Le coup de marteau

Je m’attacherai aujourd’hui à vous proposer mon compte rendu des rencontres professionnelles des 24 et 25 janvier 2016, organisées par nos camarades de M2 de la spécialité 2 Illettrismes, interculturalité et FLE/FLS.

BOUM.

À l’image d’un personnage de cartoon assommé par un coup de marteau sur la tête, j’ai ressenti comme un gros coup de massue, métaphorique bien sûr(aucune personne n’a été maltraitée pendant ces rencontres).

Retour à la réalité les enfants. On prend place, on respire un grand coup et on relativise.

« Merci d’être venue Flo ».  Parce que oui, malgré la présence de quelqu’uns de mes camarades de Spé. 1 et Spé. 3, force de constater que la fréquentation des étudiants de M2 n’a pas été à la hauteur des précédentes journées d’études et de colloques du premier semestre. Je ne jette pas la pierre aux autres. Nous sommes tous occupés pendant ce second semestre, avec des priorités et peu de disponibilités. Certains sont en stage, d’autres sont déjà partis vers d’autres horizons, et la population de M2 de la rue Saint Jacques s’est quelque peu évaporée. En ce qui me concerne, j’étais libre et disponible pour venir encourager mes camarades organisateurs et profiter de ces rencontres qui -comme je l’avais espéré- ont eu le don de m’ouvrir les yeux. Réunis dans notre salle M, après avoir bravé le froid de cette fin de mois de janvier, communicants et spectateurs s’activent à prendre place. Nous écoutons les quelques mots d’ouverture bienveillants de notre directrice Mme Spaëth avant d’entendre les premiers communicants, guidés par les interventions de nos camarades de Spé. 2, grands organisateurs et animateurs de ces journées. Car oui, la particularité de ces journées de rencontres est qu’elles ont été entièrement organisées et préparées avec soin par nos camarades sous la tutelle de Mme Véronique Laurens, dans le cadre de l’un de leurs séminaires du premier semestre. Choix des « thèmes », structuration des journées, prises de contacts avec les communicants, accueil des participants, répartition et animation des interventions, conception « papier » des programmes et flyers etc. Je me dois de féliciter ces étudiants, nos camarades qui ont fourni un grand travail, et qui se sont prêtés à un exercice que moi même j’aurai adoré faire pendant cette formation de Master.

Pour revenir sur le contenu de ces journées, nos camarades ont choisi de faire intervenir des professionnels dans le champ du FLE, répartis à travers des « secteurs » : celui scolaire, associatif, étranger, professionnel, universitaire, et en éditions & médias. Bien que j’en avais déjà pleinement conscience, n’oublions jamais que notre formation de nous destine pas uniquement à de l’enseignement en Alliance Française ou en écoles privées (comme certaines personnes de mon entourage le pense) : comme Mme Spaëth a pu l’énoncer pendant son discours d’ouverture, ces journées avaient pour but de faire rencontrer ces professionnels, d’engager une discussion avec tous les acteurs présents dans la salle, de partager les expériences, les formations de départ, les orientations/reconversions et les parcours professionnels respectifs ; aussi et surtout pour nous étudiants de M2, de profiter de contacts professionnels, d’enrichir notre carnet d’adresses, de nous faire découvrir un maximum de « possibilités » ou de débouchés professionnels, de prendre conscience de l’évolution que notre carrière peut prendre, et des choix que nous aurons à faire (grand bien nous fasse). Je ne vais pas essayer de faire un compte rendu complet de ces journées (d’autant plus que je n’ai pu assister qu’aux 4 premiers secteurs d’activités). En revanche, je vous proposer aujourd’hui de considérer quelques précieux conseils que j’ai pu retenir de nos intervenants ; des conseils révélateurs de notre (nos) métier(s), reflétant cette réalité du terrain parfois délicate et précaire, des situations professionnelles dont nous devons avoir conscience :

  • « Avoir plusieurs casquettes » ; « faire preuve de polyvalence » : être enseignant(e), mais aussi et pourquoi pas correcteur, évaluateur, examinateur, coordinateur, concepteur etc. Ajoutons aussi notre bagage personnel, avec des compétences dans d’autres domaines qui peuvent être mises à profit : je retiens à ce titre le conseil de Mme Valérie Lemeunier qui nous rappela le foisonnement des enseignements bilingues en écoles (à travers les « disciplines non linguistiques ») qui requièrent des connaissances en littérature, en histoire-géographie etc. Sans compter d’autres qualités comme un bagage de connaissances dans le domaine juridique, artistique (entretenir toujours plus sa culture générale messieurs dames !), ou encore des qualités de dialogue social ou d’approches psychologiques (j’entends ici, avoir un réel comportement d’empathie envers ses étudiants, ses collègues)
  • « Découvrir et travailler avec une multitude de publics » ; « savoir s’adapter » : à l’image des différents secteurs que nous avons pu observer, le champ du FLE regorge d’une multitude de publics avec des besoins et des objectifs précis, différents les uns des autres. Se restreindre à un seul public ou une seule structure durant toute sa carrière serait bien regrettable.
  • S’interroger sur les questions de « financement » : un conseil qui a concerné ici le secteur associatif car bien inévitablement, travailler dans une institution ou vouloir créer une école, une association de langues ou même développer un projet sur court ou long terme, voilà ce qui demande certaines compétences en logistique, en gestion administrative, de démarchage ou parrainage, ce qui dépasse les murs de la classe de langues.
  • Petite note pour le FLP : Danielle Houzé nous a bien avoué qu’il sera difficile pour un professeur de faire du FLP s’il n’a « jamais expérimenté le monde du travail en entreprise » auparavant …
  • « Partir à l’étranger, profiter de (notre) jeunesse » : car pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas encore d’enfants à charge, ce qui est idéal. Ce conseil nous a été donné par Agnès Foyer (CIEP) alors que certains étudiants dans la salle évoquaient leur désir de travailler (uniquement ?) en France, à Paris. Nous avons la chance d’avoir un métier qui permet et qui nous aspire -dirais-je- à voyager. Ne serait-ce qu’en termes d’ouverture d’esprit et de décentrement, comme les apprenants en FLE à Paris le font, expérimenter une langue-culture étrangère pendant une mission à l’échelle internationale donne plus de conscientisation à notre métier. Et en ce qui me concerne, je compte bien exercer à l’étranger, aussi en France j’espère, mais surtout, avant d’engager quoi que ce soit (peut-être une thèse).
  • Concevoir sa carrière dans une dynamique évolutive, et accepter de faire des « choix risqués » : comme dans beaucoup d’autres domaines, les jeunes diplômés du master 2 devront nécessairement faire d’abord face à des contrats qu’ils n’avaient pas envisagés ou dont ils n’auront pas vraiment envie, avouons-le. Mais, pour reprendre le terme employé par Mme Valérie Lemeunier, il s’agit de concevoir ces premiers postes comme des « tremplins » non négligeables pour optimiser sa carrière et enrichir son CV. Les récits des parcours de ces professionnels auront eu pour points communs parmi tant d’autres de réunir les mêmes types d’expériences. Pour ne retenir ici que les missions MAE (ou Campus France), les VI (Volontariat International).
  • Ne pas sous-estimer le monde du FLE, qui peut s’avérer très petit et je finirai sur ce conseil : ne pas se faire d’ennemis !

Et enfin, non pas un conseil mais plutôt une évidence, ce qui est parfois difficile et regrettable à entendre : ne pas perdre de vue que le champ du FLE reste un foyer de « précarité ». Il s’agit de ne pas en avoir peur mais plutôt se donner les moyens de comprendre la situation, d’optimiser nos choix et de réussir, de vivre notre métier avec toute la passion qui nous a guidée jusqu’ici.

Pourquoi avoir choisi participer à ces rencontres ? Pour constater et se préparer psychologiquement à cette réalité du terrain qui malheureusement, manque à notre formation en Spé. 1. À nouveau, je ne cherche pas à jeter la pierre à notre spécialité Recherche mais- en ce qui me concerne toujours-  je ne compte pas m’engager directement dans une thèse à l’issue de mon mémoire et je ne pourrai pas indéfiniment me cacher dans les rayons des bibliothèques, art que dans lequel j’excelle depuis quelques mois maintenant. Je me rends compte maintenant que ce billet me permet de revenir sur certains de mes choix. C’est l’heure des aveux : pendant de longs mois j’ai hésité à candidater pour cette Spé. 2 (oui oui !) tiraillée aussi par l’envie de notre Spé. 1. Pour quelle raison avoir choisi la Spé. 1 ? Parce que je ne voulais pas me restreindre à un certain type de publics (apprenants alpha, migrants). Mais surtout parce qu’inconsciemment à l’époque, je ne voulais pas affronter cette réalité du terrain et du monde professionnel. Le coup de marteau a bien fini par me rattraper.


Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l’université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts