Soyons donc sympathiques avec nos élèves

Une étude menée  en Finlande sur 10 ans a montré que l’empathie du professeur joue un rôle dans la réussite scolaire de l’élève. De 2006 à 2016, des chercheurs ont suivi le parcours de plusieurs milliers d’apprenants  ainsi que l’échange interactionnel établi entre chez ces derniers et leurs professeurs. Les résultats de cette enquête ont permis de savoir que l’attitude positive que manifestent les enseignants à l’égard de leurs élèves agit de façon favorable sur leurs performances.

Selon cette étude, l’empathie donne de meilleurs résultats que les moyens pédagogiques déployés ou la taille de classe. Et cela pace qu’elle redonner à l’élève la confiance en soi et la valorisation de ses capacités.  En ayant confiance en soi, l’acquisition des apprentissages devient un processus aisé.

D’après les chercheurs de cette étude, l’import              ance accordée à l’empathie dans les sciences de l’éducation est minime. Ils espèrent qu’à l’avenir les spécialistes de l’éducation prendront en compte la sensibilité des enfants et ce que leur peut apporter la sympathie des enseignants. Il faut dire que les élèves n’apprécient pas les phrases assassines telles que « toi, tu es un vrai incapable » « toi tu ne vas jamais réussir » « tes réponses sont bêtes ». Les phrases de ce genre font fuir les élèves et les empêchent de se motiver pour mener à bout leur projet d’apprentissage. De même pour les situations humiliantes, ils représentent un frein pour la progression des élèves.

Ces chercheurs ont également remarqué que du côté des professeurs, il est parfois difficile de faire preuve de sympathie. Pour ces professeurs, exercer une autorité face aux élèves est indispensable afin d’assoir une ambiance propice au travail. Les chercheurs de l’étude en question avancent une autre raison pour l’autorité que montrent les enseignants devant les élèves. Ce sont des phénomènes psychologiques comme la dépression ou la mal être qui poussent les enseignant à agir e cette manière devant leurs élèves selon eux. Ils citent, d’ailleurs, les mauvais états dans lesquels tombent les enseignants ainsi que leur hospitalisation afin d’illustrer cette situation.

Enfin, la rigidité de l’école et les rapports de dominés et de dominants qu’elle essaye d’instaurer sont en partie responsable de l’autorité qu’exerce les professeurs à l’égard du public apprenant.

Alors en tant qu’enseignante de FLE, j’essairai d’appliquer ce que préconise les chercheurs de cette étude. Mais, il existe des situations où une certaines autorité est nécessaire. Pas excessive bien entendu.

Ceci est un résumé d’un article en anglais :

Voici le lien vers cet article :

http://www.uef.fi/en/-/opettajan-lamminhenkisyys-kasvattaa-lasten-oppimismotivaatiota


Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L’ENS , Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

6 réflexions sur « Soyons donc sympathiques avec nos élèves »

  1. Très intéressant ton billet, Tassadit. Cela me rappelle une séance à l’IUFM quand j’ai commencé à enseigner, où l’on nous avait appris à utiliser le sourire en classe.

  2. Très intéressant le sujet de ton billet Tassadit. En effet, ceci m’a fait penser au « filtre affectif » que Krashen (1981) a présenté. Il explique que quand nous sommes dans un état d’anxiété, nous ne pouvons pas nous concentrer à évaluer les bénéfices qu’une expérience d’apprentissage peut avoir dans notre avenir. Quand nous sommes dans une ambiance de classe détendue, le filtre affectif va fonctionner comme une espèce de fenêtre, si on peut se permettre de le nommer de cette manière, qui permettra le bon déroulement du processus d’apprentissage. Si l’expérience de classe est motivante et ne représente pas de motif de stress, la fenêtre sera ouverte à l’apprentissage ; dans le cas contraire, le filtre affectif, ou fenêtre, sera un obstacle qui ne permettra la réussite de l’apprenant.
    Pour plus d’information sur le filtre affectif et la motivation en classe: http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2004.blythman_t&part=88603

  3. Bonjour Tassadit,

    Merci pour ce billet dont le sujet est très intéressant et qui relève beaucoup de questions pour les enseignants.
    Moi, je suis tout à fait d’accord avec les auteurs de cet article. En tant qu’enseignante qui a travaillé avec une minorité très défavorisée, j’ai bien compris qu’une attitude positive envers ces élèves leur donnaient envie de progresser. Les valoriser, les comprendre et les soutenir, cela leur donne la confiance en eux-mêmes et les encourage.
    En ce qui concerne l’autorité dont Mohamed parle, moi, je trouve qu’on peut bien être en même temps « autoritaire » et valoriser la personnalité et la liberté de chaque élève. Un bon enseignant, c’est celui qui est capable d’exercer l’autorité « invisible », savoir se faire respecter par les élèves en leur étant très proche et à l’écoute. Évidemment, cette posture d’enseignant n’est pas facile à tenir. Instiller la peur, être dur avec les élèves, selon moi, c’est contre-productif. En plus, parfois les enseignants ne se rendent pas compte des effets de leurs propos sur les élèves. Moi, je m’en souviens encore…

  4. Bonjour,

    Ton article est très utile et cette étude est vraiment intéressante. L’enseignant a un rôle très éfficace par ses comportements et ses paroles avec ses apprenants. Selon des articles que j’ai déjà lus et quelques cours que j’ai déjà suivis autour le sujet « messages et ses effets dans la communication » les messages négatifs influencent directement les enfants. Comme tu as déjà cité que :  »les élèves n’apprécient pas les phrases assassines » j’ajoute que lorsqu’ un enseignant dit à son élevé « toi, tu ne comprends jamais » cet élève se dira toujours « moi, je ne comprend pas.. Moi, je n’ai pas compris » même s’il a compris, car simplement ces messages négatifs de l’enseignant causent l’enfant à perdre la confiance en lui-même. En plus, l’enseignant doit être patient avec ses élèves car c’est lui qui est leur guide.

    Je me demande ici, si un enseignant n’est pas sympathique par nature avec ses élèves, ets-ce qu’il peut apprendre l’empathie ? Ou, on peut-on l’enseigner l’empathie ?

    C’est une question que je me pose depuis longtemps et aujourd’hui quand j’ai lu ton article j’ai aimé la partager avec toi et avec nos camarades, peut être il y a une réponse.

    Merci de partager cet article. Bonne continuation !
    Rana

  5. Merci beaucoup pour le compte rendu
    Sinon manifester de l’empathie face aux apprenants demande un vrai travail sur soi surtout pour nous qui sommes les enfants de l’école « à la dure ». Les enseignants étaient des demi dieux et notre rapport avec eux influait beaucoup sur nos résultats et sur nos comportements. Par ailleurs, depuis des décennies, les études se succèdent pour mettre l’enfant à la place de tout, même dans la famille à tel point que certains parents font appel à des spécialistes et des nounous pour leur apprendre leur progéniture. Moi je pense que cette quête de liberté pour chacun nuit beaucoup au respect des règles de base de la vie en société. Oui pour motiver les élèves et rendre l’école agréable mais créer une école où l’élève est l’ami, le confident, le partenaire de jeu de l’enseignant est contre productif. Il faut maintenir une distance entre l’enseignant et l’élève pour que l’autorité de l’enseignant s’exerce naturellement. Je dis bien autorité et non harcèlement et pression.
    med

    1. Merci, Mohamed, de partager tes réactions. Il me semble que Tassadit n’invite pas à une quelconque relation amicale avec les apprenants, mais plutôt à de la bienveillance qui fait encore parfois / souvent défaut dans cette relation. Par ailleurs, tu sembles rejeter une trop grande proximité avec tes élèves, proximité qui semble te menacer et menacer ton statut, mais il me semble que cette proximité ne conduit pas à cette crise de l’autorité dont tu parles. Il me semble aussi que tu pourrais dire ce que tu entends par « autorité », « liberté » (possibilité de « faire tout ce que tu veux » ?) et sur la fin que poursuit l’éducation. Enfin, je ne doute pas un seul instant que l’on puisse aller beaucoup plus loin (avec les apprenants) dans une relation qui ne se base pas sur des rapports de domination, qui plus est avec des enfants, qui sont reconnus comme de « petites » personnes dont il me semble être honnête de respecter la dignité. La « liberté » (celle qui n’est pas la possibilité de « faire tout ce que tu veux ») devrait pouvoir s’apprendre, se pratiquer, se construire à l’école, mais jusqu’à présent, on n’a pas encore réussi à y former les jeunes humains. Sinon, on aurait résolu ce problème : comment enseigner la liberté en captivité (?).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *