Du manuel et de la réalité

En tant qu’étudiants en didactique des langues, nous avons tendance à nous méfier du manuel de FLE . S’il est certes très utile, nous avons appris à nous en détacher et à créer nos propres contenus et activités. Inconsciemment, il nous arrive de porter un regard désapprobateur sur l’enseignant qui l’emploie telle une bible et ne s’en sépare jamais. Du moins, je le faisais.

Me voilà à présent dans les camps de réfugiés sahraouis, où les enseignants de français ne maîtrisent pas la langue mais doivent l’enseigner aux apprenants. Certains enseignent depuis 4 ans, mais ont à peine un niveau B1.  Un cas plutôt fréquent en FLE dans les régions les plus défavorisées.  Le manuel est devenu un bouclier pour eux, il permet de surmonter l’insécurité linguistique, de garder la face. Mais comment utiliser un manuel qui parle d’une réalité lointaine ?

Ici, nous sommes en plein désert. De la conception du temps à l’organisation de la journée, la réalité est différente de celle qui est présentée dans les manuels en général. Comment faire un cours sur les loisirs quand les seules activités dépendent de la débrouillardise des habitants ? Le monde présenté dans ces manuels ne correspond pas à celle de la vie quotidienne des Sahraouis et ne répond pas à leurs besoins langagiers. Alors oui, l’enseignant peut faire une sélection, car évidemment ils existent des points commun à toute expérience humaine. Néanmoins, c’est tout un pan de leur vie, de leurs coutumes qui est ignoré.

Et voilà le dilemme dans lequel se trouvent les formateurs de français ( francophones ) – faut-il créer un manuel qui reflète la réalité du terrain au détriment de la créativité et l’investissement personnel des enseignants sur place ?

Qu’en pensez-vous ?


Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

11 réflexions au sujet de « Du manuel et de la réalité »

  1. Merci pour ton billet Beya ! Il se termine sur une question dont voici ma réponse.
    En tant qu’enseignante – native – de français, j’ai rapidement choisi de ne pas utiliser de manuel. Les sujets traités, la façon de les traiter, les exercices d’application d’une règle de grammaire, etc… me semblaient ne pas répondre aux besoins des apprenants mais des enseignants. Car si j’étais amenée à enseigner l’espagnol, avec mon insécurité linguistique d’hispanisante de niveau A2-B1, je me précipiterai sur un manuel, cela me semble assez évident.
    La question de savoir s’il faut ou non enseigner les loisirs à des réfugiés est une question qui rejoint celle de savoir s’il faut parler du père noël à des enfants qui ne recevront pas de cadeaux à noël. Le père noël fait partie de la culture française, et ne pas en parler c’est priver les apprenants de la connaissance d’une tradition bien vivante en France. Alors, le père noël ? On en parle ou on n’en parle pas ?

    1. Merci pour ton commentaire ! Je ne partage pas ton avis, se poser la question pour les loisirs ne revient pas à remettre en cause l’existence du Père Noël en tant que composante de la culture française, parce qu’ils sont réfugiés. Les loisirs en tant qu’aspect culturel, je dis oui. Les loisirs pour travailler des points pragmatiques et socioculturels, je me pose des questions. Imagine un manuel, un cours, où on ne fait jamais référence à la vie dans les camps : le rituel du thé, la haima (tente sahraouie), le paysage désertique, la melfa et le dra… Si la langue étrangère ne me permet pas d’exprimer mon identité un minimum, je trouverais cela aliénant. Ma question concerne le paradigme central sur lequel sont fixés les contenus. Si l’on part de leur réalité et qu’on l’ouvre à d’autres, c’est parfait. Si l’on part de la réalité d’un enfant européen par exemple, en les forçant à se construire autour de cette réalité, je crois que ce n’est pas bénéfique : on les rend encore plus captifs qu’ils ne le sont déjà politiquement.

      1. Merci pour ta réponse ! Je n’ai pas dit que cela revenait à remettre en question l’existence du père noël. Je n’ai, même, pas parler de son existence. Je faisais simplement un lien avec une tout autre situation que celle que tu évoques : celle des enfants qui arrivent de l’étranger et qui sont scolarisés en France, dans une école publique. Le père noël, ils ne connaissent pas. Le père noël, il ne fait peut-être même pas partie de ma culture, mais il est omniprésent en décembre. Du père noël, on raconte qu’il apporte des cadeaux. Cette seule information suffit à créer une espérance de recevoir des cadeaux. Or le père noël, il n’apporte pas de cadeaux. Et eux, ils n’en recevront pas du père noël, et parfois, pas du tout. Donc le père noël, je leur en parle ou pas ? Je leur en parle et je leur dit que c’est un gros mensonge ? Je leur en parle comme on en parle aux enfants de France ? Je leur en parle en les mettant, eux, dans le secret ?
        La question de l’utilisation du manuel dans ce cas – qui est le mien – ne se pose pas puisque je n’ai pas le problème de l’insécurité linguistique dont tu parlais et que je n’en utilise pas.
        Pour ce qui te concerne, il me semble que tout dépend de l’usage qu’ils vont faire du français : vont-ils l’utiliser seulement dans le camp ou en France ? Il me semble qu’il est possible de leur présenter un loisir qui ne fait pas partie de leur environnement immédiat, mais qu’il est préférable de les faire parler sur ce qu’ils vivent.

        1. Quand je parle d’existence, je parle de sa présence dans les contenus d’enseignement… Voilà un jeu de mot passé à la trappe. Je n’ai pas l’expérience pour affirmer que l’évocation du père noël crée l’espoir de recevoir des cadeaux, mais je veux bien croire que c’est en effet le cas pour certains enfants. Je ne remets pas en cause non plus l’enseignement des loisirs Magali, au contraire. Je dis simplement que si on les présente comme faisant partie de la réalité des enfants, on a tort. Je dis que le problème c’est de faire dire aux enfants  » le lundi j’ai piscine, le mardi je fais de l’équitation… » alors que ce n’est pas vrai. Par contre, si on les enseigne comme  » Nicolas a équitation le lundi ou « En France, les enfants vont à la piscine le mercredi… » alors là oui, c’est un aspect culturel. L’usage qui est fait du français est variable. S’il est vrai que sa maîtrise est essentielle s’ils veulent continuer leur études en Algérie ( il n’y a pas de lycées dans les camps ), dans l’immédiat c’est surtout la curiosité intellectuelle qui l’emporte.

          1. Ah oui, en te relisant je m’aperçois du jeu de mot… très fin ! Oups. Pour en revenir à ton sujet et à ta question, je suis d’accord avec toi : oui, il faut partir d’eux. Pour repasser par le père noël, c’était une vraie question (qui s’éloignait un peu de la tienne) : il existe, c’est un fait, mais il n’existe pas, c’en est un autre. Mais s’il n’existe plus, alors ce n’est plus le père noël. C’est une vraie question parce qu’à ces enfants, même si je leur explique bien que c’est une histoire, qu’il n’existe pas, ils espèrent, malgré tout… et ils sont systématiquement déçus de ne pas avoir reçu de cadeaux. Qu’est-ce alors que ce contenu « culturel » ? Un énoncé performatif qui ne l’est pas ? Comment le présenter ? Voilà. J’ajoute qu’il est frustrant de communiquer par écrit.

  2. Bonjour !

    Ton billet m’a beaucoup intéressée et je comprends tout à fait la position à laquelle tu fais face.
    Je ne pensais pas être contre l’utilisation du manuel avant mon entrée dans l’étude de la didactique du FLE. Pour dire vrai, j’ai eu une enseignant d’anglais langue étrangère en primaire et collège, que j’apprécie énormément mais celle-ci suivait « religieusement » le manuel comme tu dis. En effet, nous faisions tous les exercices et activités du chapitres (principalement des tâches écrites), ce qui nous ennuyait beaucoup, surtout lorsqu’il s’agit d’exercices de grammaire répétitifs. Cependant, lorsque j’ai changé d’enseignant, cela m’a beaucoup frustré que ce nouvel enseignant ne suive pas le manuel. Après quatre avec la même enseignante, j’avais été marquée et modélisée dans un type d’apprentissage particulier duquel il a été très difficile de m’en sortir et de m’épanouir dans une nouvelle méthode. Avec un regard didactique, que j’ai pu acquérir lors de mes cinq dernières années de didactique de FLE, j’ai appris, moi aussi, à rejeter l’utilisation du manuel même si je parviens, maintenant seulement, à le considérer comme l’outil pédagogique et didactique qu’il est.

    Merci pour ton billet et bonne continuation !

    1. Bonjour Priscilla,

      Je te remercie pour ce commentaire. Je n’avais pas du tout pris en compte la perspective des apprenants en l’écrivant et c’est vrai que si les enseignants l’emploient aussi régulièrement, le manuel a dû aussi modéliser l’apprentissage des élèves. Le proscrire du jour au lendemain serait une erreur par exemple car il perturberait le processus d’acquisition des apprenants, habitués à un format particulier.

      Merci d’avoir engagé ma réflexion sur cette piste.

  3. Bonjour Beya,

    il me semble que les deux propositions ne sont pas incompatibles ! Il serait possible d’avoir recours à un manuel reflétant les réalités du terrain tout en laissant une place à la créativité des enseignants. Imaginons par exemple, que les enseignants s’appuient les trois quarts du temps le manuel afin de ne pas être en difficulté devant leur public mais que le dernier quart soit consacré à des activités et des exercices inventés par leurs soins.
    Penses-tu que cela puisse être envisageable ?
    Bon séjour !

    1. Bonjour Justine,

      Pour ce faire, il faudrait que les enseignants eux-mêmes participent à la création de ce manuel. J’aime beaucoup cette idée, car qui mieux que des Sahraouis pourraient décrire la réalité de l’exil et de la vie de camps. Je te remercie infiniment pour cette piste que tu m’ouvres et j’essaierai de te tenir au courant de mes avancées .

      A bientôt !

  4. Bonjour Beya,

    Tout d’abord, je voudrais te remercier pour ce billet qui a piqué ma curiosité!
    C’est bien difficile d’enseigner le français en s’appuyant à un manuel qui reflète, comme tu as dit, « une réalité lointaine ». A mon avis, c’est impossible… ou, ça peut être faisable, mais dans ce cas-là, les apprenants ne progressent pas. Je me suis retrouvée dans une telle situation et j’ai opté pour mon investissement personnel afin de répondre à leurs besoins malgré le manuel et le programme prescrits… C’est dur de se confronter à une telle réalité surtout quand on est débutant et inexpérimenté. En dépit de tout, on apprend beaucoup et ça vaut le coup!
    En ce qui concerne ta question, je pense qu’un manuel n’étouffe pas la créativité et l’investissement de l’enseignant. Autrement dit, si l’enseignant se sert d’un manuel, il peut bien être créatif et s’investir en classe. Le manuel est un outil qui doit être envisagé de manière critique. Exploiter tout ce qui est bien, modifier le contenu, s’en inspirer… Ce qui est dangereux, c’est de lui rester fidèle.
    Enfin, est-ce que tu peux ajouter encore quelques mots sur ton expérience dans ces camps ? Je suis très intéressée d’apprendre !
    Bon courage et bonne continuation !

    1. Merci Marija pour ton commentaire. Et bien, dans le cas présent, il étouffe la créativité car la culture éducative dans les camps laisse peu de place à l’imagination, du moins de ce que j’ai pu observer avec les enseignants de français. La plupart des enseignants qui ont des lacunes utilise le manuel religieusement. En théorie le manuel est un outil, en pratique, il pallie au manque de formation. Néanmoins, ton commentaire m’est précieux car je peux tenter de faire comprendre qu’il s’agit d’un appui et développer ainsi la créativité des enseignants lors de mon programme de formation de formateurs.

      Pour les apprenants, j’ai un tout autre avis. Je me souviens que j’adorais feuilleter mon manuel d’anglais quand j’étais au collège et au lycée. Il me permettait de revenir sur les points vus en cours et renforcer ma maîtrise linguistique. C’est pourquoi ma question est en réalité un dilemme.

      Quant à mon expérience dans les camps, j’en parlerai dans de prochains billets, ma connexion internet étant intermittente. Si tu souhaites en savoir plus, n’hésite pas à me contacter directement par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *