la conférence FOS, Le 18 janvier 2017

Je voudrais partager avec vous les idées principales d’une conférence que j’ai assistée en janvier. Cette conférence s’articule sur le français sur objectif spécifique (FOS). Il s’intitule « le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution ».

La conférence était exposée par JEAN-MARC MANGIANTE. Titulaire de professeur de l’université d’Artois, ce Monsieur se spécialise dans l’analyse de discours spécialisés et la didactique du français sur objectif spécifique et universitaire. La conférence a eu lieu dans une bonne ambiance, après l’introduction du thème à aborder et le chercher à exposer de Mme. Cavalla, le professeur nous a présenté ses recherches sur le FOS.

Le FOS est apparu en réponse aux besoins spécifiques des gens qui vivent dans un monde où la mobilité manifeste importante sans précédent. Les gens se déplacent davantage dans les pays différents, les étudiantes visent à suivre leur étude partout dans le monde. Le besoin de communiquer ou de réaliser des tâches s’accroit dans la vie professionnel et universitaire. Le français est une langue largement partagée par le monde, et les gens travaillant ou étudiant dans les pays francophones font face souvent au besoin de l’apprendre. Les apprenants de français ici n’apprennent plus le français avec n’importe quel objectif. En revanche, ils portent souvent un objectif très précis, soit professionnelle, soit universitaire. S’inscrivant dans cette situation, le développement de la didactique du FOS s’avère plus urgent que tous les moments dans l’histoire.

Comment concevoir la didactique du FOS? Avec quelle démarche?

Le professeur propose de suivre cette procédure: identifier tout d’abord la demande de formation, puis analyser les besoins des apprenants, une fois les besoins repérés, collecter des données sur le terrain afin de les analyser pour créer des séquences didactiques. Prenons une entreprise comme exemple, pour créer des cours de FOS pour les effectifs d’une entreprise, il faut en premier temps construire une équipe des didacticiens. Cette équipe doit travailler en collaboration avec l’entreprise afin d’identifier des besoins et de recueillir des données à analyser. Lors de cette démarche, plusieurs méthodes peuvent être mobilisées: l’entretien, le questionnaire, etc. Même les différents postes seront pris en compte pour préciser les besoins d’apprentissage. Les données peuvent être plus largement les connaissances du secteur de l’entreprise mais aussi plus étroitement les documents internes de l’entreprise. Tout constitue un corpus qui permettrait de dégager des connaissances linguistiques et professionnelles, autour desquelles, les séquences pédagogiques seront élaborées.

Cette présentation des démarches pour construire la didactique du FOS m’a bien impressionné et m’a amené à réfléchir sur le statut du FOS en Chine et la démarche employée par les didacticiens chinois dans les universités. Grâce au bon avancement des relations sino-françaises, les Universités chinoises lancent beaucoup de programmes collaboratifs avec les universités françaises. Les étudiants chinois bénéficiant des programmes pourraient avoir l’opportunité de poursuivre leur étude en France. Avant de les envoyer en France, les universités chinois ont tendance à les former en langue française. Mais les cours sont toujours de cours élaborés dans le cadre du français langue étrangère ou du français général. Cela ne permet pas une appropriation efficiente dans un domaine donné et les étudiants rencontrent toujours des problèmes lorsqu’ils entrent en France.

Une professeure de français en Chine a constaté dans son article que le FOS en Chine se caractérise toujours par la juxtaposition du cours de français général avec le cours de spécialité. Les deux sont étanches de l’un à l’autre ( Yan XU, 2008 ). Avec cet aménagement, les étudiants chinois doivent mobiliser deux activités cognitives différentes et doubler leur effort lors de leur apprentissage. Non seulement les universités, les entreprises chinoises ont aussi cette vision de juxtaposer l’enseignement du français général en dehors du travail pour créer des personnes en langue française. Par exemple, l’entreprise étatique que j’ai travaillé pour trois ans.

Cette conférence me permet de bien comprendre ce qu’est une vraie didactique du FOS et de reconnaître les carences présentes en Chine afin d’approcher un jour la didactique du FOS en Chine vers le modèle français.

Bibliographie:

▪ Jean-Marc MANGIANTE. (s. d.). Consulté 19 février 2017, à l’adresse http://grammatica.univ-artois.fr/Equipe/Membres-permanents/Jean-Marc-MANGIANTE

▪ Jean-Marc MANGIANTE. La conférence le 18 janvier 2017 à l’Université de Sorbonne Nouvelle,«Le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution».

▪ Yan XU, 2008. L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours in Synergies Chine n°3, p107-116, l’accès en ligne: https://gerflint.fr/Base/Chine3/xu.pdf


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

5 réflexions sur « la conférence FOS, Le 18 janvier 2017 »

  1. Bonsoir !

    Ton compte-rendu a soulevé plusieurs questions en moi ! Tout d’abord, tu dis :  » Les apprenants de français ici n’apprennent plus le français avec n’importe quel objectif », ce que je comprends, bien sûr, comme étant une distinction avec ‘apprendre le français afin de l’utiliser dans un domaine précis et donc apprendre des aspects de la langue qui facilite l’accès au domaine dans la langue étrangère’.

    Cependant, je me suis demandée si les apprenants de FLE, que nous avons en classe, ont vraiment « n’importe quel objectif » en tête. Certes, il doit y avoir un objectif académique, puisqu’ils veulent généralement valider une matière, et on pourrait même dire qu’il y a « obligation académique » puisqu’ils sont obligés généralement de prendre un cours de langue étrangère. Cependant, il y a généralement un éventail de choix de langues à étudier, donc comment expliquer ce choix sans parler d’un objectif spécifique qui serait lié à la décision de choisir telle langue plutôt qu’une autre ? Je pense que la notion de « langue à objectif spécifique » est une notion délicate et assez difficile à délimiter mais que tout apprenant choisissant d’étudier une langue a un objectif en tête, même si cet objectif est personnel (comme voyager, communiquer avec un membre éloigné de la famille, etc.). Je comprends toutefois que, dans ce cas, le groupe d’apprenants peut ne pas détenir le même objectif.

    Je me demandais aussi si, lors de cette journée, les participants ont évoqué le questionnement autour de la nécessité ou non de choisir des enseignants de FOS étant des professionnels dans le domaine spécifique des apprenants et pas seulement des enseignants de français qui s’adaptent aux domaines en faisant des recherches sur ces derniers et qui doivent donc apprendre le contenu pour pouvoir effectuer un équivalent dans la langue cible ?Ayant étudié, pour un cours, l’anglais à objectif spécifique (ESP), je sais qu’il s’agit d’une question qui est posée dans la recherche en ESP mais je ne sais pas si c’est le cas pour le FOS?

    Passe une bonne soirée !

    1. Je te remercie tout d’abord pour ton commentaire qui me parait très intéressant. En ce qui concerne ma phrase « les apprenants qui n’apprennent plus le français avec n’importe quel objectif », tu as compris ce que je voulais m’exprimer: les apprenants n’ont pas un objectif commun. Bien sûr, je ne nie pas que les apprenants dans la classe FLE ont plus ou moins un objectif académique. Mais ce n’est pas le cas pour tous les apprenants de FLE. Je me souviens ce que Madame Spaeth a précisé sur le CECR lors du cours de méthodologie et enjeux contemporains: le niveau élémentaire comme A1 ou A2 correspond encore à un profil d’apprenant qui a besoin de se brouiller dans sa vie quotidienne, tandis que à partir du niveau B1, le français à enseigner s’avère plus académique, nous pouvons dire donc que les apprenants qui suivent encore le niveau intermédiare et avancé ont majoritairement une visée académique. En réalité, les objectifs peuvent toujours se varier: pas forcément pour l’objectif académique. ( L’année dernière, j’ai fait connaissance avec un traducteur qui suit encore ajourd’hui le cours de B1 à DULF, son objectif est pour bien traduire. Je dis donc qu’il a un objectif professionnel.) c’est en prennant compte de la réalité que j’ai dit que les apprenants de FLE ont des objectifs divers(peut-être je dois changer un peu ma formulation). Quant à FOS, l’objectif visé ici est très clair et unanime: soit professionnel soit universitaire (académique si tu aime mieux ce terme). Dans cette perspective, le cours ne se tient pas comme un cours de FLE qui travaille les thèmes diversifiés sans considérer le domaine où le français s’inscrit.
      J’aime bien que tu m’a posé la question sur la nature des enseignants. En fait, le conférencier a bien indiqué ce point mais j’ai oublié de l’évoquer dans le compte rendu: je ne me souviens plus tous les détails, mais je suis sûre que les enseignants de FOS sont des enseignants de franaçais mais spécialisés en FOS qui vont créer les cours dédiés au public visé, pas forcément spécialisés dans le domaine. Je te signale qu’il s’agit ici de l’enseignant de FOS mais pas de l’ensiengant de FLE, ni de l’enseignant de spécialité qui parle en français.
      La dernière remarque mérite absolument une réponse: tout à fait comme le ESP, les chercheurs en FOS s’intéressent aussi aux questions de l’adaptation du cours aux objectifs, mais de manière plus précise. Il ne s’agit pas seulement des savoirs ou savoir-faire concernant les démarches de l’élaboration des cours de FOS, mais aussi de la formation des enseignants de FOS. Nous avons encore beaucoup d’efforts à faire pour le FOS puisse prendre un développement de la même envergure que celui du FLE.

      J’espèce que ma réponse veut éclairer un peu pour toi sur le problème de FOS.

      1. Bonsoir !

        Merci beaucoup pour ta réponse qui éclaire beaucoup de choses ! La position de l’enseignant me tracassait depuis un petit bout de temps alors je suis contente de pouvoir en discuter !

  2. Merci pour ce compte rendu.
    Quant on évoque le FOS, on parle tout de suite d’analyse de besoins. Certes, il faut analyser les besoins immédiats de ses apprenants et créer ses supports pédagogique et ses séquences en fonction de ces besoins plus ou moins exprimés par les destinataires de ces cours. Mais cet enseignement à la carte réduit terriblement l’enseignement du français. C’est vrai que le pragmatisme et une obligation de résultats guide cet enseignement, je trouve dommage que l’enseignement de cette si belle langue soit réduit à une liste de mots et concepts et de structures syntaxiques et quelques formules de politesse plus ou moins authentiques pour exprimer tel ou tel désir ou tâche. L’apprentissage d’une langue et en particulier du français doit entraîner l’apprenant dans un univers, une ambiance. Loin de moi l’idée de prôner un enseignement qui met sur un piédestal la culture française, cependant un minimum d’histoire, d’interculturel, de «manières de faire» et de «manières d’être» s’impose. Apprendre le français pour un temps donné et pour des objectifs précis sans manifester aucunement l’intention de pénétrer dans l’univers du français et de son histoire, me semble réducteur.

    1. Tu as une idée vraiment inédite à mes yeux. Je comprends ce que tu t’inquiètes. c’est vrai que le FOS n’est pas comme le FLE qui articule la langue, la pragmatique et la culture, mais il faut faire attention au fait que les apprenants de FOS expriment vraiment un besoin vif et immédiat d’utiliser le français dans leur vie professionnelle ou étudiante. Surtout pour l’entreprise, si elle demande un groupe d’enseignants de FOS de former ses effectifs, la moindre chose qu’elle veut serait sans doute la culture. Après tout, la capacité de pouvoir communiquer avec les Français afin d’achever l’objectif financier de l’entreprise qui compte le plus dans ce cas. Bien entendu, ça ne veut pas dire que les apprenants de FOS ne s’intéressent pas à leur côté à la décourverte plus large et profonde de la langue français. Il est trop probable qu’ils tombent amoureux de cette belle langue et découvrent par eux-même les autres aspects que l’enseignant de FOS ne peut pas les faire explorer en cours de FOS à cause de la limite du temps ou de l’objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *