Compte rendu d’une journée d’étude : politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations

Vendredi 17 février 2017, j’ai participé à une journée d’étude s’intitulant politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations, organisée par l’INALCO. La journée peut être divisée particulièrement en deux parties : les communications de la matinée et celles de l’après-midi. Les premières sont centrées sur l’ouvrage Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, ainsi que sa version chinoise qui vient de voir le jour en Chine. C’est un ouvrage collectif rédigé par l’équipe PLIDAM (Pluralité des Langues et des Identités : Didactique – Acquisition – Médiations), regroupant les points de vue sur la didactique des langues et des cultures de 90 enseignants-chercheurs et enseignants du monde entier qui représentent 68 institutions différentes. Sa version originale (en français ) a été publiée en 2008, la version anglaise est ensuite apparue en 2011, et des années plus tard (en juin, 2016), FU Rong et son équipe ont terminé le projet de sa traduction en chinois. À partir de cet ouvrage, les intervenants se demandent : comment résoudre des problèmes de traduction dans différents contextes de contacts de langues et de cultures ? comment mener une réflexion sur l’enseignement des langues transversales à toutes les langues ? comment faire de la recherche avec une équipe internationale ? Et dans la deuxième partie de la journée, on travaille sur des regards croisés en didactique des langues et en sociolinguistique sur les représentations sociales, en répondant des questions comme : à quelles interprétations, utilisations et acceptions devrait-on s’attendre lorsque deux disciplines proches partagent un mot-clé ? où sont les débats sur les « représentations sociales » en didactique des langues et en sociolinguistique, etc.

En tant que future enseignante de français en Chine, je pense que la première communication donnée par le professeur chinois FU Rong m’a beaucoup aidée. Le titre de cette communication est : traduction : enjeux pour la circulation internationale des idées en didactique des langues. Expérience de traduction du français en chinois du ppp. La communication se déroule en trois parties, monsieur FU présente d’abord les raisons d’introduire un tel ouvrage en Chine. Ensuite, il explique des difficultés affrontées concernant les aspects linguistiques, disciplinaires et culturels lors de la traduction. Il a cité des exemples très concrets pour nous expliquer la manière de trouver un meilleur terme, une meilleure définition d’une langue à l’autre, ainsi que les efforts qu’ils ont fait tout au long de ce travail. À la fin, il nous parle de quelques théories sur les stratégies de traduction.

Nous disons que c’est un monde unifié, mais chaque pays a un contexte particulier. Au-delà de cette communication, nous sommes ravis de trouver que, les politiques linguistiques éducatives en Chine sont en train de se développer, une conséquence directe et évidente est le changement de la vision des professeurs chinois, qui apportent au public chinois des ouvrages qui sont plus pratiques et plus « internationales ». Comme cet ouvrage sur la question du plurilinguisme et du pluriculturalisme, qui met en scène un thème encore loin d’être développé en Chine, alors en Europe, on a déjà des énormes recherches concernant ce sujet. D’ailleurs, pendant la communication, le professeur nous a donné plusieurs exemples lors de cette traduction transdisciplinaire. Ce qui me confirme de nouveau que : le français et le chinois sont deux langues linguistiquement et culturellement distantes, en tant qu’apprenant de français et future enseignante, il faut non seulement maîtriser les deux langues, mais aussi les cultures derrière les langues, leurs références disciplinaires, etc. C’est un travail durable.

À la fin, je voudrais citer deux questions que je me suis posé après la communication et qui vont être répondues dans mon mémoire : dans un contexte chinois d’aujourd’hui, comment peut-on introduire les effets de mondialisation à l’enseignement du français en Chine et dans quelle manière peut-on faire face aux rencontres des différentes cultures, des plurilingues et des transdisciplines.

 

 


Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

4 réflexions au sujet de « Compte rendu d’une journée d’étude : politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations »

  1. Je te remercie Yiheng pour cet éclaircissement! J’ai envisagé cette question sous un autre angle. De ce fait, je n’ai pas pris en compte le phénomène de la mondialisation.
    Merci encore une fois et bonne continuation!

    1. Merci à toi aussi! Tes questions m’ont poussée à ré-écouter ce que j’ai enregistré pendant la journée d’étude. Il faut admettre que c’est une façon de réviser, de résumer et de reconstruire les connaissances acquises, haha:-)

  2. Bonjour Yiheng,

    Tout d’abord, je te remercie pour ce compte rendu vu que je n’ai pas pu assister à cette journée d’étude.
    En regardant le programme et en lisant ton billet, je me suis très intéressée à la question d’enseignement des langues. Est-il possible de mener une réflexion sur l’enseignement des langues transversale à toutes les langues? Quels sont les points de vue des intervenants de cette journée d’étude? A mon sens, le contexte et les langues sont inséparables. Autrement dit, la réflexion sur l’enseignement des langues est conditionnée par le contexte particulier. De ce fait, la coopération des chercheurs internationaux est très importante. Elle permettra une meilleure circulation des idées, mais aussi leur meilleure adaptation au contexte en question. Et toi, qu’est-ce que tu en penses?

    1. Merci avant tout pour ton commentaire !
      Tu as raison, le contexte et l’enseignement des langues ont un rapport étroit, mais la conception de « mondialisation » qui unit à la fois les chercheurs et les apprenants d’un pays et ceux du monde entier nous permet de mener une réflexion transversale sur cette question. De là issu l’importance de la coopération des spécialistes internationaux. Je me souviens qu’en expliquant la raison de traduire un tel ouvrage, monsieur FU Rong met en premier plan la mondialisation. D’après lui, vivant dans un monde unifié, les gens de différents pays ont besoin d’échanger et mutualiser leurs idées, de partager des expériences pratiques en didactique des langues-cultures. Ce qui motivent le travail d’une équipe des professeurs de Pékin. Donc dans une certaine mesure, je pense que la traduction du livre Précis est un fruit sur la réflexion de l’enseignement des langues. Un autre spécialiste en chinois venant d’INALCO confirme aussi que l’enseignement du chinois est en train de connaître son progrès : le discipline du chinois langue étrangère n’existe pas depuis longtemps, il est perfectionné dans le temps avec le développement du didactique des langues. Je pense que tout cela prouve la possibilité de mener une réflexion sur l’enseignement des langues transversales à toutes les langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *