Facteurs permettant l’apprentissage d’une LE : perception et production des sons

Lorsqu’un apprenant décide d’étudier une nouvelle langue, deux systèmes phonétiques s’oppose alors à lui : celui de sa langue première (ou autres langues apprises avant) et celui de la langue seconde (ou troisième…).

Les différences entre les deux systèmes vont causer des difficultés d’acquisition au niveau phonétique de la langue seconde. Mais cela va aussi déterminer les caractéristiques de l’accent de l’apprenant. Cela nous montre que la langue première possède une influence sur l’apprentissage d’une langue étrangère, ce phénomène est appelé nativisation. Le phénomène contraire s’intitule la dénativisation.

Deux chercheur, BEST et FLEGE ont exposé deux modèles d’acquisition d’une langue seconde à partir des liens, des similitudes des systèmes phonémiques de deux langues.

Ces modèles nous dit que dans un premier temps, les catégories phonémique de la langue en cours d’apprentissage qui sont proches de celles de la langue première seront assimilées à ces catégories même s’il y a des différences entre les deux langues.

Nous pouvons prendre l’exemple de l’anglais où les sons /t/ et /d/ sont légèrement différents du français mais l’anglais les considérera comme similaire. L’accent de l’apprenant anglais viendra du fait qu’il prononcera ces phonèmes la dans sa langue première et non comme celle prononcer en français (par exemple le /d/ anglais possède un prévoisement).

Selon FLEGE, les phonèmes de la langue seconde qui sont le plus éloignés de ceux de la langue première seront mieux assimilés car il n’y a aucune interférence.

Cependant il y a une interférence très importante qui rend l’apprentissage beaucoup plus difficile lorsque deux sons dans la langue première sont des allophones d’un même phonème mais sont deux phonèmes bien distinct dans la langue seconde : l’apprenant aura des soucis à percevoir la différence entre les deux phonèmes, il possèdera une « surdité » phonétique ce qu’il les empêchera de les prononcer correctement. Cette « surdité » sera la cause de l’accent étranger, l’accent peut donc rester pendant plusieurs années. En effet FLEGE a étudié des italiens partis vivre au Canada et qui y sont restés au moins 30 ans. Les résultats ont montré que ceux arrivés après l’âge de 7 ans possédaient toujours un accent étranger selon les canadiens : ils ont assimilé certaines catégories vocaliques anglaise à celles italiennes ce qui engendrait des erreurs de prononciations. Néanmoins, ceux qui avait appris l’anglais très jeune ne possédaient pas cet accent et avait intégré certaines voyelles n’appartenant pas au système vocalique italien.

Cette étude montre que les problèmes de perception et de production d’une langue seconde ne se règlent pas au fils du temps, même après une longue période, et ne se résolvent pas tout seul.


3 réflexions au sujet de « Facteurs permettant l’apprentissage d’une LE : perception et production des sons »

  1. Je t’en prie Yacine ! Merci d’avoir partagé ton expérience !
    D’après mon expérience, moi aussi je suis d’avis qu’un haut degré de motivation et un entraînement en phonétique sont suffisants pour une prononciation « correcte » (même en contexte hétéroglotte). Lors de mes études, j’ai suivi les cours de phonétique ce qui m’a beaucoup aidé à améliorer la prononciation en français compte tenu de tous les contrastes ainsi que les similarités des systèmes phonétiques français et serbe. Je crois que c’est plus facile d’arriver à la perception et à la prononciation des sons isolés qu’à la prononciation des mots et des phrases. Au niveau phrastique, beaucoup d’autres éléments viennent en jeu : l’intonation, la prosodie, le rythme etc. Tu l’as bien illustré par ton expérience.
    Bon courage à toi aussi !

  2. Bonjour Yacine,

    J’aime bien le sujet de ton billet ! Je suis très intéressée à l’acquisition de la prononciation au-delà de la période critique. Ainsi, je voudrais fournir quelques informations supplémentaires à ton billet et te proposer quelques articles à lire à ce propos.
    De nombreuses études menées dans ce domaine prouvent que, en fait, il a y des apprenants tardifs (au-delà de l’âge de 12 ans) qui ont acquis un accent authentique, même dans le contexte hétéroglotte. Si je ne me trompe pas, des apprenants tardifs italophones de l’anglais en font aussi partie. Comme tu as dit, l’acquisition de la prononciation chez les apprenants tardifs ne va pas de soi. Les facteurs influençant le degré de la maîtrise de la prononciation sont la motivation (importance pour un apprenant de passer pour le locuteur natif), l’entraînement en phonétique (à la perception et à la production des sons), l’intensité des contacts avec L2 et l’intensité de l’utilisation de L2, mais aussi la combinaison spécifique L1/L2.
    Bref, les contraintes biologiques affectent le plus le domaine de la prononciation, mais il s’avère possible d’atteindre une authenticité de prononciation chez les apprenants tardifs.
    Theo Bongaerts et David Birdsong ont mené beaucoup d’études dans ce domaine. Voilà les liens vers les articles de ces auteurs :
    http://aile.revues.org/1150
    http://aile.revues.org/1153
    http://aile.revues.org/742
    Bonne continuation !

    1. Bonjour Marija,

      Je te remercie pour toutes ces informations et les liens que tu as mentionnées. Tout comme toi, j’aime à croire que la période critique ne s’applique pas pour tout le monde et de nombreux cas nous l’ont confirmés (dont le locuteur italophone que tu viens de mentionner). Je trouve qu’avec beaucoup de pratique et une motivation infaillible, on peut arriver à une prononciation ressemblante à celle du natif surtout si on est en immersion. C’est d’ailleurs mon cas où j’avais un fort accent à mon arrivée en France il y a deux ans. Avec le temps, j’ai appris à reproduire la rythmique du français dont l’accentuation de la dernière syllabe ou la régularité des syllabes à titre d’exemple. Après pour la prononciation de certaines combinaisons telles que les nasales, je n’ai pas eu vraiment de problèmes.
      Bref, je vais jeter un coup d’œil aux liens que tu m’as proposés, je pense que ça devrait être très intéressant juste en lisant les titres.
      Encore merci et bon courage pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *