8 mars, soutenance de thèse : L’’intercompréhension entre langues distantes

Dorothée Ayer a le plaisir de vous annoncer la soutenance de sa thèse qui aura lieu le mercredi 8 mars 2017, à la Maison de la recherche (4, rue des Irlandais), salle Athéna à 14h.

Titre de la thèse : L’’intercompréhension entre langues distantes : quelles pratiques ? quelle formation ? Le cas d’une Haute école spécialisée bilingue en Suisse

Sous la direction de Mme Valérie Spaëth.

Membres du jury :
M. Jean-Louis CHISS : Professeur des Universités – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

M. Laurent GAJO :  Professeur des Universités – Université de Genève
Mme Marinette MATTHEY :  Professeur des Universités – Université de Grenoble
Mme Valérie SPAETH : Professeur des Universités – Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Mme Patricia VON MUNCHOW : Professeur des Universités – Université Paris Descartes

Résumé

Ce travail doctoral s’intéresse à la pratique de l’intercompréhension dans un contexte officiellement bilingue, à savoir une Haute école spécialisée en Suisse. Les langues utilisées dans les échanges entre membres de l’école (enseignants, étudiants, employés) sont l’allemand et le français, selon le principe du « chacun parle sa langue », calqué sur les pratiques de l’administration fédérale suisse. Les langues en présence sont distantes, par opposition aux langues proches ou voisines. Ce mode de communication nécessite de la part des participants des compétences réceptives dans la langue partenaire ainsi que des compétences communicationnelles pour interagir dans un contexte bilingue. Cette étude se donne comme objectif de comprendre comment les participants à une réunion bilingue choisissent la/les langue(s) pour communiquer. Des réunions de cette école ont été enregistrées de manière à observer la répartition de l’utilisation des langues en contexte de communication professionnelle. Ce corpus de réunions a été complété par des entretiens semi-directifs, menés auprès de membres de l’école. Comme l’institution encourage le bilinguisme des étudiants, la communication bilingue fait également l’objet d’un enseignement dans le cadre d’un cours de langue bilingue, réunissant des étudiants francophones et germanophones. À l’inverse de la pratique de l’intercompréhension, les apprenants s’expriment dans la langue cible. La portée de ce cours observé sur trois années, a été étudiée grâce aux documents de cours, à des enregistrements effectués par les étudiants et les textes réflexifs de ceux-ci.

Afin d’assurer le succès de la communication dans ce contexte bilingue, les interlocuteurs, natifs et non-natifs, adaptent leur discours et mettent en place des stratégies, tout en puisant dans leur répertoire plurilingue, que ce soit en contexte professionnel ou en contexte d’apprentissage.


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *