Les représentations sociales des langues : processus de filtrage

Au carrefour de nos lectures se croisent une myriade d’informations. De ce fait, il est nécessaire d’avoir un bon sens de la synthése afin de consolider les informations nouvellement acquises et de les assimiler soigneusement à ce que nous savons déjà. C’est aussi dans cette étape que nous serons amenés à faire face à des dilemmes nous incitant soit à accepter, à refuser ou soit à rejeter telle ou telle information. Comment sait-on le poids de chaque information ? Quelle information pèse le plus ? Quelle information est à retenir de manière à ce qu’elle ne soit pas une répétition d’une autre information déjà citée mais qui se déguise en autre forme dans le cadre théorique ? Les questions de ce type nécessitent une relecture fréquente des notions que nous avons abordées pour encadrer nos recherches. C’est ainsi que, je crois, nous pouvons aiguiser la colonne vertebrale du côté théorique de nos analyses. Pourtant, les théories que nous utilisons ne serviront à rien si nous n’arriverons pas à les rapprocher du « réel », du côté pratique. Quoi faire alors pour procéder à une analyse prenant en compte à la fois les notions théoriques et tout ce qui découle de la pratique. C’est donc ce dilemme sur laquelle je voudrais me pencher pour ce billet.

En quête des lumières, j’ai découvert un texte intitulé « Schématisation, représentations et images » écrit par Jean-Blaise Grize du Centre de Recherches Sémiologiques de l’Université de Neuchâtel. Le texte est paru dans un recueil d’actes du Colloque du Centre de        Recherches  Linguistiques et Sémiologiques de Lyon (du 20 au 22 mai 1977). La thématique du colloque était centrée sur les stratégies discursives. Le texte auquel j’ai fait allusion m’a intéressé parce que l’auteur a fourni un cadre générale d’analyse qui semble s’adapter au rythme de mon analyse. Gardant à l’esprit la nécessité de transformer les notions théoriques en des outils concrets d’analyse, je me suis dit tout de suite que ce texte pouvait se servir de bon point de départ d’analyse compte tenu de la clarté de ses outils proposés. En effet, l’auteur a insisté sur des points primordiaux dans l’analyse des représentations à travers le discours d’un sujet. Pourtant, je ne me focalise que sur celui qui est directement pertinent à mon analyse. Dans son texte, il nous rappelle que « tout discours construit une sorte de micro-univers » (qu’il appelle « schématisation ») (1977 : 45). Pour lui, ces « micro-univers » n’est accéssibles que par les « phénomènes de langue ». Ceux-ci, dit-il, servent d’ « instruments heuristiques pour parvenir à poser l’existence de certaines opérations de pensée » (1977 : 45). Ces premieres lignes m’ont fait parvenu ce dont j’avais besoin pour  commencer à me lancer dans l’analyse. Comme je travaille sur les représentations sociales des langues, j’ai dû trouver des moyens pour entrer dans la « pensée sociale » des informateurs. Pourtant, ce n’est pas si facile que cela car cela me pousse à traverser d’abord les représentations individuelles qui sont divergentes. Pour y remédier, j’ai dû alors me référer à des outils de la sémiologie pour étudier le « sens » qu’accorde chaque individu à leurs représentations et la manière dont ce « sens individuel » devient un « sens commun » nous rapprochant en conséquence de la représentation sociale. De là, j’ai dû faire une « schématisation » entre ce qui est de l’individu et ce qui est du « social ».

Grize, J.B. (1977). « Schématisation, représentations et images ». In Stratégies discursives : Actes du Colloque du Centre de Recherches Linguistiques et Semiologiques de Lyon. Presses universitaires de Lyon, pg. 45-47.


LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

2 réflexions au sujet de « Les représentations sociales des langues : processus de filtrage »

  1. Bonjour Gledford
    Merci de partager ce genre d’ouvrage et de méthodes d’analyse.
    Comme toi, je me suis engagée dans un gouffre de lectures dont je n’arrive pas très bien à me dépêtrer …
    Dont l’intérêt comme tu dis d’aiguiser « notre colonne vertébrale du cadre théorique d’analyse », mais en ce qui me concerne, ma colonne de recherches est elle aussi un peu bancale, sûrement la raison pour laquelle je me perds encore plus facilement
    Un deuxième point sur lequel je voulais revenir, cette schématisation/construction de micro univers, un outil très pertinent effectivement, d’autant lorsque nous travaillons plus sur des concepts et du « sens » (les représentations pour toi ?) qui relèvent d’une analyse bien différente que celle sur des objets. Comme toi, je travaille sur des concepts, et je peine à trouver du « sens », alors merci de partager tes idées & astuces de filtrage !

    1. Salut Floriane,

      Merci bien de ton commentaire !

      Je te conseille vivement d’aller voir, tout en gardant à l’esprit bien sûr les notions théoriques que tu comptes utiliser, les actes académiques ou les receuils des colloques découlant du plurilinguisme, de la linguistique, de la sémiologie et de l’analyse de discours. Tu pourras y trouver beaucoup de choses en ce qui concerne l’analyse du sens. À ma connaissance, la plupart des études auxquelles je me suis référé ont employé un hybride d’outils relevant des domaines dont j’ai parlé précedemment. L’auteur du texte n’est même pas un linguiste mais un logicien. Il a conseillé d’aller voir la thématique du champ notionnel des discours (dans ce cas-là, à partir de nos entretiens) et, de là, de saisir les « operations de pensée » de nos informateurs qui semblent se munir d’une certaine fixité. C’est parce que cette « fixite » est un trait révélateur de ce qui est vraiment « social ». Je n’ai pas encore fini mes entretiens mais j’ai déjà essayé d’analyser les trois premiers entretiens du premier semestre pour savoir comment cela se passe. Loin de dire que mes résultats sont parfaitement judicieux, j’ai vu qu’il y avait déjà au moins des traces du « social ». Si nous cherchons à mettre en lumière un fait social, il faudrait que cela vienne du social (élaboration et partage social). Le seul défi là est le fait de devoir le relever des représentations individuelles.Il faudrait nous rappeler toujours aussi qu’au moment de nos analyses, les notions théoriques devraient y figurer car, sinon, nous risquons d’être hors sujet. Finalement, l’harmonie des théories et des outils concrets d’analyse, je pense, devrait être suffisante pour savoir si notre analyse est correcte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *