L’enseignement du français dans le Sud de l’Algérie. Du jeu théâtral à la production écrite

Soutenance de thèse de Mme Narimane OUBAH

le 10 mars 2017
à 14h00

Doctorat Didactique des langues et des cultures

à l’adresse suivante :
 Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle Claude Simon – 4, rue des Irlandais 75005 Paris

La soutenance est publique.

Titre des travaux : L’enseignement du français dans le Sud de l’Algérie. Du jeu théâtral à la production écrite dans une classe 2ème année de lycée à partir de Caligula d’Albert Camus

Ecole doctorale :

Langage et langues: description, théorisation, transmission

Section CNU :
 07 – Sciences du langage : linguistique et phonétique générales

Equipe de recherche : 
DILTEC – Didactique des langues, des textes et des cultures – EA 2288

Directeur : Monsieur Daniel DELBREIL
Codirectrice : Madame Marie-Emmanuelle PLAGNOL

Membres du jury :

Mme Christiane ACHOUR :
Professeur émérite – Université Cergy-Pontoise
M. Daniel DELBREIL :
Professeur émérite – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Mme Marie-José FOURTANIER : 
Professeur émérite – Université Toulouse Jean-Jaurès

M. Serge MARTIN:
Professeur des Universités – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Mme Marie-Emmanuelle PLAGNOL :
Professeur des Universités – Université Créteil

http://www.univ-paris3.fr/soutenance-de-these-de-mme-narimane-oubah-427623.kjsp?RH=ACCUEIL


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

3 réflexions sur « L’enseignement du français dans le Sud de l’Algérie. Du jeu théâtral à la production écrite »

  1. Effectivement, il existe des difficultés historiques sociales et géo-linguistiques. Cependant, je crois qu’elles ne doivent pas être un obstacle à l’apprentissage du français. La langue est un instrument qu’il faut apprendre pour s’enrichir et s’en servir si besoin est, pas un élément qui doit rappeler aux gens à chaque ce qu’ils ont vécu à une certaine époque.

  2. Je ferai l’impossible pour venir assister à cette soutenance de thèse. Tout ce qui a attrait à l’enseignement du français en Algérie m’intéresse. Les gens, en Algérie, aiment cette langue. Ils ont un rapport particulier avec elle. Tout le monde souhaite la maîtriser à la perfection. Parler le français en Algérie est un signe de prestige et de promotion sociale. Néanmoins, les moyens humains et matériels nécessaires pour apprendre le français ne sont pas disponibles. J’espère que les recherches qui se font en France vont contribuer à améliorer les modalités d’enseignement de cette langue chez un publique qui aspire à la parler comme les natifs.

    1. Mais Tassadit, votre engouement ne doit pas cacher les grandes difficultés à la fois historiques, sociales et géo-linguistiques : la thèse soulève quelques-uns de ce problèmes sans toutefois vraiment y répondre mais je sais que c’est très difficile… Ceci dit, il faut de l’enthousiasme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *