du laboratoire d’accueil ou de l’entreprise subventionnée qui subventionne le doctorant ? Il a été répondu qu’une négociation initiale entre les parties devait être menée.

Ce jour-là, une ancienne doctorante, maintenant docteure, nous présente le projet qu’elle a mis en bouteille et la recherche qu’elle a menée, en partenariat avec un laboratoire et une entreprise. Il s’est agi, pour elle, de fabriquer un bouchon en fleur de liège. La recherche de 3 ans a permis d’aboutir à « un procédé qui évite le goût de bouchon » que l’on retrouve parfois dans le vin. Le liège du bouchon a maintenant « une odeur toastée, vanillée ». Les amateurs de grands crus peuvent enfin dormir tranquilles : ils pourront désormais avoir la certitude de ne pas tomber sur un vin bouchonné ! La recherche avance ! Le directeur de l’école doctorale, lors de sa présentation, nous l’avait bien dit : l’Etat préfère investir dans la recherche contre le cancer (et les vins bouchonnés) plutôt qu’en didactique des langues. Nous avions dû le comprendre. Nous comprenons mieux après une petite recherche fondamentale et en lisant ceci : « Ce problème (…) entraîne des pertes financières annuelles importantes, estimées à 540 millions d’euros pour 2004. Cet écart entre une qualité attendue (un bouchage neutre du point de vue organoleptique) et une qualité obtenue (10 % de « rebuts ») laisse la place à l’innovation et aux nouveaux systèmes de bouchage : bouchons synthétiques, capsules à vis, bouchon de verre, etc dont on est en droit d’attendre une performance technique supérieure. » sur cela : https://fr.wikipedia.org/wiki/Go%C3%BBt_de_bouchon

Allez, à la bonne vôtre ! Quand le vin est tiré, il faut bien le boire ! Même s’il est bouchonné ? Même s’il est quoi ? Les questions sont (dé)posées.

crédit photo : http://blogue.saq.com/tchin-tchin/quest-ce-quun-vin-bouchonne/


Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *